Bretons #104 : Hommage aux bigoudènes et au rock n’ roll !

COUV-104-HDCe Bretons #104 commence avec Tudi Kernalegenn. Rien à dire, les écolos me font chier. Il a un chouette de jean, par contre. Fait avec de la fibre de crottes de bique, à n’en point douter.

Page 17, une nouvelle plume (bravo Le Corre!) Aurélien Lelièvre (avec 7Seizh depuis le début) signe le portrait d’un mec qui en a : Philippe Martinez. Capitaine de remorqueur. A lire par tous les plumeaux.

Page 18 : Florian Le Teuff. Président d’A la Nantaise, l’association qui veut faire revivre le vrai jeu à la nantaise au glorieux FC Nantes. Qui veut un actionnariat populaire dans les clubs de foot aussi . Et surtout qui se positionne comme la voix des supporteurs, seuls propriétaires légitimes de nos clubs. Surtout pas les joueurs ! Mercenaires ! Plus d’amour du maillot. Pffff. Florian Le Teuff est un saint homme. Quand nous serons indépendant, il sera ministre du foot !

Brossard. Jean-Louis Brossard. Partagé…partagé !… En même temps, toute cette nomenclatura rennaise culturelo-bobo liée au système PS ferait dégueuler un rat. Parce qu’à Rennes, ça marche comme ça. Pôs croire… PS partout ! Ca durera pas toute cette engeance !

D’un autre côté Brossard c’est les Trans. Et la découverte de nouveaux putains de groupe. En 91, quand Nirvana est découvert par Brossard, le lendemain de leur concert, c’était la sidération dans les rues de Rennes. On pensait que la Vilaine allait couler à l’envers. Canal B a dû passer Nevermind 24/24 pendant 3 semaines sans discontinuer. Pas spécialement fan de Nirvana mais leur concert de 91 était une messe barbare. Ils ont cassé tout le matos. Kurt Cobain se roulait dans le son. Dans mon lycée technique on a fait la grève pour aller au dortoir des filles de Château’. Avec Smell Likes Teen Spirit plein le walkman. Nirvana à Rennes, c’était Brossard

Un plumeau
Un plumeau

Ah et puis Stormcore à la Cité en je ne sais plus qu’elle année. Avec Michael G. on était des gros beulous en entrant… Ecoutait Metallica, Gun’s & Roses, AC/DC tout ça… et là, avec Stormcore on découvre le hard-core. Comme on rentre dans les ordres ! Le putain de NY brutal Moshcore ! Stormcore à la Cité pour les Trans, le concert du siècle ! Le lendemain, on s’est rasé la tête et on a été s’acheter des fringues vaguement hard-core au marché de Betton. Je me souviens d’un improbable baggy écossais (!) Horrible ! Des vrais polichinels ! Mais ça y’est, on était voué corps et âmes au Hard-Core. On avait rencontré Dieu ! Ah faut voir la touche qu’on avait pourtant ! Purs pécores !.. Les Gérards magnifiques !

Donc Brossard c’est un peu de tout ça. L’insupportable PSrie et les Trans. Bon, Urbi et Orbi, au nom du rock n’ roll, je veux bien lui donner l’absolution (geste)

Tiens en parlant de PS, Myriam El Khomri, la « bretonne du gouvernement Valls » en page 24. Page 27, on apprend qu’elle est « 100% dans la ligne Valls ». Je préfère me taire…

Page 50, on a Paul Molac. Député autonomiste (mais il n’ose pas le dire) du Morbihan. On peut reprocher un certain nombre de choses à Paul Molac. Notamment d’en rajouter sur le refrain « je suis un bon français régionaliste ». Les mots délimitent les camps camarade !

Mais Paul Molac fait le boulot pour la Bretagne et sa circonscription à l’assemblée. Faut le dire. Il a dû déposer 500 000 amendements et projets de loi pour la réunification, il se bat pour la filière agro-alimentaire. J’espère sincérement qu’il ne se fera pas balayer aux prochaines élections, quand les bretons crieront leur dégoût des socialistes et des Verts qui ne valent pas mieux. Paul Molac fait le boulot ! Que les électeurs de sa circonscription s’en souviennent.

Sinon Bretons fait sa couverture sur la disparition de la dernière bigoudène en coiffe. Maria Lambour. Bon choix ! Et ce sujet doit nous rappeler une chose : quand les habits sont les mêmes ,quand les maisons sont les mêmes, quand les meubles Ikea sont les mêmes, quand l’accent est le même, qu’est-ce qui différencie vraiment un breton d’un ressortissant de l’Eure-et-Loir ? La langue ! En Bretagne, nous en avons deux en plus : le gallo et le breton. La dernière trace de bretonnitude, elle est là ! Allez, au boulot fainéants !

19 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.