Connect with us

Economy

Supporting wage cuts will be full of risks

Published

on

Think back to the beginning of the pandemic and the focus was all on getting life support equipment.

Amidst the massive demand, there was a shortage of ventilators globally and they were badly needed to keep the sickest patients with Covid alive.

In the business world here, various types of life support devices were also needed, as companies whose turnover had collapsed needed an urgent cash infusion to survive and keep their employees.

The Temporary Wage Support Scheme (TWSS) and its subsequent successor, the Employment Wage Support Scheme (EWSS), were quickly introduced as a vital mechanism for maintaining the relationship between once weak but viable firms, and their employees intact.

Without these schemes, hundreds of thousands of additional workers would have been laid off, and they would have joined hundreds of thousands more who were receiving Pandemic Unemployment Payments (PUP).

By offering wage subsidies, communications between tens of thousands of employers and their employees did not break, leaving them in a better position to recover when it finally started.

In all, over the 16 months of its existence, EWSS has been withdrawn by 51,500 employers and used to pay a total of 670,800 employees.

During the last full month of September, 27,200 companies were still using the system, and 309,900 workers benefited from it.

The cost of the scheme was huge though. €5.087 billion was the bill so far, plus another €804 million in PRSI.

Given that it is borrowed money, it is clear that it cannot continue indefinitely.

So the government explained in Tuesday’s budget when and how the EWSS will retire, in a phased manner that avoids the so-called brink.

READ  Des enfants coincés au premier étage au-dessus d'un ascenseur en panne

The scheme will be extended until the end of April and will continue at current rates for October and November, but will be reduced to a two rate structure during December, January and February.

In March and April, it will be reduced to a flat rate support of €100 and no new entrants will be able to join after January 1.

The estimated cost of the extension from November to the end of April is around €1.26 billion.

The structure provides a clear and certain sliding path for the EWSS, providing employers with a view of what’s ahead.

However, this is unlikely to make the disappearance of the system for many companies or their employees easier.

According to an analysis of job seekers’ forecasts conducted by the Department of Public Expenditure and Reform which has been completed and published as part of 2022 budgetOn average, up to 220,000 employees will continue to be supported by the EWSS until it stops in April.

This is a large number of employees who, if the recovery doesn’t go well now and then for their employer, are likely to find themselves out of work in the spring when the plug is pulled.

The partition analysis is not clear about the implications – nor can it be.

The LR [Live Register] The implications of closing the EWSS are uncertain, as these effects will be contingent on the overall financial health of the unknown enterprise base.”

But it nonetheless predicts that even if a quarter of those 220,000 employees lose their jobs and end up on the direct record (remember the PUP disappeared in February), the additional cost to the welfare budget would be €385 million if they remained in service. until the end of 2022.

READ  Tyson Foods rappelle 30 000 livres de poulet « Fun Nuggets » après que des clients ont trouvé du métal à l'intérieur et qu'une personne a subi une « blessure à la bouche ».

If the number halves, the cost associated with it will be 771 million euros.

The author, Niall Hickey, acknowledges that this illustration is simple because it seems unlikely that this many EWSS employees will move to the Live Register when the program closes, particularly at one time.

“In addition, the assumption that this population will remain in LR, and will not benefit from the expected improvement in the labor market in 2022, seems unlikely,” he writes.

However, it does illustrate the huge potential impact that termination of EWSS can have on the workers whose jobs depend on it.

However, the analysis does not extend to looking at the impact on the companies themselves.

But there is widespread fear among politicians, officials, economists and business leaders, that the end of early warning and forbearance and a parallel reduction in creditor tolerance as the economy recovers, could spell the end of many businesses as well.

So far, the level of business failure that has occurred during the pandemic has been remarkably low.

On Monday, Deloitte reported a 36% decrease in corporate bankruptcies for the year so far, compared to the same period in 2020.

However, there are initial signs that the trend may be changing, as Deloitte found that during the third quarter of the year, the number of insolvencies rose 88% to 109 compared to the second quarter.

« While there was a significant increase in insolvency activity between the second and third quarters, it is clear that the full impact of Covid-19 restrictions on the Irish economy has yet to materialize in terms of the total number of corporate bankruptcies, » the advisory said. .

READ  Chaos des voyages alors que plus de 100 vols irlandais sont annulés après une erreur du contrôle aérien britannique

According to Deloitte, “With the expected removal of government subsidies after the end of the year and beyond, the first half of 2022 may begin to reveal the real economic impact on the SME sector.”

The latest revenue numbers on EWSS receivers provide some insight into where the storm could be worse.

Not surprisingly, 19% of all EWSS employers are in the accommodation and food services sector, followed by 14% in wholesale and retail trade and 11% in construction.

But when you look at the numbers of employees who rely on the EWSS system, 35% of them work in accommodation and food services.

Geographically, outside of the roughly one-third of Dublin-based employers and employees, the rest is well spread across the country.

In other words, when the EWSS ends, the impact will likely be felt by every county.

All this is additional food for thought as the government prepares to decide whether or not to lift restrictions entirely on Friday.

Businesses that are able to trade normally over the coming months will have a better fighting chance when the EWSS is removed next April.

But if they are operating with one hand tied behind their back for additional weeks or months, they will still be weak and perhaps less willing to stand on their own two feet.

Many people have difficult choices.


Read more business stories

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Plus de 150 emplois prévus pour la réouverture des mines de Tara – The Irish Times

Published

on

Plus de 150 emplois prévus pour la réouverture des mines de Tara – The Irish Times

Environ 160 emplois devraient être supprimés à Tara Mines dans le cadre d'un accord proposé entre le propriétaire suédois de l'installation et les syndicats représentant les travailleurs de l'entreprise, qui verrait la réouverture progressive du site.

Les termes de l'accord, conclu tôt mercredi matin à la Commission des relations du travail, stipulent que toute perte d'emploi se fera sur une base volontaire. La production dans l’usine de Co Meath appartenant à Boliden a été arrêtée en juillet dernier, avec 650 travailleurs temporairement licenciés après ce que l’entreprise a qualifié de « pertes financières importantes et insoutenables » dans un contexte de chute des prix mondiaux du zinc.

Au moins 50 personnes auraient pris leur retraite ou pris une retraite anticipée au cours des neuf derniers mois.

L'accord récemment en cours devrait stipuler des conditions de cinq semaines de salaire pour chaque année de service, y compris les avantages légaux, pour les employés qui acceptent d'être licenciés. Il est également entendu qu'il apporte des garanties concernant le maintien des niveaux de salaires actuels et certaines garanties concernant le recours futur à la main-d'œuvre directe vis-à-vis de sous-traitants externes.

Au moins 160 employés contractuels travaillaient dans l'installation au moment de sa fermeture temporaire.

L'intention est désormais de commencer à rouvrir l'établissement à partir de juin, même si aucune date définitive n'a encore été fixée.

La société a cherché à apporter un large éventail de changements aux pratiques de travail à la mine en modifiant les horaires de travail et les horaires, et il est entendu que certains de ces changements ont été intégrés dans le nouvel accord.

READ  Tyson Foods rappelle 30 000 livres de poulet « Fun Nuggets » après que des clients ont trouvé du métal à l'intérieur et qu'une personne a subi une « blessure à la bouche ».

Les termes de l'accord sont encore en cours de finalisation par les responsables du WRC mercredi matin mais devraient être signés par les deux parties. Il sera soumis aux superviseurs d'atelier de la mine au début de la semaine prochaine avant d'être voté par tous les différents membres du syndicat, mais il est entendu qu'il sera recommandé par les responsables de Siptu, Unite et Connect.

Dans une lettre envoyée au personnel mercredi matin et consultée par l'Irish Times, Poliden a déclaré que les propositions, si elles étaient acceptées, permettraient la réouverture de la mine et le retour progressif du personnel. Toutefois, il a déclaré que les propositions entraîneraient des changements dans l'exploitation de la mine, dont les détails devraient être partagés avec les employés dans les prochains jours.

Unite, Siptu et Boliden ont été contactés pour commentaires.

Plus tôt cette année, une guerre des mots a éclaté entre les représentants des travailleurs et Boliden après que la multinationale suédoise a proposé un plan de sauvetage qui, selon Unite, réduirait de manière permanente la main-d'œuvre de la mine de plus d'un tiers et modifierait considérablement les termes et conditions des travailleurs restants. .

« Les syndicats ont présenté des propositions réalistes qui auraient pu aboutir à des économies significatives tout en protégeant les emplois et le niveau de vie, mais elles ont été ignorées et l'entreprise adopte désormais une approche de « coupe et brûlage » en ce qui concerne les emplois, les salaires et les conditions de travail des travailleurs », a-t-il déclaré. dit. La secrétaire générale de l'ONU, Sharon Graham, a déclaré dans un communiqué. « Le comportement de Boliden est totalement inacceptable et à moins que l’entreprise ne change sa position, le gouvernement doit intervenir pour assurer l’avenir de la mine. »

READ  The EuroMillions player took home €67 million while the lucky Irish ticket holder won big prizes

Unite a accusé Bulliden de revenir sur les termes et conditions des travailleurs restants et a déclaré que le gouvernement devait intervenir pour garantir « de bons emplois et de bonnes compétences » à la mine Co. Meath à moins que l'entreprise ne retire ses propositions.

Tara Mines a par la suite signalé une baisse de 61 pour cent de ses revenus l'année dernière, en raison de la baisse des prix du zinc, de la baisse des qualités des métaux, de la faiblesse du dollar américain et de la baisse de la production due à la suspension des opérations.

Les syndicats avaient précédemment demandé une intervention gouvernementale majeure pour soutenir la mine face à ce qui était considéré comme des problèmes de coûts temporaires liés au prix international du zinc et à la hausse des prix de l'énergie à la mine en raison de la hausse des prix du pétrole et du gaz en 2016 suite à l'invasion russe de l'Ukraine. .

Continue Reading

Economy

C'est de l'inflation, c'est stupide : pourquoi « secouer » nuit à Biden – malgré l'économie enviable de l'Europe | Actualité économique

Published

on

C'est de l'inflation, c'est stupide : pourquoi « secouer » nuit à Biden – malgré l'économie enviable de l'Europe |  Actualité économique

Les États-Unis devraient connaître une croissance économique supérieure à celle de presque toutes les autres grandes économies. Mais l’administration de Joe Biden n’est pas appréciée des électeurs. Ed Conway voyage à travers un état charnière pour découvrir pourquoi.

par Ed Conway, éditeur d'économie et de données @EdConwaySky


Mardi 16 avril 2024 à 20h40, Royaume-Uni

Dans ces circonstances, les chiffres ne pourraient pas être meilleurs.

Il y a un an ou deux, l’opinion dominante était que l’Amérique était confrontée à une récession massive.

Au lieu de cela, selon les dernières données du Fonds monétaire international, les États-Unis ont surperformé presque toutes les autres grandes économies du monde (y compris… Chine).

dedans Dernier rapport sur les Perspectives de l'économie mondiale – le groupe de prévision international le plus étroitement surveillé – il a placé la barre plus haut pour les États-Unis que pour presque toutes les autres grandes économies.

D’un point de vue européen, il y a de nombreuses raisons d’envier les récentes performances américaines (la plupart des pays européens, y compris le Royaume-Uni, ont vu le FMI abaisser ses prévisions de croissance).

Mais voici l'énigme. Malgré cette économie relativement forte, et même si le pic d'inflation a été inférieur à celui de la plupart des pays européens (en particulier le Royaume-Uni), la confiance des consommateurs américains reste stagnante.

Les Européens ne sont pas les seuls à trouver cela déroutant. La Maison Blanche aussi.


image:
La Maison Blanche craint que les électeurs ne s’attribuent pas le mérite de la vigueur de l’économie. Photo : Reuters

Ils ont injecté de l'argent dans le secteur manufacturier au moment où il en avait besoin, par le biais d'une série de programmes coûteux, notamment le CHIPS Act (pour ramener la fabrication de semi-conducteurs au pays) et le Inflation Control Act (pour encourager les entreprises de technologies vertes à créer des usines aux États-Unis). ). nous).

READ  Tyson Foods rappelle 30 000 livres de poulet « Fun Nuggets » après que des clients ont trouvé du métal à l'intérieur et qu'une personne a subi une « blessure à la bouche ».

L’idée était qu’au plus profond de la pandémie, l’Amérique serait capable de « reconstruire en mieux ». Biden Il imitera Franklin Roosevelt et son New Deal dans les années 1930.

La plupart des statistiques conventionnelles indiquent que cette stratégie commence à porter ses fruits. L'emploi dans le secteur manufacturier est en hausse ; Les usines se construisent au rythme le plus rapide de l’histoire moderne. Et le PIB – la mesure la plus complète de la production – est en hausse. Contrairement au Royaume-Uni En Allemagne, il n’y a pas eu de récession.

Alors pourquoi la confiance des consommateurs est-elle devenue si faible ? Pourquoi les taux d’approbation de Biden – la principale référence dans les sondages pour un dirigeant américain – sont-ils tellement inférieurs à ceux de n’importe lequel de ses prédécesseurs à ce stade de leur mandat ?

Voyager PennsylvanieComme nous l’avons fait ces derniers jours, face à toutes sortes d’explications.

Suivez Sky News sur WhatsApp

Tenez-vous au courant des dernières nouvelles du Royaume-Uni et du monde entier en suivant Sky News

cliquer ici

C'est de l'inflation, stupide

Les banques alimentaires sont de plus en plus fréquentées. Même si certaines entreprises commencent à voir affluer des fonds fédéraux, de nombreux programmes sont encore en phase d’approbation. L'argent n'est pas encore arrivé.

Mais surtout, on entend une réponse récurrente : c'est Coût de la vie. Il s'agit des prix de la nourriture, du prix de l'essence, des loyers.

Il y a aussi un grand écart ici entre la vie à travers le prisme économique et la vie que nous vivons dans la rue principale dans des endroits comme Bethléem, une vieille ville sidérurgique qui tente de revitaliser son économie.

READ  Pfizer plans to produce up to 100 million doses of Omicron's new Covid vaccine by spring

Parlez à un économiste et il vous le rappellera Inflation économique – Le rythme auquel les prix ont changé au cours de l'année écoulée commence enfin à baisser. Mais même si cela est statistiquement vrai, cela ignore certaines réalités pratiques.

Premièrement, les prix ne baissent pas ; Ils augmentent un peu moins vite qu’auparavant. La pression n'a pas disparu.

Deuxièmement, alors que les économistes se concentrent souvent sur l’évolution de l’IPC au cours de l’année écoulée (3,5 % en mars), ce que le reste de la population remarque, c’est l’évolution des prix sur une période plus longue.

Au cours des deux dernières années, les prix ont augmenté d'environ 9 %. Sur trois ans, il a augmenté de 18 %.

En d’autres termes, l’explication des « sautes d’humeur », comme les économistes les appellent (pas de récession officielle mais le sentiment est mauvais), peut en réalité être assez simple : c’est l’inflation, stupide.


image:
Pour résumer ce qui intéresse les électeurs, un conseiller de Bill Clinton a dit un jour : « C'est l'économie, stupide » lors de la campagne électorale américaine dans les années 1990. Photo : Reuters

Il s'agit d'une édition limitée de l'histoire, donc malheureusement ce contenu n'est pas disponible.

Débloquez la version complète

En Pennsylvanie, peut-être l’État swing le plus critique des États-Unis, la question est de savoir si Donald Trump Il peut profiter de ce mécontentement pour convaincre les citoyens qui l'ont abandonné la dernière fois.

Pendant ce temps, la Maison Blanche de Biden attend son heure, espérant que les manuels économiques du New Deal qu’ils ont suivis pour injecter de l’argent dans l’économie sont vraiment fiables.

READ  What are the "must-win" lotto jackpot chances?

Continue Reading

Economy

Trois anciens dirigeants d'Aryzta se joignent à l'ancien PDG pour poursuivre le groupe de boulangerie – The Irish Times

Published

on

Trois anciens dirigeants d'Aryzta se joignent à l'ancien PDG pour poursuivre le groupe de boulangerie – The Irish Times

Trois anciens dirigeants d'Aryzta ont rejoint son ancien PDG Kevin Toland pour intenter des poursuites judiciaires contre le groupe suisse-irlandais de produits de boulangerie suite à leur sortie fin 2020.

Ils comprennent l'ancien PDG d'Aryzta en Europe Gregory Sklekas, le directeur des ressources humaines Tony Murphy et l'ancien directeur commercial d'Aryzta Amérique du Nord John Heffernan, selon des documents déposés au tribunal cette semaine.

Les quatre hommes intentent une action en justice pour « exécution spécifique », selon les archives judiciaires, qui indiquent qu'ils demandent une indemnisation pour les montants auxquels ils prétendent avoir droit contractuellement.

Les quatre hommes ont quitté Arzetta fin 2020 après un coup d'État au sein du conseil d'administration qui a vu Urs Jordi, un dirigeant suisse de l'industrie alimentaire, prendre la présidence en septembre de la même année, avant de devenir PDG par intérim deux mois plus tard après le départ de Toland de l'entreprise.

Aryzta est surtout connu en Irlande en tant que propriétaire de la marque Cuisine de France. Elle fournit des produits de boulangerie à des clients allant des magasins McDonald's et Subway à Lidl, Aldi et Donnie's.

Un porte-parole d'Arizta a refusé de commenter ces cas, qui en sont encore à leurs premiers stades. Donal Spring du cabinet d'avocats Daniel Spring & Co., qui représente chacun des quatre hommes, n'était pas disponible pour commenter mercredi matin.

Toland a quitté l'entreprise avec effet immédiat le 19 novembre 2020, un mois après le retrait d'un des prétendants du groupe, le hedge fund Elliott Management, courtisé par le précédent conseil d'administration. Jordi avait clairement indiqué dès le début de son mandat que l'entreprise ne devait pas être vendue à ce stade, mais plutôt restructurée.

READ  Chaos des voyages alors que plus de 100 vols irlandais sont annulés après une erreur du contrôle aérien britannique

Elliott a fait une offre à 0,8 franc suisse (82 centimes d'euro) par action. Le titre a rebondi depuis à 1,64 franc, aidé par des ventes d'actifs non stratégiques, un rebond des bénéfices et une réduction de son endettement pour lui donner une valeur marchande de 1,62 milliard de francs (1,67 milliard d'euros).

M. Sklekas est aujourd'hui PDG du service postal public grec ELTA Hellenic Post. M. Murphy est directeur des ressources humaines par intérim du service de livraison de nourriture en ligne Deliveroo, basé au Royaume-Uni. M. Heffernan est directeur général de l'unité irlandaise de Valeo Foods, propriétaire de marques allant de Jacob's Biscuits à la pâtisserie italienne Balconi.

M. Toland a été nommé président de Gas Networks Ireland fin 2022. Ses autres postes actuels au sein de la société incluent des postes d'administrateur non exécutif chez Dole plc, cotée à New York, Bewley's Limited et Invert Robotics, qui a développé des robots grimpeurs souvent utilisés dans des environnements dangereux ou dangereux. zones difficiles à obtenir. – Accès aux environnements.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023