décembre 6, 2021

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Un Vermont construit une tradition en tant que l’une des légendes du baseball de tous les temps en France

Le 6 juin 2021, jour d’ouverture de la saison 2021, Owen joue sur la route Oceanich à Nice, en France, contre Nice Cavigel. L’ancien UVM Catamount gagne. Photo de Benjamin Wittey

ROUEN, FRANCE – Un samedi après-midi d’octobre, le lanceur Owen quitte l’Océanic côté spectateurs Pulpen et se dirige vers le sommet de l’un des plus beaux bowlings de France. , Paysage Pierre Roland, Ville normande Rouen, France.

Son coéquipier, Montpellier Barracudas, a une étroite avance de 1-0 en fin de neuvième manche, mais Rouen Huskies, l’actuel champion, qui n’a rien en deux matchs dans un top cinq en demi-finale.

Gagne, et Barracudas vit pour voir un autre jour. L’échec et leur quête d’un titre de champion – la première depuis 1995 – se terminent brutalement.

Ozanich, 32 ans, effectue quelques lancers d’échauffement, ajuste la casquette, puis prend sa longue position d’entraînement : épaules perpendiculaires à l’assiette, poitrine en avant, tête en bas. Le soleil d’automne autour de lui projette de longues ombres sur le diamant. Le premier frappeur de Rouen, un ours d’homme surnommé Palu, passe au-dessus du marbre.

Slacker prend le premier lancer, un coup de crack à une grève. Ozanic lance ensuite, Balu mord mais casse sa batte dans cette tentative. Deux pieds. Il se balance sur le troisième lancer, coupant cette fois le ballon pour jouer facilement sur le troisième lancer.

Le numéro de l’arrêt-court de Montpellier fait le Nifty Grab. Le troisième tonnerre de Rouen surgit dans le champ central. Sept emplacements, c’est fini. Ozanich fait un coup de poing brillant, mais sinon, sa réaction est supprimée.

« C’était bien parce que ça allait vite », dit-il au bout d’un moment, son esprit déjà tourné vers le prochain match.

Owen Ozanic, juste avant de prendre ses fonctions avec l’équipe de France, lors d’un match début septembre 2021 à La Rochelle, en France. Les Paragudas d’Oceanic ont remporté le Challenge de France pour la première fois depuis 2006, battant les Huskies de Rouen en finale. Photo de Benjamin Wittey

Jeu d’apprentissage

Le week-end à Rouen a été une sorte de retour aux sources pour l’Océanic, qui a passé huit saisons réussies avec le Husky avant de se diriger vers Montpellier à l’autre bout du pays.

Cependant, sa ville natale est encore loin – dans l’État de Green Mountain – et, enfant, il n’aurait jamais pensé que le baseball l’emmènerait à l’étranger, ou qu’il deviendrait le meilleur Français de tous les temps.

Ozanich est né en France, mais a passé la majeure partie de son enfance à South Burlington, où il a été initié au baseball par son père, un fonctionnaire du département d’État qui avait été en poste pendant de nombreuses années près de la frontière à St Albans. Ozanic a joué dans la Petite Ligue et a excellé. Il a ensuite joué au lancer et à l’arrêt-court pour l’équipe de South Burlington High School, qui est restée invaincue en 2007 et a remporté le championnat de l’État.

READ  Des dizaines de restaurants français jurent de violer le laissez-passer sanitaire Govit-19, l'actualité européenne et les gros titres

C’était sa dernière année et l’automne suivant, il est parti étudier dans sa ville natale, Hero Vermont University, où il a rejoint l’équipe de division 1 de l’école en tant que randonneur. En regardant ce qui s’est passé un an plus tard, lorsque l’école a annoncé à la bombe qu’elle supprimerait les spectacles de baseball et de softball pour des raisons budgétaires, c’était une décision chanceuse.

« C’était très frustrant, surtout avec un Vermont », se souvient Ozanich. « Je pense qu’il y avait deux ou trois Vermontons dans l’équipe, c’était difficile. C’est difficile pour n’importe qui, mais si c’est votre propre état.

Cadammounts avait encore une chance de jouer la saison dernière, mais cela ne s’est pas diversifié car ils savaient que la fin était proche. Certains joueurs ont choisi de transférer. Ozanic, qui a raté ses numéros cette dernière année, a choisi de rester à l’UVM, ce qui marquerait la fin fructueuse de sa carrière de baseball.

Owen Ozanic a terminé neuvième lors du troisième match des demi-finales T1 le 9 octobre 2021 à Rouen. Dylan Gleason de Patter Rouen Huskies. Photo de Benjamin Wittey

Un retournement de situation

À l’approche de la remise des diplômes au printemps 2011, l’ancienne superstar de South Burlington a pensé à une voie complètement différente : un emploi possible chez Delta Airlines.

Mais un appel téléphonique non sollicité d’une ville dont il n’avait jamais entendu parler – Rouen – a soudainement remis le baseball sur la table.

Impressionné par son statut de double nationalité franco-américaine, Huskies a invité Ozone à les rejoindre un été. Ils ont laissé entendre qu’il pourrait rejoindre l’équipe nationale française. Il n’y aura pas beaucoup d’argent dedans – deux cents euros par mois et le logement. Mais pour le Vermont, c’était une aventure et, plus important encore, la chance de retourner sur un terrain de baseball, cette opportunité était indéniablement bonne.

En même temps, Ozanich ne savait pas à quoi s’attendre. Le baseball est la dernière chose que les gens veulent faire avec la France. Même à la campagne, comme on dit ici, c’est « secret » – à l’abri des regards.

Néanmoins, il existe environ 200 clubs disséminés en France, dont les meilleurs participent à la Ligue Semibro à 11 équipes, également appelée D1, qui attire de nombreux « imports » étrangers.

Pour ces joueurs, la France est souvent la dernière étape, le lieu où prolonger la vie avant qu’elle ne soit en jeu pour une dernière saison ou deux. Surtout pour les importateurs américains – des gars comme Ozanich qui sont de récents diplômés universitaires – D1 est souvent une expérience. C’est l’occasion de passer un été amusant à jouer à des jeux le week-end, avec beaucoup de temps libre entre les voyages à travers l’Europe avant de rentrer à la maison pour trouver de « vrais » emplois.

READ  Mises à jour récentes de l'actualité : les infections du gouvernement britannique-19 atteignent un niveau record

Ozanich a imaginé une situation similaire. Mais c’était il y a 11 ans, et sa décision de rester – et sa volonté de gagner – ont rendu son parcours extraordinaire au baseball si important.

Owen O’Shaughnessy s’est battu le 27 juin 2021 contre Clermont-Ferrand Arvens sur le terrain de son équipe à Montpellier, en France. Vermont Paraguadas a aidé sur un départ 16-0. Photo de Benjamin Wittey

De nouvelles frontières

Doux mais aimant, Ozanich connaît tout le monde du baseball français. Cela l’aide à parler trois langues : l’anglais et le français, et l’espagnol, qu’il a un peu étudié au Vermont, mais surtout appris par des amis et des coéquipiers d’Amérique latine.

Seul, sans enfants, il aime aussi voyager – Ozanich prévoit un voyage en Géorgie bientôt. Et il aime passer du temps sur la plage. C’est l’un des avantages de son déménagement à Montpellier fin 2019. La ville du sud où il vit à plein temps est à seulement 10 kilomètres de la Méditerranée. En été; Chaque opportunité qu’il a est là.

Mais en tant qu’employé rémunéré du Paragudas Club, Ozanich travaille également très dur. Il entraîne l’équipe U-15 du club et entraîne le Pôle Espoir, une académie de baseball à Montpellier pour les collégiens et lycéens. Les vacances sont très courtes.

Même sur le terrain, le lanceur fait un effort concerté pour rester en forme. Mais il n’est très actif que les jours de sport. Il garde le ciseau minimal et sa concentration est acérée comme un rasoir.

« Je le prends au sérieux parce que j’aime le jeu », dit Ozanich. « J’étais un grand fan de baseball avant de bien jouer, et je serai un fan de baseball une fois que j’aurai fini de jouer.

Ce premier été en France, Ozanich l’a fait, impressionnant Rouen et ses entraîneurs de l’équipe nationale française. Ce n’est que plus tard qu’il a découvert une autre opportunité de baseball : jouer au baseball d’hiver en Australie.

Pitcher a fini de jouer deux saisons à Adélaïde. Il est rentré en France cet été et a pitché à Rouen, où il a remporté sept titres T1 en huit ans, et a été le premier ouvreur de l’équipe de France. Ozanic a quitté Ruan après la saison 2018 pour jouer dans la Pro League italienne. Il a eu une grave blessure à la jambe cette saison-là. Peu de temps après, il rejoint Paragudas.

L’entraîneur-chef de Montpellier Jean-Michel Mayur a déclaré: « Sa réputation est qu’il est le meilleur lanceur français depuis de nombreuses années. »

Peu avant le début de la saison française de D1, fin mai 2021, lors de la bataille entre Owen Ozanich et ses coéquipiers. Ozanich, un lanceur, a eu la chance de jouer le premier rythme lors d’un combat au Greg Hamilton Baseball Park à Montpellier, en France. Photo de Benjamin Wittey

De grandes attentes

Ozanich est également l’un des leaders de tous les temps en D1 avec près de 100 victoires et, en 2015, il a lancé le seul match parfait de l’histoire de la ligue. Trois ans plus tard, il en est ressorti en remettant ça – en finale. Jusqu’à présent cette année, il est à la moyenne de run la mieux rémunérée de la ligue de 0,86.

READ  Le président français Emmanuel Macron félicite le meilleur des All Blacks Jérôme Caino après avoir remporté sa carrière

Mais avec Paracudas toujours en lutte pour un tir en finale, les chiffres sont la dernière chose à laquelle pense Oceanic. Quinze heures après avoir spectaculairement arrêté lors du troisième match de la série, l’équipe revient sur le terrain dans le froid Rouennais dimanche matin.

La recherche du Vermont est une autre victoire.

Les Paragudas se sentent bien dans leurs opportunités. Le gaucher vénézuélien est l’un des meilleurs joueurs de sa ligue de départ. L’alignement de Montpellier a du mal dans le marbre, et en huitième de finale, Rouen a pris une course pour monter 2-1.

Oceanic est soulagé. Il n’a besoin que d’un lancer pour sortir de la finale. Mais à la neuvième place, Paragudas est revenu court. Le batteur final, un joueur français adolescent, frappe à regarder. Les joueurs de Rouen se ruent au sommet pour célébrer.

Lors d’un long trajet en van jusqu’à Montpellier, Oceanich est tranquille, perdu plusieurs heures au casque. Il est déçu, mais accepte finalement qu’il serait bien de se détendre un peu. Il y a un mois, il a aidé le Paraguay à remporter une grande victoire en match. Peu de temps après, il a commencé quelques matchs pour l’équipe de France. Son bras lui fait mal depuis des semaines, et à 32 ans, il lui faut du temps ces jours-ci pour récupérer la cruche.

Mais l’âge et l’expérience ont changé sa vision des choses. « J’essaie d’en profiter tous les jours, chaque fois que je vais sur le terrain et de profiter de chaque match. Je pense que j’ai fait plus que ça à Montpellier », a déclaré Ozanich.

« J’ai l’impression qu’il y a beaucoup plus que des chiffres », ajoute-t-il. « Oui, je suis fier de mes réalisations, mais je suis très fier des relations et des amitiés que j’ai créées en cours de route. »