octobre 2, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

NTI s’est envolé pour la France lundi pour commander la livraison du Rivoire

Le NTI a confirmé qu’une délégation inuite se rendra en France la semaine prochaine pour demander l’extradition du père Johannes Revoir. Sur la photo, Revoir sur une photo ancienne non datée prise dans la baie de Chesterfield. (Photo gracieuseté de Lev Halsberge)

Une délégation inuite fera pression sur les autorités françaises pour qu’elles renvoient le prêtre au Canada pour faire face à une accusation criminelle

NTI a déclaré mardi dans un communiqué de presse que le président du Nunavut Tonjavik, Aluki Kottirk, et une délégation inuite se rendront en France lundi pour demander l’extradition du père Johannes Revoir.

Revoir, 91 ans, a servi plus de 30 ans comme curé au Nunavut, principalement à Arviat et Nogat, entre 1960 et 1992. Il a été accusé d’avoir abusé sexuellement de garçons et de filles pendant cette période, certains dès l’âge de six ans.

La délégation se rendra à Paris et à Lyon du 12 au 15 septembre.

Dans la déclaration de NTI, Kotterec a appelé le président français Emmanuel Macron et d’autres responsables français à remettre Rivoir.

« L’église et ses prêtres ne sont pas au-dessus de la loi », a déclaré Cottierk.

En 1998, la Gendarmerie royale du Canada a porté trois chefs d’accusation contre Revoir, un chef d’attentat à la pudeur sur trois garçons et un chef d’agression sexuelle sur une fille à Najat, entre 1968 et 1970.

Cependant, Revoir a quitté le Canada pour la France en 1993 et ​​n’a jamais été poursuivi pour les accusations.

Les accusations ont été arrêtées en 2017 lorsque les procureurs ont conclu qu’il n’y avait plus de perspective raisonnable de condamnation.

READ  Une orque malade a été piégée dans la Seine à travers le public français pendant des semaines. Son squelette se dirige maintenant vers un musée à Paris

En février de cette année, la police l’a de nouveau inculpé, cette fois pour un chef d’attentat à la pudeur contre une fille à Arviat et Whale Cove entre 1974 et 1979.

En juillet, des responsables du ministère canadien de la Justice ont demandé à la France d’extrader Revoir afin qu’il puisse faire face à la justice ici.

L’extradition est le processus de renvoi d’une personne pour qu’elle soit jugée dans le pays ou le pays dans lequel les infractions pénales présumées ont été commises.

Les Inuits du Nunavut préconisent depuis longtemps de faire face à la justice au Canada, mais ont échappé à l’extradition pendant des décennies parce que bien que le Canada ait un traité d’extradition avec la France, le code pénal français en protège ses citoyens.

Revoir, en tant que citoyen français, est protégé par cette loi.

Bien que la France soit réticente à extrader des ressortissants français vers d’autres pays pour y être jugés, le traité d’extradition franco-canadien n’interdit pas l’extradition de Revoir. « La livraison est possible et peut être rapide », a déclaré NTI dans le communiqué.