Connect with us

science

Les scientifiques sont déconcertés par les matériaux les plus durs sur Terre – une « torsion inattendue »

Published

on

Les scientifiques sont déconcertés par les matériaux les plus durs sur Terre – une « torsion inattendue »

Les images générées par microscopie montrent l’évolution de la fracture et la déformation qui l’accompagne de la structure cristalline dans un alliage CrCoNi à l’échelle nanométrique lors d’un test de contrainte à 20 K (-424 ° F). La fracture s’étend de gauche à droite. Crédit : Robert Ritchie/Berkeley Lab

Une nouvelle étude révèle les propriétés profondes d’un simple métal[{ » attribute= » »>alloy.

Scientists have measured the highest toughness ever recorded, of any material, while investigating a metallic alloy made of chromium, cobalt, and nickel (CrCoNi). Not only is the metal extremely ductile – which, in materials science, means highly malleable – and impressively strong (meaning it resists permanent deformation), its strength and ductility improve as it gets colder. This runs counter to most other materials in existence.

“In the same units, the toughness of a piece of silicon is one, the aluminum airframe in passenger airplanes is about 35, and the toughness of some of the best steels is around 100. So, 500, it’s a staggering number.” — Robert Ritchie

The team, led by researchers from Lawrence Berkeley National Laboratory (Berkeley Lab) and Oak Ridge National Laboratory, published a study describing their record-breaking findings in the journal Science on December 1, 2022.

“When you design structural materials, you want them to be strong but also ductile and resistant to fracture,” said project co-lead Easo George, the Governor’s Chair for Advanced Alloy Theory and Development at ORNL and the University of Tennessee. “Typically, it’s a compromise between these properties. But this material is both, and instead of becoming brittle at low temperatures, it gets tougher.”

CrCoNi is a subset of a class of metals called high entropy alloys (HEAs). All the alloys in use today contain a high proportion of one element with lower amounts of additional elements added, but HEAs are made of an equal mix of each constituent element. These balanced atomic recipes appear to bestow some of these materials with an extraordinarily high combination of strength and ductility when stressed, which together make up what is termed “toughness.” HEAs have been a hot area of research since they were first developed about 20 years ago, but the technology required to push the materials to their limits in extreme tests was not available until recently.

Grain Structures and Crystal Lattice Orientations

“The toughness of this material near liquid helium temperatures (20 kelvin, -424 °Fahrenheit) is as high as 500 megapascals square root meters. In the same units, the toughness of a piece of silicon is one, the aluminum airframe in passenger airplanes is about 35, and the toughness of some of the best steels is around 100. So, 500, it’s a staggering number,” said research co-leader Robert Ritchie, a senior faculty scientist in Berkeley Lab’s Materials Sciences Division and the Chua Professor of Engineering at UC Berkeley.

Ritchie and George began experimenting with CrCoNi and another alloy that also contains manganese and iron (CrMnFeCoNi) nearly a decade ago. They created samples of the alloys then lowered the materials to liquid nitrogen temperatures (around 77 kelvin, or -321 °F) and discovered impressive strength and toughness. They immediately wanted to follow up their work with tests at liquid helium temperature ranges, but finding facilities that would enable stress testing samples in such a cold environment, and recruiting team members with the analytical tools and experience needed to analyze what happens in the material at an atomic level took the next 10 years. Thankfully, the results were worth the wait.

Peering into the crystal

Many solid substances, including metals, exist in a crystalline form characterized by a repeating 3D atomic pattern, called a unit cell, that makes up a larger structure called a lattice. The material’s strength and toughness, or lack thereof, come from physical properties of the lattice. No crystal is perfect, so the unit cells in a material will inevitably contain “defects,” a prominent example being dislocations – boundaries where undeformed lattice meets up with deformed lattice. When force is applied to the material – think, for example, of bending a metal spoon – the shape change is accomplished by the movement of dislocations through the lattice. The easier it is for the dislocations to move, the softer the material is. But if the movement of the dislocations is blocked by obstacles in the form of lattice irregularities, then more force is required to move the atoms within the dislocation, and the material becomes stronger. On the flip side, obstacles usually make the material more brittle – prone to cracking.

“We were able to visualize this unexpected transformation due to the development of fast electron detectors in our electron microscopes, which allow us to discern between different types of crystals and quantify the defects inside them at the resolution of a single nanometer – the width of just a few atoms – which as it turns out, is about the size of the defects in deformed NiCoCr structure.” — Andrew Minor

Using neutron diffraction, electron backscatter diffraction, and transmission electron microscopy, Ritchie, George, and their colleagues at Berkeley Lab, the University of Bristol, Rutherford Appleton Laboratory, and the University of New South Wales examined the lattice structures of CrCoNi samples that had been fractured at room temperature and 20 K. (For measuring strength and ductility, a pristine metal specimen is pulled until it fractures, whereas for fracture toughness tests, a sharp crack is intentionally introduced into the sample before it is pulled and the stress needed to grow the crack is then measured.)

The images and atomic maps generated from these techniques revealed that the alloy’s toughness is due to a trio of dislocation obstacles that come into effect in a particular order when force is applied to the material. First, moving dislocations cause areas of the crystal to slide away from other areas that are on parallel planes. This movement displaces layers of unit cells so that their pattern no longer matches up in the direction perpendicular to the slipping movement, creating a type of obstacle. Further force on the metal creates a phenomenon called nanotwinning, wherein areas of the lattice form a mirrored symmetry with a boundary in between. Finally, if forces continue to act on the metal, the energy being put into the system changes the arrangement of the unit cells themselves, with the CrCoNi atoms switching from a face-centered cubic crystal to another arrangement known as hexagonal close packing.

This sequence of atomic interactions ensures that the metal keeps flowing, but also keeps meeting new resistance from obstacles far past the point that most materials snap from the strain. “So as you are pulling it, the first mechanism starts and then the second one starts, and then the third one starts, and then the fourth,” explained Ritchie. “Now, a lot of people will say, well, we’ve seen nanotwinning in regular materials, we’ve seen slip in regular materials. That’s true. There’s nothing new about that, but it’s the fact they all occur in this magical sequence that gives us these really tremendous properties.”

The team’s new findings, taken with other recent work on HEAs, may force the materials science community to reconsider long-held notions about how physical characteristics give rise to performance. “It’s amusing because metallurgists say that the structure of a material defines its properties, but the structure of the NiCoCr is the simplest you can imagine – it’s just grains,” said Ritchie. “However, when you deform it, the structure becomes very complicated, and this shift helps explain its exceptional resistance to fracture,” added co-author Andrew Minor, director of the National Center of Electron Microscopy facility of the Molecular Foundry at Berkeley Lab and Professor of Materials Science and Engineering at UC Berkeley. “We were able to visualize this unexpected transformation due to the development of fast electron detectors in our electron microscopes, which allow us to discern between different types of crystals and quantify the defects inside them at the resolution of a single nanometer – the width of just a few atoms – which as it turns out, is about the size of the defects in deformed NiCoCr structure.”

The CrMnFeCoNi alloy was also tested at 20 kelvin and performed impressively, but didn’t achieve the same toughness as the simpler CrCoNi alloy.

Forging new products

Now that the inner workings of the CrCoNi alloy are better understood, it and other HEAs are one step closer to adoption for special applications. Though these materials are expensive to create, George foresees uses in situations where environmental extremes could destroy standard metallic alloys, such as in the frigid temperatures of deep space. He and his team at Oak Ridge are also investigating how alloys made of more abundant and less expensive elements – there is a global shortage of cobalt and nickel due to their demand in the battery industry – could be coaxed into having similar properties.

Though the progress is exciting, Ritchie warns that real-world use could still be a ways off, for good reason. “When you are flying on an airplane, would you like to know that what saves you from falling 40,000 feet is an airframe alloy that was only developed a few months ago? Or would you want the materials to be mature and well understood? That’s why structural materials can take many years, even decades, to get into real use.”

Reference: “Exceptional fracture toughness of CrCoNi-based medium- and high-entropy alloys at 20 kelvin” by Dong Liu, Qin Yu, Saurabh Kabra, Ming Jiang, Paul Forna-Kreutzer, Ruopeng Zhang, Madelyn Payne, Flynn Walsh, Bernd Gludovatz, Mark Asta, Andrew M. Minor, Easo P. George and Robert O. Ritchie, 1 December 2022, Science.
DOI: 10.1126/science.abp8070

This research was supported by the Department of Energy’s Office of Science. The low-temperature mechanical testing and neutron diffraction was performed at the ENGIN-X ISIS Facility at the Rutherford Appleton Laboratory, led by first author Dong Liu. Microscopy was performed at the National Center for Electron Microscopy at the Molecular Foundry, a DOE Office of Science user facility at Berkeley Lab. The other authors on this project were Qin Yu, Saurabh Kabra, Ming Jiang, Joachim-Paul Forna-Kreutzer, Ruopeng Zhang, Madelyn Payne, Flynn Walsh, Bernd Gludovatz, and Mark Asta.

READ  Le continent oublié qui éclaire l'évolution des mammifères - ScienceDaily
Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

science

La recherche vise à faire de la cellulose une matière première renouvelable adaptée aux biocarburants

Published

on

La recherche vise à faire de la cellulose une matière première renouvelable adaptée aux biocarburants

La cellulose, qui contribue à donner aux parois cellulaires végétales leur structure rigide, s’avère prometteuse en tant que matière première renouvelable pour les biocarburants, si les chercheurs parviennent à accélérer le processus de production.

Comparée à la décomposition d’autres biocarburants tels que le maïs, la décomposition de la cellulose est lente et inefficace, mais elle peut éviter les soucis liés à l’utilisation d’une source de nourriture tout en profitant d’une matière végétale abondante qui autrement serait perdue. Les recherches menées par des chercheurs de Penn State ont révélé comment plusieurs barrières moléculaires ralentissent ce processus.

La dernière étude de l’équipe, publiée dans Actes de l’Académie nationale des sciencesIl décrit le processus moléculaire par lequel le cellobiose (une fraction de deux saccharines de cellulose synthétisée lors de la dégradation de la cellulose) peut obstruer un pipeline et interférer avec la dégradation ultérieure de la cellulose.

L’équipe de recherche a identifié de nouveaux détails sur la manière dont les enzymes cellulases Cel7A (or) sont inhibées lorsque la cellulose (verte) est décomposée par le produit de dégradation de la cellulose, le cellobiose, au niveau de la « porte d’entrée » (1) et de la « porte arrière » (2). du tunnel catalytique Cel7A, et deux autres composants issus des parois cellulaires végétales, la lignine (marron) et le xylane (orange), qui réagissent avec la cellulose. Cette recherche promet de révéler de nouvelles stratégies pour décomposer efficacement la cellulose afin de produire de la bioénergie et des biomatériaux durables. Photo : Neria Zixer/Penn State.

Fermentation efficace

La production de biocarburants repose sur la décomposition de composés tels que l’amidon ou la cellulose en glucose, qui peut ensuite être efficacement fermenté en éthanol pour être utilisé comme carburant ou converti en d’autres substances utiles. L’option de biocarburant dominante sur le marché aujourd’hui est produite à partir de maïs, en partie parce que les amidons qu’il contient se décomposent facilement, selon les chercheurs.

« L’utilisation du maïs comme source de biocarburant suscite de nombreuses inquiétudes, notamment la concurrence avec l’approvisionnement alimentaire mondial et la grande quantité de gaz à effet de serre générée lorsque l’éthanol est produit à partir du maïs », explique Charles Anderson, professeur de biologie à l’Eberly College en Pennsylvanie. Science et auteur de l’article.

READ  Cette semaine dans l'espace : la lune est une maîtresse un peu moins cruelle

« Une alternative prometteuse consiste à décomposer la cellulose des parties non comestibles des plantes telles que les tiges de maïs, d’autres déchets végétaux tels que les résidus forestiers et des cultures dédiées qui peuvent être cultivées sur des terres marginales. Mais l’un des principaux obstacles à cela est donc… appelés biocarburants de deuxième génération d’être… Économiquement compétitif, le processus actuel de craquage de la cellulose est lent et inefficace.

« Nous utilisons une technique d’imagerie relativement nouvelle pour explorer les mécanismes moléculaires qui ralentissent ce processus. »

La cellulose est constituée de chaînes de glucose liées entre elles par des liaisons hydrogène pour former des structures cristallines. Les scientifiques utilisent des enzymes appelées cellulases, dérivées de champignons ou de bactéries, pour décomposer les matières végétales et extraire le glucose de la cellulose.

Structure cristalline de la cellulose

Mais les chercheurs affirment que la structure cristalline de la cellulose, combinée à d’autres composés appelés xylane et lignine, également présents dans les parois cellulaires, constitue un défi supplémentaire à la dégradation de la cellulose. Cependant, les techniques conventionnelles n’ont pas permis de révéler les mécanismes moléculaires spécifiques de ces décélérations.

Pour explorer ces mécanismes peu clairs, les chercheurs ont marqué chimiquement des lignées cellulaires avec des marqueurs fluorescents. Ils ont ensuite utilisé le microscope SCATTIRSTORM de Penn State, que l’équipe a conçu et construit dans ce but précis, pour suivre les molécules à chaque étape du processus d’effondrement et interpréter les vidéos résultantes à l’aide d’un traitement informatique et d’une modélisation biochimique.

« Les méthodes traditionnelles surveillent le processus de dégradation à plus grande échelle, en manipulant artificiellement l’emplacement de l’enzyme ou en capturant uniquement les molécules en mouvement, ce qui signifie que vous risquez de manquer une partie du processus qui se produit naturellement », explique Will Hancock, professeur de génie biomédical à l’Université de Californie. Université de Pennsylvanie. Government Engineering College et auteur de cet article.

READ  Double queue détectée dans une nouvelle image Hubble du système Didymus-Demorphos après une collision DART

« En utilisant le microscope SCATTIRSTORM, nous avons pu observer des enzymes cellulosiques individuelles en action pour vraiment comprendre ce qui ralentit ce processus et générer de nouvelles idées sur la façon de le rendre plus efficace. »

Plus précisément, les chercheurs ont étudié l’effet d’une enzyme cellulase fongique appelée Cel7A. Dans le cadre du processus de dégradation, Cel7A alimente la cellulose dans une sorte de tunnel moléculaire, où elle est hachée.

« Cel7A transporte la chaîne du glucose jusqu’à la « porte d’entrée » du tunnel, la chaîne est coupée et les produits sortent par la « porte arrière » dans ce qui ressemble à un pipeline », explique Daguan Nong, professeur adjoint de recherche en génie biomédical à UCLA. Penn State College of Engineering et premier auteur de cet article.

« Nous ne savons pas exactement comment l’enzyme attache la chaîne de glucose au tunnel ni ce qui se passe exactement à l’intérieur, mais nous savons grâce à des études antérieures que le produit qui sort par la porte arrière, le cellobiose, peut interférer avec le traitement ultérieur de la cellulose. » Maintenant, nous en savons plus sur la façon dont ils interagissent.

Fragments de cellobiose di-saccharide

À l’intérieur du tunnel, Cel7A coupe la cellulose, qui contient des unités répétitives de glucose, en fragments de cellobiose di-saccharide. Les chercheurs ont découvert que le cellobiose présent dans la solution peut se lier à la « porte arrière » du tunnel, ce qui pourrait ralentir la sortie des molécules de cellobiose ultérieures, car il bloque essentiellement le passage. En outre, ils ont découvert qu’il pouvait se lier au Cel7A près de la porte d’entrée, empêchant ainsi l’enzyme de se lier à de la cellulose supplémentaire.

« Étant donné que le cellobiose est très similaire à la cellulose, il n’est peut-être pas surprenant que de petits morceaux puissent pénétrer dans le tunnel », explique Hancock. « Maintenant que nous comprenons mieux comment le cellobiose perturbe les choses, nous pouvons explorer de nouvelles façons d’affiner ce processus. Par exemple, nous pouvons changer la porte avant ou arrière du tunnel ou modifier certains aspects de l’enzyme Cel7A. plus efficace pour prévenir cette inhibition.

READ  Révolutionner l'industrie et la société spatiales

« De nombreux travaux ont été réalisés pour concevoir des enzymes cellulases plus efficaces au cours des deux dernières décennies, et il s’agit d’une approche incroyablement puissante. Une meilleure compréhension des mécanismes moléculaires qui limitent la dégradation de la cellulose nous aidera à diriger cet effort. »

Cette recherche s’appuie sur des travaux récents de l’équipe de recherche pour comprendre d’autres obstacles au processus de dégradation – le xylane et la lignine – qu’ils ont récemment publiés dans la revue RSC Durabilité et biotechnologie pour les biocarburants et les bioproduits.

« Nous avons découvert que le xylane et la lignine agissent de différentes manières pour interférer avec la dégradation de la cellulose », explique Neria Zixer, chercheuse postdoctorale en biologie au Eberly College of Science de Penn State et auteur principal de l’article RSC Sustainability.

« Le xylane recouvre la cellulose, réduisant ainsi la proportion d’enzymes qui peuvent se lier à la cellulose et la déplacer. La lignine inhibe la capacité de l’enzyme à se lier à la cellulose ainsi que son mouvement, réduisant ainsi la vitesse et la distance de l’enzyme. »

Bien qu’il existe des stratégies pour éliminer des composants tels que le xylane et la lignine de la cellulose, les chercheurs affirment que l’élimination du cellobiose est plus difficile. Une méthode utilise une deuxième enzyme pour séparer le cellobiose, mais ajoute un coût et une complexité supplémentaires au système.

« Environ 50 cents par gallon de coûts de production de bioéthanol concernent uniquement les enzymes, donc réduire ce coût au minimum contribuerait grandement à rendre le bioéthanol issu de déchets végétaux plus compétitif par rapport aux combustibles fossiles ou à l’éthanol extrait », explique Anderson à propos du maïs.  »

« Nous continuerons à étudier la manière dont les enzymes sont conçues et à explorer comment les enzymes fonctionnent ensemble dans le but de rendre ce processus aussi peu coûteux et efficace que possible. »

Continue Reading

science

Vous avez des yeux d’aigle si vous parvenez à repérer la fusion de trous noirs « la plus éloignée » capturée par la NASA

Published

on

Vous avez des yeux d’aigle si vous parvenez à repérer la fusion de trous noirs « la plus éloignée » capturée par la NASA

La NASA a capturé des images de la fusion de trous noirs la plus lointaine jamais réalisée, mais vous aurez besoin d’yeux d’aigle pour la repérer.

Les dernières images publiées par une équipe internationale d’astronomes représentent la première fois que ce phénomène est détecté si tôt dans l’univers.

La NASA a capturé des images de la fusion de trous noirs la plus lointaine jamais réalisée
Grâce au télescope spatial James Webb, les experts ont pu déterminer l’emplacement de ce phénomène
Les fusions de trous noirs peuvent être détectées par leur lueur lumineuse
Un rayonnement énergétique a illuminé le gaz ionisé dans le trou noir

Avec des masses millions à milliards de fois supérieures à la masse du Soleil dans les galaxies les plus massives de l’univers local, ces trous noirs sont susceptibles d’avoir un impact majeur sur l’évolution des galaxies dans lesquelles ils vivent.

Cependant, les scientifiques ne savent toujours pas comment ces objets peuvent devenir si massifs.

Grâce au télescope spatial James Webb, des preuves ont été fournies de la fusion en cours de deux galaxies et de leurs trous noirs massifs dans un système connu sous le nom de ZS7.

Agence spatiale européenne Il prétend fournir des données alors que l’univers n’avait que 740 millions d’années.

Les images montrent maintenant la preuve que les deux trous noirs ont fusionné, se rapprochant très près de l’orbite l’un de l’autre.

Cependant, ils deviennent visibles par l’illumination d’un gaz chaud hautement ionisé par un rayonnement énergétique.

Il apparaît comme un petit point rouge parmi d’autres étincelles brillantes dans l’univers et est extrêmement difficile à détecter.

READ  Le mystère des ouragans spatiaux : une tempête solaire anormale ne se produit nulle part ailleurs

Vous aurez certainement besoin d’yeux d’aigle pour le reconnaître.

Mais grâce à la netteté sans précédent de ses capacités d’imagerie, le télescope spatial James Webb a pu fournir une image rapprochée des fusions de trous noirs.

L’un des trous noirs est légèrement plus visible que l’autre, car sa masse est 50 millions de fois celle du Soleil.

Planète géante « extrêmement légère » plus grande que Jupiter « extrêmement moelleuse presque comme de la barbe à papa » dans une étrange « anomalie » spatiale

Mais trois images distinctes permettent de faire la lumière sur ce phénomène étonnant.

Mesurer le deuxième trou noir est plus difficile car il est enfoui dans un gaz dense, a déclaré Roberto Maiolino, membre de l’équipe de l’ESA de l’Université de Cambridge et de l’University College London au Royaume-Uni.

L’auteur principal Hannah Opler, de l’Université de Cambridge, a déclaré : « Nos résultats suggèrent que la fusion est une voie importante par laquelle les trous noirs peuvent se développer rapidement, même à l’aube cosmique.

« Avec les autres découvertes de Webb sur les trous noirs massifs et actifs dans l’univers lointain, nos résultats montrent également que les trous noirs massifs façonnent l’évolution des galaxies depuis le début. »

Ailleurs, des images époustouflantes ont capturé le moment où une comète voyageant à 1 700 milles à l’heure a illuminé le ciel nocturne dans un spectacle rare.

Les astronomes ont été stupéfaits lorsqu’une boule de feu a transformé le ciel noir en bleu verdâtre dans certaines parties de l’Espagne et du Portugal.

Des images époustouflantes capturées par une caméra de voiture au Portugal montraient un objet bleu éblouissant en forme de boule de feu avec une longue queue tombant du ciel.

READ  Images 3D de nanoparticules uniques avec des impulsions de rayons X courtes et puissantes

Fusions de trous noirs

Un trou noir est un endroit dans l’espace où la gravité tire si fort que même la lumière ne peut en sortir.

Cependant, dans certains cas, deux trous noirs peuvent entrer en collision.

Connu sous le nom de trou noir binaire, il s’agit d’un système composé de deux trous noirs en orbite étroite l’un autour de l’autre.

Une fois qu’ils seront trop proches pour échapper à la gravité de chacun, ils fusionneront pour former un trou noir plus grand.

Une fois les deux trous noirs fusionnés, ils généreront des ondes gravitationnelles.

Les résultats suggèrent que la fusion est une voie importante par laquelle les trous noirs peuvent se développer rapidement.

Les astronomes ont récemment découvert des trous noirs supermassifs dont la masse varie de plusieurs millions à des milliards de fois celle du Soleil dans les galaxies les plus massives de l’univers local.

L’équipe a découvert que la masse de l’un des trous noirs est 50 millions de fois celle du Soleil.

Roberto Maiolino, de l’Université de Cambridge et de l’University College London, a expliqué que la masse de l’autre trou noir est « probablement similaire ».

Il est cependant « beaucoup plus difficile » à mesurer car ce deuxième trou noir est enfoui dans un gaz dense, ajoute-t-il.

Continue Reading

science

Les nuages ​​de poussière issus de l’exploitation minière en haute mer parcourent de longues distances – Recherche

Published

on

Les nuages ​​de poussière issus de l’exploitation minière en haute mer parcourent de longues distances – Recherche

Halbom a noté que l’exploitation minière en haute mer pourrait avoir lieu à des profondeurs en dessous desquelles la vie n’a pas encore été décrite.

Entre autres choses, le limon des fonds marins, qui sera remué lors de l’extraction des nodules de manganèse, constitue une préoccupation majeure. Étant donné que la vie dans les profondeurs marines est largement inconnue, l’assombrissement des eaux créera des effets totalement inconnus.

Pour ses recherches, Halbom a mené des expériences en utilisant différents instruments pour mesurer la quantité et la taille des particules en suspension dans l’eau. Au fond du Clarion-Clipperton Tract, une vaste zone située au fond de l’océan Pacifique, elle a effectué des mesures avec ces instruments avant et après avoir traîné un réseau de 500 kilogrammes de chaînes en acier sur le fond.

Le scientifique a noté : « La première chose qui attire votre attention lorsque vous effectuez des mesures dans cette zone est la clarté inimaginable de l’eau qui est naturellement. » « Après avoir tiré les chaînes d’avant en arrière sur 500 mètres, la grande majorité des matériaux agités se sont déposés en seulement quelques centaines de mètres. Cependant, nous avons également constaté qu’une petite partie des matériaux de fond agités était encore visible à des centaines de mètres. le site de test. » mètres au-dessus du fond et l’eau était plus sombre que d’habitude sur de longues distances depuis le site de test.

Dans une étude de suivi, à laquelle Halbom n’a pas participé, des « nuages ​​​​de poussière » étaient visibles même jusqu’à cinq kilomètres du site d’essai.

READ  Double queue détectée dans une nouvelle image Hubble du système Didymus-Demorphos après une collision DART

Les entreprises qui se disputent des concessions pour extraire des minéraux des fonds marins exploitent les résultats de ces expériences préliminaires comme une indication de l’impact réduit de l’exploitation minière en eaux profondes sur la vie au fond des mers. Cependant, cela est injustifié, a déclaré Henko de Stegter, co-promoteur des recherches de Halbom et océanographe à l’Institut royal néerlandais de recherche marine.

« Certes, sur la base de cette recherche doctorale et également des recherches ultérieures, nous savons que la grande majorité de la poussière se dépose rapidement », a-t-il ajouté. « Mais si l’on prend en compte la pureté habituelle de cette eau et de cette vie. en haute mer dépend d’une nourriture extrêmement rare dans l’eau, « Cette dernière partie peut avoir un impact important ».

Halbom et De Stegter appellent à davantage de recherches avant de faire des déclarations fermes sur l’impact de l’exploitation minière en haute mer.

« Il est vraiment trop tôt pour dire à ce stade à quel point ce dernier morceau de poussière qui pourrait se propager sur de si grandes distances pourrait être nocif ou nocif », a souligné De Stegter.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023