Connect with us

Economy

Why almost empty ‘ghost flights’ aren’t a big concern for climate activists

Published

on

Why almost empty ‘ghost flights’ aren’t a big concern for climate activists

Participants questioned reports of airlines operating empty or nearly empty flights due to EU airport rules, saying the problem was « a little exaggerated ».

The European Union has come under fire over the issue after Lufthansa said it will fly 18,000 « non-essential » flights this winter as a result of European Commission rules, which state that airlines must use a certain percentage of time slots at airports to avoid missing out.

Climate activists have targeted the European Union, including Swedish climate activist Greta Thunberg who said: « The European Union is definitely in a climate emergency… »

Lufthansa later clarified that the flights, which were described in some publications as « ghost flights », would not be empty but some would be below capacity and « with only a few passengers on board ».

But Andrew Murphy, aviation director for the NGO Transport and Environment and a member of Ireland’s Climate Change Advisory Board, played down the reports and allegations.

« The phrase being used is ‘stealth flights,’ which refers to planes flying empty or nearly empty, » Murphy said. the magazine.

As we understand it, the problem is that too many flights lead to losses. So the airline doesn’t get the usual load factor of 80 or 90 percent, which means its planes fly at a loss.

« Obviously, from an environmental point of view, flying planes with fewer passengers is a bad thing. »

The European Commission is currently requiring airlines to retain 50% of the slot chain to retain historical rights to these slots at airports. This will rise to 64% for this year’s March-October summer cruise season. The figure was 80% before the outbreak of the epidemic.

However, Murphy suggested that the situation was related to a political battle between legacy airlines and their low-cost counterparts.

Last week, Ryanair criticized Lufthansa’s « crocodile tears » over non-essential flights, suggesting the German carrier should sell empty seats to customers at low prices.

“In essence, it is an issue between legacy and low-cost carriers. The commission changed the rules from 80 to 50%,” Murphy continued.

There are also other provisions for exceptional circumstances that may be used. But Lufthansa and other major airlines prefer to cancel the flight, but then they lose their places.

Low-cost carriers are eager to snap these openings and get into that space themselves. So there is a little bit of, I think, maybe some exaggeration by the old carriers.

Murphy also said that these time slot requirements are « not really a big deal » because they are found at « very busy and popular airports ».

READ  Marks & Spencer blames Brexit for cutting 800 lines in Republic of Ireland stores, closing 11 stores in France

“So in normal times, you don’t have that happening. It’s really a temporary issue when old airlines run flights that aren’t as full as they’d like.”

“It probably isn’t worth changing the European rules for her at the moment and I’m not sure the old carriers have fully endorsed any change to the European rules.

“Whether planes are half full or 90% full, the problem is that fossil fuels are burning, that fossil fuels remain untaxed, and at low prices, and reforming this legislation is more important than fiddling with the vent regulation which, in the grand scheme of things, is A very minor issue. »

‘Pollution is on the rise’

Oisin Coghlan, director of Friends of the Earth Ireland, agreed, saying the biggest problem for the future would be to reduce flight numbers altogether.

« There are seven billion people in the world, » he said, « and they won’t all be able to fly in 20 years as much as the Irish do now. » the magazine.

« Pollution from airlines is on the rise and must be reduced. »

He said the headlines about Lufthansa trips, many of which have been shared on social media in the past few weeks, would « make people think » what the point of me trying to save up for an electric car, thinking about retrofitting, worrying about recycling or My LED lights? « 

« This is certainly frustrating and upsetting, but compared to the bigger picture, it’s just a drop in the sea, » he said.

I think the key question is: How are we going to reduce airline emissions in the future?

A Lufthansa spokesperson said: « All 18,000 flights will carry passengers and cargo, so don’t fly ’empty’. »

« The current regulation of the winter 2021/22 schedule in the EU was set before the Omicron variant occurred and is no longer appropriate to the current epidemiological situation, » they said.

READ  De Little Miss Last-Minute à Quiet Johnny – The Irish Times

The spokesperson said there should be more short-term exemption rules in place at EU take-offs and landings.

« In this way, several thousand non-essential flights with a small number of passengers on board can be avoided, » the airline’s spokesperson claimed.

A « justified not to use time slots » exception already exists when Covid measures « severely impede passengers’ ability to travel, » the panel has He said.

A Lufthansa spokesperson added: « For the duration of the winter schedule until the end of next March, we have counted about 18,000 non-essential flights. In other regions of the world, such as the USA, opening rules have been temporarily suspended due to the pandemic. »

They added that exemptions under the force majeure rule were taken into account on 18,000 flights « for which an exemption was not granted and which were not adequately booked ».

« Most of them work within Europe and this only applies to the period of the current winter schedule until the end of March 2022. »

said the speaker the magazine That figures for the number of seats filled on passenger aircraft are published on a quarterly basis only, and that this will not be measured for these « non-essential » flights.

« However, from an economic point of view, and therefore from an environmental point of view, it is not viable, » they said.

# Open press

No news is bad news
magazine support

for you contributions You’ll help us keep delivering the stories that matter to you

Support us now

In a statement, the Ministry of Transport said it was involved in EU operations related to the rate of time slot usage at EU airports during the pandemic.

« The administration is aware of allegations of so-called ‘ghost flights’ by airlines to keep their schedules, but has no specific information in this regard, » the statement said.

Belgian Transport Minister Georges Gilkenette has written to the European Commission urging it to relax the time slot rules, arguing that the consequences run counter to EU requirements to reach net zero emissions by 2050.

Inquiring whether Minister Ryan would do the same, the ministry said: “The communication from the Belgian Minister of Transport seeks to review the current rules on the use of slots and changes to the rules that will be applicable for the Summer 22 season.

READ  Le financement de la taxe foncière locale "nuit" à Dublin, selon le directeur financier du conseil municipal - The Irish Times

« However, Ireland, along with other member states, have called on the Commission to consider maintaining some flexibility for the ’22/’23 winter season. »

Green Party spokesman for Transportation and Climate, Brian Leyden, said it was « a cause for concern » that airlines were operating « flights that are often empty just to maintain slots at airports ».

« It doesn’t seem very logical, and from my point of view, it should be looked at, » TD said. the magazine.

Other airlines

A Ryanair spokesperson said last week that the airline « does not operate mock flights » and an Aer Lingus spokesperson did not respond to a request for comment on the matter.

Michael O’Leary, the airline’s chief executive, has called on the European Commission to force airlines to release slots they « don’t want to use ».

A spokesperson for the International Air Transport Association (IATA) told AFP earlier this month: « Although we urged more flexibility at the time, the European Union agreed to a 50 per cent usage rule for each flight schedule/frequency served. » He held it for the winter. Obviously, this was unrealistic in the European Union this winter against the backdrop of the current crisis.”

He said the commission needed to show more « flexibility… given the significant reduction in passengers and the impact of Omicron’s numbers on planned crew schedules ».

A spokesperson for DAA, the operator of Dublin Airport, said the aviation business development and regulatory departments had not received any inquiries regarding the phantom flights.

A spokesperson for the European Commission recently said that the EU executive believes that « low overall consumer demand … is already reflected in a very low rate of 50 per cent compared to the usual rate of use of 80 per cent ».

« The Commission expects that flights will follow consumer demand and provide much-needed continuous air connectivity to citizens, » the spokesperson said.

Contains reports from © AFP 2022

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Son fils condamné à verser 192 000 € à la succession de sa mère après un comportement « inquiétant »

Published

on

Son fils condamné à verser 192 000 € à la succession de sa mère après un comportement « inquiétant »

Le fils d’une femme qui possédait une succession de 6 millions d’euros a été condamné à rembourser 192 000 euros à la succession après qu’un juge a déclaré qu’il avait profité de l’incapacité de sa mère à gérer ses propres affaires dans une série d’actions « inquiétantes et indéfendables ».

Le juge Brian Kerrigan a déclaré que Dermot Horan, après avoir pris le contrôle des finances de sa défunte mère Mary Ann (également connue sous le nom de Maureen) Horan, avait retiré 700 € en espèces par jour aux distributeurs automatiques sur une période de 12 mois pour son propre bénéfice.

Il a déclaré : « Son utilisation de cet argent à ses propres fins démontre une tentative malveillante d’exploiter sa mère âgée et malade à ses propres fins financières. »

Le juge a ordonné à l’homme de rembourser les 192 000 € qu’il avait volés après avoir conclu que M. Horan avait exercé une influence indue sur sa mère, qui vivait à Ramore Park, Blanchardstown, Dublin, et est décédée en avril 2018.

Ces ordonnances faisaient suite à une demande de l’un des administrateurs nommés par le tribunal pour gérer la succession de Mme Horan, sollicitant des déclarations selon lesquelles M. Horan avait illégalement ouvert un compte joint avec sa mère alors qu’elle souffrait de démence et avait illégalement retiré de l’argent.

Le juge a précisé que dans son testament, qu’elle a rédigé en 2006, Mme Horan a légué une succession d’une valeur d’environ 6 millions d’euros à ses quatre enfants, Dermot, Joséphine, Stephen et Yvonne. Le principal actif était une grande propriété industrielle située dans la zone industrielle de Fonthill à Clondalkin, Dublin, où elle percevait un revenu locatif annuel brut d’environ 264 000 €.

READ  De Little Miss Last-Minute à Quiet Johnny – The Irish Times

Elle a légué à Dermot la maison familiale de Ramore Park, ainsi que la totalité de la part de l’entreprise familiale, d’une valeur d’environ un demi-million d’euros, fondée par son défunt mari, mais qui a ensuite effectivement cessé ses activités. Au total, Dermot s’est retrouvé avec environ 1 million d’euros du patrimoine, ainsi que 25 % des actifs restants.

Le tribunal a nommé un avocat comme administrateur après que Joséphine, Stephen et Yvonne ont demandé que Dermot soit démis de ses fonctions d’exécuteur testamentaire pour faute.

Le juge Kerrigan a déclaré qu’il y avait une « histoire d’hostilité intense » entre Dermot et ses frères.

Le juge a déclaré qu’il n’avait « aucun doute que la responsabilité incombait entièrement à M. Dermot Horan » pour le comportement qui a commencé à se manifester vers septembre 2014, lorsque sa mère a été admise à l’hôpital en se plaignant de douleurs abdominales et dorsales.

Dermot était opposé à l’idée qu’elle reste à l’hôpital, mais elle y est restée pendant 329 jours jusqu’à ce que Dermot la libère contre avis médical en juillet 2015.

Malgré les demandes répétées de l’hôpital de revenir avec elle et les suggestions de ses frères et sœurs pour qu’elle reçoive des soins à domicile 24 heures sur 24, Dermot a refusé, a indiqué le juge.

Cependant, après une chute, Mme Horan a été renvoyée à l’hôpital en septembre 2015. Pendant ce temps, les frères et sœurs étaient tellement préoccupés par la façon dont Dermot s’occupait de leur mère qu’ils ont demandé et obtenu une ordonnance faisant d’elle une tutrice au tribunal. .

Quatre médecins différents ont témoigné lors de la procédure de tutelle que Mme Horan souffrait de démence.

READ  Le pilote principal de Ryanair a été licencié pour "comportement inapproprié" envers les femmes pilotes juniors

Même si un travailleur social et une infirmière de la santé publique n’ont trouvé aucune preuve d’un danger immédiat pour Mme Horan et qu’elle semblait avoir été bien soignée (par Dermot), l’état de la maison « laissait à désirer et la cuisine semblait être en mauvais état. dans un état insalubre », a déclaré le juge.

Dermot Horan a contesté tous les rapports médicaux et a cherché à faire valoir que tout allait bien chez sa mère.

Dans le cadre d’une procédure visant à récupérer 192 000 €, Dermot a déclaré qu’il estimait qu’« il existe une industrie efficace impliquée dans toute cette situation pour soumettre les personnes âgées et/ou vulnérables aux intérêts de l’État ».

Mi-2016, Mme Horan a été transférée de l’hôpital vers une maison de retraite. Cependant, le comportement de Dermot lorsqu’il rendait visite à sa mère dans la maison de retraite, notamment en « aidant » d’autres patients, est devenu une telle source d’inquiétude pour les exploitants de la maison qu’ils ont finalement obtenu une injonction contre lui, lui interdisant de lui rendre visite.

Le juge Kerrigan a également rendu une ordonnance destituant DeMott de son poste d’administrateur.

Le juge a entendu le témoignage médical, le témoignage de deux frères, ainsi que le témoignage de Dermot dans lequel il affirmait que l’argent qu’il avait retiré avait été utilisé pour assurer la sécurité des centres commerciaux de l’entreprise sur Navan Road et pour acheter des machines.

Le juge était convaincu que Dermot n’était pas un témoin fiable ou digne de confiance.

Il était convaincu qu’il était injuste de rediriger les revenus locatifs de sa mère à partir d’un compte joint qu’il avait ouvert et d’en retirer tout l’argent.

READ  Le financement de la taxe foncière locale "nuit" à Dublin, selon le directeur financier du conseil municipal - The Irish Times
Continue Reading

Economy

Le premier appartement des Elysées est revendu 825 000 €

Published

on

Le premier appartement des Elysées est revendu 825 000 €

La Tour Elysian de Cork City peut être considérée comme un baromètre du marché immobilier irlandais au cours des deux dernières décennies.

Le site Leeside de trois acres de la tour historique, à côté de l’hôtel de ville, a été vendu par An Post il y a 20 ans à O’Flynn Construction suite au développement d’un nouveau bureau de tri régional de 35 millions d’euros à l’est de la ville : avant cela, c’était le siège de la ville. gare sur le quai Albert.

Le développement de ce qui allait devenir le plus haut bâtiment d’Irlande (un record de 17 étages détenu pendant près de 10 ans) a commencé en 2006 avec une conception réalisée par Wilson Architects. PH Hegarty & Son, basée à Cork, est l’entreprise qui a construit ce projet à usage mixte de 150 millions d’euros, composé de deux sous-sols.

Allez-vous au sommet ? Gaines d’ascenseur de la Tour Elysée en décembre 2006. Photo d’archives : Dennis Scannell

Le projet s’est développé régulièrement, avec un lancement commercial majeur en septembre 2008 – quelques jours seulement après l’effondrement de Lehman Brothers aux États-Unis et l’effet domino qui en a résulté, qui s’est propagé à travers le monde, ébranlant le monde de la banque et de la finance.

L’effondrement a vidé le marché immobilier irlandais, alors en plein essor, de ses liquidités, la bouée de sauvetage empruntée et suroxygénée qui a alimenté l’ère du Tigre celtique au-delà de sa capacité de remboursement.

Cuisine au 108
Cuisine au 108

Le lancement de l’Elysée était un événement fin de siècle scintillant, auquel ont participé les grands et les bons, les hommes politiques, les stars du sport, les médias, les évêques et les acheteurs potentiels, avec des prix allant à l’époque de 375 000 € pour un appartement d’une chambre à 375 000 € pour un appartement d’une chambre. 2 millions pour le meilleur appartement, le penthouse à plusieurs niveaux d’une superficie de 2 600 pieds carrés.

En fin de compte, les tensions et les troubles qui ont frappé les marchés financiers mondiaux depuis septembre signifient que très peu de maisons ont été vendues aux propriétaires prévus – peut-être seulement six ? Avant que toute la confiance du marché ne s’évapore à l’échelle nationale.

Parmi les rares ventes figurait un penthouse triplex d’une valeur de 1,8 million d’euros, à une famille d’entreprises basée à Cork.

Parmi une poignée d’autres achats de milieu de gamme figurait l’appartement 108, au 11ème étage, acquis par une famille de Dublin, qui constitue désormais la première rénovation publique d’un seul appartement dans l’ensemble du complexe Elysian de 211 appartements.

READ  Une banque cherche à prendre possession de la maison d'une femme décédée pour un prêt alors qu'elle avait 86 ans - Irish Times
Séjour avec cuisine et balcon
Pièce à vivre avec cuisine et balcon

La maison a été évaluée à 825 000 € par les agents Anne O’Money, qui dirige désormais Sherry Fitzgerald Cork, et Johnny O’ Flynn, qui la disent prête à l’emploi, avec des finitions de haute qualité, des vues fantastiques sur la ville et un double- aspect balcon.

Deux des trois chambres disposent d’une salle de bains privative, d’un service de conciergerie et d’un parking sécurisé en sous-sol pour deux voitures, avec un accès par ascenseur presque privé (chaque cage d’ascenseur dessert quelques appartements dans la tour de 17 étages).

Les services de conciergerie et deux places de parking en sous-sol avec le numéro 108 coûtent 835 milliers d'euros
Les services de conciergerie et deux places de parking en sous-sol avec le numéro 108 coûtent 835 milliers d’euros

L’historique des prix montre peu de comparaisons : le n°109 apparaît deux fois dans l’historique des prix, en 2013 et en 2019, à 850 000 € à chaque fois, mais il n’était pas sur le marché libre et il semble qu’il s’agisse d’un transfert d’actifs privés plutôt que d’un transfert d’actifs privés. une véritable vente à un tiers.

Vues sur la ville
Vues sur la ville

La voiture n°41 est également proposée en 2015 au prix de 652 625 euros. Et encore une fois, ce n’était pas sur le marché.

Ainsi, l’arrivée du n°108 ne manquera pas de susciter un large intérêt avec son prix indicatif de 825 000 €, un montant important pour un logement d’un peu moins de 1 500 pieds carrés.

Un montant dérisoire comparé à la plus grosse vente enregistrée par l’Elysian : le registre des prix affiche un prix catalogue de 67,7 millions d’euros en 2018, apparemment pour le n°1 de l’Elysian.

Une des trois chambres
Une des trois chambres

Il s’agissait cependant de la grande majorité (plus de 200) des 211 appartements du complexe, répartis sur six à huit étages dans le bâtiment principal, ainsi que des appartements dans la tour, plus exclusifs, vendus.

Au total, le développement qui comprenait des bâtiments commerciaux et des commerces de détail aux niveaux inférieurs a été vendu à l’époque à Kennedy Wilson pour plus de 87 millions d’euros.

La vue depuis le n°108 de l'hôtel Elysian au 11ème étage.  Photo : John Roche
La vue depuis le n°108 de l’hôtel Elysian au 11ème étage. Photo : John Roche

Kennedy Wilson possède et exploite toujours le bâtiment en tant qu’actif résidentiel de haute qualité, avec des unités plus grandes qui se louaient auparavant autour de 4 000 € par mois, principalement dans la catégorie 1 200 à 3 000 € par mois.

Dans la liste des « grands monstres » de l’après-crise, Elysian a vu le transfert de propriété/contrôle du groupe O’Flynn vers Carbon Finance (une filiale du groupe Blackstone) lors d’une vente d’actifs de 1,8 milliard d’euros par Nama, malgré le respect… tous les paiements.

READ  De Little Miss Last-Minute à Quiet Johnny – The Irish Times
    Église Holy Trinity et tour Elysian à Cork vues depuis les remparts du fort Elizabeth, Barrack Street, Cork.  Photo : Larry Cummins.
Église Holy Trinity et tour Elysian à Cork vues depuis les remparts du fort Elizabeth, Barrack Street, Cork. Photo : Larry Cummins.

En 2016, O’Flynn et Blackstone avaient « réglé leurs différends » et les promoteurs d’origine, qui avaient toujours envisagé de vendre le projet une fois terminé, sont revenus pour achever l’aménagement des unités non louées restantes, qui sont maintenant entièrement occupées et appartiennent à Kennedy. Wilson, avec la majorité du rez-de-chaussée occupé au niveau de la rue sur le site de trois acres, comprenant une salle de sport, un magasin Aldi, des cliniques médicales, des bureaux et le café/restaurant The Bookshelf.

Au moment de la conception et de la livraison, Elysian a été présenté comme une « porte d’entrée » vers la ville de Cork, dans un emplacement véritablement central.

Son extrémité pointue fait face au sud, le long de la route menant à l’aéroport, et les autres façades font face au nord, à la rivière et aux collines remplies de bâtiments datant de trois siècles ; Puis d’ouest en est, de la « vieille » ville à la « nouvelle » ville émergente de Cork, suivie de développements majeurs (principalement des bureaux désormais).

Les anciens quais s’étendant de Horgans Quay, Kennedy Quay et le long de la marina (et de Tivoli) devraient accueillir des milliers d’appartements supplémentaires dans les années à venir, provenant de sociétés telles que O’Callaghan Property, Clarendon, Glenveagh et la Land Development Agency.

En face d’eux se trouve/était Elysian, qui malgré ses problèmes temporaires (aujourd’hui résolus), est une entité entièrement achevée, très bien gérée et impeccablement entretenue, avec ses finitions résistantes au temps et aux éléments, notamment le revêtement de la tour verte. et des rivets, dont le ton est presque similaire au marbre du Connemara.

L’Elysée n’existe plus
Le bâtiment le plus haut d’Irlande, titre qu’il a détenu pendant une décennie. Le promoteur du bâtiment, Michael O’Flynn, a toujours souligné que cela n’avait en aucun cas été prévu, car dans les années 2000, il était prévu de construire des bâtiments plus hauts.
(Howard Holdings souhaitait construire 30/20/10 étages dans le quartier atlantique de Cork) et encore plus ailleurs.

Le bâtiment le plus haut à l’heure actuelle est le Capital Dock à Dublin, avec 22 étages et 79 mètres, au-dessus du bâtiment Elysian de 17 étages/71 mètres de haut (à l’exclusion de sa balise lumineuse noire).

READ  Les actionnaires interrogent Miles O'Grady sur les faibles taux de dépôt de l'AGA de la Bank of Ireland

Aujourd’hui, la tour Kennedy-Wilson abrite les structures les plus hautes de Cork et de Dublin, tandis que la tour Opel de 28 étages à Belfast est encore plus haute, à 85 mètres, et achevée en 2010.

Les agents de vente du n°108 d’Elysian, Sherry Fitzgerald, affirment que l’appartement « bénéficie d’une vue panoramique ininterrompue sur les toits du centre-ville de Cork et au-delà », avec des intérieurs contemporains et des vues panoramiques sur un hectare de jardin clos, qui a été achevé dès le premier jour. De style japonais, avec d’élégants arbres pleureurs, des allées, des sièges, des sculptures en laiton et même une cascade.

Ce parc correspond vraiment au stéréotype d’une « oasis urbaine », et le n° 108 offre une vue à 180 degrés sur les « penthouses » sur le toit des voisins dans les ailes inférieures enveloppantes du complexe, ainsi que des vues rapprochées sans précédent sur la ville. , les lignes sur les toits et Delta pour moi.

À l’arrivée, il y a une attraction presque magnétique sur les fenêtres, et ce n’est qu’après avoir parcouru tout l’espace et encadré les fenêtres que l’œil commence à admirer les finitions en noyer, les moquettes calmes, les comptoirs en pierre, les appareils électroménagers de haute qualité, les armoires coulissantes. , salles de bains bien finies (trois), et commodités/Pantry, suite parentale avec dressing.

Pour les nouveaux propriétaires, ils apprécieront le cadre, la luminosité, le prestige et l’intimité de l’immeuble, grâce à la hauteur et à l’entrée au sous-sol si vous êtes en voiture, ainsi que les commodités de la ville et la proximité si vous êtes en voiture. partir à pied devant le bureau du concierge, ou visiter la salle de fitness du complexe ou la salle de sport ou la salle d’affaires au rez-de-jardin.

Jardin partagé d'un acre.  Photo : John Roche
Jardin partagé d’un acre. Photo : John Roche

Verdict : Les appartements de luxe trouvent enfin leur place à Cork si l’environnement et les bâtiments sont à la hauteur, Lancaster Quay franchissant la barre du million d’euros. Il y a une autre vente d’un appartement d’une valeur de plus d’un million d’euros à Blackrock, en plus de l’achat de trois unités par Elysian pour 1,8 million d’euros le premier jour. Aujourd’hui, l’imposant Elysian sur Cork’s Leaside est essentiellement ce qu’est la mairie du comté depuis les années 1960, c’est une opportunité extrêmement rare d’acheter en propriété privée.

Continue Reading

Economy

Le plan de circulation coûtera à Dublin 400 millions d’euros par an, selon un rapport de commerçants opposés aux restrictions sur les voitures – The Irish Times

Published

on

L’économie de la ville de Dublin devrait perdre près de 400 millions d’euros par an d’ici 2028 si les changements de circulation prévus dans le dernier plan de transport de la capitale sont mis en œuvre, selon un rapport commandé par des entreprises opposées à l’initiative.

L’analyse économique, commandée par la Dublin City Centre Traders Alliance, qui comprend les détaillants Brown Thomas Arnotts, un certain nombre de propriétaires de parkings et d’autres groupes d’entreprises de la ville, a été présentée jeudi au directeur général du conseil municipal de Dublin, Richard Shakespeare.

Suite à l’intervention de la secrétaire d’État à l’Entreprise, la députée du Fine Gael Emer Higgins, ces dernières semaines, M. Shakespeare a accepté d’examiner l’analyse d’impact économique que la coalition lui avait demandé d’entreprendre. La coalition lui a demandé de reporter la mise en œuvre du plan au moins jusqu’en mars ou avril de l’année prochaine.

Le plan, publié l’année dernière, vise à résoudre le problème croissant des embouteillages de la ville en décourageant le « trafic sans destination », avec 60 % des automobilistes traversant la ville au lieu de s’arrêter.

Les mesures n’interdisent pas aux automobilistes de traverser les ponts de la Liffey actuellement ouverts aux voitures, et le conseil a déclaré que l’accès au parking de la ville resterait disponible, mais que certaines routes seraient réservées aux transports publics et aux cyclistes uniquement. Le plan prévoit également la création d’un certain nombre de nouvelles places piétonnes.

Le directeur général de Brown Thomas Arnotts, Donald McDonald, a déclaré que le plan « décourage activement les gens de faire du shopping dans la ville » et « risque de causer des dommages irréparables au commerce du centre-ville », ce qui « conduira à terme à la fermeture de certaines entreprises et à la perte de milliers de personnes ». de vies. »

READ  Le financement de la taxe foncière locale "nuit" à Dublin, selon le directeur financier du conseil municipal - The Irish Times

Dublin Bus chief urges city council executive not to ‘water down’ Dublin City Centre Transport PlanOpens in new window ]

L’analyse de Pat McLogan du cabinet de conseil économique PMCA confirme qu’en 2028, lorsque toutes les mesures du plan seront mises en œuvre, les changements de circulation réduiraient les dépenses de détail dans le centre-ville de plus de 141 millions d’euros, entraînant une perte de 6 242 emplois. « 1 787 dans le commerce de détail et 4 455 dans d’autres secteurs » – et contribue à un « impact négatif global sur la trésorerie » de plus de 390 millions d’euros cette année-là.

L’analyse est basée sur les dépenses de détail moyennes des personnes utilisant différents modes de transport et évalue la différence entre les choix de transport des personnes à la lumière des tendances actuelles et si des changements au plan de transport ont été mis en œuvre.

Cependant, ce rapport ne semble pas prendre en compte l’évaluation du conseil municipal et de la NTA selon laquelle 60 % des automobilistes empruntant le centre-ville y passent et ne s’arrêtent pas.

M. Shakespeare a déclaré jeudi qu’une décision sur la suspension ou non du programme serait prise « dans la semaine commençant le 22 juillet ». Il a rencontré jeudi des organisations environnementales, de santé et de transport de passagers cherchant à mettre en œuvre le plan « pleinement et dans les délais ». Ces organisations comprenaient l’Irish Heart Foundation, la Dublin Commuters Coalition, Un Tice, Irish Physicians for the Environment, le Jesuit Centre for Faith and Justice et un certain nombre d’organismes de campagne cycliste.

READ  Une banque cherche à prendre possession de la maison d'une femme décédée pour un prêt alors qu'elle avait 86 ans - Irish Times

S’exprimant après la réunion, Jason Cullen, président de la Passenger Alliance, a déclaré qu’ils avaient assuré à M. Shakespeare que le retard était dénué de sens et sans valeur. Il a ajouté : « Les entreprises qui tentent de faire obstacle au projet continueront de le faire, que ce soit en août ou en mars. »

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023