Connect with us

Top News

La pénurie de logements est responsable du triplement du nombre de sans-abri en France | logement

Published

on

La pénurie de logements est responsable du triplement du nombre de sans-abri en France |  logement

Paris France – « Gardez de la monnaie, monsieur » est entendu dans les rues bondées de Paris un nombre alarmant de fois. Dans les brefs moments où les pièces ou les étoiles sont échangées, on peut souvent voir les regards usés de ceux qui connaissent les réalités de la vie dans la rue et dorment dans des conditions difficiles.

D’autres ne montrent pas de tels signes. S’ils n’avaient pas demandé d’argent, ils les auraient facilement confondus avec des touristes se promenant avec leurs sacs.

Malgré leurs apparences différentes, toutes ces personnes sont liées par le même destin tragique : au fil des années, elles sont devenues les victimes de la crise dramatique et croissante du logement en France.

Il a l’air incroyable. Sur le papier, la troisième plus grande économie d’Europe possède certaines des politiques de logement les plus complètes au monde.

Le logement est considéré comme un droit fondamental et les autorités françaises n’ont cessé d’adopter des lois pour améliorer l’accès au logement au cours des 30 dernières années.

Un sans-abri assis avec ses affaires dans une rue de Paris [File: Charles Platiau/Reuters]

Depuis 2007, il existe même une législation prévoyant un droit au logement opposable. Connue sous le nom de « loi DALO », elle oblige l’État à fournir un logement à tout citoyen ou résident étranger dans le besoin.

La pratique dira le contraire.

« DALO n’est pas efficace parce que les politiciens ne jouent pas le jeu », a déclaré à Al Jazeera Fannie Blanson, chef de projet pour les abris et logements d’urgence au Secours Catholique – une ONG. « L’objectif de la loi est de fournir un logement aux personnes dans le besoin, mais cela ne se produit pas toujours. »

READ  La France riche (26 avril 2023)

Le nombre de sans-abri a triplé

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Dans son rapport 2022, la Fondation Abbey Pierre estimait à au moins 300 000 le nombre de sans-abri en France, soit trois fois plus qu’en 2001.

Juste avant la pandémie de coronavirus, le Bureau national des statistiques (INSEE) a constaté que 146 enfants étaient nés dans la rue, soit quatre fois plus qu’en 2017.

L’itinérance a de nombreuses causes. Les prix des maisons ont grimpé en flèche, poussés par la spéculation et les défis liés à la réglementation des plateformes de location comme Airbnb.

Dans le même temps, les autorités françaises ont passé des années à réduire les dépenses publiques de logement, entraînant des pénuries chroniques dans les grandes villes.

« Il y a 10 candidats pour chaque logement social vacant en Ile-de-France, et beaucoup d’entre eux sont prioritaires dans le cadre de DALO », a déclaré Farida Musayeva, employée d’Action Logement – une entreprise qui construit des logements sociaux en coopération avec les collectivités locales.

Plus de deux millions de personnes attendent un logement social, et ce nombre ne cesse d’augmenter. Beaucoup de gens passent des années sur des listes d’attente », a-t-elle déclaré à Al Jazeera.

Dans un pays où la pauvreté augmente, de nombreux candidats ne peuvent pas attendre aussi longtemps avant de se retrouver à la rue.

La promesse Macron

Le président français Emmanuel Macron a promis le changement. Peu après son élection en 2017, le président français a déclaré qu’il ne voulait plus « des femmes et des hommes dans la rue, dans les bois ou perdants ».

READ  14 conseils pour améliorer les réunions de travail

Quelques mois plus tard, le gouvernement lançait un plan quinquennal de lutte et de réduction de l’itinérance.

Inspiré par la politique très réussie du « logement d’abord » de la Finlande, l’objectif était de permettre aux personnes vivant dans la rue d’accéder rapidement au logement et aux services sociaux.

Un sans-abri dort sur un puits de ventilation du métro près de la basilique de la Madeleine à Paris
Un sans-abri dort sur un puits de ventilation du métro à Paris [File: Benoit Tessier/Reuters]

Cependant, bien qu’il y ait eu quelques améliorations au plan, la Cour des comptes – l’institution supérieure de contrôle en France – a conclu qu’il était largement inefficace.

Le mal est dans les détails. Alors que le « Housing First » en Finlande offre un logement permanent inconditionnel, le gouvernement français s’est concentré sur l’offre d’un plus grand nombre de logements d’urgence à court terme.

A ce titre, de nombreuses associations soutiennent que les autorités ont par inadvertance – ou volontairement – manqué la cible.

Dans le même temps, la mise en œuvre du plan était au mieux inégale, souvent dépendante des caprices des autorités locales et des représentants de l’État.

« Hardcore »

« Macron aurait dû se taire », a déclaré Anne Joubert, haut responsable du parti Génération.s de la coalition de gauche NUPES.

Ce n’est clairement pas un problème pour lui, et il n’y avait pas de ministre du Logement sous son premier gouvernement. Ils ont finalement créé le ministère de la Cohésion des territoires, mais ce dossier n’est évoqué qu’en passant. Depuis son entrée en fonction, les décisions de Macron ont en fait été anti-logement », a-t-elle déclaré à Al Jazeera.

Au cours du premier mandat du président, les allocations de logement ont été réduites et les travaux de construction ont chuté de façon spectaculaire. Dans le même temps, de nombreux bidonvilles ont été évacués sans offrir de logement alternatif aux habitants.

READ  L'Italie estime que le manque de victoire contre la France "aurait dû être réintégré" après un dernier chagrin

« Nous connaissons tous les solutions à cette crise », a déclaré Joubert. Les acteurs du logement s’accordent à dire que la construction doit être une priorité absolue.

Dans le même temps, beaucoup font pression pour un contrôle des loyers et des quotas afin de réduire le nombre de logements sur les plateformes de vacances.

Il existe également un consensus sur le fait que les expulsions doivent être un dernier recours, réservé aux cas extrêmes et aux moments où un logement alternatif est trouvé.

Les maisons vides sont également un problème.

« Paris a beaucoup d’appartements vides, ce qui est très scandaleux ! dit Joubert. Ces appartements appartiennent souvent à des étrangers qui passent une semaine ou deux par an dans la ville. Pour vous donner un exemple, environ 40 % des logements de l’île de la Cité sont inoccupés.

La ville prélève une taxe sur ces cas, mais les propriétaires préfèrent payer pour louer leur propriété. Elle a ajouté qu’il est clair que de telles pratiques doivent cesser.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top News

Les manifestations contre l’extrême droite deviennent violentes en France

Published

on

Les manifestations contre l’extrême droite deviennent violentes en France

Le président français a appelé les électeurs à rester au centre, critiquant les « alliances contre nature des deux côtés… qui ne permettront de mettre en œuvre aucun programme ».

Macron restera président jusqu’en 2027 même si son parti du Renouveau perd les voix dont le second tour aura lieu en juillet.

Toutefois, sa présidence sera sérieusement affaiblie si le Parti du Rassemblement national prend le contrôle du gouvernement et de la politique législative.

Après la décision surprenante de Macron de convoquer des élections anticipées, l’ancien président socialiste du pays, François Hollande, a annoncé qu’il se présenterait à nouveau aux élections parlementaires.

Hollande, qui a été président de la France de 2012 à 2017, a quitté ses fonctions avec un niveau d’impopularité record. Il est détesté par une partie de la gauche radicale.

Il a déclaré qu’il se présenterait comme député de la province de Corez, dans le sud-ouest du pays, au nom du Nouveau Front populaire, un groupe de gauche formé pour les élections et qui comprend des socialistes, des gauchistes extrêmes, des verts et des communistes.

« C’est une décision exceptionnelle pour une situation exceptionnelle », a déclaré Hollande aux journalistes à Toul, la principale ville du ministère, expliquant son retour soudain.

« Je ne cherche rien pour moi-même », a-t-il souligné, après qu’une série d’apparitions récentes dans les médias ait suscité des spéculations selon lesquelles il pourrait envisager de se présenter à la présidence.

« Je veux juste rendre service. »

Continue Reading

Top News

Des centaines de milliers de personnes manifestent en France contre l’extrême droite avant les élections anticipées Nouvelles sur les élections

Published

on

Des centaines de milliers de personnes manifestent en France contre l’extrême droite avant les élections anticipées  Nouvelles sur les élections

Des foules se rassemblent quotidiennement en France pour protester depuis que le président Macron a convoqué des élections législatives en début de semaine suite à la montée du Rassemblement national d’extrême droite.

Des groupes antiracistes ont rejoint les syndicats français et une nouvelle coalition de gauche pour protester dans toute la France contre la montée de l’extrême droite nationaliste, alors que la campagne frénétique se poursuit à l’approche des élections législatives anticipées.

Le ministère français de l’Intérieur a déclaré qu’environ 21 000 policiers et gendarmes avaient été déployés lors des marches de samedi et que les autorités attendaient entre 300 000 et 500 000 manifestants à travers le pays.

A Paris, ceux qui craignaient que les élections aboutissent au premier gouvernement d’extrême droite en France depuis la Seconde Guerre mondiale se sont rassemblés place de la République avant de défiler.

Les foules se rassemblent quotidiennement en France depuis que le parti anti-immigration du Rassemblement national a enregistré des victoires historiques lors des élections au Parlement européen de dimanche dernier. Cela a incité Macron à dissoudre l’Assemblée nationale et à convoquer des élections législatives anticipées à deux tours les 30 juin et 7 juillet.

Une foule nombreuse est sortie samedi malgré le temps pluvieux et venteux, brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Liberté pour tous, égalité pour tous, fraternité avec tous » – une référence à la devise nationale de la France – ainsi que « Brisons les frontières, des documents pour tous ». , non au projet de loi sur l’immigration.

S’exprimant depuis la place de la République, la dirigeante du syndicat d’extrême gauche CGT, Sophie Binet, a déclaré aux journalistes : « Nous manifestons parce que nous sommes très inquiets ». [RN’s leader] « Jordan Bardella pourrait devenir le prochain Premier ministre… Nous voulons éviter cette catastrophe. »

READ  Fabian Calti apporte sept changements que la France et l'Australie décident
Des manifestants brandissent des banderoles lors d’un rassemblement anti-extrême droite à Nantes [Romain Perrocheau/AFP]

« Idéologie basée sur la peur »

Parmi les manifestants à Paris, certains scandaient également « Palestine libre, vive la Palestine » et portaient des keffiehs palestiniens.

Parmi eux se trouvait Nour Sikar, une lycéenne de 16 ans d’origine française et algérienne qui porte un hijab.

Elle a déclaré : « Pour moi, l’extrême droite représente un danger car elle soutient une idéologie basée sur la peur de l’autre, alors que nous sommes tous citoyens français malgré nos différences. »

Sekar a ajouté qu’elle voterait pour l’Alliance de gauche parce que c’est « le seul parti politique [entity] S’attaque au racisme et à l’islamophobie.

Pendant ce temps, à Nice, sur la Côte d’Azur, des manifestants ont défilé sur l’avenue Jean Médecins, la principale rue commerçante de la ville, scandant contre le parti du Rassemblement national et son chef Bardella, 28 ans, ainsi que contre le président Emmanuel Macron.

Les organisateurs de la manifestation ont déclaré que 3 000 personnes y avaient participé, tandis que la police a estimé ce nombre à 2 500.

Nice est traditionnellement un fief des conservateurs, mais il a fortement évolué au cours de la dernière décennie en faveur du parti du Rassemblement national dirigé par Marine Le Pen et de son rival d’extrême droite, Eric Zemmour.

Nasira Ghneif, sociologue à l’Université Paris 8, a qualifié la montée de l’extrême droite de « situation très dangereuse » et a déclaré que de nombreux jeunes qui ont participé aux rassemblements de samedi ont dénoncé des « fascistes ».

« هذا خطر أكبر من أي وقت مضى. وهذه هي المرة الأولى التي يرتفع فيها اليمين المتطرف إلى 30 بالمئة من الأصوات في الانتخابات الأوروبية. وقال جنيف لقناة الجزيرة: « سبب نزول الشباب والكثير من الناس إلى الشوارع اليوم هو القول إنهم لا يريدون أن يحدث هذا en France ».

READ  «J'en ai perdu la joie.»
Des manifestants défilent à Nantes samedi [Romain Perrocheau/AFP]

Un pari énorme pour Macron

Dans un reportage de Paris, Natasha Butler d’Al Jazeera a noté que l’appel aux élections du président français avait surpris tout le monde, y compris ses ministres.

Macron a déclaré qu’il avait appelé à ces élections parce qu’il entendait la voix du peuple et des électeurs. Il a déclaré qu’il avait observé les élections européennes et constaté que les gens n’étaient pas satisfaits de sa politique au sein de ce gouvernement. C’est pourquoi il dit qu’il a rendu le choix au peuple.»

Elle a dit que cette décision était un gros pari. « Les gens sont là pour dire qu’ils craignent l’extrême droite qui détruirait les valeurs françaises de droits, de liberté et d’égalité. »

Pour empêcher le Parti du Rassemblement national de remporter les prochaines élections, les partis de gauche ont finalement convenu vendredi de mettre de côté leurs divergences sur les guerres à Gaza et en Ukraine et de former une coalition. Ils ont exhorté les citoyens français à vaincre l’extrême droite.

Les sondages d’opinion français indiquent que le Parti du Rassemblement national devrait progresser au premier tour des élections législatives. Le parti est arrivé en tête des élections européennes la semaine dernière, obtenant plus de 30 % des voix en France, soit près du double du nombre de voix obtenues par le parti Ennahda de Macron.

Le mandat de Macron reste en vigueur pour trois ans supplémentaires et il conservera le contrôle des affaires étrangères et de la défense quelle que soit l’issue. Mais sa présidence sera affaiblie en cas de victoire du Rassemblement national, ce qui pourrait permettre à Bardella de devenir le prochain Premier ministre, avec autorité sur les affaires intérieures et économiques.

READ  La France riche (26 avril 2023)

Les électeurs français se rendent aux urnes d’abord le 30 juin, puis de nouveau le 7 juillet.

Autocollant YouTube

Continue Reading

Top News

Élections européennes : des manifestants français tiennent tête à l’extrême droite

Published

on

Élections européennes : des manifestants français tiennent tête à l’extrême droite

PARIS (AP) — Des groupes antiracistes se joindront aux syndicats français et à une nouvelle coalition de gauche pour protester samedi à Paris et dans toute la France contre la montée de l’extrême droite nationaliste. Les campagnes de propagande trépidantes se poursuivent à l’approche des élections législatives anticipées.

A Paris, ceux qui craignent que les élections forment le premier gouvernement d’extrême droite français depuis la Seconde Guerre mondiale se rassembleront sur la place de la République avant de défiler dans l’est de Paris.

Depuis, les foules se rassemblent quotidiennement Marine Le Pen Le Rassemblement national anti-immigration a réalisé des gains historiques lors des élections Élections du Parlement européen dimancheElle a écrasé les modérés pro-entreprises du président Emmanuel Macron et l’a incité à dissoudre l’Assemblée nationale.

De nouvelles élections à la Chambre des représentants au Parlement devraient se dérouler en deux tours, les 30 juin et 7 juillet. Macron reste président jusqu’en 2027 et est responsable de la politique étrangère et de la défense, mais sa présidence sera affaiblie si le parti du Rassemblement national gagne et prend le pouvoir. Gouvernement et politique intérieure.

Les syndicats français ont déclaré vendredi dans un communiqué : « Nous avons besoin d’une renaissance démocratique et sociale, sinon l’extrême droite prendra le pouvoir. » « Notre république et notre démocratie sont en danger. »

Ils ont noté qu’en Europe et dans le monde, les dirigeants d’extrême droite ont adopté des lois qui nuisent aux femmes, à la communauté LGBTQ+ et aux personnes de couleur.

Pour empêcher le Rassemblement national de remporter les prochaines élections, les partis de gauche ont finalement accepté vendredi de mettre de côté leurs divergences. Guerres à Gaza L’Ukraine et Former une coalition. Ils ont exhorté les citoyens français à vaincre l’extrême droite.

Les sondages d’opinion français indiquent que le parti du Rassemblement national – dont le fondateur a été condamné à plusieurs reprises pour racisme et antisémitisme – devrait se qualifier pour le premier tour des élections législatives. Le parti est arrivé en tête des élections européennes, obtenant plus de 30 % des suffrages exprimés en France, soit près du double du nombre de voix obtenues par le parti Ennahda de Macron.

Le mandat de Macron reste en vigueur pour trois ans supplémentaires et il conservera le contrôle des affaires étrangères et de la défense quel que soit le résultat des élections législatives françaises.

Mais sa présidence sera affaiblie en cas de victoire du Rassemblement national, ce qui pourrait permettre au chef du parti, Jordan Bardella, 28 ans, de devenir le prochain Premier ministre, avec autorité sur les affaires intérieures et économiques.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023