Histoire de Bretagne par Jean-Pierre Le Mat : le point de vue fortement breton

5

histoire-de-bretagneEtant marqué par une généalogie fortement agricole, j’avoue n’avoir aucun intérêt pour les histoires de rois, reines, ducs et assimilés. A moins qu’une fascinante Lécuyette ait fauté avec un jouvanceau quelconque dans une grange au XIIè siècle, je ne risque pas d’entrer dans ces lignées compliquées dont les destins m’indiffèrent autant que les aventures de JR, Sue Helen et autres héros de Dallas.

“L’histoire de Bretagne” de Jean-Pierre Le Mat a tendance à conter, dans sa première partie, les turpitudes de tous ces godelureaux qui nous gouvernent depuis Conan le Barbare jusqu’à François. On aurait aimé une véritable histoire du peuple breton. Comment nos ancêtres vivaient à travers les siècles, ce qu’ils bouffaient, la langue qu’ils parlaient, leurs coutumes, leurs religions, leurs travaux, …

Mais là où l’ouvrage de Jean-Pierre Le Mat est intéressant c’est qu’il présente le point de vue breton dans ces querelles de familles nobles. En effet, à lire l’histoire de France officielle, le lecteur a toujours l’impression que la Bretagne est arrivée naturellement dans l’ensemble français. Un désir partagé et enthousiaste, tout ça… Une marche d’allégresse !…. Or Jean-Pierre Le Mat démontre le contraire. Que jusqu’alors, l’histoire de Bretagne n’a été qu’une longue succession d’affrontements directs ou larvés avec une certaine puissance voisine. Puissance qui n’est ni l’Espagne, ni la Hollande ni le royaume du Lesotho mais bien toujours et encore l’outre-Couesnon. La France envahissante !

Utile rappel aux enthousiastes de la “France éternelle”…

Et puis, dans ce bouquin, on apprend page 139 que cette gourgandine d’Anne de Bretagne refusa d’épouser Alain d’Albret, un nobliaux plus ou moins gascon, basque et je ne sais quoi d’autres, sous prétexte “qu’il n’était pas roi ou fils de roi”. Mais qu’elle petite machine ! Ah bah elle en a eu du roi. Du roi de France, oui. Et c’est nous qu’on paye l’addition du mariage depuis 5 siècles. Dans ce temps-là c’était déjà les gosses qui commandaient, quoi. Dire que sans Anne de Bretagne et ses fantaisies, on serait en train de boire de l’Irouléguy avec nos frères basques et occitans. Comme quoi l’histoire des peuples dépend même des quatre volontés d’une ado capricieuse. Pffff….

La seconde partie de l’ouvrage aborde davantage l’histoire propre du peuple breton, des ploucs comme vous et moi (enfin surtout vous). Peut-être parce qu’elle est mieux connue.

De surcroît, le livre a été augmenté par rapport aux éditions précédentes (cette édition est la troisième). Il débouche, en effet, sur le mouvement des Bonnets Rouges et une longue postface qui aborde la question identitaire, économique. Bref, que de la belle ouvrage… pédagogique !… bien dans la ligne éditoriale de Yoran Embanner… à mettre dans les mains de votre cousin René  qui croit que les Pays de la Loire existaient déjà au néolithique inférieur.

Histoire de Bretagne – Le point de vue breton. Jean-Pierre Le Mat. Yoran Embanner. 3è édition. 408 pages. 12 euros.

http://www.yoran-embanner.com/histoire/32-histoire-de-bretagne.html

5 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.