Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : à Nantes, manifestation dans le calme

4
Sylvain Fresneau Nantes 201012 - Crédit Photo : Breizhistance
Sylvain Fresneau Nantes 201012 – Crédit Photo : Breizhistance

Samedi 20 octobre, à Nantes, une dizaine de tracteurs, 1500 manifestants et un développement des forces de police impressionnant pour la manifestation des opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Malgré l’image d’anarchistes, de terroristes ou d”extrémistes que les promoteurs de l’action militaire d’expulsion et les médias ont tenté de donner aux occupants, les observateurs ont seulement pu observer une vraie retenue des opposants face à des dispositifs de répression démesurés. La journée dont le préfet se méfiait et pour laquelle il avait alerté le procureur de la république, s’est déroulée sans incident. Le préfet avait largement communiqué la veille sur ses craintes de voir la manifestation dégénérer.

Une journée rentabilisée

Une fois la manifestation des antis-aéroport  terminée, les rues nantaises furent occupées par d’autres manifestations moins importantes et sans rapport avec la première. Pourtant même si le préfet n’en avait pas fait mention, elles présentaient des risques de débordement. Manifestations contre l’austérité, contre les expulsions, etc. Le dispositif policier, en tenue anti-émeutes, était donc déjà sur place rentabilisant le déploiement important.

Les irréductibles opposants envahissent la ville verte

 

Bretons devant

Le cortège s’est ébranlé derrière les banderoles dont celle des militants de Breizhistance, actifs depuis longtemps aux côtés des opposants. D’ailleurs pour l’occasion de nombreux Bretons avaient fait le déplacement. Signe des temps difficiles, beaucoup avaient aussi du renoncer à se déplacer à cause d’une essence très chère, quand d’autres avaient opté pour le covoiturage afin d’arriver jusqu’à Nantes.


Manif à Nantes contre l’aéroport de NDDL

 

L’enlisement guette

Au delà du bourbier généré par les trombes d’eau des derniers jours, qui ont rendu la vie sur la ZAD un peu plus difficile, les autorités pourraient voir le conflit s’enliser. En effet, si les expulsions ont commencé, les réoccupations aussi. Et il sera bien difficile de maintenir sous contrôle une zone bocagère immense sans y introduire des barbelés et une présence constante et importante des forces de l’ordre. Quel sera le budget d’une telle entreprise ? Un budget déjà bien lourd pour la construction d’un aéroport dont les Bretons commencent de plus à plus à douter de la pertinence et de l’utilité. Mais surtout, une impossibilité juridique de clore un périmètre où tous les occupants ne sont pas illégaux.

4 Commentaires

    • Mauvais esprit non ? On ne peut pas dire que les Bretons se sont souvent montrés comme tels dans les manifestations à NDDL… mis à part les gens de Breizhistance ! Tiens, d’ailleurs… tu y étais ?

  1. Une action (qui ne demande pas beaucoup d’efforts) que ceux qui soutiennent les opposants à NDDL peuvent faire :
    http://www.partipourladecroissance.net/?p=7726

    SAUF qu’il ne faut pas adresser sa lettre à monsieur Hollande mais à :

    “Présidence de la République
    Palais de l’Elysée
    55, rue du Faubourg St Honoré
    75 008 PARIS”

    Sinon, il faut mettre un timbre ou, si on n’en met pas, le destinataire, obligé de payer, peut refuser ce courrier.

    Bien sur, vous pouvez modifier cette lettre à votre convenance ; le principal étant que Hollande reçoive beaucoup de lettres de ce genre.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.