mai 21, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Mason Hayes & Curran condamnés à payer 17 150 € dans une affaire de licenciement

Le cabinet d’avocats Mason Hayes & Curran a été condamné à verser une indemnité de 17 150 € à un avocat financier injustement licencié.

Un juge de la Commission des relations du travail (WRC) a ordonné que l’argent soit versé à Ronan Dunn après que son cas ait été confirmé.

Mason Hayes & Curran n’a pas défendu le licenciement abusif de M. Dunne et a convenu que le licenciement était inéquitable sur le plan procédural.

il a entendu

Au cours de l’audience, le cabinet d’avocats a déclaré que la relation de M. Dunn avec certains de ses anciens collègues s’était rompue et était irréparable.

M. Dunn a travaillé pour Mason Hayes & Curran du 28 mai 2018 jusqu’à son licenciement le 17 mars 2020, gagnant 4 286 € net par mois, et est un spécialiste des fonds et de la réglementation financière.

Mason Hayes & Curran ont convenu qu’aucune mesure ne serait prise dans le cadre du licenciement de M. Dunne et ont décidé de ne fournir aucune preuve pour défendre sa plainte pour licenciement abusif.

M. Harraghy ​​​​a conclu que la réintégration ou le réengagement de M. Dunne n’était pas une option viable et que la forme de réparation appropriée était une indemnisation.

M. Harraghy ​​​​est arrivé à la conclusion après avoir entendu que Mason Hayes & Curran s’opposeraient fermement et complètement à la réintégration de M. Dunne.

Le cabinet d’avocats a déclaré que M. Dunn était un avocat compétent et qu’il n’était pas indigne de confiance, mais que son problème était que d’autres personnes auraient du mal à travailler avec M. Dunn.

READ  Lidl a obtenu l'autorisation de créer un nouveau supermarché dans la banlieue de Cork malgré le rejet initial du conseil

M. Dawn a ensuite obtenu un nouveau rôle en juillet 2020 et c’était à un salaire légèrement supérieur à celui que Mason Hayes & Curran ont payé.

M. Dunn a déclaré qu’il n’y avait eu aucune détection d’inconduite à son encontre chez Mason Hayes & Curran et a cité des évaluations de performances positives qui lui avaient été données.

Il a noté qu’il n’y avait également aucune indication d’incompétence ou d’incompétence concernant son rôle auprès de Mason Hayes & Curran.

M. Dunn a déclaré au WRC qu’il avait reçu un certain nombre de commentaires et de comportements négatifs de la part de certains collègues à la fin de 2018.

Enquête

Il a soulevé la question auprès de son gestionnaire et une enquête a été menée, mais M. Dunn n’était pas satisfait du résultat.

Il a également estimé que le comportement persistait et a également constaté une diminution de la quantité de travail qui lui était allouée.

M. Dunn a fait part de ses inquiétudes à propos de cette affaire et en octobre 2019, M. Dunn a été informé lors d’une réunion qu’il devrait envisager de démissionner.

Le 15 novembre 2019, une lettre de résiliation a été adressée à M. Dunne et il a été informé qu’il s’agissait d’une décision définitive.

M. Dunn a reçu son préavis il y a deux mois, et il a été prolongé de deux mois supplémentaires.

M. Dunn a fait valoir qu’il avait été injustement licencié car des procédures équitables n’avaient pas été suivies.