septembre 27, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

L’inflation des prix des produits d’épicerie a atteint 11% alors que les prix des matières premières montent en flèche

Les nouveaux chiffres montrent que l’inflation des prix de l’épicerie a atteint 11 % au cours des 12 semaines précédant le 4 septembre – le niveau le plus élevé depuis que Kantar Consultants a commencé à suivre l’inflation des prix de l’épicerie en mai 2008.

Al-Kontar a déclaré que la facture d’épicerie annuelle moyenne pourrait passer de 6 985 euros à 7 753 euros cette année.

Cela représente 768 € supplémentaires par an que les consommateurs devraient dépenser s’ils ne modifiaient pas ce qu’ils achètent actuellement ou où ils font leurs achats.

Les chiffres d’aujourd’hui montrent qu’au cours des quatre semaines précédant le 4 septembre, le prix des produits de base de la rentrée – pain, jambon, fromage, yaourt, céréales et lait – a augmenté de 19,5 %, ce qui rend un panier de ces produits de base 2 € plus cher que celui-ci. fois l’année dernière.

Le pain a augmenté de 20 %, le porc de 12 %, le lait de 26 % et le yaourt de 17 % plus cher.

Al-Kontar a déclaré que les acheteurs ont dépensé 17 millions d’euros supplémentaires pour ces produits par rapport à la même période l’an dernier. Il a noté que cette augmentation était entièrement due aux prix, les volumes ayant diminué de 6 %.

Alors que les consommateurs recherchent une meilleure valeur, Kantar a déclaré que les plus grands gagnants sont leurs gammes de détaillants, et au cours des 12 dernières semaines, les ventes de produits de marque maison ont augmenté de 5,8 %, ce qui représente 72 millions d’euros de dépenses annuelles supplémentaires.

Nous avons besoin de votre consentement pour télécharger ce contenu rte-playerNous utilisons l’opérateur RTE pour gérer des contenus supplémentaires susceptibles de déposer des cookies sur votre appareil et de collecter des données sur votre activité. Veuillez vérifier leurs détails et les accepter pour télécharger du contenu.Gérer les préférences

READ  L'aéroport de Dublin a reçu 5 000 candidatures

Les domaines de label de valeur spéciale, les produits les moins chers, ont connu une croissance plus forte de 21,4 % par rapport à la même période l’an dernier, les acheteurs ayant dépensé 10,2 millions d’euros supplémentaires sur ces domaines.

Al-Kontar a souligné que la crise du coût de la vie a également encouragé un afflux de nouveaux acheteurs à se connecter.

Au cours des quatre dernières semaines seulement, les volumes ont augmenté, les consommateurs augmentant leurs magasins de 2,9 %, contribuant à hauteur de 6,8 millions d’euros supplémentaires à la performance globale du marché.

Elle a ajouté que plus d’un acheteur irlandais sur 10 (12 %) achète maintenant des produits d’épicerie en ligne.

Pendant ce temps, tous les grands détaillants ont augmenté leur part de marché au cours des 12 dernières semaines.

Pendant ce temps, tous les grands détaillants ont augmenté leur part de marché au cours des 12 dernières semaines.



Le leader du marché, Dunnes, qui détient 22,3 % du marché des supermarchés, a enregistré une croissance annuelle de 7,2 %, alimentée par un afflux de nouveaux acheteurs (+ 4,7 %) et une augmentation des visites d’achats (+ 1,7 %).

Dunnes réussit généralement bien à la rentrée scolaire et a connu une croissance solide pour sa marque de 13 % d’une année sur l’autre.

Tesco détient une participation de 21,9 %, avec des ventes en hausse de 3,9 % par rapport à l’année dernière, les acheteurs étant davantage retournés dans les magasins (6,6 %).

Pendant ce temps, SuperValu, avec une part de marché de 21,4 %, continue de conduire plus de trajets que tout autre détaillant, avec une moyenne de 21,5 trajets au cours des 12 dernières semaines.

READ  Big tech companies' biggest weaknesses emerged in 2021

Lidl détient une participation de 13,2 %, en hausse de 3,5 % d’une année sur l’autre, tandis que le détaillant rival à bas prix Aldi prend 12,7 % pour afficher une augmentation de 1,4 %, les acheteurs existants revenant plus souvent faire leurs achats.