août 9, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

La France partage des actions suspendues détaillant le plan de nationalisation d’EDF d’ici le 19 juillet

Vue du logo Electricité de France (EDF) sur la façade du siège d’EDF à Paris, France, le 7 juillet 2022. REUTERS/Joanna Giron

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

  • Le gouvernement français vise à nationaliser complètement EDF
  • L’Etat détient déjà une participation de 84% dans le groupe
  • Les services publics sont aux prises avec des pannes et des plafonds tarifaires

PARIS, 13 juillet (Reuters) – Le gouvernement français a annoncé mercredi qu’il annoncerait d’ici le 19 juillet les détails de son intention de prendre le contrôle total du groupe d’électricité EDF, tout en suspendant les transactions sur les actions des services publics pour contrôler le prix.

La France a déclaré la semaine dernière qu’elle souhaitait nationaliser intégralement EDF, dans laquelle l’État détient déjà une participation de 84 %, sans préciser comment elle procéderait. Le ministère des Finances a déclaré dans un communiqué qu’il clarifierait ses plans avant l’ouverture du marché le 19 juillet au plus tard.

La restauration d’EDF sous le contrôle total de l’État donnerait au gouvernement une plus grande liberté pour restructurer le groupe endetté qui exploite les centrales nucléaires du pays, alors qu’il est aux prises avec la crise énergétique européenne.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Une source au ministère des Finances a déclaré que la suspension des actions EDF demandée par la société est temporaire et reprendra les échanges dès que le gouvernement aura clarifié comment il nationalisera l’ensemble de l’installation.

EDF est aux prises avec des pannes extraordinaires de son parc nucléaire, des retards et des dépassements de coûts dans la construction de nouveaux réacteurs, et des plafonds tarifaires énergétiques imposés par le gouvernement pour protéger les consommateurs français de la hausse des prix de l’électricité.

READ  Un ancien élève de l'école d'Offaly remporte une chance d'étudier en France

Deux sources ont déclaré à Reuters cette semaine que le gouvernement s’apprêtait à payer jusqu’à 10 milliards d’euros pour acheter une participation de 16% dans le groupe qu’il ne détient pas déjà, après avoir acheté des obligations convertibles incluant une prime qu’il devrait offrir à la minorité. actionnaires. Lire la suite

Les sources ont déclaré que l’État souhaitait agir rapidement et pourrait lancer une offre volontaire sur le marché au lieu de faire passer le projet de loi de nationalisation au Parlement.

« Le gouvernement pourrait souhaiter fournir une prime suffisante pour éviter les contestations judiciaires et les retards conséquents dans l’offre », ont déclaré les analystes de JPMorgan dans une note.

EDF n’a donné aucune raison de demander la suspension de ses actions, qui ont augmenté de 30 % depuis l’annonce de la nationalisation, renchérissant le coût des rachats minoritaires. La source au ministère des Finances a précisé que cette démarche fait « partie des outils de routine pour gérer les marchés financiers dans une telle situation ».

« J’imagine qu’il s’agit d’empêcher que le prix ne monte si haut que le gouvernement français devra finalement payer plus que la cote des actions restantes en circulation », a déclaré un trader londonien.

L’action a clôturé à 10,2250 euros mardi.

Signe de l’impact des arrêts de réacteur sur l’entreprise, qui devrait subir une perte cette année, EDF a déclaré que la production d’électricité de ses réacteurs nucléaires français avait chuté de 27,1% en juin par rapport à l’année précédente après avoir mis plusieurs fois à détecter le stress. corrosion. Sites hors ligne.

READ  Co-op lance un service de trains de marchandises en France

EDF a déclaré qu’il s’attend à un impact sur son bénéfice 2022 de 18,5 milliards d’euros de pertes de production, et à 10,2 milliards d’euros supplémentaires du plafond des prix de l’énergie.

(1 dollar = 0,9964 euros)

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Reportage supplémentaire de Joyce Alves à Londres. Écrit par Silvia Aloisi; Montage par Louise Heavens, Edmund Blair et Jean Harvey

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.