Connect with us

Economy

Supply chain stress threatens Christmas gifts and festive foods

Published

on

Don’t tell me you’re going to say the C word? Is it too early to talk about Christmas for sure?

It isn’t, but it mostly isn’t. Supply chain issues stretching all the way from Sligo to Shanghai mean we could face a winter of discontent.

What kind of deficiency?

Anyone looking for new cars and tech will struggle with the chronic shortage of silicon chips around the world, while Ikea’s kings and queens have forecast a shortfall in Ireland of around 10 per cent this winter.

But what does any of that have to do with Christmas?

Because the next three months is when most Irish consumers spend the most money and when everything is in demand. Anyone keen to decorate their halls with the sweetest plastic might be advised to stock up soon as industry sources at home and across the Irish Sea anticipate a supermarket shortage that may not rival Soviet-era Russia but will be noticeable.

What is behind the shortage?

A hellish trio of Brexit, Covid and container shipping.

container shipping?

Costs have exceeded the ceiling. The impact of the Ever Geffen jamming in the Suez Canal earlier this year continues to be felt up and down the supply chain, while the cost of chartering containers has risen with demand over supply in many places. According to an article in The Economist this week, “the average cost of shipping a standard large container (40-foot equivalent unit, or FEU) has exceeded $10,000, four times higher than last year.”

IThe cost of the image container the only problem?

READ  L'ancienne maître de poste Paula Fennells a été démise de ses fonctions à la banque centrale

No, Covid-related closures at major ports in the Far East have significantly slowed traffic. Then there are companies that keep container ships in ports in the European Union and the United States instead of returning them empty to China, affecting traffic in the other direction.

But Santa Claus is not impressed, is he?

It would be great, and it has its own unique shipping model to rely on. However, toy makers, sellers and of course parents face challenges. This week, Smyths Toys warned people to settle themselves sooner than ever. He stressed that this year will be « particularly significant…as the lack of global freight and containers is causing supply problems in many parts of our lives. »

What is the story of the food?

We were all enjoying the summer heat wave when Marks & Spencer started pouring cold water on Christmas. And she warned that many festive foods may not make it to Ireland this year – or at least not at the scale we’re used to. Its chairman, Archie Norman, said it had already had to « cancel sales of Christmas food on demand, which is our first-class service, to Northern Ireland because we don’t know if we can get it there ».

Then this week it blamed « complicated rules and excessive paperwork » for the 800-line cutoffs in its Republic stores, including items such as chicken, orchids or Parmesan-containing goods. Meanwhile, it has closed 11 of its branches in France.

but This is just Northern Ireland, right?

wrong. M&S ships products from Scotland to Larne and from there throughout the island.

READ  Le fabricant de puces Intel investit 25 milliards de dollars dans un contrat record pour une usine en Israël

Is this the point at which Brexit enters the European Union?

Yes it is. While many retailers found Brexit challenging, it was probably more pronounced at Marks & Spencer. It’s smaller than a retail giant like Tesco and has very different suppliers to European-facing companies like Lidl and Aldi, which explains why it has more problems than most.

What is the problem?

In a recent letter to suppliers, he blamed the large number of paperwork needed to move goods from the EU to the UK and the other way, and highlighted a shortage of vets to conduct basic checks.

How complicated could that be? It’s just a few shapes sure?

Because of the strict rules imposed on the import of fresh food into the European Union, the correct documentation for every product in every shipment must be present and correct. An M&S truck may contain 700 products and if there is a problem with paperwork on only one of these products, the entire shipment will be refused entry into Ireland.

M&S has to fill out about 40,000 pieces of paper each week. Since a lot of inventory is perishable, stocks cannot accumulate in warehouses here, and this can lead to significant disruption and gaps on the shelves.

What kind of size are we talking about?

Marks & Spencer sends 450 trucks from Scotland to Ireland every week and every product in every truck requires a corresponding piece of paper – the processes aren’t digital – every time. And each « I » and each cross « T » must be dotted, in the correct manner and with the appropriate colored ink.

READ  La Réserve fédérale américaine enregistre la plus forte hausse de taux d'intérêt depuis 1994

But what can be done to improve it?

Perhaps the system could be completely digital and use instant checks instead of checking every truck every day. M&S is making more products available in Ireland – obviously good news for the economy here – and becoming more adept at identifying problematic products.

But it’s not just Marks & Spencer, is it?

No, there are problems across the entire UK food supply chain – and we do a lot of business there. Food and Drink Association chief executive Ian Wright said – not that – that the shortage of truck drivers and staff across the supply chain, Brexit and Covid mean the disruption « will only get worse and not get better » after it gets worse anytime soon ».

Toymakers, sellers and of course parents will face challenges this Christmas. Photo: iStock

Enough over there, how about here?

According to TU Dublin retail expert and academic Damian O’Reilly, food in Ireland never goes out of style.

Well, that’s good news, isn’t it?

Yes, but we are facing a constant wave of shortages in some areas and we can look forward to higher prices across some lines. « There are some products that are not as readily available as they used to be, » O’Reilly says. « But we can have alternatives, so we don’t lack anything fundamental, we’ve seen increases – flour, which is imported from Britain and made using ingredients sourced from Canada, is up 9 per cent because it is subject to additional tariffs.

« Coffee, chocolate and cocoa products are on the rise due to the sharp rise in commodity prices and the price of other products will rise due to supply chain problems. »

How much are prices likely to go up?

It depends on the products and where they come from, but we’re facing a period of food price inflation, with more and more food and agriculture companies saying they’ve seen prices go up, which will inevitably pass on to us. A recent report by the accounting and professional services firm Ifac said the increase in costs, ranging from transportation, energy, raw materials and packaging, is « a problem that – in some cases – could contribute to food price inflation in the coming months ».

Meanwhile, inflationary pressure in the Irish economy is now at its highest level in more than a decade, and according to the latest figures from the Central Statistics Office, the inflation rate is at 2.8 per cent.

So where do we go from here?

When it comes to food supplies, it is in the best interest of retailers to resolve the issues soon. But systemic problems will remain and much will depend on how the UK-EU relationship develops in the coming months. And it does not rule out another epidemic, an exacerbation of the current epidemic or even a large boat slipping in a large channel. So who will say for sure what will happen next?

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Un ex-avocat sort de la faillite après près de sept ans – Irish Times

Published

on

Un ex-avocat sort de la faillite après près de sept ans – Irish Times

La Cour suprême a décidé d’exempter de faillite un ancien avocat.

En novembre 2017, le tribunal a déclaré John Tobin en faillite à la suite d’une assignation délivrée par le fisc après avoir obtenu des jugements à son encontre pour un montant de 405 808 €.

Il était prévu qu’elle soit libérée de sa faillite en 2018.

Cependant, il est resté en faillite après que l’administrateur en charge de son dossier de faillite, le cessionnaire officiel (OA), a demandé à la Haute Cour en 2021 une prolongation en raison du prétendu manquement de M. Tobin à coopérer pleinement concernant ses actifs.

L’OA a obtenu une ordonnance de la Cour suprême prolongeant la faillite sur une base temporaire en attendant la décision sur les demandes de prolongation de la faillite et d’ordonnance de paiement de la faillite. Il a également fait appel de la décision de la Cour suprême de 2017.

La Cour d’appel et la Cour suprême ont rejeté ses appels.

L’affaire a été portée devant le juge Mark Sanfey lundi, à qui Edward Farrelly, au nom de l’OA, a déclaré que les parties avaient réglé l’affaire après des discussions approfondies en dehors du tribunal.

L’ensemble du processus de faillite a duré plus longtemps que prévu, a déclaré l’avocat.

Cependant, son client était satisfait de l’entente de règlement et souhaitait que le tribunal annule ses demandes de prolongation de la faillite de M. Tobin.

L’avocat a ajouté que les autres parties concernées, y compris le ministère du Revenu, ne s’étaient pas opposées à l’accord de règlement.

Le tribunal pourrait également formellement libérer M. Tobin, dont l’adresse est Cornmarket, Robert Street, Limerick, de sa faillite, a indiqué l’avocat.

READ  Qu’est-ce qui a offert un rendement plus élevé au cours de la dernière décennie : Bitcoin ou une maison à Londres ?

Le juge a noté que dans le cadre du règlement, M. Tobin apporterait une contribution financière à sa succession en cas de faillite et qu’il avait également fourni à l’OA des documents et informations supplémentaires.

Le juge a déclaré que cela serait bénéfique pour les créanciers de Tobin.

Le tribunal s’est contenté de radier les réclamations de l’OA et de rendre une ordonnance formelle permettant à M. Tobin de sortir de la faillite.

Continue Reading

Economy

La grève d’Aer Lingus semble « inévitable » après que les pilotes ont de nouveau voté en faveur d’une action revendicative – Irish Times

Published

on

La grève d’Aer Lingus semble « inévitable » après que les pilotes ont de nouveau voté en faveur d’une action revendicative – Irish Times

Les vacanciers irlandais seront confrontés à des grèves « presque inévitables » chez Aer Lingus dans les semaines à venir après que les pilotes ont voté massivement en faveur d’une action revendicative dans le cadre de leur campagne en faveur d’une augmentation de salaire de 20 pour cent.

L’Association irlandaise des pilotes de ligne (Ialpa) a confirmé lundi que la quasi-totalité des 668 membres qui ont voté pendant trois jours lors du scrutin ont soutenu une grève équivalant à une grève.

Les observateurs affirment que les grèves sont « presque inévitables » en conséquence, peut-être avant la fin juin, car il y a peu de signes d’un rétrécissement de l’écart entre les deux parties, tandis que le syndicat a indiqué plus tôt ce mois-ci que ses membres retireraient leurs travailleurs si nécessaire.

Une série de grèves d’une journée semble être la solution la plus probable pour eux, même s’ils ont la possibilité de travailler sur la gouvernance, c’est-à-dire de respecter strictement les conditions d’emploi. Cela pourrait entraîner des perturbations ou des annulations de vols, car cela limiterait les ressources de la compagnie aérienne pendant la période la plus chargée de l’année.

Bien que le calendrier de toute action ne soit pas clair, le syndicat a pu fournir un préavis après avoir formé un comité de règlement des différends et suivi d’autres procédures qui seront probablement achevées mardi matin.

Ialpa doit donner un préavis d’au moins sept jours avant toute action revendicative. Un porte-parole de la compagnie a déclaré qu’elle étudiait une demande d’Aer Lingus visant à obtenir un préavis de 15 jours. Selon le syndicat, la compagnie aérienne cherche à éviter de verser des indemnisations aux passagers suite à des annulations de vols.

READ  L'ancienne maître de poste Paula Fennells a été démise de ses fonctions à la banque centrale

Aer Lingus confirme que le délai de préavis de 15 jours lui donnera plus de temps pour prendre d’autres dispositions pour les clients.

Le porte-parole a ajouté qu’Etihad étudierait l’impact sur les passagers et la compagnie aérienne, ainsi que d’autres considérations, avant de décider de la prochaine étape.

Les pilotes demandent une augmentation de salaire d’environ 24 pour cent pour compenser l’augmentation du coût de la vie depuis la fin de la pandémie et pour aligner les salaires sur ceux d’autres compagnies aériennes, dont British Airways, qui fait partie avec Aer Lingus du groupe aérien international.

Le capitaine Mark Tighe, président de Yalpa, a qualifié le vote de « réaffirmation étonnante de notre mandat d’action revendicative en vue d’une proposition salariale significative ».

Le syndicat a organisé un scrutin papier ce week-end après qu’Aer Lingus ait contesté la validité d’un vote numérique organisé la semaine dernière.

Seuls six des 668 pilotes ayant participé au dernier scrutin se sont opposés à la grève tandis que deux ont annulé leurs papiers.

Le capitaine Tighe a ajouté que l’intervention d’Aer Lingus avait encore plus contrarié les pilotes. « Ils sont désormais plus déterminés que jamais », a-t-il ajouté.

Aer Lingus a averti que toute décision de l’Ialpa de donner un préavis d’action revendicative perturberait considérablement les passagers et les autres travailleurs de la compagnie aérienne. « Ialpa a rejeté les conclusions de deux processus indépendants qui cherchaient à résoudre le problème de la rémunération des pilotes chez Aer Lingus – le rapport du Pilot Pay Tribunal et la recommandation provisoire du Tribunal du travail », a indiqué la compagnie dans un communiqué.

READ  La guerre laisse les fabricants de fragilité à la recherche d'alternatives à l'huile de tournesol alors que les hausses de prix se profilent

Le syndicat a également rejeté les offres de poursuivre les négociations et de rechercher le soutien de la Commission des relations sur le lieu de travail de l’État, a ajouté la compagnie aérienne.

Le mois dernier, le tribunal du travail a recommandé aux pilotes d’accepter des augmentations de 9,25 pour cent et de poursuivre les négociations avec la compagnie aérienne sur les questions en suspens. Elle a souligné que l’écart entre les deux parties était « énorme ».

Aer Lingus affirme que les augmentations versées dans le cadre des salaires des pilotes ont entraîné une augmentation de leurs salaires de 23 pour cent depuis 2019. Cependant, le syndicat rejette cette affirmation et souligne que la compagnie aérienne a réalisé un bénéfice de 225 millions d’euros l’année dernière.

Continue Reading

Economy

Aucun amour fraternel n’a été perdu pour le Claddagh Ring alors que la querelle a tourné au vinaigre

Published

on

Aucun amour fraternel n’a été perdu pour le Claddagh Ring alors que la querelle a tourné au vinaigre

Une querelle amère et de longue date entre deux frères, dont l’entreprise familiale vend des bijoux, dont la célèbre bague de Claddagh, a menacé de voir leurs parents expulsés de leur maison espagnole.

Les frères Andrew et Philip Fried étaient actionnaires de Claddagh Jewellers, qui possède des magasins à Galway et Dublin ainsi que des ventes en ligne, lorsqu’ils ont intenté une première action en justice l’un contre l’autre en 2019.

le une entreprisequi a commencé ses activités en 1967, se présentait comme « la maison de la bague de Claddagh originale » et réalisait un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros par an.

Entre autres allégations, Andrew Fried, de Leac Lian, Barna, Co. Galway, en vain que son frère avait tenté d’interférer et de contrecarrer les affaires de l’entreprise, compromettant ainsi sa capacité à fonctionner efficacement.

Bague de Claddagh. Photo : Shutterstock

Pendant ce temps, Philip Fried de Thornberry, Barna, Co., a affirmé Galway est l’unique propriétaire de la marque Claddagh Jewelers.

Le juge Liam Kennedy a déclaré cette semaine qu’il devait faire face à « la dernière série de poursuites découlant de litiges impliquant une entreprise familiale ».

Il a déclaré qu’il espérait que sa décision encouragerait les parties à s’engager de manière constructive et éviterait une nouvelle escalade, qui autrement entraînerait de nouveaux litiges préjudiciables et coûteux, impliquant potentiellement des générations, des juridictions et d’autres parties, au détriment potentiel de toutes les parties concernées.

Mais il a ajouté : « Malheureusement, l’histoire de la question n’incite pas à l’optimisme ».

(Barna dans le comté de Galway).  Photo : Shutterstock
(Barna dans le comté de Galway). Photo : Shutterstock

Le juge Kennedy a déclaré que Philip Fried affirme désormais qu’Andrew Fried et son épouse Felicity ont violé l’accord de règlement qu’ils ont conclu avec lui en décembre 2020.

READ  Les bus de Dublin se plaignent d'avoir des normes de ponctualité plus élevées que les services ferroviaires - The Irish Times

Cet accord a mis fin à la participation d’Andrew Fried dans l’entreprise et à d’autres intérêts communs.

Philip Fried a affirmé avoir violé l’accord en ne transférant pas de villa en Espagne à Janice, sa mère et Andrew.

En outre, ils auraient coupé l’approvisionnement en eau de la villa et menacé de demander l’expulsion de sa mère et de son père.

La villa a été achetée par Janice et son mari dans les années 1970, lorsqu’ils ont décidé d’émigrer en Espagne.

Bague de Claddagh.  Photo : Shutterstock
Bague de Claddagh. Photo : Shutterstock

Ils vendent leur maison à Dublin pour acheter un terrain à Malaga et financer la construction d’une villa, et s’y installent en 1975.

« Au cours du demi-siècle suivant, ils ont passé du temps entre la villa et d’autres endroits, notamment Londres et Galway, où ils ont créé une entreprise », a déclaré le juge.

« Après avoir vendu leur maison à Londres en 2012, ils partagent leur temps entre la villa et Galway, dans le but de prendre leur retraite dans la villa de Malaga. »

La villa était à l’origine au nom de la mère, mais en 2012, elle l’a cédée à une société espagnole, Villas Adelfas sl, dont les parents sont copropriétaires.

Les parents ont ensuite transféré la propriété de l’entreprise espagnole à leurs deux fils, à parts égales, tandis qu’ils ont continué à vivre et à profiter de la villa. Andrew Fried a transféré sa part en 2020 à ses deux enfants, Felicity, alors âgés de 13 et 10 ans.

Málaga en Espagne.  Photo : Shutterstock
Málaga en Espagne. Photo : Shutterstock

Le juge a déclaré que les termes d’un accord de règlement conclu en décembre de la même année avaient conduit à la restitution de la villa à la mère des hommes.

READ  L'ancienne maître de poste Paula Fennells a été démise de ses fonctions à la banque centrale

Andrew Fried et sa femme ont déclaré que cela n’était pas possible, car les enfants possédaient désormais la part.

Cependant, Philip Fried a affirmé que le transfert d’argent aux enfants « était une imposture », a déclaré le juge, « et visait à rendre les actifs hors de portée ».

Le transfert a été effectué cinq jours avant l’audience prévue du procès initial d’Andrew Fried.

Le juge a déclaré : « L’observateur ne devrait pas être d’humeur indûment cynique en demandant si le demandeur [Andrew Fried’s] Il ne fait aucun doute que l’amour et l’affection envers ses descendants étaient la principale raison de ce don généreux à cette époque.

Le juge Kennedy a déclaré que toute mesure qu’il prendrait maintenant serait de garantir que les parents restent vivant dans la villa.

Il a déclaré que la mère des hommes avait témoigné dans une déclaration sous serment de la détresse qu’elle avait subie en raison de la menace potentielle d’expulsion de son domicile espagnol.

Le juge a noté : « Bien que l’accord prévoyait le transfert de propriété de la villa à la mère, le transfert n’a pas eu lieu après près de 42 mois. »

Le juge Kennedy a déclaré qu’Andrew Fried et son épouse ont nié toute violation du règlement et ont nié avoir fait de leur mieux.

« Ils disent qu’ils ne peuvent pas ordonner à l’entreprise de déménager la villa parce que la participation majoritaire dans l’entreprise espagnole est désormais entre les mains des enfants », a déclaré le juge Kennedy.

Le juge a déclaré qu’il ne disposait pas encore de preuves pour déterminer s’il était légalement possible de transférer la propriété de la villa aux parents.

READ  Les remboursements hypothécaires peuvent augmenter jusqu'à 300 euros par mois

Il a déclaré qu’il émettrait une injonction, en attendant une audience complète sur l’affaire.

Il a déclaré que l’injonction empêcherait les parents d’être expulsés de la villa et mettrait un terme à toute mesure supplémentaire susceptible d’entraver l’accord de règlement initial.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023