décembre 5, 2021

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

NRL 2021: Lauren Beville, la France, l’Angleterre, les Warriors et d’autres joueurs français exhortent NRLW à cibler.

L’ancienne star des Warriors, Lauren Bivil, a révélé que d’autres joueurs français sont impatients de se tester à la NRLW alors qu’ils se préparent pour le test contre l’Angleterre ce week-end au stade Gilbert Brutus.

Biville, qui a joué pour les Warriors lors des NRL 9 2020 à Perth, a été contraint d’abandonner son rêve NRLW en raison de l’épidémie de COVID-19 et de retourner dans la patrie française l’année dernière. Page.

Le test féminin sera télévisé le 23 octobre à 21h55 sur Fox Sports et Coyo avant le match test masculin France-Angleterre.

« Je pense qu’aller en Australie est ma meilleure décision parce que j’ai beaucoup appris », a déclaré Pivil à NRL.com.

« L’entraînement en Australie est très différent, la façon dont vous jouez, la façon dont vous regardez le jeu en Australie est très différente.

« Je suis revenue en France avec une nouvelle vision et de nouvelles compétences en marche, donc je pense que cela m’a beaucoup aidé. Depuis que je suis revenue d’Australie, j’ai trouvé qu’il était plus facile de jouer en France. C’est un sport différent que toutes les femmes n’ont pas. « 


Les Anglaises se préparent à affronter la France

Le joueur de 22 ans souhaite toujours jouer dans la NRLW et est ravi de participer au tournoi de Gold Coast de l’année prochaine après avoir été sélectionné pour l’équipe des Titans qui a été appelée en 2019 alors qu’il jouait pour les East Tigers dans le tournoi BHP Cup de la QRL. . .

« Essayer de jouer dans la NRLW est toujours dans mon esprit car c’est le seul objectif que je n’ai pas vérifié sur ma liste de contrôle en Australie, mais rien n’est certain pour le moment sur tout ce qui se passe dans le monde », a déclaré Beville. .

« Après le virus Corona, j’ai perdu mon emploi et toutes les compétitions ont été suspendues, j’ai donc dû prendre la décision rapide de rentrer en France. Je pensais retourner en Australie quelques mois plus tard, mais je n’ai pas pu. L’Australie a fermé toutes les frontières .

« Nous avons eu beaucoup de confinements en France pendant longtemps. Le premier travail que j’ai fait en France a duré deux mois, puis nous avons passé l’été comme d’habitude, puis nous avons été de nouveau enfermés pendant six mois.

« C’était vraiment difficile, ce n’était pas facile de continuer à m’entraîner en Australie ou de suivre ma routine. C’était très difficile mentalement et physiquement, mais il y avait du positif parce que j’étais avec ma famille et mes amis. »

La famille de Pivillin, y compris son frère Louise, qui joue aux côtés de l’ancien pionnier de la LNR Eddie Bettiborn pour les Limoux Grizzlies dans l’Elite One de France, devrait assister à sa sixième apparition aux tests devant la foule potentielle attendue à Perpignan.

Habituellement centre ou ailier, il jouerait dans le deuxième niveau de l’équipe de France en l’honneur de ses cinq coéquipiers au Civil Racing Club Lescure Arthes XIII, et il a déclaré que d’autres joueurs lui avaient parlé de la possibilité de jouer dans la NRLW.

« J’ai des jeunes femmes qui m’ont parlé de ce que c’était, en particulier de la nouvelle génération », a déclaré Piville.

« Ils devraient se rendre compte que tu ne vas pas en Australie, tu joues à pied tout le temps et tu es beaucoup payé, tu es seul à l’autre bout du monde, tu dois travailler aussi, tu dois être bon Si vous voulez jouer.

« C’est agréable de voir la LNR former de nouvelles équipes. Lorsque j’ai joué au match sur invitation pour les Titans, ils n’étaient pas sûrs de former une équipe, donc je pense que c’est une bonne opportunité pour les femmes qui n’ont pas encore joué à la NRLW.

« J’espère que les femmes auront un jour la compétition NRLW comme les hommes, donc c’est très excitant. L’année prochaine sera une grande année pour les joueurs avec la NRLW et la Coupe du monde. »

Bivil a déclaré que la France n’avait pas envoyé d’équipe féminine à la Coupe du monde 2017 en Australie, mais le leader du FFRXIII, Luke Lacoste, qui dirige les efforts pour organiser le tournoi 2025, a constaté une augmentation significative du soutien dans tous les domaines du jeu depuis qu’il était sélectionné en décembre dernier.

« Ce ne sont que de petites choses, mais cela a beaucoup de sens pour nous en tant que joueurs », a déclaré Pivley.

« C’est la première fois que nous passons une semaine avec l’équipe nationale. Ce n’est pas comme les hommes, mais c’est quelque chose que nous n’avons jamais eu auparavant.

« Ce test sera très difficile pour nous car la compétition en France n’a pas encore commencé et nous avons beaucoup de nouveaux visages. Il y a beaucoup de jeunes femmes qui ne jouent pas à des matchs internationaux donc elles ne connaissent vraiment pas le niveau et ils n’ont aucune expérience.

« C’est une période difficile pour nous et 80 minutes, c’est très intense, donc parfois nous devons nous sacrifier pour d’autres femmes, mais c’est une bonne expérience pour l’équipe. Soyez forts et voyez ce que nous pouvons faire. Travaillez avant la Coupe du monde. »

La France

Elisa Syrie (RC Lescure Arthes 13) ; Christina Song-Pucci (Anges Catalans), Melanie Piancini (Anges Catalans), Joe Bastre-Cordin (Anges Catalans), Manon Samarra (RC Lescius Arthus 13); Elodie Pacquiao (Pia Barudius), Alice Varela (Toulouse Oval) ; Jeanne Bernard (RC Lescure Arthes 13), Cyndia Mansard (Toulouse Ovalie), Gaëlle Alvherne (RC Lescure Arthes 13), Elisa Akpa (Déesses catalanes), Laureane Biville (RC Lescure Arthes 13), Leila Bessalhi (Catal). Traductions : Fanny Ramos (Dieux catalans), Miles Borac (Marseille XIII Avenir), Ines Legout (Toulouse Ovalie), Dalis Croce (Girontins de Portox), Lauren Connett (Limox Chrysler), Nadia O’Rourke .

Angleterre

Tara-Jane Stanley (Tigres de Castleford); Fran Goldtorf (Leeds Rhinos), Savannah Andrade (York City Knights), Amy Hardcase (St. Helens), Caitlin Beavers (Leeds Rhinos); Jodie Cunningham (St. Helens), Beth Stot (St. Helens); Grace Field (York City Knights), Tara Jones (St. Helens), Chandel Kroll (St. Helens), Emily Rudd (St. Helens) (C), Holy Todd (Castleford Tigers), Vicky Molineux (Wigan Warriors). Transfert : Shona Hoyle (Huddersfield Giants), PJ Travis (Saint Helens), Vicky Whitfield (Saint Helens), Rachel Woosey (Saint Helens)

READ  Des vacances en France comme les étoiles dans le hameau au sommet d'une montagne en Provence