septembre 24, 2021

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

RTL 5minutes – Profil : Robert Wilson, légende du théâtre d’avant-garde : la France m’a donné un foyer

Le metteur en scène Robert Wilson a contribué à changer la façon dont l’opéra est perçu dans le monde, mais alors qu’il fête ses 80 ans, l’Europe continue de faire son entrée, alors qu’elle est encore largement ignorée dans son pays d’origine, les États-Unis.

De “l’opéra silencieux” de sept heures et des productions de Verdi et Puccini influencées par le théâtre japonais “Noh”, aux collaborations avec les auteurs-compositeurs Tom Waits et Lady Gaga, Wilson a passé un demi-siècle à perfectionner un style qui est immédiatement reconnaissable.

Pratiquement dès le début, l’artiste aux multiples facettes, né à Waco, au Texas, le 4 octobre 1941, ressent une plus grande affinité pour l’Europe, notamment la France, que ses États-Unis natals, où il peine à se faire connaître.

“Ce qui est remarquable chez les Français, au XXe siècle, ils m’ont donné un foyer à Braque, Picasso, Stravinsky et Peter Brooke”, a déclaré Bob Wilson dans une interview à l’AFP à Paris.

“Les Français m’ont donné un foyer. J’ai quatre événements qui approchent de mon 80e anniversaire en France et pas un aux États-Unis.”

Parmi eux, “Turandot” de Puccini à l’Opéra Bastille, adapté du “Livre de la Jungle” au Théâtre Chatelet à Paris ; et deux projets avec la chorégraphe Lucinda Childs au Théâtre de la Ville.

Wilson a toujours été à l’honneur dans la capitale française et a eu l’honneur d’organiser l’ouverture du nouvel Opéra Bastille en 1989.

– ‘très belle’ –

L’histoire d’amour de Wilson avec la France a commencé lorsqu’il a été présenté à Nancy au début des années 1970, “Peek”, un opéra “non verbal” basé sur les expériences des sourds-muets.

READ  Mélanie Laurent à propos de son amour pour les réalisateurs et les actrices

L’histoire est célèbre : Wilson a vu un Afro-Américain de 13 ans, Raymond Andrews, se faire tabasser par un policier dans la rue. Il a découvert qu’Andrews était sourd et muet et a fini par l’adopter.

Deafman Glance a été salué par la critique à New York, mais sept heures de silence ont mis à l’épreuve la patience du public et des metteurs en scène.

Ce n’était pas le cas en France, où le poète surréaliste Louis Aragon disait : « Je n’ai rien vu de beau au monde depuis que je suis né.

À partir de là, son étoile a commencé à monter en Europe, recevant des dizaines de commandes et de prix de Berlin et Milan à Moscou.

Son éclairage brillant et sa mise en scène très stylisée, inspirées de l’ancien théâtre Nô du Japon, sont depuis longtemps sa marque de fabrique.

Et même si les grandes institutions américaines ne communiquent pas, de nombreux artistes célèbres le recherchent, de l’actrice française Isabel Hubert à la légende du ballet Mikhail Baryshnikov.

Lady Gaga lui a demandé d’exposer des images vidéo au Louvre et de concevoir le décor des MTV Music Video Awards 2013.

– ‘immoral’ –

Wilson, le fils gay d’un avocat conservateur du Texas, n’a pas eu un bégaiement profond qu’il a dû surmonter grâce à des séances de psychothérapie intenses, montant sur scène dès son plus jeune âge.

“J’ai grandi dans une société où je vais au théâtre où quelque chose est immoral, c’était une société religieuse de droite très conservatrice”, a-t-il déclaré à l’AFP.

Et il avait peu confiance en son talent : “J’ai toujours été le pire à l’école, en dessous de ma classe.”

READ  un étudiant en art défigure une statue d'esclave bordelaise ; Il n'y a pas de motif élémentaire

Après des études de beaux-arts et d’architecture, il s’installe à New York et s’immerge dans l’univers avant-gardiste d’Andy Warhol et John Cage, mais est choqué par ce qu’il voit à Broadway.

« Les pièces de théâtre portaient sur le jeu naturel, ce qui m’a toujours semblé artificiel. Quel est le problème avec l’illusion ? » Il a dit à l’AFP.

Ses premières œuvres étaient une réaction délibérée contre le courant dominant.

“Le Deafman Glance était silencieux, et c’était visuel, se souvient-il. C’était un choc, je pense, parce qu’à l’époque il n’y avait rien d’autre comme ça.”

Il a appris l’importance de la persévérance de la chorégraphe pionnière Martha Graham, qui lui a dit : « Si vous continuez à travailler assez longtemps et durement, vous trouverez quelque chose.

“Neuf fois sur 10, les choses ne fonctionnent pas”, dit Wilson. “Mais vous communiquez simplement.”