Route du Rhum : L’incroyable scénario

0

Lundi 12 novembre 2018, L’incroyable s’est donc produit cette nuit à Pointe à Pitre. Leader pendant six jours, François Gabart s’est fait doubler pratiquement sur la ligne d’arrivée dans la pétole Guadeloupéenne. Pendant 6 heures, 60 milles, le temps qu’aura duré ce tour de la Guadeloupe abracadabrantesque, François Gabart et Francis Joyon nous ont tenu en haleine. Et c’est donc le second qui l’emporte d’un souffle, mettant ainsi un terme à un suspense de fous entretenu depuis le passage de la Tête à l’Anglais, aux arrêts buffet à Bouillante, aux re-départs de Basse Terre, et aux deux derniers milles littéralement bord à bord à 3 nœuds de moyenne. 60 milles sur les 3542 du parcours. 1,7% de la distance pour décider d’une victoire… 7 minutes et 8 secondes sur 7 jours et quelques heures de course…

 

© Alexis COURCOUX #RDR2018

Combattif de bout en bout, Francis Joyon n’a pas volé son premier sacre sur la Route du Rhum après sept tentatives. Détenteur du Trophée Jules Verne, auréolé de multiples records en multicoque, une discipline qu’il pratique depuis 20 ans, le skipper d’IDEC Sport a prouvé sa force mentale et physique dans ce morceau de bravoure qui a vu de tomber plusieurs concurrents (le Maxi Edmond de Rothschild, et le Maxi Banque Populaire IX). « Je n’ai pas dormi depuis une semaine, déclarait-il à la conférence de presse. Et puis c’était un trajet difficile. On a eu une dose importante de moments délicats à gérer ».

 

Impérial malgré son bateau blessé, amputé d’un foil et d’un safran, le skipper de MACIF qui menait depuis le 5 novembre et qui a passé le plus clair de son temps à bricoler, pourrait juger la sentence injuste. Sauf que le marin de 35 ans, recordman du tour du monde en solitaire, ne semblait pas si dépité à son arrivée au ponton du Mémorial ACTe. Dans ses premières déclarations, il avouait même avoir savouré le spectacle donné pour la fin du bal : son duel au ralenti avec Joyon…

 

Déclarations de Francis Joyon et François Gabart, morceaux choisis

A propos de la victoire

Francis Joyon : « Elle a la saveur du Rhum de Guadeloupe et c’est vrai qu’après toutes mes participations, je la savoure d’autant plus !  C’était une course extraordinaire »

 

A propos des derniers milles

Francis : « Je me suis rendu compte que je pouvais gagner 1 minute 30 avant l’arrivée. Mais avant ça, j’ai cru que François allait me repasser parce qu’il allait beaucoup plus vite avec son code zéro. C’est vrai que ça a été un moment de grande inquiétude parce que je le voyais revenir comme un avion. J’avais l’impression de rééditer un petit peu l’arrivée de Mike Birch pour qui j’ai beaucoup d’admiration ».

© Alexis COURCOUX #RDR2018

François Gabart : « Quand il me vire devant je me dis c’est mort et puis en fait je reviens je reviens je reviens puis je me dis ‘on va se finir tous les deux sur la ligne à une longueur de bateau…’ Et voilà c’est comme ça que ça se termine, mais ce n’est qu’un détail. C’est un détail important car il arrive à la fin de la course, mais ce n’est qu’un petit moment par rapport à une course qui a duré un petit peu plus d’une semaine ! »

 

 

Sur le retour d’IDEC Sport dans les alizés

Francis : « J’ai appris les problèmes de François au dernier moment mais je me doutais qu’il avait un bateau extrêmement rapide et que si j’arrivais à regagner sur lui c’était qu’il était handicapé d’une manière ou d’une autre. Je pensais que c’était plus un problème de bas étai ou quelque chose comme ça qui le contrariait, je n’imaginais pas que les dégâts étaient aussi importants. Il a eu énormément de mérite de continuer à un rythme aussi élevé alors qu’il avait un safran et un foil en moins. Ce sont quand même de gros handicaps et François a réussi d’une part à prendre sur lui et ne rien dire, et d’autre part à faire une course hyper courageuse et engagée ».
Sur la bricole à bord

François : « Je pensais que ça allait être simple sur une transat et en fait, j’ai passé énormément de temps à bricoler et à adapter ma façon ne naviguer à tous les problèmes que j’ai pu avoir sur le bateau. J’ai passé mon temps à ça, dès qu’il y avait une phase de transition. Ça a commencé dès le passage de Ouessant et ça s’est terminé jusque dans derniers bord où il fallait pomper dans le puits de foil qui se remplissait d’eau »

© Alexis COURCOUX #RDR2018

Francis : « Je n’ai pratiquement pas bricolé: seulement un peu d’électronique à cause des chocs très violents. J’ai du réparer le capteur de pilote. Et j’ai passé pas mal de temps à la barre. Mis à part ce problème j’ai juste cassé deux bloqueurs de dérive, ce qui est très peu ».

 

 

 

A propos de la difficulté de la course

Francis : « J’ai l’impression d’avoir été plus loin que d’habitude. Là j’ai trouvé des stratégies de sommeil où j’arrivais à récupérer en quelques petits instants de temps en temps et du coup je ne me suis pas mis dans le rouge complètement. Mais c’est vrai qu’en matière de navigation un peu sauvage, les deux premiers jours c’était vraiment très très sauvage. Et je comprends qu’il y ait eu beaucoup de bateaux cassés parce qu’il fallait réussir à passer sans casser le bateau et j’ai failli plusieurs fois casser le bateau moi aussi  (…) Le trajet a été difficile, même en croyant avoir du beau temps dans les alizés, on avait des passages de grains assez violents. Les changements de voile étaient difficiles, le bateau était brutal, c’était sportif. C’est ce qu’on venait chercher mais cela restait des moments délicats. Je suis dézingué au niveau auditif car le bateau était en vibration et en sifflement constant… »

François : « Si j’ai la patate comme lui à 62 ans, ce sera bien. C’est la preuve que la voile maintient en forme. Cela dit, quand on regarde ce qu’on a fait… Moi, je n’ai pas beaucoup dormi et parfois, on va un un peu trop loin dans l’extrême au niveau physique et mental donc il ne faut pas faire ça trop souvent.  Une fois par an, c’est suffisant »

 

Sur la beauté de la course, au delà du résultat

© Alexis COURCOUX #RDR2018

François : « Je suis content de la course. Cette course aurait pu s’arrêter plus tôt, ça ne se joue pas à grand chose. J’arrive quand même jusqu’ici en Guadeloupe, ravi de m’être tiré la bourre. C’est vrai que je suis deuxième.  La victoire, est-ce vraiment ce que je viens chercher systématiquement ? Ces dernières années, j’ai eu la chance de vivre des courses de dingues. Ce que tu retiens à la fin, c’est ça. Ce sont les expériences que tu vis… Je retiendrai que j’ai eu peur, que j’étais tendu quand je voyais Francis revenir, que c’était insupportable. Et ce dernier bord à bord la nuit dans la pétole. Peut-être que demain j’aurais la gueule de bois et que ça fera mal de ne pas avoir gagné, mais je crois surtout que je m’en souviendrai toute ma vie de cette course, parce qu’elle était belle jusqu’au bout. Et j’y ai appris plein de choses ».

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.