décembre 4, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Un sondage d’opinion a montré que plus de la moitié des Écossais ne veulent pas d’un référendum sur l’indépendance en octobre prochain

Un nouveau sondage montre que plus de la moitié des Écossais ne veulent pas d’un autre référendum sur l’indépendance l’année prochaine.

Le Premier ministre Nicola Sturgeon a annoncé son intention de tenir un deuxième vote sur la question le 19 octobre 2023.

Le gouvernement britannique refusant de donner son consentement à la tenue d’un tel vote, Mme Sturgeon demande aux juges de la Cour suprême du Royaume-Uni de décider si Holyrood peut organiser un référendum sans le soutien de Westminster.

Cependant, lorsqu’on leur a demandé si un référendum devait avoir lieu en octobre prochain, 53% des personnes interrogées ont répondu qu’il ne le devrait pas, 40% ont dit qu’il le devrait et les autres étaient indécis, selon un sondage réalisé par The Scotsman.

Si les juges de la Haute Cour décident qu’un vote ne peut avoir lieu, Sturgeon a déjà déclaré que la prochaine élection de Westminster sera un « référendum de facto » sur la place de l’Ecosse au Royaume-Uni.

L’enquête écossaise de Savanta Comris a révélé que 44% des personnes interrogées soutiennent l’indépendance, tandis que 46% s’y opposent, en baisse de 1% par rapport au sondage du mois dernier, tandis que 10% sont indécis, en hausse de trois points de pourcentage.

Lorsque je ne sais pas a été supprimé, 49 % ont déclaré qu’ils voteraient oui, tandis que 51 % ont déclaré qu’ils voteraient non, ce qui n’a pas changé.

Savanta Comris a interrogé 1 029 adultes écossais âgés de 16 ans ou plus en ligne entre le 23 et le 28 juin.

Soutenez-nous maintenant

Le directeur associé Chris Hopkins a déclaré au journal que les conclusions sur la question de savoir si l’Écosse devrait être un pays indépendant sont « pratiquement au coude à coude ».

Il a déclaré : « Le soutien à un deuxième référendum sur l’indépendance sans l’article 30 est porté par ceux du camp du oui, l’opposition vient presque entièrement du camp du non.

Quatre électeurs sur cinq disent oui que le cas de l’indépendance est plus fort maintenant qu’il ne l’était en 2014, et une majorité d’électeurs ne disent pas qu’il est plus faible maintenant.

« Les lignes de bataille tracées en 2014 ne sont que trop familières, et le défi de Nicola Sturgeon à un référendum à presque tout prix approfondit cette division. »