janvier 16, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Reprise économique française, inflation modérée l’année prochaine – banque centrale

Les gens visitent le marché de Noël le 15 décembre 2021 à Mulhouse, en France. REUTERS / Yves Herman

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

PARIS, 19 décembre (Reuters) – La banque centrale française a prédit dimanche que la croissance et l’inflation françaises ralentiraient en 2022, après quoi il y aurait une reprise plus rapide que prévu cette année, suivie d’augmentations serrées des salaires sur le marché du travail.

La Banque de France a déclaré dans ses plus récentes perspectives à long terme que la deuxième économie de la zone euro connaîtrait une croissance de 6,7% cette année, relevant ses prévisions de 6,3%.

Le rythme de l’économie post-épidémique ralentira l’année prochaine, la croissance devant ralentir à 3,6%, 2,2% en 2023 et 1,4% en 2024, a annoncé la banque centrale.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Il a également déclaré que l’inflation, tirée par la hausse des prix de l’énergie, culminerait à 3,5% d’ici la fin de cette année, avant de tomber en dessous de 2% d’ici la fin de 2022.

Par la suite, la banque centrale s’attend à ce que l’inflation soit de 1,7% en 2023-2024, ce qui est supérieur à la faible inflation observée dans les années précédant l’épidémie du gouvernement et proche des taux observés avant la crise financière de 2007-2008. dit la banque.

Alors que les problèmes actuels de la chaîne d’approvisionnement se sont atténués, les prix des produits manufacturés ont culminé l’année prochaine, avant quoi leur moyenne à long terme est revenue à près de zéro.

READ  Les rivaux présidentiels français modifient la campagne contre l'épidémie

Parallèlement, la hausse des prix des services, qui atteindront 2,7% en 2024, resserre le marché du travail, augmentant les salaires des travailleurs, reflétant la situation inflationniste observée entre 2002 et 2007, a indiqué la banque centrale.

Le chômage devrait passer d’une moyenne de 7,8% cette année à 7,7% d’ici la fin de 2024. Pendant ce temps, les salaires du secteur privé atteindront 4 % l’année prochaine, puis chuteront à 3 %, ce qui sera encore plus élevé. La décennie avant l’épidémie.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Le rapport de Le Thomas Edité par Raisa Kasolovsky

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.