Les retraité-es, exaspéré-es de l’attitude du gouvernement, après le 31 janvier, de nouveau dans la rue le 5 février 2019

0

Vendredi 1er février 2019, A l’appel des 9 organisations de retraité-e-s (CGT, FO, FSU, Solidaires, CFE-CGC, CFTC, FGR-FP,  UNRPA Ensemble & Solidaire, LSR), dans plus de 130 villes de France, plusieurs dizaines de milliers de  personnes retraitées ont, le jeudi 31 janvier, manifesté leur colère contre les choix politiques du  gouvernement.

Elles n’admettent pas du tout que leurs pensions soient désindexées par rapport à l’inflation, ce qui  va leur faire perdre environ une ½ pension mensuelle par an entre 2018 et 2020. Elles n’admettent  pas l’augmentation de 25 % de la CSG qui ampute d’autant leur pouvoir d’achat et prive d’autant la  Sécurité sociale de recettes. Elles n’admettent pas que le gouvernement présente cet « effort »  demandé aux retraité-e-s comme une nécessité pour favoriser l’emploi et les salaires des actifs. Elles  constatent en effet que, depuis que les gouvernements imposent des efforts aux personnes retraitées,  leurs enfants et petits-enfants sont toujours autant en précarité, au chômage, avec des conditions de  travail, d’emploi et de rémunération de plus en plus dégradées. Et elles constatent, dans le même  temps, que tout ceci favorise essentiellement les plus riches, comme le démontre le récent rapport  d’OXFAM France qui confirme une très forte concentration des richesses dans les mains d’une  minorité. Tout ceci, c’est bien le résultat des choix politiques de ce gouvernement, dans la continuité  aggravée des gouvernements précédents : laxisme énorme, voire complicité, à l’égard de la grande  fraude fiscale et sociale, cadeaux fiscaux et sociaux exorbitants et sans contrôles ni contreparties (avec  Macron, baisse de l’impôt sur les sociétés, plafonnement à 30 % de la taxation des dividendes,  suppression de l’ISF sur les patrimoines boursiers, 40 milliards pour le CICE en 2019, etc.).

Les  gouvernements mettent en péril les budgets publics et mettent ensuite en avant les déficits publics et  le poids de la dette pour imposer de la rigueur au plus grand nombre.  Pour inverser ces choix politiques et idéologiques, il est nécessaire que toutes les victimes  coordonnent leurs mobilisations : nous sommes manifestement de très loin les plus nombreux face à  cette minorité qui accapare une part croissante des richesses produites en France, en Europe, sur la  planète.

L’Union Nationale Interprofessionnelle des Retraité-e-s Solidaires (UNIRS) appelle les personnes  retraitées à manifester partout le mardi 5 février aux côtés des « actifs », et probablement des  chômeurs, des gilets jaunes, des jeunes, etc., à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, Solidaires, FSU

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.