octobre 2, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Un paquet de 12 millions d’euros est en route pour aider les agriculteurs à cultiver plus de cultures

Mis à jour il y a 9 heures

Alors que l’Irlande cherche à éviter d’éventuelles pénuries alimentaires, le gouvernement a approuvé un programme de 12 millions d’euros pour aider les agriculteurs à cultiver de nouvelles cultures.

Le secrétaire à l’Agriculture, Charlie McConnalog, a présenté aujourd’hui le paquet au Cabinet pour aider les agriculteurs du travail du sol à augmenter le volume de cultures plantées en Irlande.

Cette décision est prise en raison du fait que la crise en Ukraine a eu un impact sur l’agriculture et les chaînes d’approvisionnement irlandaises, avec une hyperinflation des prix de l’énergie, des aliments pour animaux, des engrais, du carburant, des plastiques alimentaires et d’autres prix des intrants agricoles.

Nous vivons une époque sans précédent. « L’invasion illégale de l’Ukraine a mis nos chaînes d’approvisionnement sous une pression énorme », a déclaré le ministre.

« J’ai rapidement formé le Comité national de sécurité alimentaire pour étudier comment conseiller au mieux le secteur pour gérer les perturbations.

« Il est nécessaire de concentrer notre soutien sur le secteur du travail du sol étant donné la fenêtre étroite dont nous disposons pour faire pousser des cultures. Je me suis engagé à soutenir nos familles d’agriculteurs pendant cette crise et je continuerai à le faire pour la période à venir ».

Il y a trois mesures initiales introduites par le secrétaire McConnalog pour soutenir les agriculteurs et faire pousser des cultures.

Le régime de travail du sol incitera les agriculteurs à planter des cultures supplémentaires (par exemple, orge, avoine, blé) en 2022, et il est proposé de payer 400 euros par hectare.

READ  Rishi Sunak, chef du Parti conservateur, s'est moqué de son ministre pour des vêtements coûteux

Le taux peut être plus élevé pour certaines cultures – par exemple, le maïs et la betterave fourragère – car le coût de production est en cours de révision mais considéré comme plus élevé.

Il est prévu que 25 000 hectares supplémentaires de ces cultures pourraient être plantés en 2022, ce qui représente un budget total de 10 millions d’euros.

Il y aura également un soutien aux protéagineux, pour inciter les agriculteurs à cultiver des protéagineux (pois, haricot, lupin). Avec cela, il est proposé de payer 300 euros par hectare.

Il est également proposé d’inclure les cultures composites (mélange céréales/protéines) dans cette initiative. L’objectif est d’augmenter les hectares plantés en protéagineux de 10 000 hectares à 14 000 hectares.

Enfin, il y a le Multi-species Meadows Scheme, qui apportera 2 millions d’euros pour soutenir la culture de prairies multi-espèces (ce sont des graminées courtes). Ici, on s’attend à ce que 16 000 hectares de superficie cultivée soient ciblés.

Les détails des plans devraient être traités dans les prochains jours, et un soutien supplémentaire pour la culture des pelouses fourragères devrait être exploré dans les semaines à venir.

Pendant ce temps, le Bureau du médiateur de l’alimentation fait un pas de plus vers sa constitution en société.

Le ministre McConnalog a reçu aujourd’hui l’approbation du Cabinet pour donner la priorité à la rédaction du projet de loi 2022 sur la chaîne d’approvisionnement agricole et alimentaire afin de créer un bureau chargé de surveiller la transparence de la chaîne d’approvisionnement alimentaire.

Soutenez-nous maintenant

Ce projet de loi créerait une nouvelle autorité juridique indépendante, connue sous le nom de Bureau de l’équité et de la transparence de la chaîne d’approvisionnement agroalimentaire.

Son objectif sera de promouvoir l’équité et la transparence dans la chaîne d’approvisionnement agricole et alimentaire. Il le fera de plusieurs manières, par exemple en effectuant une analyse des prix/du marché et en préparant des rapports.

Elle sera également chargée de veiller au respect de la loyauté dans la chaîne d’approvisionnement agricole et alimentaire en devenant l’autorité d’exécution désignée de l’État en ce qui concerne les règles de pratiques commerciales déloyales dans les relations entre les entreprises de la chaîne d’approvisionnement agricole et alimentaire.

« Ce nouveau bureau apportera plus de transparence tout au long de la chaîne d’approvisionnement agricole et alimentaire », a déclaré le secrétaire McConnalog.

Pour ce faire, il effectuera des analyses et des rapports sur les prix et les marchés – en publiant des rapports sur les prix et les informations sur les marchés dans tous les secteurs de la chaîne d’approvisionnement agroalimentaire.

« Nous dialoguerons avec les détaillants, les transformateurs, les grossistes, les agriculteurs, les pêcheurs et d’autres sur des questions qui ont un impact sur l’équité et la transparence dans la chaîne d’approvisionnement agroalimentaire », a déclaré McConnalog.

Le bureau, qui devrait passer par l’Oireachtas avant l’été, sera présidé par un conseil d’administration et aura un PDG. Il fonctionnera de manière indépendante mais sous les auspices du ministère de l’Agriculture, à l’instar d’organismes tels que le Conseil Bia.

READ  La Russie exige des réponses de l'Irlande sur sa position sécuritaire