Connect with us

sport

Un but tardif condamne l’Irlande à une défaite amicale face à la Norvège

Published

on

Un but tardif condamne l’Irlande à une défaite amicale face à la Norvège

République d’Irlande 1

Norvège 2

STEPHEN KENNY’S IRELAND est une équipe qui sonnera à jamais la cloche d’une occasion.

C’est un bon trait quand c’est lourd et que l’adversaire est de haut niveau, bien que ce soit beaucoup moins le cas lors d’une nuit glaciale comme celle-ci. Ils sont bien meilleurs pour nourrir une foule qu’ils ne sont nourris : quand l’Irlande ne se montre pas à la hauteur, elle la noie.

C’était une idole sympathique et sans fioritures à l’extrémité Pictane de l’échelle; Elle a joué dans l’ombre de la Coupe du monde dans une fenêtre non autorisée avec sa star soi-disant pas assez ennuyée pour même la regarder à la télévision. C’était le genre de diffuseurs de jeux qui soumissionneraient lors de la prochaine vente aux enchères des droits de l’UEFA Nations League.

Le fait qu’Erling Haaland n’ait pas voyagé a entraîné une vidange électrique du stade avant le match, et une première mi-temps endormie a été ponctuée par la Norvège qui a pris les devants juste avant sa conclusion. L’Irlande s’est déplacée pour forcer l’égalisation au milieu de la seconde mi-temps, mais une fois qu’elle a réussi, elle est retombée dans son sommeil, essayant de perdre le match sur un but tardif du remplaçant Ohi Omoijuanfo. Il venait encore d’un groupe simple.

En théorie, il s’agissait d’une modification du rendez-vous des éliminatoires de l’Euro 2024 avec la France malgré l’ambiance blanchie à la chaux, le rythme ennuyeux et l’absence de prétendants au Ballon d’Or sur la feuille d’équipe adverse, ce qui signifie que cela n’a aucune incidence sur tout ce qui l’attend. . mars prochain.

READ  Manchester United a été durement touché par Brentford pour déclencher une crise complète

Cependant, c’était une opportunité pour la majeure partie de l’équipe Kenny de se lier un peu plus, et quelques étudiants ont eu leur chance sous les projecteurs. Il y avait un trio de ces derniers : Alan Brown est arrivé au milieu de terrain et a été rendu encore plus impressionnant par un superbe égaliseur à longue portée. Pendant ce temps, Callums-Oduda et Robinson ont tranquillement pris les devants en première mi-temps pour renforcer l’attaque irlandaise en seconde période.

O’Dowda jouait pour la première fois au poste d’arrière gauche pour l’Irlande, un rôle avec lequel il s’est familiarisé contre Cardiff. La Norvège a fréquemment utilisé l’espace derrière lui en seconde période, le jury ne sait donc pas s’il en a fait assez pour dépasser Robbie Brady et James McClain au classement.

Les passes de l’Irlande en première mi-temps ont été terriblement lentes et incohérentes : trop souvent, elles ont choisi l’option sûre derrière plutôt que de risquer la possession et de pirater le 4-1-4-1 de la Norvège. Le milieu de terrain irlandais était innocent mais toute l’équipe était paresseuse, a résumé avec un moment en première mi-temps lorsque Bazono a rapidement roulé le ballon vers Matt Doherty pour s’introduire à partir d’un coup franc norvégien, seulement pour que Doherty se rende compte que personne n’avait rompu avec lui, et a donc dû caler et servir le ballon.Retour à Bazono.

Le jeune gardien irlandais a également montré des signes de confiance inquiétants, mettant presque son équipe en danger lorsqu’il a égaré une simple passe à Josh Cullen au milieu de terrain, et poussant un soupir de soulagement lorsque Jurgen Larsen a volé au-dessus de la barre transversale.

READ  Eric Ten Hag a laissé tomber le joueur de Manchester United pour avoir enfreint la règle à deux reprises

La Norvège n’a pas non plus donné grand-chose sur la question, même si elle s’est frayé un chemin dans le match juste à la fin de la première mi-temps. Un flipper dans la surface de réparation a vu Nathan Collins détourner le tir de Mohamed Elyounoussi en corner, Martin Odegaard laissant tomber le ballon directement sur la tête du défenseur Leo Ostegaard, qui a détourné le ballon de Bazuno. Sa surface de réparation incurvée a suffi à dégager John Egan.

L’Irlande est heureusement sortie de son sommeil après la mi-temps et aurait dû trouver le match nul d’une heure. La soudaine étincelle de vie de Robinson a dribblé l’Irlande, et son centre a été détourné du poteau par un effort impromptu de John Egan. Quelques instants plus tard, c’est le Norvégien Morten Thorsby qui a mal dirigé le ballon au-delà du poteau et a failli marquer le but de l’Irlande pour eux. Brown aurait également dû marquer, courir sur une tête ébréchée et diriger un tir à bout portant directement dans le jeu du gardien Orjan Nyland.

Brown a rapidement retrouvé son groupe par derrière. O’Dowda a conduit jusqu’à la ligne d’arrivée et a lancé son meilleur centre de la soirée, que la Norvège a dégagé de volée, mais seulement pour Brownie à 20 mètres du but. Elle a parfaitement frappé le ballon pour le couper et envoyer un tir exaltant dans le coin inférieur.

Mais alors l’Irlande était de nouveau dans sa passivité outrancière. Le match semblait être un match nul et la Norvège a montré peu d’ambition dans la poursuite du vainqueur jusqu’à ce qu’il lui soit présenté à cinq minutes de la fin. Odegaard a levé un coup franc dans la surface de réparation que Collins n’a pas géré, permettant au remplaçant Ohe Omoiguanfo de frapper le ballon à l’extérieur de Bazuno pour la première fois.

Ivan Ferguson fait ses débuts.

Source : Ryan Byrne/INPHO

Ivan Ferguson a été présenté avec deux minutes de temps réglementaire restant pour ses débuts en équipe première, mais n’a eu aucune touche alors que l’Irlande s’est affaiblie en tant que force d’attaque. On se souviendra de ce jeu à l’avenir lorsque Ferguson a fait ses débuts, car sinon on ne se souviendrait pas du tout de lui.

République d’Irlande : Gavin Bazunu ; Nathan Collins, John Egan (capitaine), Dara O’Shea ; Matt Doherty, Josh Cullen, Jason Mullumby (Jeff Hendrick, 81 minutes), Alan Brown (Evan Ferguson, 88 minutes) ; Callum O’Dawda (Robbie Brady 73e) ; Callum Robinson et Michael Obafemi (Shidozi Ogbeni, 73 d.)

Norvège : Orjan Nyland ; Marcus Pedersen (Julian Ryerson, 65 minutes), Stefan Strandberg, Leo Ostegaard, Fredrik-Andre Bjurkan (Berger Melling, 65 minutes); Patrick Berg (Stian Grigersen, 90 min.) ; Ola Solbakken (Kristoffer Zachariassen, 63′), Martin Odegaard (Capitaine), Morten Thorsby (Ola Bryndhilsen, 73′), Mohamed El Younosi ; Jorgen Larsen (Ohi Omoijuanfo, 73 min.)

Participation : 41 140

Arbitre : Allard Lindhout (Ned)

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sport

Championnat des joueurs 2024 : Mark Allen affronte Zhang Anda dans une finale épuisante pour remporter le titre

Published

on

Championnat des joueurs 2024 : Mark Allen affronte Zhang Anda dans une finale épuisante pour remporter le titre

Mark Allen s'est battu pour remporter une victoire âprement disputée 10-8 contre Zhang Anda pour remporter le titre de champion des joueurs à Telford.

L'Irlandais du Nord, qui a battu Mark Williams, Gary Wilson et Ally Carter pour réserver une confrontation avec Zhang, était loin d'être à son meilleur niveau, mais a creusé profondément pour trouver un chemin vers la victoire.

Il s'agissait du 11e titre du joueur de 38 ans, s'ajoutant à ses succès au Tournoi des Champions et au Snooker Shoot Out cette saison.

Chang a gaspillé une avance de 3-0 et n'a pas réussi à convertir de nombreuses occasions dans une compétition qui n'a duré qu'un siècle, mais il pourrait rebondir en atteignant la finale du troisième événement de classement, qui comprenait des victoires sur John Higgins et Mark. Selby.

Mais finalement, il s'est essoufflé face au numéro trois mondial, qui s'est reconnu comme un puriste.

« Je ne suis pas sûr d'avoir encore beaucoup de force en moi », a déclaré Allen, après avoir vécu une rencontre épuisante. « C'était dur toute la journée et avec la façon dont Zhang a joué toute la semaine, je pense que j'ai en fait un peu baissé le rythme.

« J'ai tout donné, mon intégrité était bonne et cela m'a vraiment permis de rester dans le jeu. Ce n'était pas très amusant d'y participer, mais je suis vraiment heureux d'être ici en tant que gagnant. »

McManus dit qu'Allen est « devenu plus cohérent » après avoir apporté « d'énormes ajustements » au style

Allen a eu besoin de plusieurs bouchées pour décrocher le premier match, mais les rôles ont été inversés lors du match suivant alors que Zhang a rapidement égalisé après avoir pris du retard pour la première fois.

Et c’était le thème depuis le début. Il y avait quelques éclairs brillants – une longue teinte rouge ici et là – mais ils semblaient tous deux plus soucieux de ne pas perdre que de gagner la partie par la peau du cou.

Les deux images suivantes sont partagées. Zhang a fait son premier 50 break de la soirée pour mener 6-5 après avoir capitalisé sur d'autres erreurs d'Allen et a eu l'occasion de créer un peu de lumière le lendemain après avoir reçu un carton rouge à longue distance.

Mais il est revenu à sa place après seulement 18 points après l’échec d’une délicate tentative de partage du set. Allen, avec un temps mort, a marqué 46 points avant de s'effondrer, mais a finalement franchi la ligne d'arrivée pour porter le score à 6-6 à la mi-temps.

Les dieux du snooker ont regardé Zhang d’un mauvais œil lorsque le jeu a repris. Après une bonne ouverture, il échoua à la 30e lorsqu'un canon du groupe bleu heurta un point rouge, et fut sévèrement pénalisé.

Avec un break de 64, qui n'était que sa deuxième contribution de 50 ou plus dans le match, Allen a pris une avance de 7-6 et a ensuite porté un coup puissant à Zhang lors du match suivant.

Cependant, Zhang a réussi à réduire ses arriérés à un, mais a gâché une occasion en or d'égaliser alors qu'Allen se rapprochait d'une séquence de victoires à 9-7.

Il a été forcé d'attendre que Zhang ait saisi une image de 37 minutes pour garder ses espoirs, mais à l'approche de minuit et avec l'encouragement d'une plante fortuite, il a finalement surmonté le défi de Zhang pour mettre la main sur un autre trophée.

Diffusez les meilleurs jeux de snooker en direct Découvrir+L'application Eurosport et sur le site EUROSPORT.com
Continue Reading

sport

L'Italie se contente d'un tirage au sort passionnant des Six Nations avec la France à 14 à Lille : PlanetRugby

Published

on

L'Italie se contente d'un tirage au sort passionnant des Six Nations avec la France à 14 à Lille : PlanetRugby

L'ouvreur italien Paolo Garbisi a raté un penalty tardif, ce qui signifie que son équipe a dû se contenter d'un match nul 13-13 contre la France lors du choc des Six Nations au Stade Pierre Maurois de Lille dimanche.

En fin de compte, les deux équipes ont marqué un essai chacune, le capitaine français Charles Ollivon passant le ballon aux hôtes et Ange Capuzzo marquant cinq points pour les Azzurri.

D'autres points pour la France sont venus d'une conversion et de deux pénalités de Thomas Ramos tandis que Garbesi s'est converti depuis le point de penalty et s'est converti pour l'Italie et Martin Paige-Rillo a également ajouté un trois points depuis le départ.

Cependant, l'Italie s'en voudra d'avoir eu la chance de gagner le match dans ses derniers instants lorsque Garbisi a tiré un tir cadré. A partir de 38 mètres.

Cliquez ici pour les buteurs

Mais le ballon est tombé du tee, et alors qu'il ne restait que quelques secondes au chronomètre des tirs après son remplacement, Garbesi s'est précipité sur son tir et a touché le poteau droit.

La France – qui avait remporté 45 de ses 48 précédents matches tests contre l'Italie, dont les 14 derniers consécutifs – a perdu Jonathan Dante face à un carton rouge en fin de première mi-temps pour un tir haut sur le centre opposé Ignacio Brix.

La France a écrasé l'Italie 60-7 lors de la finale de la Coupe du monde de l'année dernière, mais une répétition de cette rencontre à sens unique n'a pas pu être réalisée car les Azzurri ont confirmé leur amélioration sous la direction du nouvel entraîneur Gonzalo Quesada.

READ  Monster et le rugby irlandais pleurent la mort de Jerry Holland

L'Italie reste en queue du Championnat des Six Nations, à égalité de points avec le Pays de Galles, tandis que la France reste à la quatrième place, avec son rêve de titre terminé.

La France a démarré sur un rythme rapide et a été récompensée par un essai dès la septième minute.

L'Italie n'a pas pu arrêter une série de dribbles au milieu de sa défense et le capitaine Charles Ollivon a laissé tomber le ballon sous une pile de corps des Azzurri.

Thomas Ramos a envoyé une simple conversion et a rapidement ajouté un penalty alors que la France suggérait que le match pourrait effectivement se terminer à la mi-temps.

L'Italie a passé une grande partie de la première mi-temps à tenir par les ongles, pas aidée par la stratégie risquée consistant à tenter de s'échapper avec 22 ballons en main.

L'ouvreur Mathieu Jalibert a été arrêté près de la ligne et le verrou de 19 ans Busolo Tuilagi a presque célébré ses débuts en Test avec un essai.

Mais Tuilagi a été retenu au-delà de la ligne de but et le match a pris une tournure dramatique lors du dernier jeu de la première mi-temps alors que l'Italie a monté une attaque rare.

Il y a eu un contact direct évident entre Dante et Brix, et l'arbitre anglais Christophe Ridley a réduit la France à 14 joueurs avec un carton jaune.

Martin Page Rilo a infligé une nouvelle punition à la France à distance, et Ridley a confirmé après la pause que le système d'examen du bunker avait fait passer le jaune de Dante au rouge.

READ  Un athlète de Mayo qui a terminé un Ironman en moins de huit heures établit un record irlandais

La France a atténué son désavantage numérique alors que ses attaquants se sont précipités sur Ramos pour remporter le deuxième penalty.

Tommaso Minoncello s'est rapproché de l'effort des Azzurri, prenant l'avantage avant de s'épuiser, mais Garbisi a encore réduit l'écart à sept points sur penalty direct.

L'Italie a égalisé 10 minutes avant la fin après que Leonardo Marin ait passé le ballon à Ange Capuzzo d'un superbe tir.

Garbesi s'est converti mais n'a pas réussi à le surpasser puisque l'Italie, qui n'a gagné que deux fois aux Six Nations contre la France depuis son arrivée au tournoi en 2000, n'a pas réussi à enregistrer un deuxième succès en 45 matches.

la différence

France: 15 Thomas Ramos, 14 Damien Benaud, 13 Gael Fico, 12 Jonathan Dante, 11 Matisse Lebel, 10 Mathieu Jalibert, 9 Maxime Loco, 8 François Croes, 7 Charles Ollivon (c), 6 Paul Bodehint, 5 Bussolo Tuilagi, 4 Cameron Walkey . , 3 Owiny Atonio, 2 Beto Mofaka, 1 Cyril Bailly
Remplaçants: 16 Julien Marchand, 17 Sébastien Taofifenoa, 18 Dorian Daghiri, 19 Romain Taofifenoa, 20 Alexandre Romat, 21 Esteban Abadi, 22 Nolan Le Jarric, 23 Yoram Moivana.

Italie: 15 Ange Capuzzo, 14 Tommaso Minoncello, 13 Juan Ignacio Brix, 12 Federico Mori, 11 Monte Ioani, 10 Paolo Garbisi, 9 Martin Page Rilo, 8 Ross Vincent, 7 Michele Lamaro (c), 6 Ricardo Favreto, 5 Federico Rosa. 4 Canon Niccolò, 3 Giusoi Zelucci, 2 Giacomo Nicotera, 1 Danilo Fischetti
Remplaçants: 16 Gianmarco Lucchesi, 17 Mirco Spagnuolo, 18 Simone Ferrari, 19 Matteo Canali, 20 Andrea Zambonen, 21 Manuel Zuliani, 22 Stephen Varney, 23 Leonardo Marin.

gouverner : Christoph Ridley (Angleterre)
Arbitres assistants : Matthew Carley (Angleterre), Craig Evans (Pays de Galles)
Tmo : Ian Tempête (Angleterre)

READ  Profondément attristé par le décès du pionnier du tissage du Donegal Studio, Kevin Donaghy

En savoir plus: Regarder : Tous les cartons rouges de l’histoire des Six Nations

Continue Reading

sport

Le triplé de Con O'Callaghan illumine la nuit alors que Dublin bat Kerry, à faible énergie – Irish Times

Published

on

Le triplé de Con O'Callaghan illumine la nuit alors que Dublin bat Kerry, à faible énergie – Irish Times
Division 1 de l'AFL : Dublin 3-18 Kerry 1-14

« Ce n'est pas fatal », a déclaré Jack O'Connor samedi soir, cherchant le côté positif. Et c'est vrai, quand viendra le temps de faire le travail en 2024, une défaite en championnat en février n'affectera pas le jugement. Même une lourde défaite comme celle-ci en championnat contre l’une des équipes que Kerry est censé endurer quand vient le temps d’agir.

Not Deadly n’est cependant pas l’endroit pour placer la barre. Il y avait 10 points entre les deux équipes au coup de sifflet long, mais en vérité, Dublin et Kerry étaient ici très différents. Le trio de Con O'Callaghan a illuminé l'atmosphère, avec Paddy Small, Ciaran Kilkenny et Eoin Murchan tous brillants. En revanche, Kerry est bruyant à propos de cet endroit. En toute honnêteté, O'Connor n'avait pas envie de prétendre le contraire.

« Nous étions en bonne forme en première mi-temps », a déclaré l'entraîneur de Kerry. « Ils tiraient facilement leurs coups de pied, ils nous coupaient dans le tiers central et ils donnaient le ballon aux bons attaquants. Par une nuit calme comme celle-ci sur une bonne plante, c'est très difficile à dire. »

« Cela ne sert à rien de s'apitoyer sur son sort. Tous ceux qui étaient là ont vu que c'était une mauvaise performance en première mi-temps. Il s'agit simplement de revenir et de regarder les domaines dans lesquels vous avez échoué et d'essayer de vous améliorer pour la semaine prochaine. .

De toute façon, ils n’ont aucune marge d’amélioration, pas après le genre de coups qui poussent les gens à chercher le livre des records. Le 3-18 de Dublin était le score le plus élevé que Kerry ait jamais concédé lors d'un match de championnat. Ils n'ont pas craché un total comme celui-ci depuis la demi-finale All-Ireland 2013, un match dans lequel ils ont au moins pleinement contribué à un classique. Ce n'était pas ça.

READ  Aidan O'Brien évoque "une terrible perte" après la mort de la pouliche Snowfall | l'actualité des courses hippiques

Il n'y aura pas beaucoup de matchs dans cette campagne où deux équipes d'élite arriveront avec des compréhensions complètement différentes des termes et conditions. C'était comme si Kerry s'était présenté à un match de la McGrath Cup et avait été giflé lors de la finale des Dubs pour toute l'Irlande.

Lorsque l’équipe de Dessie Farrell joue ainsi, tout le monde se demande pourquoi ils ne le font pas plus souvent. Dublin était rapide et vorace avec le ballon, et était adroit et clinique avec lui. La première mi-temps a été particulièrement accrocheuse : ils ont marqué 2-10 sur leurs 12 premiers tirs et n'ont mis le ballon à côté que juste après la demi-heure.

À ce moment-là, Kerry les poursuivait avec la langue pendante. O'Callaghan était endémique dès le début, patinant derrière Jason Foley pour enterrer le premier but de Dublin six minutes plus tard et marquer son deuxième sur penalty au quart d'heure. Paddy Small était de retour dans sa foulée chaude et dangereuse – c'est lui qui a pris le penalty de Dylan Casey et a ajouté deux points supplémentaires avant la mi-temps.

Une pause ne peut pas arriver assez rapidement pour l'équipe d'O'Connor. Si vous êtes un enfant du quartier de Foley, vous vous déguiserez ensuite en Con O'Callaghan pour Halloween. David Clifford n'était de nouveau pas en forme, Murchan restant la plupart du temps à l'abri et tirant sauvagement à l'occasion lorsqu'il l'évitait. Pawdie Clifford a disparu dans un nuage en forme de John Small la nuit.

READ  Harry Maguire dit que la course de l'Angleterre a "échoué" sans remporter la Coupe - Paper Talk | Actualités du centre de transport

Kyrie a perdu neuf points, 2-11 à 0-8, et ressemblait à un ordinateur qui devait être branché et redémarré. Quoi qu’ils proposent en seconde période, cela ne servirait certainement pas à grand-chose, à part sauver un peu la face.

Ils ont quand même fait un chiffre au retour. Sean O'Shea a marqué les deux premiers points de la mi-temps, même si l'insouciance générale de la soirée a été résumée par un coup franc qui a touché le poteau à la 38e minute. Mais quand Joe O'Connor a complété le meilleur coup de Kerry de la soir en marquant quatre minutes plus tard, l'avance était soudainement réduite à quatre. .

Le but d'O'Connor a porté le score à 2-11 à 1-10 avec un peu plus d'une demi-heure à jouer, donc si vous plissez un peu les yeux et regardez sous un certain angle, vous aurez probablement l'impression que nous avons maintenant un match. Ciarán Kilkenny a riposté pour Dublin mais O'Connor et O'Shea avaient les yeux rivés et à la 52e minute, l'avance était réduite à trois. Obtenez le prochain résultat et qui sait ?

Au lieu de cela, Dublin a pris cela comme un signal pour bâiller, s'étirer et éteindre les lumières pour la nuit. Paddy Small a clôturé une soirée fantastique avec son troisième but sur le jeu et Tom Lahiffe est sorti du banc pour marquer. Le but suprême est venu d'O'Callaghan, qui a terminé le match comme il avait commencé, en inscrivant son triplé à la 63e minute.

« Nous sommes définitivement dans une tendance à la hausse, mais comme vous le savez, ce n'est pas du tout linéaire », a déclaré Farrell par la suite. « Il y a toujours un risque que vous ayez un jour de repos quelque part et que vous vous grattez encore un peu la tête. C'est la nature du sport bien sûr. Nous aimons le niveau de cohérence dont nous commençons à faire preuve, mais nous venons d'un socle bas.

READ  Profondément attristé par le décès du pionnier du tissage du Donegal Studio, Kevin Donaghy

« Il est clair que le week-end prochain apportera un défi complètement différent à Derry. Nous en avons eu un avant-goût l'année dernière et c'est probablement l'équipe qui a le style en ce moment.

Peut-être, mais ils ont de la compagnie après ça.

Dublin : David O'Hanlon ; Sean McMahon, Theo Clancy, Eoin Murchan ; Cian Murphy, John Small, Lee Gannon (0-1) ; Brian Fenton (0-1), Pedder ou Kovai Burn ; Ross McGarry (0-1), Sean Bugler (0-3), Ciaran Kilkenny (0-3, marque 0-1) ; Paddy Small (0-3), Con O'Callaghan (3-4, 1-0 penalty, 0-3 gratuit), Niall Scally (0-1).

Sous-marins : Tom Lahiffe (0-1, marque) pour Ó Coifigh Byrne (46 minutes) ; Brian Howard à McMahon (53); Lorcan Odell pour McGarry (57); Greg McEneney pour Morchan (58); Daire Newcombe pour J Small (température, 69-75) ; Killian McGuinness pour Clancy (71).

Kerry : Shane Ryan ; Graham O'Sullivan, Jason Foley (0-1), Dylan Casey ; Damien Burke, Tadhg Morley, Gavin White (0-1) ; Diarmuid O'Connor, Joe O'Connor (1-1); Paudie Clifford, Dylan Jenny (0-1), Cillian Burke (0-1) ; David Clifford (0-3, 0-1 gratuit), Sean O'Shea (0-6, 0-2 gratuit), Dara Moynihan.

Sous-marins : Paul Murphy pour Burke (HT); Jenny de Tony Brosnan (50 minutes) ; Keith Evans pour Burke (57) ; Barry Dan O'Sullivan pour J O'Connor (59); Sean O'Brien à Moynihan (64).

gouverner : Connor Lane (Liège)

  • Voir notre nouveau projet Terrain d'ententeÎles développées : Irlande et Grande-Bretagne
  • S'abonner à Alertes push Et recevez les meilleures nouvelles, analyses et commentaires directement sur votre téléphone
  • Trouver L'Irish Times sur WhatsApp Et restez à jour
  • Notre podcast est désormais publié quotidiennement dans The News – retrouvez le dernier épisode ici
Continue Reading

Trending

Copyright © 2023