Connect with us

science

Les capacités de conduite autonome du Perseverance Rover de la NASA sont mises à l’épreuve dans la ruée vers le delta de Mars

Published

on

Les capacités de conduite autonome du Perseverance Rover de la NASA sont mises à l’épreuve dans la ruée vers le delta de Mars

Le rover Mars Perseverance de la NASA réfléchit sur les traces de ses roues le 17 mars 2022, le 381 Sol day ou Sol day de la mission. Crédit : NASA/JPL-Caltech

Les capacités de conduite autonome du rover seront mises à l’épreuve ce mois-ci alors qu’une série record de sprints commence vers son prochain lieu d’échantillonnage.

Mars rover is trying to cover more distance in a single month than any rover before it – and it’s doing so using artificial intelligence. On the path ahead are sandpits, craters, and fields of sharp rocks that the rover will have to navigate around on its own. At the end of the 3-mile (5-kilometer) journey, which began March 14, 2022, Perseverance will reach an ancient river delta within Jezero Crater, where a lake existed billions of years ago.

This delta is one of the best locations on Mars for the rover to look for signs of past microscopic life. Using a drill on the end of its robotic arm and a complex sample collection system in its belly, Perseverance is collecting rock cores for return to Earth – the first part of the Mars Sample Return campaign.

“The delta is so important that we’ve actually decided to minimize science activities and focus on driving to get there more quickly,” said Ken Farley of Caltech, Perseverance’s project scientist. “We’ll be taking lots of images of the delta during that drive. The closer we get, the more impressive those images will be.”

Perseverance Mars Rover Route to Jezero Crater Delta

NASA’s Perseverance Mars rover will follow the proposed route to Jezero Crater’s delta shown in this animation. The delta is one of the most important locations the rover will visit as it seeks signs of ancient life on Mars. Credit: NASA/JPL-Caltech/ASU/MSSS/University of Arizona

The science team will be searching these images for the rocks they’ll eventually want to study in closer detail using the instruments on Perseverance’s arm. They’ll also hunt for the best routes the rover can take to ascend the 130-foot-high (40-meter-high) delta.

READ  Les scientifiques utilisent des scanners cérébraux et l'intelligence artificielle pour "décoder" les pensées

But first, Perseverance needs to get there. The rover will do this by relying on its self-driving AutoNav system, which has already set impressive distance records. While all of NASA’s Mars rovers have had self-driving abilities, Perseverance has the most advanced one yet.

“Self-driving processes that took minutes on a rover like Opportunity happen in less than a second on Perseverance,” said veteran rover planner and flight software developer Mark Maimone of NASA’s Jet Propulsion Laboratory in Southern California, which leads the mission. “Because autonomous driving is now faster, we can cover more ground than if humans programmed every drive.”

How Rover Planning Works

Before the rover rolls, a team of mobility planning experts (Perseverance has 14 who trade off shifts) writes the driving commands the robotic explorer will carry out. The commands reach Mars via NASA’s Deep Space Network, and Perseverance sends back data so the planners can confirm the rover’s progress. Multiple days are required to complete some plans, as with a recent drive that spanned about 1,673 feet (510 meters) and included thousands of individual rover commands.

Some drives require more human input than others. AutoNav is useful for drives over flat terrain with simple potential hazards – for instance, large rocks and slopes – that are easy for the rover to detect and work around.

Thinking While Driving

AutoNav reflects an evolution of self-driving tools previously developed for NASA’s Spirit, Opportunity, and Curiosity rovers. What’s different for AutoNav is “thinking while driving” – allowing Perseverance to take and process images while on the move. The rover then navigates based on those images. Is that boulder too close? Will its belly be able to clear that rock? What if the rover wheels were to slip?

READ  La découverte du «monde souterrain galactique» des trous noirs dans la Voie lactée

Upgraded hardware allows “thinking while driving” to happen. Faster cameras mean Perseverance can take images quickly enough to process its route in real-time. And unlike its predecessors, Perseverance has an additional computer dedicated entirely to image processing. The computer relies on a single-purpose, super-efficient microchip called a field-programmable gate array that is great for computer vision processing.

“On past rovers, autonomy meant slowing down because data had to be processed on a single computer,” Maimone said. “This extra computer is insanely fast compared to what we had in the past, and having it dedicated for driving means you don’t have to share computing resources with over 100 other tasks.”

Of course, humans aren’t completely out of the picture during AutoNav drives. They still plan the basic route using images taken from space by missions like NASA’s Mars Reconnaissance Orbiter. Then, they mark obstacles such as potential sand traps for Perseverance to avoid, drawing “keep out” and “keep in” zones that help it navigate.

Another big difference is Perseverance’s sense of space.

Curiosity’s autonomous navigation program keeps the rover in a safety bubble that is 16 feet (5 meters) wide. If Curiosity spots two rocks that are, say, 15 feet (4.5 meters) apart – a gap it could easily navigate – it will still stop or travel around them rather than risk passing through.

But Perseverance’s bubble is much smaller: A virtual box is centered on each of the rover’s six wheels. Mars’ newest rover has a more sensitive understanding of the terrain and can get around boulders on its own.

READ  Un astronaute de SpaceX prend une photo d'étoile de la Terre, prise sur iPhone

“When we first looked at Jezero Crater as a landing site, we were concerned about the dense fields of rocks we saw scattered across the crater floor,” Maimone said. “Now we’re able to skirt or even straddle rocks that we couldn’t have approached before.”

While previous rover missions took a slower pace exploring along their path, AutoNav provides the science team with the ability to zip to the locations they prioritize the most. That means the mission is more focused on its primary objective: finding the samples that scientists will eventually want to return to Earth.

More About the Mission

A key objective for Perseverance’s mission on Mars is astrobiology, including the search for signs of ancient microbial life. The rover will characterize the planet’s geology and past climate, pave the way for human exploration of the Red Planet, and be the first mission to collect and cache Martian rock and regolith (broken rock and dust).

Subsequent NASA missions, in cooperation with ESA (European Space Agency), would send spacecraft to Mars to collect these sealed samples from the surface and return them to Earth for in-depth analysis.

The Mars 2020 Perseverance mission is part of NASA’s Moon to Mars exploration approach, which includes Artemis missions to the Moon that will help prepare for human exploration of the Red Planet.

JPL, which is managed for NASA by Caltech in Pasadena, California, built and manages operations of the Perseverance rover.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

science

La fusée Falcon 9 de SpaceX vient de terminer une mission historique

Published

on

La fusée Falcon 9 de SpaceX vient de terminer une mission historique

SpaceX lance et fait atterrir des fusées depuis 2015, même si certains de ces premiers atterrissages ne se sont pas déroulés comme prévu et se sont soldés par une boule de feu.

De nos jours, les atterrissages sont en grande partie terminés et mardi soir, la compagnie de vols spatiaux a réussi son 300e atterrissage réussi de première étape. Elon Musk, PDG de SpaceX Il a félicité son équipe Pour réaliser cet exploit.

La mission de mardi visant à déployer 23 satellites Starlink en orbite a décollé du Kennedy Space Center en Floride à 18 h 17 HE. SpaceX a diffusé en direct la mission historique sur les réseaux sociaux :

Moteurs à pleine puissance et décollage ! pic.twitter.com/FeW78mZio2

– EspaceX (@SpaceX) 23 avril 2024

Environ huit minutes après le lancement, le premier étage de la fusée Falcon 9 a effectué un atterrissage droit parfait à bord du drone Just Read the Instructions stationné dans l'océan Atlantique. Regardez le booster de 41,2 mètres effectuer le 300ème atterrissage du booster Falcon 9 :

Le premier étage du Falcon 9 a atterri sur le drone Just Read the Instructions, complétant ainsi le 300ème atterrissage du Falcon ! pic.twitter.com/1YHqiHWjkN

– EspaceX (@SpaceX) 23 avril 2024

L'atterrissage du premier étage du booster de cette manière permet à SpaceX d'effectuer des missions à un coût bien inférieur à celui s'il devait construire une nouvelle mission pour chaque vol. Il est également devenu possible d'obtenir une fréquence de tir plus élevée. La société a construit plusieurs boosters Falcon 9 qui ont volé plusieurs fois au fil des ans. La mission de mardi était le neuvième vol de cette fusée particulière, qui a déjà lancé Crew-6, SES O3b mPOWER, USSF-124 et maintenant six missions Starlink.

READ  Le rover persévérant prend des photos de roches martiennes très étranges

Le record de vol actuel détenu par une seule fusée SpaceX appartient à Booster 1062, qui a été lancé et atterri plus tôt ce mois-ci pour une 20e fois record.

SpaceX a réalisé son premier atterrissage d'appoint en 2015 après avoir connu un certain nombre d'accidents au cours desquels le véhicule a atterri avec trop de force ou est tombé après l'atterrissage. L’équipe a atteint 200 atterrissages en juin dernier, et comme SpaceX augmente régulièrement son taux de lancement, le 400e atterrissage aura probablement lieu encore plus rapidement.

Recommandations des rédacteurs




Continue Reading

science

La sonde spatiale Voyager 1 transmet à nouveau des données après que la NASA les a détectées à distance à 24 milliards de kilomètres – The Irish Times

Published

on

La sonde spatiale Voyager 1 transmet à nouveau des données après que la NASA les a détectées à distance à 24 milliards de kilomètres – The Irish Times

Le vaisseau spatial le plus éloigné de la Terre, Voyager 1, a recommencé à communiquer correctement avec la NASA après que les ingénieurs ont travaillé pendant des mois pour réparer à distance la sonde vieille de 46 ans.

Le Jet Propulsion Laboratory de la NASA, qui construit et exploite le vaisseau spatial robotique de l'agence, a déclaré en décembre que la sonde, située à plus de 24 milliards de kilomètres, envoyait un code absurde à la Terre.

Dans une mise à jour publiée lundi, le JPL a annoncé que l’équipe de la mission avait pu « après quelques investigations innovantes » obtenir des données utilisables sur la santé et l’état des systèmes d’ingénierie de Voyager 1. « La prochaine étape consiste à permettre au vaisseau spatial de commencer à apporter les données scientifiques. dos. » Elle a ajouté que malgré le défaut, Voyager 1 fonctionnait normalement depuis le début.

Lancé en 1977, Voyager 1 a été conçu dans le but principal d'effectuer des études rapprochées de Jupiter et de Saturne au cours d'une mission de cinq ans. Cependant, son voyage s'est poursuivi et le vaisseau spatial approche désormais d'un demi-siècle d'exploitation.

Voyager 1 a pénétré dans l'espace interstellaire en août 2012, ce qui en fait le premier objet fabriqué par l'homme à quitter le système solaire. Il roule actuellement à une vitesse de 60 821 km/h.

Le dernier problème était lié à l'un des trois ordinateurs à bord du vaisseau spatial, chargé de remplir les données scientifiques et techniques avant de les envoyer sur Terre. Incapable de réparer une puce cassée, l'équipe du JPL a décidé de déplacer le code endommagé ailleurs, une tâche difficile compte tenu de la technologie obsolète.

READ  Une éruption intense sur de jeunes étoiles semblables au Soleil suggère un environnement brutal pour le développement exoplanétaire

Les ordinateurs de Voyager 1 et de sa sœur Voyager 2 disposaient de moins de 70 kilo-octets de mémoire au total, soit l'équivalent d'une image informatique à basse résolution. Ils utilisent de vieilles bandes numériques pour enregistrer des données.

La réparation a été envoyée depuis la Terre le 18 avril, mais il a fallu deux jours pour évaluer si elle a réussi, car il faut environ 22 heures et demie pour que le signal radio atteigne Voyager 1 et 22 heures supplémentaires pour que la réponse revienne sur Terre. .

« Lorsque l'équipe de vol de la mission a reçu une réponse du vaisseau spatial le 20 avril, elle a constaté que la modification fonctionnait », a déclaré le JPL.

Parallèlement à son annonce, le JPL a publié une photo des membres de l'équipe de vol du Voyager applaudissant et applaudissant dans une salle de conférence après avoir reçu des données utilisables, avec des ordinateurs portables, des cahiers et des cookies sur la table devant eux.

L'astronaute canadien à la retraite Chris Hadfield, qui a participé à deux missions de navette spatiale et a servi comme commandant de la Station spatiale internationale, a comparé la mission du JPL à l'entretien longue distance d'une vieille voiture.

« Imaginez qu'une puce informatique se brise dans votre voiture en 1977. « Imaginez maintenant qu'elle se trouve dans l'espace interstellaire, à 25 milliards de kilomètres de là », a écrit Hadfield.

Voyager 1 et 2 ont fait de nombreuses découvertes scientifiques, notamment des enregistrements détaillés de Saturne et la révélation que Jupiter possède également des anneaux, ainsi qu'une activité volcanique active sur l'une de ses lunes, Io. Des sondes ont ensuite découvert 23 nouvelles lunes autour des planètes extérieures.

READ  La découverte du «monde souterrain galactique» des trous noirs dans la Voie lactée

Parce que leur trajectoire les éloigne du Soleil, les sondes du Voyager sont incapables d'utiliser des panneaux solaires et convertissent à la place la chaleur générée par la désintégration radioactive naturelle du plutonium en électricité pour alimenter les systèmes du vaisseau spatial.

La NASA espère continuer à collecter des données des deux vaisseaux spatiaux Voyager pendant encore plusieurs années, mais les ingénieurs s'attendent à ce que les sondes soient trop hors de portée pour communiquer d'ici une décennie environ, en fonction de la quantité d'énergie qu'elles peuvent générer. Voyager 2 est un peu en retard sur son jumeau et se déplace un peu plus lentement.

Dans environ 40 000 ans, les deux sondes passeront relativement près, en termes astronomiques, de deux étoiles. Voyager 1 s'approchera à moins de 1,7 années-lumière d'une étoile de la constellation de la Petite Ourse, tandis que Voyager 2 s'approchera à une distance similaire d'une étoile appelée Ross 248 dans la constellation d'Andromède. -Gardien

Continue Reading

science

Voyager 1 renvoie des données après que la NASA a réparé à distance une sonde vieille de 46 ans | espace

Published

on

Voyager 1 renvoie des données après que la NASA a réparé à distance une sonde vieille de 46 ans |  espace

Le vaisseau spatial le plus éloigné de la Terre, Voyager 1, a recommencé à communiquer correctement avec la NASA après que les ingénieurs ont travaillé pendant des mois pour réparer à distance la sonde vieille de 46 ans.

Le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA, qui construit et exploite le vaisseau spatial robotique de l'agence, il a dit en décembre Que la sonde – à plus de 24 milliards de kilomètres de distance – envoyait un code absurde à la Terre.

dans Mise à jour publiée lundiLe JPL a annoncé que l'équipe de la mission a pu « après quelques investigations innovantes » obtenir des données utilisables sur la santé et l'état des systèmes d'ingénierie de Voyager 1. « La prochaine étape consiste à permettre au vaisseau spatial de recommencer à renvoyer des données scientifiques », a déclaré le JPL. Elle a ajouté que malgré le défaut, Voyager 1 fonctionnait normalement depuis le début.

Lancé en 1977, Voyager 1 a été conçu dans le but principal d'effectuer des études rapprochées de Jupiter et de Saturne au cours d'une mission de cinq ans. Cependant, son voyage s'est poursuivi et le vaisseau spatial approche désormais d'un demi-siècle d'exploitation.

Voyager 1 a pénétré dans l'espace interstellaire en août 2012, ce qui en fait le premier objet fabriqué par l'homme à quitter le système solaire. Il roule actuellement à 37 800 mph (60 821 km/h).

Le dernier problème était lié à l'un des trois ordinateurs à bord du vaisseau spatial, chargé de remplir les données scientifiques et techniques avant de les envoyer sur Terre. Incapable de réparer une puce cassée, l'équipe du JPL a décidé de déplacer le code endommagé ailleurs, une tâche difficile compte tenu de la technologie obsolète.

READ  « La plus ancienne forêt fossile du monde » découverte dans des falaises de la côte sud de l'Angleterre

Les ordinateurs de Voyager 1 et de sa sœur Voyager 2 disposaient de moins de 70 kilo-octets de mémoire au total, soit l'équivalent d'une image informatique à basse résolution. Ils utilisent de vieilles bandes numériques pour enregistrer des données.

Le correctif a été envoyé depuis la Terre le 18 avril, mais il a fallu deux jours pour évaluer s'il a réussi, car il faut environ 22 heures et demie pour qu'un signal radio atteigne Voyager 1 et encore 22 heures et demie pour la réponse à retourner dans l'espace. Atterrir. « Lorsque l'équipe de vol de la mission a reçu une réponse du vaisseau spatial le 20 avril, elle a constaté que la modification fonctionnait », a déclaré le JPL.

Voyager 1 et 2 ont fait de nombreuses découvertes scientifiques, notamment des enregistrements détaillés de Saturne et la révélation que Jupiter possède également des anneaux, ainsi qu'une activité volcanique active sur l'une de ses lunes, Io. Des sondes ont ensuite découvert 23 nouvelles lunes autour des planètes extérieures.

Parce que leur trajectoire les éloigne du Soleil, les sondes du Voyager sont incapables d'utiliser des panneaux solaires et convertissent à la place la chaleur générée par la désintégration radioactive naturelle du plutonium en électricité pour alimenter les systèmes du vaisseau spatial.

Dans environ 40 000 ans, les deux sondes passeront relativement près, en termes astronomiques, de deux étoiles. Voyager 1 s'approchera à moins de 1,7 années-lumière d'une étoile de la constellation de la Petite Ourse, tandis que Voyager 2 s'approchera à une distance similaire d'une étoile appelée Ross 248 dans la constellation d'Andromède.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023