janvier 29, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Peut avoir sauvé la Française décédée dans le camp syrien – avocat

Ses avocats affirment que le gouvernement français n’a pris aucune mesure malgré de nombreux avertissements concernant la détérioration de sa santé dans un camp de détention syrien pour les familles Dash.

Une Française de 28 ans est décédée le 14 décembre dans le camp de Rose dans le nord-est de la Syrie et ses avocats attendaient son décès.

« J’ai écrit des dizaines de fois aux autorités françaises que cette femme allait mourir », a déclaré mercredi son avocate, Marie Doss, lors d’une conférence de presse.

Elle était l’une des 80 Françaises prétendument liées à Dash, et a ensuite été emmenée dans divers camps de détention dans le nord-est de la Syrie. Il a été le premier Français à mourir dans un camp de réfugiés exclusivement pour loger les familles des membres de Dash tués ou survivants.

Doss a déclaré qu’il avait demandé à plusieurs reprises que la femme décédée, qui avait été diagnostiquée avec un diabète sévère, soit renvoyée en France pour un traitement médical. Elle avait besoin d’une aide médicale car elle était fortement dépendante de l’insuline.

En janvier 2021, une délégation française est arrivée au camp à la recherche de sept enfants dont les mères étaient décédées. Les enfants vivaient à côté de la tente d’une Française et de sa jeune fille qui souffraient de diabète. Malgré son état de santé, la délégation a décidé de « les laisser là ». Selon Collectif des Familles Uniesm, regroupement de familles défendant les droits fondamentaux.

« Des femmes meurent dans des camps, en pleine connaissance de cause… La France est devenue orpheline », a déclaré Dos.

READ  Submarine n'était pas responsable du naufrage d'un remorqueur français en 2004, résultats d'une enquête britannique | Cornouailles

Le ministère français des Affaires étrangères n’a pas encore commenté Monde DRTDemande pour des commentaires. L’histoire sera mise à jour si le ministère répond à nos questions.

Environ 320 enfants français attendent de rentrer au pays

L’avocat affirme que la Française « aurait pu être sauvée si elle était revenue ». Mais la mort de la femme et l’avenir de sa fille nouvellement orpheline ont attiré l’attention sur la politique de rapatriement de la France.

L’avocat s’apprête désormais à déposer une autre plainte contre le gouvernement français, exigeant l’expulsion des enfants des camps de détention en Syrie, dont Sarah, la fille de 6 ans de la défunte française.

Les groupes de défense des droits humains, les Nations Unies et les responsables des camps ont appelé les nations à demander des comptes à leurs propres citoyens, affirmant qu’elles ne peuvent pas vivre dans ces camps de façon permanente.

Pendant ce temps, l’équipe d’avocats français existe depuis longtemps Poussées Il a insisté pour que les parents fassent l’objet d’une enquête en France, alors même qu’ils faisaient l’objet d’une enquête de la justice antiterroriste pour dommages et intérêts à domicile.

Dans les camps de détention du nord-est de la Syrie, les conditions de vie sont également un facteur dans l’appel au rapatriement immédiat des défenseurs des droits humains.

Ces camps sont entourés de barbelés et manquent d’un système de soutien médical approprié, tandis que les épidémies de maladies chroniques telles que l’hépatite, la diarrhée, l’hypertension artérielle et le diabète sont courantes. Le risque d’incendie de tente est élevé en hiver.

READ  Un manoir à ossature de bois en Normandie, France est livré avec un grand complexe équestre

Tout bien considéré, ramener des ressortissants étrangers dans leur pays d’origine n’était pas une demande étrangère au ministre français de la Justice Eric DuPont-Moretti.

« Bien sûr (…) ils méritent un procès équitable », a déclaré DuPont-Moretti, un ancien avocat de la défense pénale. Mentionné Dans une émission télévisée en 2019, il évoque des civils français piégés dans des camps en Syrie et en Irak.

Mais la politique de rapatriement actuelle de la France permet uniquement aux enfants de rentrer chez eux – une attitude qui sépare les parents de leurs enfants.

Il y a actuellement environ 320 enfants français dans les camps syriens. Seul Jusqu’à présent, 35 enfants ont été amenés en France grâce à un effort conjoint d’une équipe d’avocats français.

La majorité des enfants renvoyés sont des orphelins, mais il n’y a eu aucune compensation depuis janvier 2021, a indiqué la DOS.

Doss rappelle que la majorité des enfants renvoyés sont des orphelins, mais il n’y a eu aucune compensation depuis janvier 2021.

Après l’enterrement de sa mère mardi, personne ne sait encore si la France acceptera Sarah, désormais seule dans le camp de Rose sans aucun soutien psychologique.

Source : TRT Monde