Home Actualité Information Bretagne - 7seizh.info Le Faouët : les travaux de la RD782 toujours contestés

Le Faouët : les travaux de la RD782 toujours contestés

escargotLes associations Eau et Rivières de Bretagne, Ar Gaouenn et Nature et Patrimoine Centre Bretagne (NPCB) publient un communiqué commun contre l’avis favorable de la commission locale de l’eau aux travaux d’aménagement de la RD782 au niveau du Faouët.

L’association Ar Gaouenn s’oppose depuis 23 ans au contournement routier du bourg du Faouët par le sud, voulu par le conseil général du Morbihan. La cour administrative de Nantes lui a donné tort en octobre dernier.

Les avis favorables des chambres d’agriculture du Morbihan et du Finistère à un projet qui va supprimer 8 hectares de terres agricoles suscitent l’étonnement. La sur-artificialisation des sols est pointée du doigt. Après 23 années, des interrogations surviennent sur la validité des hypothèses initiales justifiant le projet.

 

INTÉGRALITÉ DU COMMUNIQUE DE PRESSE :

Projet routier au Faouët : avis surprenant de la Commission Locale de l’Eau.

Le 6 février dernier, la CLE du SAGE* Ellé Isole Laïta a donné un avis favorable à la demande d’autorisation Loi sur l’Eau liée au projet de rectification de la RD782 et de contournement Sud du Faouët. Les associations de protection de l’environnement relèvent l’incohérence de ce positionnement.

L’un des objectifs principaux du SAGE est la gestion des inondations. Or, le Conseil Général du Morbihan n’a pas pris en compte dans son dossier, les effets de son projet sur l’aggravation des inondations en aval: destruction de 3,2 ha de zones humides, imperméabilisation de 18ha supplémentaires et construction des ouvrages d’art qui accentueront l’écoulement des eaux, toutes choses soulignées préalablement par le SMEIL (Syndicat mixte Ellé Isole Laïta), par l’ONEMA et par Eau & Rivières de Bretagne.

Les représentants de l’état et des collectivités qui ont voté favorablement sur ce dossier, n’ont raisonné qu’en termes de considérations économiques et d’aménagement du territoire, sans prendre en compte les dispositions du SAGE. Le Conseil Général du Morbihan a considéré que la prévention des inondations n’entre pas dans ses missions. Les résidents et les élus de Quimperlé apprécieront.

C’est pourtant l’argent du contribuable qui finance les indemnisations et travaux après chaque inondation. Tout comme il devra financer ce projet de plus 16M€ !

Ce projet prévoyait initialement une destruction de 1,2 hectares de zones humides, c’est aujourd’hui chiffré à plus de 3 hectares. Il tablait sur une augmentation du trafic de 2% par an, alors qu’on constate aujourd’hui une baisse de près de 10% en 5 ans ! Les arguments sur la sécurité ne sont pas plus crédibles, puisqu’il n’y a pas eu un seul accident entre 1999 et 2004 sur la portion concernée par l’aménagement.

Ce projet est avant tout une aberration économique (suppression de 8 ha de terres agricoles), paysagère et environnementale issue d’un autre siècle. L’exemple de la rocade d’Inzinzac Lochrist qui a été abandonnée est une preuve que la raison peut triompher.

*SAGE : schéma d’aménagement et de gestion des eaux. Document de planification pour la protection des eaux et des milieux aquatiques à l’échelle d’un bassin versant. Il est élaboré par la Commission Locale de l’Eau, équivalente à un «petit parlement de l’eau», et composée pour moitié d’élus, pour un quart d’usagers de l’eau (industriels, agriculteurs, pêcheurs, associations,…) et pour un quart de représentants des services de l’état

 Contact :

06 30 18 41 44
delegation-56@eau-et-rivieres.asso.fr
Plus d’informations sur le site Eau et Rivières de Bretagne.

8 COMMENTS

  1. Mouais je mets en doute l’impartialité et la compétence des associations « eau et rivière » et « Bretagne vivante  » …., ils ont quand même donné leurs accords pour l’exploitation d’une décharge de déchets « inertes » juste en bordure de la foret du cranou a Rumengol dans une zoné protégée, qui compte « comptait » aussi une belle colonie d’escargots de Quimper …

  2. Mouais je mets en doute l’impartialité et la compétence des associations « eau et rivière » et « Bretagne vivante  » …., ils ont quand même donné leurs accords pour l’exploitation d’une décharge de déchets « inertes » juste en bordure de la foret du cranou a Rumengol dans une zoné protégée, qui compte « comptait » aussi une belle colonie d’escargots de Quimper …

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7seizh.info

GRATUIT
VOIR