juillet 4, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Pourquoi les biscuits coûtent plus cher

Le coût de presque tous les produits d’épicerie est en hausse, avec un nouvel avènement Les estimations d’Eurostat placent les prix à la consommation ici à 8,2 %. Dans l’année se terminant fin mai.

Cela se traduit par des coûts plus élevés dans les opérations d’achat, Kantar estimant récemment que la facture d’épicerie moyenne des ménages sera supérieure de 330 € cette année.

Mais toutes les hausses de prix ne sont pas égales – il existe une myriade de facteurs qui affectent différents produits de différentes manières.

Pour aider à comprendre ce qui se passe, nous avons examiné de plus près quelques articles d’épicerie de tous les jours pour voir pourquoi le prix change.

Chacun a vu une énorme hausse de prix ces derniers temps, mais chacun a une histoire différente qui explique pourquoi.

Dans cet article, nous examinerons les produits de boulangerie – en particulier les biscuits.

Quelle est l’offre de biscuits?

Nous avons besoin de votre consentement pour télécharger ce contenu rte-playerNous utilisons l’opérateur RTE pour gérer des contenus supplémentaires susceptibles de déposer des cookies sur votre appareil et de collecter des données sur votre activité. Veuillez vérifier leurs détails et les accepter pour télécharger du contenu.Gérer les préférences
Adam Maguire discute de la hausse des prix des biscuits RTÉ Radio 1 aujourd’hui avec Claire Burn

La plupart des gens considèrent les biscuits comme un produit assez basique. Si vous voulez faire vous-même des biscuits aux pépites de chocolat, par exemple, vous n’auriez probablement besoin que de 7 ou 8 ingrédients pour le faire.

Mais c’est en fait une très bonne représentation de la chaîne d’approvisionnement mondiale incroyablement complexe qui existe aujourd’hui et que beaucoup d’entre nous tiennent pour acquise.

La farine, par exemple, vient probablement du Royaume-Uni. Mais une grande partie de cela, à son tour, est probablement importée d’Ukraine ou du Canada.

Le sucre dont vous avez besoin peut provenir du Brésil ou de l’Inde, mais il peut être raffiné en Roumanie ou au Portugal.

READ  Irish Publicans Celebrate Fancy Christmas in New York

Les œufs et le beurre peuvent provenir d’Irlande – mais bon nombre des grands producteurs peuvent provenir des Pays-Bas, de Pologne, de Turquie ou de Nouvelle-Zélande.

Le chocolat peut provenir de Belgique ou d’Allemagne – mais les fèves de cacao pour faire du chocolat viennent de Côte d’Ivoire ou du Ghana.

La vanille contenue dans l’extrait de vanille provenait probablement de Madagascar ou d’Indonésie, et le sel pouvait provenir de Chine, des États-Unis ou d’Inde. Le bicarbonate de soude peut également provenir de Chine ou des États-Unis.

Ainsi, tous ces ingrédients proviennent du monde entier, via d’autres sociétés basées au Royaume-Uni ou dans l’UE.

Étonnamment, ils sont facilement disponibles dans les rayons de votre supermarché moyen et à un prix qui vous permet de fabriquer un lot de biscuits à peu de frais.

Alors qu’est-ce qui n’allait pas?

Mais la chaîne d’approvisionnement incroyablement complexe a été touchée par quelques clics ces dernières années – en particulier en Irlande. La première grande sortie a été la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne.

Disons que vous ne voulez pas faire de cookies, vous voulez juste en acheter une boîte à la place.

Mais quand on pense aux grandes marques de biscuits dans les rayons de nos supermarchés, il y a de fortes chances qu’elles soient britanniques. Même certaines des grandes marques européennes vendant des produits ici fourniront à l’Irlande des barres et des biscuits fabriqués au Royaume-Uni.

Il en va de même pour les produits de marque du détaillant, dont la plupart sont généralement fabriqués sous contrat par des entreprises britanniques de biscuits.

C’était bien avant le Brexit – les produits circulaient librement dans la mer d’Irlande. Mais une fois que le Royaume-Uni a quitté l’UE, les choses se sont beaucoup compliquées.

Comment ces produits sont-ils traités maintenant ?

READ  Zendesk stock falls as earnings align with views amid survey Monkey acquisition interval URL space URL space

En vertu de l’accord sur le Brexit qui est entré en vigueur au début de l’année dernière, si vous avez un produit de fabrication britannique et que vous l’exportez vers l’UE, vous ne paierez aucun droit de douane. Il en est de même dans l’autre sens.

Mais si vous importez un produit d’un pays « tiers », puis l’exportez vers ou depuis l’Union européenne, vous payez un tarif.

C’est ce qu’on appelle les « règles d’origine ».

Mais il existe un juste milieu entre ces deux cas.

Cela signifie que si vous importez un produit d’un pays tiers et faites quelque chose pour le changer, comme le mélanger avec beaucoup d’autres choses pour créer un produit complètement nouveau, vous pourrez peut-être contourner les tarifs lorsque vous l’exportez.

Mais ce n’est pas une chose simple, et il y a des règles et des règlements assez complexes que les producteurs doivent suivre.

Donc, même si vous pouvez techniquement contourner le tarif, vous devez maintenant produire beaucoup de documents expliquant comment et pourquoi c’est le cas. Et tout cela doit être vérifié aux points d’entrée, ce qui ralentit la chaîne d’approvisionnement et ajoute du temps et des coûts à chaque livraison.

Ainsi, même si le coût des ingrédients ou de la production n’a pas changé, mettre les produits des usines britanniques sur les étagères des supermarchés irlandais coûte un peu plus cher.

Cela signifie-t-il que les biscuits irlandais sont moins chers ?

Pas vrai.

Après le Brexit, la farine britannique peut toujours être importée en franchise de droits, mais en vertu de ces « règles d’origine », un droit de douane de 172 €/tonne s’applique si plus de 15 % de cette farine provient d’ailleurs.

Le fait est que de nombreux utilisateurs de farine ici – en particulier les fabricants de pain – doivent importer de la farine avec beaucoup de blé non britannique, ils doivent donc faire face à ce tarif.

READ  Une expansion massive du magasin Cork Pines a été approuvée

Et tandis que certains ont changé de filière d’approvisionnement pour essayer de s’approvisionner en Europe continentale, Bordeaux estime qu’environ 78% de la farine qui vient ici provient toujours du Royaume-Uni.

En conséquence, le coût de tous les produits de boulangerie augmente.

Les données du CSO ne nous disent pas comment les biscuits et les gâteaux sont affectés – mais elles nous disent ce qu’il advient du prix du pain.

Si nous comparons décembre 2020, avant que la Grande-Bretagne ne quitte réellement l’UE, et juin 2021 – c’est-à-dire avant que les prix de l’énergie ne commencent vraiment à augmenter – nous pouvons voir que le prix d’une grande poêle blanche a augmenté de 5,4 % – d’environ 1,30 € à € 1.37. C’est un bond énorme en seulement six mois.

Pendant ce temps, le plat doré a augmenté de 7,5 % sur la même période, passant de 1,47 € à 1,58 €.

Et cela ne fera qu’empirer, avec des pénuries de blé liées aux conditions météorologiques au Canada et la production de l’Ukraine susceptible de chuter fortement à cause de la guerre là-bas.

Les prix augmentent-ils vraiment ?

Vous pourriez penser que vous n’avez pas remarqué beaucoup de changement dans le prix d’un paquet de biscuits. Et vous avez peut-être raison.

Mais ce qui vous manque peut-être, c’est que la boîte de cookies que vous achetez n’est plus ce qu’elle était.

En effet, de nombreuses entreprises utiliseront ce qu’on appelle la « déflation déflationniste » pour secrètement augmenter les prix.

Fondamentalement, ce qu’ils font, c’est garder le même prix mais vous en donner un peu plus – peut-être qu’il y a moins de biscuits dans l’emballage, ou que chaque biscuit est un peu plus petit qu’avant.

C’est aussi une tactique classique avec les tablettes de chocolat – certaines des grandes marques ont diminué de plus d’un quart ces dernières années alors que le coût est resté le même, voire a augmenté.