octobre 1, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Zelensky dit à l’Europe de se préparer à un hiver difficile alors que l’offensive russe se poursuit – The Irish Times

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit aux Européens d’anticiper un hiver difficile alors que l’attaque de la Russie contre son pays réduit les exportations de pétrole et de gaz de Moscou.

Zelensky s’exprimait samedi soir après que Moscou ait fermé un important gazoduc fournissant du gaz russe au continent.

« La Russie se prépare à une frappe énergétique décisive sur tous les Européens pour cet hiver », a-t-il déclaré dans son discours vidéo quotidien.

Moscou a cité les sanctions occidentales imposées suite à son invasion de l’Ukraine et les problèmes techniques de coupures de courant. Les pays européens qui ont soutenu le gouvernement de Kyiv avec un soutien diplomatique et militaire ont accusé la Russie d’armer l’approvisionnement énergétique.

Certains analystes affirment que les pénuries et l’augmentation du coût de la vie à l’approche de l’hiver risquent de saper le soutien occidental à Kiev alors que les gouvernements tentent de faire face à une population mécontente.

Moscou a déclaré la semaine dernière qu’il maintiendrait fermé le gazoduc Nord Stream 1, le principal canal gazier vers l’Allemagne, et les pays du G7 ont annoncé un plafonnement prévu des prix pour les exportations de pétrole russe.

Le chancelier allemand Olaf Schulz a déclaré dimanche que son gouvernement prévoyait un arrêt complet des livraisons de gaz en décembre, mais a promis que son pays durerait jusqu’à l’hiver.

« La Russie n’est plus un partenaire fiable dans le domaine de l’énergie », a déclaré Schultz lors d’une conférence de presse à Berlin.

READ  Coveney dit que les négociations sur le protocole NI se poursuivront malgré la démission "très inutile" du DUP

centrale nucléaire

Les inspecteurs des Nations unies ont déclaré samedi que la centrale nucléaire de Zaporijia, occupée par la Russie, dans le sud de l’Ukraine, avait une fois de plus perdu son alimentation externe.

L’Agence internationale de l’énergie atomique a déclaré dans un communiqué que la dernière grande ligne électrique externe restante avait été coupée, bien qu’une ligne de secours continue d’alimenter le réseau.

Elle a ajouté qu’un seul de ses six réacteurs fonctionnait encore.

Les forces russes ont pris le contrôle de l’usine peu de temps après que le président Vladimir Poutine a envoyé son armée de l’autre côté de la frontière le 24 février et elle est devenue un point focal du conflit.

Chaque camp accusait l’autre d’avoir bombardé les environs, faisant craindre une éventuelle catastrophe nucléaire.

La situation autour de la station est calme jusqu’à présent dimanche, a déclaré un responsable de l’administration russe à Zaporijia.

S’adressant à Radio Komsomolskaya Pravda, le responsable, Igor Rogov, a déclaré qu’il n’y avait eu ni bombardements ni incursions. La Russie a accusé à deux reprises l’Ukraine d’avoir tenté de s’emparer de l’usine au cours des deux derniers jours. L’Ukraine a déclaré que la Russie avait attaqué la même région.

Rogoff aurait déclaré que les experts de l’agence devraient continuer à travailler à la station jusqu’à lundi au moins.

Une mission de l’Agence internationale de l’énergie atomique a visité l’usine, qui est toujours exploitée par du personnel ukrainien, la semaine dernière et certains experts y sont restés en attendant un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

La station a indiqué dans un communiqué, samedi, que le cinquième réacteur avait été fermé « à la suite des bombardements continus des forces d’occupation russes » et que « la dernière capacité de réserve n’est pas suffisante pour faire fonctionner deux réacteurs ».

READ  L'ambassadeur de Russie affirme que les Irlandais ont fait l'objet d'une "guerre de propagande" contre l'Ukraine

M. Zelensky a blâmé les bombardements russes pour la coupure du 25 août, coupant le premier Zaporizhzhya du réseau national, ce qui a évité de justesse une fuite radioactive. Cet arrêt a entraîné des coupures de courant dans toute l’Ukraine.

L’Ukraine et l’Occident accusent la Russie de stocker des armes lourdes sur le site pour décourager l’Ukraine de tirer dessus. La Russie, qui nie l’existence de telles armes là-bas, a résisté aux appels internationaux au transfert de troupes et au désarmement dans la région.

Sur d’autres fronts de bataille, les chaînes ukrainiennes Telegram ont signalé des explosions au pont Antonevsky près de la ville méridionale de Kherson, occupée par les forces russes.

Le pont a été gravement endommagé par des missiles ukrainiens au cours des dernières semaines, mais les forces russes ont tenté de le réparer ou d’installer un ponton ou des bateaux pour assurer le ravitaillement des unités russes sur la rive droite du Dnipro.

L’Ukraine a lancé la semaine dernière une contre-attaque visant le sud, en particulier la région de Kherson, que les Russes ont capturée au début du conflit. -Reuter