Pen Duick, la légende se refait une beauté au Chantier du Guip

0

Mercredi 10 octobre 2018, Pen Duick, un monument de la voile en cours de restauration, la goélette Séverine s’offre une nouvelle vie, le Chantier de l’ïle-aux-moines sur un nouveau départ, et une distinction pour le Chantier du Guip.

 

Reconstruction totale pour Pen Duick

© Rivacom

Pen-Duick, le premier bateau d’Éric Tabarly, a été classé Monument historique en 2016. Cotre aurique dessiné en 1898 par William Fife Junior, il est sans conteste un emblème du patrimoine maritime et le voilier français le plus connu du grand public. Il doit cependant être totalement restauré, sous peine de ne plus naviguer.
La première restauration de Pen-Duick est due à Éric Tabarly lui-même, qui avait décidé en 1958 de mouler une coque neuve en appliquant des couches successives de tissu de verre et de résine polyester sur l’ancienne coque retournée, en plein air, à La Trinité-sur-Mer. Puis les charpentiers du chantier Costantini avaient entièrement vidé et reconstruit l’intérieur du bateau : membrures, varangues, barrotage, aménagements…
La restauration actuelle a commencé au Chantier du Guip à Brest, qui travaille en liaison avec le chantier de Keroman pour la partie polyester. Le défi est important car le parti-pris est de respecter la démarche technique d’Éric Tabarly, tout en utilisant les moyens modernes de construction et les matériaux actuels.
Il faut travailler par tranches : raboter l’intérieur et l’extérieur de la coque, déposer les membrures et les varangues une par une, restratifier intérieur et extérieur en se servant de l’ancien polyester comme d’une âme, puis remettre en place chaque nouvelle membrure (en lamellé-collé de frêne) et chaque varangue. Pour cela, il est nécessaire d’ouvrir le pont après avoir déposé plat-bord et préceinte…
Le bateau sera exposé sur le village officiel de La Route du Rhum-Destination Guadeloupe à Saint Malo du 24 octobre au 4 novembre, puis au Salon nautique à Paris. Le public pourra également contribuer à la restauration de Pen-Duick via le site de crowdfunding créé à cet effet : gwenneg.bzh.

La nouvelle vie de Séverine
Réplique de Kinkajou, dessiné en 1927 par John G. Alden, Séverine (ex-Saint Salomon) est une goélette en aluminium de 18,80 m hors-tout, construite en 1993. Le propriétaire espagnol avait confié son bateau au chantier du Guip pour une importante restauration : reprise de la coque corrodée, aménagement intérieur, gréement, réfection complète du pont et changement de toute la technique embarquée.
Jusqu’alors, le pont en teck était fixé directement sur le pont en aluminium, ce qui a occasionné des problèmes de corrosion. Il a donc fallu refaire le barrotage en aluminium, sur lequel désormais repose un pont en contreplaqué marine recouvert de bordés de pont en teck.
Ajoutons tous les aménagements neufs, les roufs, le gréement et les ferrures restaurés : au terme d’un an et demi de travaux, c’est une goélette quasi neuve, correspondant au programme de son propriétaire, qui a repris la mer.
Remis à l’eau en juillet, le bateau est aujourd’hui à Santander où son propriétaire se prépare à un tour du monde en famille.

Un nouveau départ pour le chantier de L’Île-aux-Moines
L’anse du Guip, au sud-est de l’Île-aux-Moines, c’est le berceau de l’entreprise, qui en a pris le nom dès son installation voici près de quarante ans. Puis le chantier du Guip a essaimé sur deux autres sites : à Brest puis à Lorient.
Après 30 ans à la tête du site de l’Île-aux-Moines, Paul Bonnel se retire, remplacé par Frédéric Bouges. L’avenir est donc assuré et les projets ne manquent pas puisque 3 ou 4 charpentiers vont y être embauchés, portant l’effectif à 8 ou 9 personnes. De nouveaux locaux, à l’architecture en harmonie avec la beauté des paysages du Golfe, doivent voir le jour, ainsi qu’une zone de carénage aux normes et un pont roulant électrique.
L’activité est au rendez-vous, avec notamment 3 projets de construction de Guépards, la restauration du pont de la Belle de Vilaine, la chaloupe de Billiers, ainsi que celle de Yanika, sistership de Monk of Malham, sloop de course-croisière en bois de 1965 récemment classé Monument historique.

Le Chantier du Guip distingué par la Carsat
La Carsat Bretagne (assurance maladie-risques professionnels) a attribué au chantier du Guip de Brest la distinction « Inn Situ – Concevoir pour prévenir ».
Cette distinction, annoncée le 27 septembre dernier lors du salon Safexpo de Brest, récompense les entreprises qui font l’effort de construire des sites plus sûrs, de prendre en compte l’ergonomie des postes de travail, dans un souci de prévention. Dans le cas précis du chantier de Brest, cela correspondait à l’intégration, dès la conception du bâtiment d’une aspiration centralisée des poussières de bois.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.