août 9, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

L’Union européenne propose de geler les avoirs de la Banque centrale russe et de retirer « certaines » autres banques du système SWIFT

L’Union européenne a annoncé son intention d’imposer une nouvelle série de sanctions financières à la Russie suite à son invasion de l’Ukraine, notamment le retrait de certaines banques russes du système interbancaire SWIFT.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé ce soir que l’Union européenne prévoyait également de geler les avoirs de la Banque centrale russe, dans le cadre d’une nouvelle escalade de sanctions contre Moscou.

Elle a publié une déclaration après avoir assisté à une vidéoconférence avec les dirigeants des États-Unis, de l’Allemagne, de la France, de l’Italie et du Canada pour coordonner la réponse de l’Occident à l’invasion de l’Ukraine.

« Premièrement, nous nous engageons à faire en sorte qu’un certain nombre de banques russes soient retirées du système SWIFT », a-t-elle déclaré.

Cela les empêchera d’opérer dans le monde entier et empêchera efficacement les exportations et les importations russes.

Deuxièmement, nous paralyserons les actifs de la Banque centrale de Russie. Cela va geler leurs transactions. Cela empêchera la banque centrale de liquider ses actifs.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué cette décision, la qualifiant de « victoire ».

Nos diplomates se sont battus 24 heures sur 24 pour inspirer tous les pays européens à s’entendre sur une décision forte et juste de séparer la Russie du réseau bancaire international. Il a dit dans un message vidéo.

READ  Le plus gros prix de l'EuroMillions peut être considéré comme un prix en argent allant jusqu'à 230 millions d'euros pour battre le record

Ce sont des milliards et des milliards de pertes pour la Russie, et un prix tangible pour cette ignoble invasion de notre pays. L’Ukraine a attiré l’attention de tout le monde civilisé. Quel est le résultat pratique ? Le voici : Swift – une rupture avec la civilisation financière mondiale. « 

Les riches Russes liés au gouvernement de Vladimir Poutine ne seront pas non plus autorisés à utiliser le soi-disant système de passeport doré pour obtenir la citoyenneté européenne pour eux-mêmes et les membres de leur famille.

Un groupe de travail américano-européen sera également créé pour « assurer la mise en œuvre rapide des sanctions et le gel des avoirs des personnes sanctionnées, des membres de leur famille et des entreprises ».

Cela survient quelques heures après que Moscou a ordonné aux troupes d’avancer en Ukraine « de toutes les directions », alors que la capitale ukrainienne Kiev a imposé un couvre-feu complet en réponse aux combats dans la ville qui ont vu le retrait des forces russes aujourd’hui.

Des responsables ukrainiens ont déclaré que 198 civils, dont trois enfants, avaient été tués depuis l’invasion du pays par la Russie jeudi.

Ils ont affirmé que des « saboteurs » russes étaient actifs à Kiev alors que des explosions ont secoué la capitale ce soir, forçant les habitants à fuir vers des endroits sûrs souterrains.

Moscou a déclaré qu’il avait tiré des missiles de croisière sur des cibles militaires et qu’il « développerait l’attaque de toutes les directions » après avoir accusé l’Ukraine de « rejeter » les pourparlers.

Zelensky a promis plus tôt que son pays ne se rendrait pas au Kremlin et a exhorté les Russes à faire pression sur le président Vladimir Poutine pour qu’il mette fin au conflit.

READ  Poutine veut que les "pays hostiles" paient le gaz en roubles

« Nous nous battrons jusqu’à ce que nous libérions notre pays », a-t-il déclaré dans un message vidéo.

Il a également déclaré qu’il avait demandé au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, de priver la Russie de son vote au Conseil de sécurité de l’ONU en guise de punition pour l’invasion.

Session privée

Il est prévu de rencontrer le Conseil de sécurité dimanche après-midi pour voter sur une autre résolution appelant à une session extraordinaire de l’Assemblée générale sur l’invasion.

Seuls neuf des 15 membres du Conseil de sécurité devront voter en faveur de cette résolution pour qu’elle soit adoptée lors de la réunion prévue à 20 heures, heure irlandaise.

En vertu d’une mesure rarement utilisée, aucun des cinq membres permanents – dont la Russie – ne sera autorisé à opposer son veto à la session extraordinaire de lundi.

L’objectif de la « session extraordinaire de l’Assemblée générale » serait « d’obliger les 193 États membres des Nations unies à prendre position » sur le conflit et « la violation par la Russie de la Charte des Nations unies », ainsi que de condamner formellement la guerre, selon un diplomate qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat. Son identité à l’AFP.

Si le Conseil approuve la résolution proposée, le règlement exigera qu’une session extraordinaire de l’Assemblée générale soit convoquée dans les 24 heures.

Une résolution rédigée par les États-Unis et l’Albanie condamnant les actions de la Russie en Ukraine a échoué vendredi au Conseil de sécurité, en raison de l’application de son veto par la Russie, membre permanent.

READ  Nouvelles russo-ukrainiennes en direct : "de sérieuses inquiétudes" La prochaine décision de Poutine pourrait nuire au monde après une blessure à l'hôpital

L’Assemblée générale devrait voter sur une résolution similaire quelque temps après la session extraordinaire.

Lors d’un vote de l’Assemblée générale, aucun des 193 membres de l’ONU n’a de droit de veto, mais les résolutions ne sont pas contraignantes.

# Ouvrir la presse

Pas de nouvelles, mauvaises nouvelles
prise en charge des magazines

C’est le tien contributions Vous nous aiderez à continuer à livrer les histoires qui comptent pour vous

Soutenez-nous maintenant

Plus tôt, l’Allemagne avait annoncé qu’elle enverrait 1 000 armes antichars et 500 missiles Stinger à Kiev, en rupture avec son ancienne politique de non-exportation d’armes vers les zones de guerre.

La France a également déclaré qu’elle livrerait davantage d’armes à l’Ukraine.

Pendant ce temps, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré qu’il craignait une attaque russe contre son pays, la Finlande ou les États baltes, et a exhorté l’Europe à doubler les dépenses de défense après l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

« Cela a commencé en Géorgie, maintenant en Ukraine », a-t-il déclaré. « La prochaine cible pourrait être les États baltes, la Pologne, la Finlande ou d’autres pays de la rive orientale. »

« L’ère de la paix et de l’ordre international touche à sa fin », a-t-il ajouté.

« C’est un test pour l’Occident et la façon dont nous réagissons à ce test déterminera notre avenir, non pas pour des années mais pour des décennies. »

© AFP 2022