juillet 3, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Fourniture de six réacteurs nucléaires : point d’interrogation sur l’apport de la Russie, l’Inde évalue la propulsion française à Jaitapur

Dans un contexte de doutes croissants sur le partenariat nucléaire civil avec la Russie en Au lendemain de la guerre d’Ukraineil y a des indications de nouveaux progrès sur l’accord tant attendu avec la compagnie d’électricité française EDF pour la fourniture de six réacteurs nucléaires EPR (European Pressurized Water Reactors).

Le ministère de l’Energie atomique étudie activement une offre commerciale technico-commerciale engageante de l’énergéticien français pour participer à la construction de six réacteurs EPR de troisième génération à Jaitapur dans le Maharashtra.

Une équipe de haut niveau de l’EDF était ici à la fin du mois dernier.

New Delhi a été récompensé Approbation préliminaire du site de Jaitapur dans le Maharashtra pour construire six réacteurs d’une capacité de 1 650 mégawatts (mégawatts d’électricité) chacun dans le cadre d’un accord nucléaire global signé avec la France en septembre 2008.

Le meilleur de l’Express Premium
excellent
Espérant lever plus d'impôts directs que ne le prévoit cette finance ;  regarder pleurer...excellent
La mariée sans préjugésexcellent
Coup de blessure de Rajiv Gandhi - histoire dans le cadreexcellent

🚨 Offre d’une durée limitée | Express Premium avec Ad-Lite pour seulement Rs 2 par jour Cliquez ici pour vous abonner 🚨

Cependant, cette proposition a été suspendue en raison de multiples facteurs, notamment le ralentissement des projets nucléaires dans le monde après l’accident de Fukushima et la réorganisation interne de l’installation nucléaire française Areva (reprise plus tard par EDF).

Si l’accord de Jaitapur est conclu, ce sera le plus grand site de production d’énergie nucléaire du pays avec une capacité totale de 9 900 mégawatts et l’un des plus gros contrats d’exportation pour la partie française.

Des sources ont déclaré que la question de l’offre technique commerciale avait été soulevée lors de pourparlers au niveau de la délégation entre le Premier ministre Narendra Modi et le président français Emmanuel Macron en mai.

À l’heure actuelle, la Russie est le seul pays à avoir mis en place des projets nucléaires importés basés sur des réacteurs à eau légère en Inde, malgré les fruits de la coopération internationale dans le domaine de l’énergie nucléaire depuis plus d’une décennie.

READ  Rafael Varane craint une blessure pour Manchester United lors de la finale de la Ligue France-Espagne

La Russie a participé au projet sur le site de Kudankulam dans le cadre d’un accord signé en 1998, avec une capacité de 2 000 MW – les unités 1 et 2 (2X1 000 MW) sont actuellement en exploitation. Des travaux sont en cours pour lancer quatre autres réacteurs : Unités 3 à 6 (KKNPP 3 & 4 et KKNPP 5 & 6, 4X1000 MW électrique).

Outre les Français, des discussions sur des propositions de projets avec des partenaires technologiques américains pour Covada, Andhra Pradesh (6 x 1208 MW électriques) sont toujours en cours.

expliqué

Panier d’alimentation plus grand

Si Jaitapur décolle, ce sera le plus grand site d’électricité du pays avec une capacité de 9 000 MW. Compte tenu de la guerre en Europe, il est également nécessaire de diversifier le panier de la coopération nucléaire. En outre, New Delhi estime que la France n’a pas réussi à gérer les délais des projets EPR dans le monde.

En février 2022, le KKNPP 3 et 4 et le KKNPP 5 et 6 avaient enregistré des progrès matériels globaux de 58,22 % et 8,12 % respectivement, mais des sources ont indiqué que le calendrier d’achèvement du projet Kudankulam est « susceptible d’être affecté » car les composants et l’équipement seront importés de L’Ukraine et la Russie pourraient être retardées en raison des problèmes de logistique et d’expédition résultant du conflit.

Des sources ont déclaré que Rosatom, l’organisation nucléaire russe, n’est pas une entité sanctionnée pour le moment, mais le conflit actuel souligne la nécessité d’un panier de coopération nucléaire plus diversifié.

S’adressant à The Indian Express au sujet de l’avancement du projet de Jaitapur, Emmanuel Lénine, ambassadeur de France en Inde, a déclaré : « Ce sont tous de grands projets, de grands problèmes à long terme et nous devons les aborder de manière très professionnelle par le biais de discussions. Nous avons des aspects techniques , les aspects commerciaux, les aspects financiers et vous avez un aspect. La sécurité et tout ce qui doit être fait de manière professionnelle et c’est ce que nous faisons maintenant. Les deux gouvernements estiment que c’est une excellente collaboration et que c’est un projet majeur pour lutter contre le changement climatique mais aussi pour une vraie autonomie. »

READ  Rapport: Le défenseur français prévoit de quitter Barcelone cet été

Se référant à ce qu’il a appelé le « travail incroyable » de l’Inde en termes d’énergie renouvelable, Lénine a déclaré : « … tout le monde a été impressionné par l’annonce du Premier ministre Modi à la COP (Conférence sur le changement climatique). Vous devez également disposer d’une source d’énergie stable. – actuellement, c’est le charbon. Si vous voulez sortir du charbon, alors le nucléaire serait le mieux. Les discussions ont été très positives. »

Il y a 22 réacteurs d’une capacité de 6 780 MW en service en Inde, et un réacteur Kakrapar-3 (700 MW) supplémentaire a été connecté au réseau le 10 janvier 2021.

Bien que l’EPR soit la prochaine génération de réacteurs nucléaires d’EDF, les retards suscitent toujours des inquiétudes compte tenu de l’historique des projets basés sur l’EPR dans le monde.

Par exemple, le projet de réacteur Flamanville 3 basé sur l’EPR en France, déjà en retard d’une décennie, a vu son coût quadrupler depuis 2004 et le chargement du combustible du projet a été retardé jusqu’à six mois.

EDF a déclaré que les inspections d’assemblages combustibles du réacteur EPR Taishan 1 en Chine ont montré « une usure mécanique de certains composants d’assemblage », qui a déjà été observée dans plusieurs réacteurs français.

China Public Nuclear Power Group, qui exploite la centrale de Taishan avec EDF, a arrêté l’un de ses réacteurs en août pour enquêter sur les dommages causés au combustible, après qu’EDF a déclaré qu’il étudiait un problème potentiel lié à une accumulation de gaz radioactifs. Son autre site EPR, en Finlande à Olkiluoto 3, a commencé des travaux critiques le mois dernier après des retards de plusieurs années et des dépassements de coûts.

READ  Christopher Pine espère "Nous ferons un compromis avec la France"

En Inde, la filiale d’EDF Framatum, qui a conclu un accord de collaboration avec L&T pour fabriquer certains composants de l’îlot nucléaire, fait partie des partenariats dont l’installation française serait susceptible de bénéficier pour assurer un contenu et des coûts de localisation accrus. maintenu bas. Une enquête détaillée adressée à EDF à ce sujet n’a pas suscité de réponse.

Bien que les preuves suggèrent qu’il n’y a pas de paramètres de coût définis, les deux réacteurs de conception russe (unités KKNPP 3 et 4) présentés à Kudankulam ont nécessité des pénalités initiales pour le coût du projet de Rs 39 849 crore (en 2014), ce qui se traduit par un coût de près de 20 crores de roupies par mégawatt par rapport au coût moyen du projet de 7 à 10 crores de roupies par mégawatt pour les projets nucléaires existants qui reposent en grande partie sur la technologie originale du PHWR (réacteur à eau lourde sous pression).