septembre 24, 2021

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Macron dit qu’un nouveau test de français pourrait être organisé pour Ian Bailey

Il s’est exprimé hier à Dublin.

Lors d’une visite en Irlande hier, le président français Emmanuel Macron a déclaré qu’un nouveau test de français pourrait être organisé pour Ian Bailey.

Il s’agissait de la première visite officielle du président en Irlande, et alors qu’il était à Dublin, il a étendu ses pensées aux amis et à la famille de Sophie Toscan du Plantier, qui a été assassinée à Cork en 1996.

Macron a déclaré: “Mes pensées vont à sa famille et à ses amis. Cela reste une tragédie et tant de souffrance. L’enquête est toujours en cours et, par conséquent, la famille ne pouvait pas pleurer.”

Il a noté que si Bailey acceptait de se rendre en France, un nouveau procès pourrait être organisé : « Si la personne condamnée accepte de venir en France, un nouveau procès peut être organisé mais jusqu’à présent, il a refusé de le faire. »

En octobre de l’année dernière, la Haute Cour irlandaise a rejeté une tentative des autorités françaises d’extrader Bailey, affirmant qu’il était impliqué dans le meurtre.

C’est la troisième passation de Bailey à la France

Bailey est accusé d’avoir tué Sophie en 1996, quelques jours avant Noël, sur le stand de sa maison de vacances à Schulz, dans l’ouest de Cork.

Le tribunal a décidé que Bailey ne pouvait pas se rendre à la France après l’émission du mandat d’arrêt européen (MAE) en 2019.

Il a été reconnu coupable de meurtre par contumace par un tribunal de Paris en mai 2019 et condamné à 25 ans de prison.

Malgré cette condamnation, Bailey a toujours nié toute implication dans le meurtre.

READ  Rudiger est prêt à jeter de la saleté sur l'Allemagne contre la France championne du monde

Macron a ajouté: “Le tribunal français réfléchit maintenant à ce qu’il faut faire ensuite, laissant une fenêtre aux tribunaux irlandais et français pour décider quoi faire ensuite.”

Le Taoiseach Micheal Martin a qualifié le meurtre d'”acte horrible” : “A la famille, nous adressons nos sincères et continues condoléances. Mais empathie.