janvier 22, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Rencontrez la paire de trous noirs la plus massive jamais trouvée

Les Paire de trous noirs supermassifs les plus proches dans NGC 7727, c’était juste récemment découvert.

Le galaxie NGC 7727 montre des bras spiraux étendus : probablement le résultat d’une récente grande fusion. La présence de deux trous noirs supermassifs au sein de cette galaxie peut être un précurseur de la plus grande fusion qui s’est produite dans notre région depuis un certain temps. (Crédit : ESO Team/VST ATLAS. Remerciements : Durham University/CASU/WFAU)

À seulement 89 millions d’années-lumière, les trous noirs de masse solaire de 154 000 000 et 6 300 000 ne sont distants que de 1 600 années-lumière.

Vue rapprochée (à gauche) et plus large (à droite) du noyau central de la galaxie voisine NGC 7727. À seulement 89 millions d’années-lumière, elle abrite la paire de trous noirs supermassifs la plus proche connue, avec une séparation de 1 600 années-lumière . Nous pensons que ces trous noirs devraient fusionner d’ici quelques centaines de millions d’années. (lui attribue: ESO / Voggel et al. ; Equipe ESO/VST ATLAS. Remerciements : Université de Durham / CASU / WFAU)

Nous avons également détecté des paires de « doubles quasars », avec chacun deux trous noirs supermassifs.

Les paires de quasars présentées ci-dessus, lorsqu’elles ont été examinées en détail par le télescope spatial Hubble, ont montré qu’il n’y avait pas un seul trou noir supermassif à leur cœur, mais plutôt deux trous noirs supermassifs distants d’environ 10 000 années-lumière. C’était peut-être courant dans l’univers primitif ; L’échelle de temps de fusion de ces trous noirs devrait être inférieure à un milliard d’années, selon les estimations des auteurs de l’étude. (De : NASA, ESA, H.Hwang et N. Zakamska (Université Johns Hopkins) et Y. Shen (Université de l’Illinois, Urbana-Champaign))

Approximativement 0,1% des jeunes quasars sont par exempleOn s’attend à ce qu’elle soit régulière, avec des intervalles typiques d’environ 10 000 années-lumière.

Le rendu de cet artiste montre la lumière brillante de deux quasars au cœur de deux galaxies dans le processus de fusion chaotique. Bien que la plupart des galaxies possèdent un seul trou noir supermassif, des binaires peuvent être présents dans une grande partie des galaxies, en particulier les jeunes galaxies primitives. (lui attribue: NASA, ESA et J. Olmsted (STScI))

Jusqu’en 2015, date à laquelle VFD 1302-102‘s identifiéSeul un double trou noir supermassif a été connu.

Cette simulation montre le rayonnement émis par le système binaire de trous noirs. Bien que nous ayons détecté de nombreuses paires de trous noirs grâce aux ondes gravitationnelles, ils sont tous limités aux trous noirs d’une masse d’environ 200 masses solaires ou moins. Les objets ultra-massifs restent insaisissables jusqu’à ce qu’un détecteur d’ondes gravitationnelles primaires plus long soit créé. (crédit : Goddard Space Flight Center de la NASA)

Cette JO 287, est toujours le binaire le plus massif, à 3,5 milliards d’années-lumière.

JO 287
Cette image montre les données radiographiques (émission) et radio (ambiantes) d’OJ 287. Ce quasar face à face lumineux n’est en fait pas alimenté par un seul trou, mais par deux trous noirs supermassifs. (lui attribue: A.P. Marscher & S.G. Jorstad, ApJ, 2011 ; NASA/Chandra et Very Large Array)

Observé pour la première fois en 1887, il brille d’une double éruption tous les 12 ans.

JO 287
Cette vue du ciel vers OJ 287 montre ce qui semble être un seul point lumineux indiscernable de l’étoile. Cependant, ce n’est pas une étoile, mais plutôt un objet BL Lacertae distant de 3,5 milliards d’années-lumière, qui est maintenant connu pour être une paire de trous noirs supermassifs, dont l’un des plus grands jamais connus. (lui attribue: Ramon Naves/Observatoire de Montcabrier)

Son principal trou noir est massif : 18,35 milliards de masses solaires.

Nous mesurons généralement les trous noirs dans les masses solaires, pour les trous noirs de masse stellaire, ou en millions de masses solaires, pour les trous supermassifs. Mais certains trous noirs, comme OJ 287, couvrent des milliards de masses solaires, ce qui en fait les objets uniques les plus massifs jamais créés. (lui attribue: NASA/JPL-Caltech)

L’horizon des événements est L’orbite de Neptune est 12 fois plus grande.

JO 287
Ce graphique montre les tailles relatives des horizons des événements des deux trous noirs supermassifs en orbite l’un autour de l’autre dans le système OJ 287. Le plus grand, à 18 milliards de masses solaires, est 12 fois la taille de l’orbite de Neptune. La plus petite masse, à 150 millions de masses solaires, équivaut à la taille de l’orbite de l’astéroïde Cérès autour du Soleil. (lui attribue: NASA/JPL-Caltech/R. Hurt (IPAC))

Il a également un trou noir associé de « seulement » 150 000 000 de masses solaires.

Lorsque plusieurs trous noirs apparaissent au même voisinage les uns des autres, ils vont interagir avec leur environnement par friction dynamique. Lorsque la matière est avalée ou expulsée, les trous noirs deviennent liés par la force de gravité. Si les trous noirs sont de masses inégales, un trou plus petit perdra plus d’énergie orbitale qu’un plus grand. (lui attribue: Mark Garlick/SPL)

Une double éruption périodique se produit lorsqu’un petit trou noir perce le plus grand disque d’accrétion.

JO 287
Cette animation montre un trou noir de faible masse perçant le disque d’accrétion généré autour d’un trou noir supermassif. Lorsque le plus petit trou noir traverse le disque, une lueur apparaît. (lui attribue: NASA/JPL-Caltech)

Avec une orbite de 12 ans, elle varie de 0,05 à 0,28 années-lumière du primaire.

JO 287
Les doubles pics de l’éruption visibles depuis OJ 287 correspondent à un trou noir plus petit perçant le plus grand disque d’accrétion. La lueur peut être complètement prédite en utilisant la relativité générale d’Einstein. (lui attribue: L. Dey et al., ApJ, 2018)

Le trou noir secondaire avance de 39 degrés à chaque orbite : une confirmation remarquable des prédictions de la relativité générale.

Cette illustration montre l’introduction à l’orbite d’une planète autour du Soleil. Une très petite quantité d’a priori est due à la relativité générale dans notre système solaire ; Mercure avance de 43 secondes d’arc en un siècle, la plus grande valeur de toutes nos planètes. Le trou noir secondaire OJ 287 avance de 39 degrés par orbite, ce qui est un effet énorme ! (lui attribue: WillowW/Wikimedia Commons)

Dans seulement 10 000 ans, ces géants devraient fusionner.

Simulation numérique d’ondes gravitationnelles émises par un trou et fusion entre deux trous noirs. Les lignes colorées autour de chaque trou noir représentent l’amplitude du rayonnement gravitationnel. Les lignes bleues représentent les orbites des trous noirs et les flèches vertes représentent leurs rouleaux. La physique de la fusion binaire des trous noirs est indépendante de la masse. (lui attribue: C. Haines/Centre de recherche Ames de la NASA)

Nous espérons que l’humanité regardera quand cela arrivera.

Lisa
Avec trois détecteurs également espacés connectés aux bras laser, des changements périodiques de leur distance de séparation peuvent révéler le passage d’ondes gravitationnelles de longueurs d’onde appropriées. LISA sera le premier détecteur de l’humanité capable de détecter les ondulations spatio-temporelles des trous noirs supermassifs. (lui attribue: NASA/JPL-Caltech/NASAEA/ESA/CXC/STScl/GSFCSVS/S.Barke (CC BY 4.0))

Mostly Mute Monday raconte une histoire astronomique avec des images, des visuels et pas plus de 200 mots. taciturne; souris plus.