Audiovisuel breton, le pacte non respecté

Il y a tout juste un an Jean-Marc Ayrault présentait devant un parterre d’élus bretons et de représentants de l’État, le Pacte d’Avenir pour la Bretagne qui faisait réponse à la situation de l’époque. «Cette situation, génératrice de sentiments de doutes dans l’avenir, d’abandon et de déclassement, a pu provoquer, chez certains, des réactions violentes de contestation de la légitimité publique» pour reprendre les termes mêmes du préambule de ce texte.

Seuls aujourd’hui quelques rares élus du PS derrière le président de région Patrick Massiot, parlent d’avancées. Breizh Europa comme nombre de Bretons n’en voient aucune et si nous prenons par exemple l’article 9 du pacte traitant de la spécificité culturelle bretonne, il est légitime aujourd’hui de conclure que rien n’a été fait. Pour l’audio visuel par exemple, quid des avancées que pourrait apporter le droit à l’expérimentation ?

En juin 2014, un rapport a été fourni à Madame la Ministre de la Culture de l’époque sur « L’avenir de l’offre régionale et locale de France3 », rapport qui, malgré la pertinente nécessité d’un « vrai » service audiovisuel régional, oriente ses conclusions vers – a contrario- le renforcement du caractère « national » de la chaîne. De toutes les manières, ce rapport aura été aussi vite oublié que le pacte, alors qu’Aurélie Filippetti démissionnait entre temps.

 

Caroline Ollivro – Présidente de Breizh Europa

16 COMMENTS

  1. Un pacte d’avenir???
    J’en ai un moi :
    l’INDEPENDANCE
    C’est pour nous la seule et unique façon de retrouver la prospérité : la liberté de faire nos propres choix en matière de politique économique et d’adapter ceux-ci à une sensibilité réellement humaniste
    Utopie? Seulement quand on n’a ni volonté ni conscience que l’avenir EST ce que l’on en fait

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.