octobre 2, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Sam Bennett conserve la tête dans la bataille pour le maillot vert

Sam Bennett a consolidé son avance au classement par points vendredi après que Jesus Herrada ait battu Cofides pour la victoire pour monter à la septième étape de la Vuelta a Espana, à 190 km de Camargo à Cisterna.

C’est la victoire de l’Espagnol dans la deuxième étape en simple du Grand Tour d’Espagne. Herrada a devancé Samuel Batistella (Astana Kazakhstan) et Fred Wright (Bahreïn victorieux), avec Jimmy Janssens et Harry Sweeney également dans le groupe de cinq hommes qui a terminé ensemble après avoir séparé Peloton.

Herrada a chronométré son attaque à la perfection, prenant une avance de seulement deux secondes avant de franchir la ligne à la fin de la photo pour devenir le deuxième Espagnol après Marc Soler à remporter une étape dans la course de cette année.

Bennett (Bora-Hansgrohe) avait 29 secondes de retard sur le split mais a mené Peloton en sixième et a maintenant 15 points de retard sur Mads Pedersen dans la bataille pour le maillot vert.

« C’est fou… J’ai dû être patient pendant le dernier kilomètre, pour suivre leurs roues », a déclaré Herrada (ci-dessus).

« Je savais qu’il y avait des coureurs rapides dans le groupe mais j’avais confiance en ma vitesse. Nous nous sommes battus jusqu’à la ligne et j’ai réussi à le faire.

« Nous avons très bien travaillé ensemble et avons dû donner tout ce que nous pouvions jusqu’au bout. Nous savions qu’au final, le vent pourrait jouer en notre faveur. Après la victoire de Mark, l’Espagne gagne dans la deuxième étape. »

Remco Evenepoel de QuickStep-AlphaVinyl a conservé le maillot rouge de leader, gardant le Belge 21 secondes devant Rudy Mullard.

READ  La poussée de R&A a conduit à l'absence des événements d'anniversaire de l'Open, déclare Mickelson | ouvert

« Bien sûr, c’est dommage que les équipes qui travaillaient dans le groupe ne se soient pas séparées, mais il y avait un groupe très fort devant », a déclaré Evenpoel.

« J’ai un bon avantage maintenant, donc je serai aussi content si je peux garder cet écart de temps sur le reste. Mais s’il y a une opportunité, je ne la laisserai pas passer. »

« C’est un sprint de trois semaines et entrer dans le temps d’essai a l’avantage d’être en retard. »

La huitième étape de samedi est de 154,5 kilomètres de Pula de Laviana à Colau Vankwaya.