Connect with us

Economy

Web Summit co-founder sued over an alleged $10 million loss related to the venture fund

Published

on

One of the founders and major contributors to the world’s largest technology conference – the Web Summit – claims that a fellow founder participated in a secret effort to create an investment fund for his own personal gain using company resources.

Patrick Cosgriff, director and majority shareholder of Web Summit Holdings, claims that David Kelly was involved in creating a multi-million euro fund under false pretense that actually shaped the company’s opportunity and cost the company a big loss.

Mr. Kelly made counter allegations, claiming to be the victim of shareholder persecution. He is seeking 1.25 million euros by buying his shares in Web Summit.

Mr. Cosgrave, through his holding company, Manders Terrace Ltd, is suing Mr. Kelly seeking to order Mr. Kelly to account for the gains he allegedly made on the Manders/Web Summit account and that he also compensate the company for the losses.

He claims that the alleged breaches of fiduciary duty are likely to result in a loss of $10 million (€8.63 million) for Web Summit.

The case, with approval Monday, was entered by Justice Dennis MacDonald on the Supreme Court’s fast-track trade list at Bernard Dunleavy’s request, for Manders/Web Summit.

Frank Kennedy BL, for Mr. Kelly, agreed to admit but said the allegations were « totally disputed » and did not accept their characterization by Cosgrave.

affidavit

Cosgrave said in an affidavit that Mr. Kelly, and other co-founder, Patrick Murphy, who is not being sued here, co-founded with him in 2018 the Amarantine Fund 1 to take advantage of the significant resources, knowledge and connections from hosting highly successful international web summits .

READ  Ergrid annonce les résultats de l'enchère d'électricité

A management company, of which the three men were members, was set up to manage the fund under a limited partnership agreement.

Cosgrave said Web Summit invested $2 million in the fund, and it was accepted right from the start that investing Web Summit’s capital, brand name, goodwill, and assets were a key part of the fund’s goal.

He said Kelly made no capital investment while Murphy put in $250,000. A total of $30 million has been invested, he said.

Cosgrave said he filed a separate lawsuit in California against Murphy, Kelly, and three companies, alleging, among other things, fraud and working to secretly establish a follow-on fund for Amarantine I.

The defendants in this case allegedly violated their duties by improperly profiting by misappropriation of Amaranthine’s name, Web Summit assets, and goodwill.

Cosgrave said the three men had originally thought about setting up a follow-up fund and discussions had begun the fall of last year about it, but a dispute ensued.

Mr. Kelly then told him he wanted to leave, saying he wanted to « make a simple life for myself » and that it was time to « pull the umbilical cord ».

Exploit

Cosgrave said Mr. Kelly, with whom he went to school, used their long personal relationship to convince him he no longer wanted to work at Web Summit and wanted to get out of the venture capital sector.

After Kelly’s resignation in April, Cosgrave said he was stunned to learn that he had been misled and that Kelly and Murphy were working on their second fund.

They created Semble Fund II LP, a Delaware limited partnership to serve as their new venture capital fund. Mr. Cosgrave said « Semble » is a brand and web nugget brand that has been used by the company for a number of years in connection with its conferences. He had shown an intent to misleadingly present the Semble Fund as a successor to Amaranthin, he claimed.

READ  Plus de 5 000 candidatures ont été soumises pour 535 logements à louer au prix coûtant à Dublin et Kildare

Cosgrave also says it has been discovered that Kelly and Mr. Murphy arranged for Cosgrave to be fired as managing director of the US Amarantine Fund.

He said that Mr. Kelly and Mr. Murphy had confronted about the use of the Semble name and although they had said they would stop doing so, they had continued to use the name for marketing and fundraising.

Mr. Kelly confirmed in correspondence with the plaintiff’s attorney that he acted correctly. He refused to make the pledges Mr. Cosgrave had sought, and legal action ensued.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Le tribunal autorise la deuxième objection à l’itinéraire BusConnects

Published

on

Le tribunal autorise la deuxième objection à l’itinéraire BusConnects

Le deuxième défi consiste à autoriser le corridor BusConnects qui s’étend de Black Rock au centre-ville, dont le dernier en date a été initié par une association d’entreprises, de groupes communautaires et de particuliers.

L’affaire demande au tribunal d’annuler l’approbation par An Bord Pleanála du projet routier de 8,3 kilomètres et d’annuler sa confirmation de l’ordre d’achat obligatoire de certains terrains.

L’Autorité nationale des transports (NTA) a demandé l’autorisation de construire 12 voies réservées aux bus dans le cadre d’un projet de bus pionnier dans la capitale.

En mars dernier, la colonne Belfield/Blackrock est devenue la quatrième et la plus récente colonne à être approuvée par An Bord Pleanála.

Elle fait déjà l’objet d’un procès de la part de Blackrock Clinic, tandis que la route allant du côté nord de Clongriffin au centre-ville est contestée par un habitant d’Artane.

Cette dernière affaire a été portée devant les tribunaux par la High Baggot Street Traders’ Association, dont le président à Pembroke Road, Michael Quinn ; Association du chemin Pembroke ; Sa présidente est Susan McCarrick, de St Mary’s Road, Ballsbridge ; le Père Patrick Byrne ; HUMANCREST LIMITÉE.

Father Byrne et Humancrest Ltd déclarent posséder des terrains sur Pembroke Road, Dublin 4, qui sont soumis à des bons de commande obligatoires pour faire place à la piste.

Chacun des autres candidats déclare que lui-même ou ses membres vivent ou travaillent sur des propriétés situées le long ou à proximité du corridor. Le groupe Upper Baggot Street affirme compter 60 membres et représenter les intérêts des propriétaires de petites entreprises.

READ  La baisse de la demande de diesel pourrait indiquer des risques de récession à venir

Leur contrôle judiciaire est contre An Bord Pleanála, en tant qu’organisme qui a approuvé le projet, tandis que l’Irlande et le procureur général sont également cités comme défendeurs. L’affaire revendique également des articles de la loi sur le gouvernement local de 1960, de la loi sur la planification et le développement de 2000 et de la loi de Dublin. Loi de 1944. La loi sur l’Autorité des transports est inconstitutionnelle. Elle viole la Charte des droits de l’homme de l’Union européenne.

S’appuyant sur le droit national et européen, les requérants demandent au tribunal de déclarer qu’ils sont protégés contre le paiement des frais de justice d’autres parties s’ils perdent leur procès, en invoquant certaines raisons environnementales.

Ils affirment qu’An Bord Pleanála a commis une erreur en concluant que le projet proposé était conforme aux plans de développement des deux zones communales qu’il traverse : la ville de Dublin et Dún Laoghaire Rathdown.

Ils soulignent les politiques municipales en matière de zonage et de protection des arbres, des haies et du patrimoine architectural.

Ils affirment que les autorités chargées de la planification n’ont pas pris en compte diverses questions, notamment les directives relatives à la protection du patrimoine architectural.

Les demandeurs allèguent que l’omission alléguée de la Commission de fournir des justifications appropriées pour ne pas tenir d’audience préalable à l’approbation orale est un exemple de son incapacité à agir conformément à des procédures équitables. Ils affirment également qu’il n’y a pas eu d’évaluation appropriée de la proportionnalité de l’ordre d’achat obligatoire.

Lundi, leur avocat principal, Stephen Dodd, mandaté par l’avocat de Peter Boyle & Co, a obtenu du juge Richard Humphreys l’autorisation de poursuivre la contestation.

READ  Un homme de Limerick qui a volé une BMW d'une valeur de 120 000 € « et est tombé dans un champ » a été emprisonné.

L’affaire a été portée devant lui alors que seuls les requérants étaient représentés et reviendra le 8 juillet, date à laquelle les défendeurs et la NTA, en tant que partie convoquée, pourront être présents.

Continue Reading

Economy

Des plans ont été soumis pour rénover le Killarney Outlet Center, vieux de 25 ans.

Published

on

Des plans ont été soumis pour rénover le Killarney Outlet Center, vieux de 25 ans.

Un « nouveau » départ a été prévu pour le Killarney Outlet Centre, vieux de 25 ans, avec une demande de planification soumise pour ses espaces de restauration et de bar.

La demande de changement d’usage verra la création de plusieurs unités de vente au détail, de points de vente alimentaires, d’un coin repas et d’un bar au dernier ou au premier étage du centre.

Un certain nombre de points de vente existants et un nouveau hall d’entrée au rez-de-chaussée devraient également être modernisés. Les huit nouveaux « kiosques de restauration/unités de service » comprendront un espace restauration, un bar et un espace restauration ouverts après minuit le vendredi et le samedi.

« Le développement proposé est essentiel à la régénération et au changement de marque à long terme du Killarney Outlet Centre existant », déclarent les architectes COK Property Ltd.

Le centre commercial conçu par un architecte a été développé à côté des gares ferroviaire et routière de Killarney à la fin des années 1990 en tant que magasin discount sur la place de la gare, anciennement propriété de la CIE.

À cette époque, des enquêtes révélaient une pénurie de commerce de détail à Killarney.

Le centre de vente propose les produits du fabricant à prix réduit. Les restrictions d’urbanisme interdisaient les activités de restauration et de restauration – des dispositions qui ont été révisées dans la demande ultérieure des promoteurs Green Properties.

Il y a six ans, l’autorisation a été accordée de modifier l’utilisation des points de vente des fabricants au profit des magasins. Cependant, les taux d’inoccupation sont élevés et, il y a deux ans, le centre a perdu son principal client et locataire principal, Nike.

READ  Ergrid annonce les résultats de l'enchère d'électricité

À peu près à la même époque, le centre a changé de mains pour un montant estimé à 7 à 8 millions d’euros.

De nouveaux clients du grand public ont été attirés par les locations ouvertes au rez-de-chaussée. Cependant, dans leur candidature, les architectes COK Property Ltd affirment que le développement proposé vise à remédier au taux d’inoccupation élevé au sein de l’unité, qui est principalement située au premier étage.

Edge Architects affirme que le centre, malgré son emplacement central, n’a jamais obtenu un bail complet.

Des projets visant à moderniser la façade vide du bâtiment à côté de l’entrée de Park Road seront également soumis.

Il cherche à créer un nouvel intérêt au sein du centre tout en répondant à l’importante vacance au premier étage. La candidature, soumise par Edge Architecture Ltd au nom de COK, indique que le taux de vacance est élevé depuis sa création en 1999.

« Cette proposition vise à soutenir et à susciter un nouvel intérêt pour le centre en tant que destination de vente au détail, créant ainsi de nouvelles opportunités de développement social et économique dans la région de Killarney », affirment les demandeurs.

La décision du conseil du comté de Kerry est attendue en août.

Continue Reading

Economy

« Je me suis réveillé et j’ai réalisé qu’il manquait 5 140 € sur mon compte » – Des escrocs ont volé l’argent d’un client Revolut pendant qu’il dormait

Published

on

« Je me suis réveillé et j’ai réalisé qu’il manquait 5 140 € sur mon compte » – Des escrocs ont volé l’argent d’un client Revolut pendant qu’il dormait

La victime du crime est elle-même un expert en cybersécurité et a insisté sur le fait qu’elle ne répondait jamais aux e-mails ou SMS frauduleux.

Ces commentaires interviennent après que la publication ait fourni à la société de technologie financière à croissance rapide un autre lot de cas de clients qui avaient été en contact avec elle après un accès frauduleux à leurs comptes et le vol de leur argent.

Un expert en cybersécurité, qui déclarait ne jamais répondre aux SMS et emails frauduleux, s’est fait voler plus de 5 000 € sur son compte alors qu’il était au lit et n’utilisait pas son téléphone. Il a insisté sur le fait qu’il n’avait pas autorisé le paiement.

Revolut a refusé de rembourser son argent, mais a fait marche arrière lorsqu’il a été contacté par cette publication.

Plus tôt ce mois-ci, Indépendant irlandais Elle s’est enquise d’un certain nombre de cas avec Revolut dans lesquels ses clients ont été victimes d’activités frauduleuses ou ont vu leurs comptes fermés sans explication.

En réponse au dernier lot de cas, Revolut a déclaré qu’il les avait réexaminés et avait contacté directement les clients.

Beaucoup de ces clients se sont plaints de ne pas avoir pu obtenir ce qu’ils considéraient comme une réponse appropriée de l’application d’argent lorsqu’ils ont tenté de leur restituer l’argent après l’attaque des fraudeurs.

La Bank of Ireland réagit aux changements de compte d’épargne Revolut

Le client, qui travaille dans le domaine de la cybersécurité et affirme ne pas répondre aux e-mails ou aux appels suspects, s’est réveillé et a découvert que son téléphone était en cours de réinitialisation.

READ  Un rappel urgent a été émis pour un produit alimentaire à base de maïs pour chiens vendu chez Lidl en raison de la listeria

« Une fois que j’ai récupéré mes applications, je me suis connecté à Revolut et j’ai réalisé qu’il manquait de l’argent », a-t-il déclaré. Il se rend alors compte que 5 140 € ont été prélevés sur son compte.

Il a déclaré que les paiements étaient allés sur un compte Revolut britannique.

Il l’a signalé à Revolut, « qui n’a pas voulu se manifester et accepter qu’il y avait un problème et dire que mon application Revolut avait été piratée ».

Après que cette publication ait couvert son cas, il a récupéré son argent auprès de Revolut, mais sans aucune reconnaissance de la part de l’entreprise ni explication de ce qui s’est passé.

« Si ce n’était pas pour irlandais indépendant, « Je n’aurais pas pu récupérer mon argent et j’aurais été laissé pour compte », a déclaré l’expert en informatique.

Revolut a demandé à un client, dont le cas était également étudié par cette publication, de contacter son service des crimes financiers, et à un autre client de contacter son service des plaintes.

D’autres ont été invités à porter leur cas devant le Bureau du médiateur des services financiers et des retraites à Dublin. Ces gens ont tous dit qu’ils ne pouvaient même pas obtenir de réponses de Revolut. Indépendant irlandais Demandez des réponses en leur nom.

Lorsqu’on lui a demandé si Revolut avait tendance à ignorer les personnes lorsqu’elles étaient fraudées, la banque a déclaré qu’elle prenait la fraude et le risque à l’échelle du secteur que les clients soient contraints par des criminels organisés « incroyablement au sérieux ».

« Nous offrons une protection solide à des millions de nos clients et analysons plus d’un demi-milliard de transactions par mois », a-t-elle déclaré.

READ  Plus de 5 000 candidatures ont été soumises pour 535 logements à louer au prix coûtant à Dublin et Kildare

« En 2023, nous avons pu éviter plus de 550 millions d’euros de pertes potentielles liées à la fraude pour nos clients dans le monde, malgré le fait que plus d’un million de nouveaux clients rejoignent Revolut chaque mois.

La société a déclaré qu’elle comptait désormais 2,7 millions de clients en Irlande.

Il a été demandé à Revolut si ses systèmes étaient piratés, car certains clients affirmaient que leurs comptes étaient nettoyés pendant leur sommeil.

La société a insisté pour que les clients saisissent des codes d’authentification pour vérifier les paiements.

Il a également été demandé à Revolut s’il y avait un autre problème avec ses systèmes, notamment concernant les cartes virtuelles pour les comptes clients.

« Les systèmes Revolut continuent de fonctionner sans problème, ce qui inclut les protections robustes que nous offrons à nos millions de clients », a-t-elle déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé comment les fraudeurs accèdent aux comptes, étant donné qu’un certain nombre de clients affirment ne pas avoir interagi avec des fraudeurs, Revolut a répondu qu’il s’agissait d’une question complexe et sensible pour les criminels.

« Revolut ne divulgue pas ces détails publiquement, car les publier pourrait enseigner aux criminels comment d’autres ont été victimes d’arnaques, ce qui pourrait aggraver le problème », a-t-elle ajouté.

Il a ajouté que, comme d’autres banques, elle utilise toute une série de mesures pour protéger ses clients, mais que les fraudeurs ciblent de plus en plus directement les consommateurs.

Il a déclaré que lorsqu’il y a des cas de fraude, les banques et autres institutions financières devraient constituer la dernière ligne de défense, et non la seule.

READ  Les joueurs du Dublin Lotto ont été invités à vérifier leurs billets après avoir remporté le prix qui a changé leur vie
Continue Reading

Trending

Copyright © 2023