mai 18, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Un tapis flottant de poissons morts retrouvé au large des côtes françaises après l’incident d’un chalutier

PARIS, 4 février (Reuters) – Le chalutier néerlandais FV Margiris, deuxième plus grand navire de pêche au monde, a jeté plus de 100 000 poissons morts dans l’océan Atlantique au large de la France, formant un tapis flottant de carcasses qui a repéré les militants écologistes.

Le déversement, qui s’est produit tôt jeudi, a été causé par une rupture du filet du chalutier, a déclaré le groupe de l’industrie de la pêche PFA, qui représente le propriétaire du navire. Dans un communiqué, le groupe a qualifié le déversement d ‘ »événement très rare ». Un groupe environnemental a contesté ce compte, affirmant qu’il s’agissait d’un déversement illégal de plus de 100 000 poissons indésirables.

La branche française du groupe de campagne Sea Shepherd a d’abord publié des images du déversement, montrant la surface de l’océan recouverte d’une couche dense de merlan bleu, une sous-espèce de morue, utilisée pour produire en masse des bâtonnets de poisson, de l’huile et de la farine de poisson.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Sea Shepherd France a déclaré qu’il ne pensait pas que l’incident était accidentel, mais plutôt une tentative du chalutier de rejeter un type de poisson qu’il ne voulait pas traiter, une pratique connue sous le nom de rejet de prises accessoires qui est interdite par les règles de pêche de l’UE.

Lamya Essemlali, chef du groupe de campagne en France, a déclaré à Reuters qu’elle pensait que les poissons avaient été délibérément rejetés. Sea Shepherd France a déclaré que le déversement avait touché plus de 100 000 poissons.

READ  La police a déclaré qu'un bouledogue français avait été volé au propriétaire lors du vol du jour de l'an à SF Marina

La ministre française de la Maritime, Annick Girardin, a qualifié les images du poisson mort de « choquantes » et elle avait demandé à l’autorité nationale de surveillance des pêches du pays d’ouvrir une enquête sur l’accident.

Des chalutiers comme le Margiris utilisent des filets traînants mesurant plus d’un kilomètre de long et transforment le poisson dans des usines embarquées, une pratique fortement critiquée par les écologistes.

Suite aux protestations des militants, le Margiris a été contraint de quitter les eaux australiennes en 2012.

Les données de trafic de marinetraffic.com ont montré vendredi que le navire, qui appartient à la société néerlandaise Parleviliet & Van der Plas et navigue sous pavillon lituanien, était toujours engagé dans des activités de pêche au large des côtes françaises.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Tassilo Hummel et Manuel Ausloos; Montage par David Gregorio

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.