mai 16, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Élections françaises : comment se comparent les promesses de Macron et de Le Pen sur la technologie, la cybersécurité et les médias sociaux

La scène technologique française s’avère être un champ de bataille majeur dans le prochain second tour des élections présidentielles du pays, qui verra dimanche la candidate d’extrême droite Marine Le Pen affronter le centre droit sortant Emmanuel Macron.

L’écosystème technologique français est classé troisième en Europe en termes de collecte de fonds après le Royaume-Uni et l’Allemagne, les candidats à la présidence doivent donc corriger cela afin de poursuivre le cycle de croissance.

Le Pen aura du mal à convaincre l’élite technologique après le succès de Macron. Les rhinocéros se développent en France – des entreprises d’une valeur marchande de 1 milliard d’euros. Le pays a annoncé la sortie de la 25e licorne du pays en janvier 2022, trois ans avant le calendrier de Macron.

Le titulaire a apporté de nouveaux changements de politique à sa déclaration sur la technologie et le numérique par rapport à ses propositions lors des élections de 2017. Ses nouvelles propositions pour 2022 se concentrent sur l’éducation numérique et la cybersécurité.

Sans surprise, Le Pen, la candidate du Rassemblement national, a résumé ses idées pour le numérique en deux mots : « souveraineté numérique ».

Voici comment les deux déclarations se comparent pour le numérique, la technologie et les médias sociaux.

Autonomie européenne

Pour atteindre la «souveraineté numérique», Le Pen a proposé des mesures telles que l’utilisation exclusive de fournisseurs français pour les commandes publiques dans les domaines militaire et de la sécurité nationale. D’autres demandes publiques de fournisseurs européens ou français seront priorisées, notamment via le « Fonds Souverain Français » que vous envisagez de mettre en place.

Le Pen souhaite également que les entreprises de données et de services publics n’hébergent que des opérateurs français et européens, ce qui représente un défi majeur car il n’existe actuellement aucune alternative européenne aux services développés par les géants américains, ce qui implique la mise en place de centres de données.

Le chef de file du Rassemblement national appelle également au contrôle des investissements étrangers en France, qui empêchera les entreprises étrangères ou non européennes de racheter les entreprises et start-up françaises.

D’un autre côté, Macron envisage un agenda plus européen car il veut créer l’autonomie européenne en construisant le cloud privé du bloc. Il souhaite également que l’Europe construise son propre Metaverse, pour rivaliser avec Meta, anciennement connu sous le nom de Facebook.

READ  Parlez-vous français? Boris Johnson Une reconnaissance de la sombre église française de Boris Johnson

Cependant, il a révisé sa « loi européenne sur l’achat », qui faisait partie de sa promesse de campagne de 2017, et dans ses déclarations de 2022, il a déclaré qu’il « revoirait la politique d’achat de l’État » afin que l’objectif principal soit d’acheter des produits locaux plutôt que d’acheter. moins cher » Le développement de l’innovation et des industries françaises.

La personne élue sera chargée de mettre en œuvre le Digital Markets Act (DMA) de la Commission européenne, un projet de loi européen visant à empêcher les grandes entreprises, notamment les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) d’abuser de leur pouvoir de marché et à permettre aux entreprises européennes de nouveau pour entrer sur le marché.

Éducation et formation

Macron attache de l’importance à la formation et a annoncé son intention de former 1 million de personnes aux « métiers d’avenir », qui incluent l’intelligence artificielle (IA), la transition énergétique et la robotique.

Il veut également former 400 000 personnes en génie informatique au cours des cinq prochaines années, et dit vouloir que les écoles apprennent aux enfants à coder dès l’âge de 10 ans.

Macron a également proposé de recruter 20 000 personnes pour aider à combler la fracture numérique et apporter un soutien à ceux qui ont besoin d’aide pour maîtriser les outils numériques.

Le Pen a annoncé un « examen de formation » pour les entreprises qui emploient des jeunes sous contrat de travail et d’études ou de formation professionnelle. Le montant s’élèvera à 5 000 euros à 6 000 euros par an pour un lycéen et environ 8 500 euros.

Attirer les talents et les investissements étrangers

L’un des plus gros problèmes auxquels sont confrontées les startups en France est le recrutement et la rétention des talents.

Le Pen veut « garder les jeunes en France » pour créer des entreprises dans le pays. Elle prévoit de les inciter à rester en exonérant les jeunes entrepreneurs de moins de 30 ans de l’impôt sur les sociétés pendant les cinq premières années pour les empêcher de voyager à l’étranger après leurs études.

READ  L'échange de crypto-monnaie Binance essaie d'impressionner la France

D’autre part, Macron invite les hommes d’affaires et les investisseurs hors de l’Union européenne à venir en France.

En 2021, il lance le French Technology Visa, un dispositif accéléré permettant aux salariés fondateurs et aux investisseurs de start-up hors Union européenne d’obtenir un titre de séjour en France.

Maya Noel, directrice générale de France Digitale, une association qui représente plus de 1 800 entrepreneurs et investisseurs numériques en France, a déclaré que si la formation des ressortissants français est importante, la France a besoin de talents rapidement.

« Il y a urgence aujourd’hui à pouvoir attirer les talents », a-t-elle déclaré à Euronews.next, ajoutant que la diversité est une véritable richesse de force et de croissance pour les entreprises.

Alors que France Digitale est apolitique, le groupe craint une politique d’immigration plus stricte sous Le Pen.

« Nous avons quelques inquiétudes concernant la politique d’immigration. Quand vous lisez le programme numérique de Marine Le Pen, il est plus complet qu’il ne l’était il y a cinq ans et nous sentons que des progrès ont été faits », a déclaré Noel.

« Mais il y a certaines questions qui nous préoccupent et l’existence d’une politique de fermeture des frontières en matière d’immigration est très inquiétante. »

Noel a également mis en garde contre des politiques totalement incompatibles avec les investissements étrangers en France car « elles risqueraient vraiment de ralentir l’écosystème en France et ce serait néfaste ».

« Même si les startups françaises ont connu de belles années et montrent qu’on peut attirer beaucoup de capitaux, on devrait pouvoir continuer », a-t-elle déclaré.

« Pour faire évoluer les start-up, il faut toujours continuer à investir et pas forcément toujours avoir les capitaux pour le faire en Europe. C’est important si on veut continuer à attirer rapidement des capitaux étrangers tout en ayant le contrôle stratégique. »

Des médias sociaux

Le Pen a promis de mettre fin à la « censure » des entreprises de médias sociaux, telles que Facebook et Twitter, qui ont suspendu des comptes pour avoir enfreint leurs règles. Elle soutient que c’est aux tribunaux de décider de fermer ou non un compte.

READ  CBSE Sample Paper 2021-22: Class 10 French, German Sample Papers with Solutions, Paper Method

Si les géants des médias sociaux comme Facebook ne se conforment pas à ses exigences, Le Pen a déclaré qu’elle n’hésiterait pas à « créer et gérer un réseau social public libre et ouvert ».

Macron a adopté une approche différente sur les réseaux sociaux et a déclaré qu’il voulait lutter contre la cyberintimidation. Il a proposé plus de contrôle parental dans le but de limiter l’accès des enfants aux réseaux sociaux.

la cyber-sécurité

Depuis l’invasion russe de l’Ukraine en février et une série de cyberattaques des deux côtés, il n’est pas surprenant que les camps de Macron et de Le Pen aient intensifié leurs efforts de cyberdéfense.

Le Pen a fait de la cybersécurité une entreprise clé et a déclaré qu’elle établirait une programmation législative majeure pour la sécurité et la justice. Elle souhaite également créer une équipe de « commando numérique » qui agirait en cas de cyberattaque.

Macron a déclaré que pour renforcer les capacités de cyberdéfense de la France, 1,6 milliard d’euros seront alloués entre 2019 et 2025. Il appelle également à davantage de cybercombattants et recrutera 1 900 personnes supplémentaires d’ici 2025.

Technologie et environnement – le chaînon manquant

Alors que les camps de Le Pen et Macron mettent en avant les plans environnementaux, aucun d’eux ne mentionne comment les entreprises technologiques peuvent construire un avenir plus vert.

« De toute façon aujourd’hui, en termes de numérique, il n’y a pas beaucoup d’informations sur le lien entre le numérique et l’environnement et c’est un peu dommage », a déclaré Noel.

« Alors qu’on parle de besoin de financements et que les startups talentueuses ont aussi besoin de clients. Nous sommes convaincus que les acteurs du numérique jouent un rôle énorme dans la transition verte car c’est aussi quelque chose qui anime beaucoup notre écosystème du fait de cette capacité à avoir le public en tant que client.