Connect with us

science

La sonde lunaire chinoise Chang'e-6 est prête à être lancée alors que la course à l'espace avec les États-Unis s'intensifie

Published

on

La sonde lunaire chinoise Chang'e-6 est prête à être lancée alors que la course à l'espace avec les États-Unis s'intensifie

Note de l'éditeur: S'abonner à Bulletin d'information de CNN Pendant ce temps en Chine Ce livre explore ce que vous devez savoir sur l'essor du pays et son impact sur le monde.


Wenchang/Hong Kong
CNN

La Chine s'apprête à lancer vendredi une mission lunaire sans pilote, visant à prélever pour la première fois des échantillons de la face cachée de la Lune, ce qui pourrait constituer un grand pas en avant pour l'ambitieux programme spatial du pays.

Sonde Chang'e-6 Chine Il s'agit de la mission lunaire robotisée la plus complexe à ce jour. Elle marque une étape majeure dans la quête du pays pour devenir une nation lunaire de premier plan. La puissance spatiale dominante Avec l’intention d’envoyer des astronautes sur la Lune d’ici 2030 et de construire une base de recherche à son pôle sud.

Le lancement attendu de la sonde sur une fusée Longue Marche-5 depuis le centre de lancement spatial de Wenchang, sur l'île de Hainan, dans le sud de la Chine, concerne un nombre croissant de pays. Y compris les États-Unisils se tournent vers les avantages stratégiques et scientifiques de l’expansion de l’exploration lunaire dans un domaine de plus en plus compétitif.

La mission chinoise de 53 jours verra l'atterrisseur Chang'e-6 atterrir dans un large cratère sur la face cachée de la Lune, qui ne fait jamais face à la Terre. La Chine est devenue le premier et le seul pays à atterrir sur la face cachée de la Lune lors de sa mission Chang'e-4 en 2019.

Tous les échantillons de la face cachée récupérés par l'atterrisseur Chang'e-6 pourraient aider les scientifiques à revenir sur l'évolution de la Lune et du système solaire lui-même – et fournir des données importantes pour faire progresser les ambitions lunaires de la Chine.

« Chang'e-6 vise à réaliser des percées dans la conception et la technologie de contrôle de l'orbite rétrograde lunaire, les technologies intelligentes d'échantillonnage, de décollage et d'ascension et le retour automatique des échantillons sur la face cachée de la Lune », a déclaré Ge Ping. Le directeur adjoint du Centre d'exploration lunaire et d'ingénierie spatiale de l'Administration spatiale nationale de Chine a déclaré la semaine dernière depuis le site de lancement.

READ  Les chimistes du MIT découvrent pourquoi la récolte de lumière photosynthétique est si efficace

La sonde Chang'e-6 constituera un test majeur des capacités spatiales de la Chine dans le cadre de ses efforts visant à réaliser le « rêve éternel » du dirigeant Xi Jinping de faire du pays une puissance spatiale.

La Chine a fait des progrès rapides dans l’espace ces dernières années, dans un domaine traditionnellement dominé par les États-Unis et la Russie.

Avec le programme Chang'e, lancé en 2007 et nommé d'après la déesse de la lune dans la mythologie chinoise, la Chine est devenue en 2013 le premier pays à réaliser un alunissage robotisé en près de quatre décennies. En 2022, la Chine a réalisé son propre projet Station spatiale orbitale Tiangong.

La mission Chang'e-6, techniquement complexe, s'appuie sur le record d'atterrissage de Chang'e-4 en 2019 sur la face cachée de la Lune et sur le succès de Chang'e-5 en 2020 en revenant sur Terre avec des échantillons de la Lune voisine.

Cette fois, pour communiquer avec la Terre depuis la face cachée de la Lune, Chang'e-6 doit s'appuyer sur le satellite Queqiao-2, lancé en orbite lunaire en mars.

La sonde elle-même se compose de quatre parties : un orbiteur, un véhicule de descente, un véhicule de remontée et un module de rentrée.

Le plan de mission est que l'atterrisseur Chang'e-6 collecte de la poussière et des roches lunaires après son atterrissage dans le vaste bassin antarctique d'environ 2 500 kilomètres de diamètre, un cratère formé il y a environ 4 milliards d'années.

Un vaisseau spatial ascendant transférera ensuite les échantillons vers le Lunar Orbiter pour le transfert vers le module de rentrée et le retour de la mission sur Terre.

READ  Dart Demorphose Collider: la fièvre spatiale s'empare du globe après la collision d'un vaisseau spatial de la NASA avec un astéroïde

La mission complexe « passe par pratiquement toutes les étapes » qui seraient nécessaires pour que les astronautes chinois atterrissent sur la Lune dans les années à venir, selon James Head, professeur émérite à l'Université Brown. coopéré avec Des scientifiques chinois dirigent la mission.

En plus de renvoyer des échantillons qui pourraient fournir « de nouvelles informations fondamentales sur l’origine et les débuts de l’histoire de la Lune et du système solaire », la mission sert également de « répétition automatique de ces étapes » pour emmener les astronautes sur la Lune et en revenir, a-t-il déclaré. .

La Chine envisage de lancer Deux autres tâches Dans la série Chang-e, alors qu'elle approche de son objectif de 2030 consistant à envoyer des astronautes sur la Lune avant de construire une station de recherche au cours de la prochaine décennie sur le pôle sud de la Lune, une zone censée contenir de la glace d'eau.

Chang'e-7, dont le lancement est prévu en 2026, vise à rechercher des ressources au pôle sud de la Lune, tandis que Chang'e-8, environ deux ans plus tard, pourrait étudier comment les matériaux lunaires pourraient être utilisés pour préparer la construction de la base de recherche. » ont-ils déclaré. il a dit.

Luo Yunfei/Service de presse chinois/VCG/Getty Images)

Des spectateurs regardent une fusée transportant le satellite Queqiao-2 décoller du site de lancement du vaisseau spatial de Wenchang, le 20 mars 2024.

Le lancement de vendredi intervient alors que plusieurs pays intensifient leurs programmes lunaires dans un contexte de concentration croissante sur l'accès aux ressources et sur un meilleur accès à l'exploration de l'espace profond que les missions lunaires réussies peuvent apporter.

L'année dernière, L'Inde a débarqué Le premier vaisseau spatial russe sur la Lune, tandis que la première mission russe sur la Lune depuis des décennies s'est soldée par un échec Crash de la sonde Luna 25 À la surface de la lune.

READ  Ouverture du premier laboratoire d'innovation spatiale du Royaume-Uni à Oxford

En janvier, le Japon est devenu le cinquième pays à poser un vaisseau spatial sur la Lune. Tireur d'élite qui atterrit sur la Lune J'ai eu des problèmes de puissance à cause d'un angle d'atterrissage incorrect. Le mois suivant, IM-1, A Une mission financée par la NASA La sonde, conçue par une société privée basée au Texas, a atterri près du pôle Sud.

La lune terrestre rétrécit. Voici ce que les scientifiques disent que cela pourrait signifier

Cet atterrissage – le premier d'un vaisseau spatial de fabrication américaine depuis plus de cinq décennies – fait partie de plusieurs missions commerciales prévues visant à explorer la surface lunaire avant que la NASA ne tente d'y renvoyer des astronautes américains. Dès 2026 Et construire son camp de base scientifique.

L'administrateur de la NASA, Bill Nelson, a semblé reconnaître le mois dernier que le rythme de la Chine – et les inquiétudes quant à ses intentions – étaient à l'origine de l'urgence américaine de retourner sur la Lune, des décennies après les missions habitées Apollo.

« Nous pensons qu'une grande partie des programmes spatiaux dits civils sont des programmes militaires. Je pense en fait que nous sommes dans une course. » Nelson Dire Le mois dernier, les législateurs ont exprimé leur inquiétude quant au fait que la Chine pourrait tenter d’empêcher les États-Unis ou d’autres pays d’accéder à certaines zones de la Lune si elle y arrivait en premier.

La Chine soutient depuis longtemps l’utilisation pacifique de l’espace et, à l’instar des États-Unis, elle espère utiliser ses prouesses spatiales pour promouvoir la bonne volonté internationale.

Cette fois, la Chine a déclaré que la mission Chang'e-6 transporterait des instruments scientifiques ou des charges utiles provenant de la France, de l'Italie, du Pakistan et de l'Agence spatiale européenne.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

science

Un nouveau modèle 3D montre comment les implants neuronaux soulagent la douleur chronique

Published

on

Un nouveau modèle 3D montre comment les implants neuronaux soulagent la douleur chronique

Modèle 3D développé par Université de Virginie occidentale Les neuroscientifiques montrent comment les stimulateurs implantables – du même type que ceux utilisés pour traiter la douleur chronique – peuvent cibler les neurones qui contrôlent des muscles spécifiques pour assurer la rééducation des personnes souffrant de troubles neurologiques tels qu’un accident vasculaire cérébral ou une lésion de la moelle épinière.

le StadeY compris le modèle, il a été publié dans la revue Nature Communications Biology.

Le dispositif, implanté sur ou à proximité de la moelle épinière, fonctionne en délivrant un signal électrique via un fil fin. Pour traiter la paralysie, la stimulation cible des parties spécifiques de la moelle épinière pour aider à restaurer la fonction musculaire et le mouvement. Cependant, l’efficacité du dispositif a été limitée par une compréhension insuffisante de l’emplacement des motoneurones qui se connectent à des muscles spécifiques dans la moelle épinière.

« Si nous voulons vraiment maximiser l’utilité de ces implants, nous voulons pouvoir sélectionner des motoneurones spécifiques qui activeront des muscles spécifiques et aideront à bouger de la bonne manière et au bon moment », a-t-il déclaré. Valéria Gritsenkoprofesseur agrégé à École de médecine WVUSections Performance humaine – Physiothérapie, Neurologie Et le Institut de neurosciences Rockefeller. « Les scientifiques veulent utiliser un modèle pour déterminer où implanter ce système. »

Dans le cadre de l’étude, Gritsenko a reçu une subvention de 600 000 $ sur trois ans du ministère américain de la Défense pour diriger une équipe visant à construire des modèles plus avancés du système neuromusculaire.

Grâce à d’autres études et tests, les chercheurs espèrent mieux comprendre dans quelle mesure ces appareils peuvent améliorer la fonction musculaire.

Pour mener l’étude, les chercheurs ont d’abord créé un modèle 3D de l’emplacement des motoneurones dans la moelle épinière d’un macaque – un singe de l’Ancien Monde – et l’ont comparé aux connaissances actuelles sur la moelle épinière humaine. Ils ont également créé des modèles 3D de l’anatomie musculo-squelettique d’un singe macaque et du membre supérieur droit d’un humain et ont comparé ces modèles.

« Nous avons étudié les différences et les changements dans la longueur des muscles dans différentes postures, à la fois chez le modèle humain et chez le singe », a-t-il déclaré. Rachel Taitano, doctorant en médecine et neurosciences de Fairfax, en Virginie, et auteur principal de l’étude. « Le modèle musculo-squelettique du singe montre que la biomécanique est similaire à celle des humains, même si l’espèce présente des différences dans les muscles qu’elle utilise, les muscles qu’elle possède et leurs différentes orientations et fonctions. »

L’étude montre une correspondance étroite dans la distribution ou la profondeur des groupes de motoneurones le long de la moelle épinière chez les macaques et les humains. Ces résultats permettront aux scientifiques d’obtenir une précision dans la fourniture du traitement.

« Certaines populations de motoneurones sont plus profondes dans la moelle épinière et d’autres sont plus proches de la surface », a expliqué Gritsenko. « Ce modèle nous permet d’examiner plus en profondeur l’endroit où les populations de motoneurones pourraient être les plus proches de la surface. C’est là que vous souhaitez stimuler l’activation de ces muscles. »

READ  Qu'est-il arrivé à ces CubeSats qui ont été lancés avec Artemis I ?

« Connaître l’organisation vertébrale des assemblages de motoneurones – des groupes de cellules qui se connectent à un seul muscle – pourrait révéler quelque chose de fascinant », a expliqué Gritsenko, qui a été le chercheur principal. « Notre système musculo-squelettique complexe a évolué au fil du temps pour permettre une large gamme de résultats. de mouvements que nous voyons chez tous les « primates, y compris nous, les humains. L’équipe a découvert que nos moelles épinières contiennent des « cartes » intégrées qui reflètent cette fonction complexe. Cette « carte » aide à simplifier le contrôle de nos corps complexes via la moelle épinière.  » .

Un autre collègue sur le projet, Sergueï Yakovenkoprofesseur agrégé à la faculté de médecine de l’Université de Virginie-Occidentale, départements de performance humaine et de recherche. Exercice physiologiqueLe Département de Neurosciences et le RNI ont mené des études similaires sur l’anatomie de la moelle épinière chez les quadrupèdes. Les nouvelles découvertes montrent à quel point l’anatomie de la moelle épinière est conservée chez les animaux et à quel point elle reflète les actions musculaires.

Les résultats d’une étude scientifique appliquée qui peuvent être utilisés au bénéfice des patients en milieu clinique sont ce qui, selon Taitano, l’a attirée vers le projet.

« Je pense que nous pouvons obtenir beaucoup d’informations à partir d’études non chirurgicales », a déclaré Taitano, diplômé en génie biomédical. « Maintenant que nous pouvons appliquer ces résultats à l’échelle millimétrique et nanométrique, nous pouvons créer des dispositifs permettant d’appliquer ce que nous voyons dans un modèle comme celui-ci. »

Une fois le projet terminé, Taitano passera à la partie médecine de son programme cet été.

READ  La mission historique sur les astéroïdes de la NASA se prépare à un retour risqué

« Les antécédents de Rachel ont été très utiles au succès de l’étude », a déclaré Gritsenko. « J’aimerais certainement voir davantage de ce type de collaboration interdisciplinaire avec des étudiants diplômés travaillant sur des projets avec des collègues des départements de médecine et d’ingénierie.

En plus de la subvention du ministère de la Défense, des scientifiques de deux autres universités ont exprimé leur intérêt pour l’utilisation du modèle pour explorer la manière d’améliorer la technologie catalytique, a déclaré Gritsenko. Elle prévoit également de collaborer avec un chercheur principal d’une autre université pour valider les résultats de l’étude sur des modèles animaux.

« Nous voulons faire un test de stimulation musculaire basé sur les prédictions du modèle et voir si nous obtenons les résultats escomptés », a-t-elle déclaré. « Nous pouvons essayer cela d’abord avec des singes, puis, si cela fonctionne, nous pouvons l’essayer chez l’homme pour vérifier davantage qu’il s’agit d’un bon modèle pour guider ces interventions chirurgicales. »

référence: Taitano RI, Yakovenko S, Gritsenko V. L’anatomie musculaire se reflète dans l’organisation spatiale des groupes de motoneurones spinaux. Commune Byul. 2024;7(1):1-11. est ce que je: 10.1038/s42003-023-05742-s

Cet article a été republié ci-dessous Matiéres. Remarque : Le matériel peut avoir été modifié en termes de longueur et de contenu. Pour plus d’informations, veuillez contacter la source susmentionnée. Vous pouvez accéder à notre politique de communiqués de presse ici.

Continue Reading

science

Découverte de plus de 400 empreintes de dinosaures du Crétacé

Published

on

Découverte de plus de 400 empreintes de dinosaures du Crétacé

Plus de 400 empreintes de dinosaures datant du Crétacé inférieur ont été découvertes dans la préfecture autonome de Zhuxiongyi, dans la province chinoise du Yunnan (sud-ouest), ont indiqué des chercheurs.

Les fossiles ont été trouvés dans les montagnes de la ville de Konglongshan, dans la ville de Lufeng. Wang Tao, directeur du Centre de recherche et de préservation des fossiles de dinosaures à Lufeng, a déclaré que l’identification locale indiquait que les couches rocheuses contenant des empreintes de dinosaures remontaient à environ 120 millions d’années.

Wang a déclaré que les fossiles peuvent être classés en trois types : de grandes empreintes qui ressemblent à celles de sauropodes, tels que Diplodocus ; Des empreintes ressemblant à celles des théropodes, comme les tyrannosaures ; Les empreintes présentent des dépressions visibles à l’avant, ce qui indique que le dinosaure marchait avec ses orteils touchant le sol et qu’il pourrait appartenir à un stégosaure ou à un ankylosaure.

« Sur la base des observations sur le terrain, on suppose que cette zone pourrait avoir été située au bord d’un lac, entourée d’une végétation abondante », a déclaré Wang. « Une fois que différents types de dinosaures ont fini de se nourrir, ils sont probablement venus au lac pour boire de l’eau et se sont plongés dans la boue et le sable au bord de l’eau », a-t-il ajouté.

Konglongshan, dont le nom se traduit par « Montagne des dinosaures », est une zone de découverte concentrée d’empreintes de dinosaures fossilisées. Cependant, Wang a déclaré que la découverte de cette taille et de cette diversité est sans précédent, indiquant la présence étendue de divers groupes de dinosaures dans la région de Luofeng au début du Crétacé.

READ  Ouverture du premier laboratoire d'innovation spatiale du Royaume-Uni à Oxford

Depuis 1938, plus de 120 fossiles de dinosaures ont été découverts à Lufeng, mais aucun fossile du Crétacé n’a été découvert auparavant. Wang a déclaré que les empreintes de dinosaures récemment découvertes revêtaient une grande importance pour les efforts futurs visant à localiser des fossiles de dinosaures du Crétacé dans la région.

Chine

Continue Reading

science

L’expression transgénique des facteurs rubisco augmente la photosynthèse et la tolérance au froid du maïs

Published

on

Le maïs est l’une des cultures les plus cultivées au monde et est essentiel à la sécurité alimentaire mondiale. Mais comme d’autres plantes, leur croissance et leur productivité peuvent être limitées par la lente activité du rubisco, l’enzyme responsable de l’absorption du carbone lors de la photosynthèse. Dans une étude récente publiée dans Journal de botanique expérimentaleDes scientifiques du Boyce Thompson Institute (BTI) ont démontré une approche prometteuse pour améliorer la production de rubisco, améliorant ainsi la photosynthèse et la croissance globale des plantes.

L’étude impliquait l’expression transgénique de trois protéines clés, le facteur d’agrégation 2 de Rubisco (Raf2) et les grandes et petites sous-unités de Rubisco. En surexprimant ces protéines, les chercheurs ont augmenté la teneur en rubisco, accéléré l’absorption du carbone et augmenté la hauteur des plantes dans le maïs.

« Nos résultats montrent que l’agrégation Rubisco peut être modifiée pour améliorer la productivité des cultures », a déclaré Katherine Echenor, chercheuse au BTI et première auteure de l’étude. « En modifiant l’expression de ces protéines, nous pouvons libérer la capacité du maïs à photosynthétiser plus efficacement et à croître plus vigoureusement, même dans des conditions environnementales difficiles. »

L’équipe de recherche a découvert que Raf1 et Raf2, bien qu’ils fonctionnent à différentes étapes de l’assemblage de Rubisco, peuvent améliorer indépendamment l’abondance de Rubisco et les performances de l’usine. Cela ouvre des possibilités d’améliorations supplémentaires en empilant les traits ensemble, ce qui pourrait conduire à une plus grande capacité photosynthétique.

Il est intéressant de noter que les plantes transgéniques ont également montré une meilleure résilience au stress dû au froid, un défi environnemental courant qui peut avoir de graves conséquences sur les rendements des cultures. Les chercheurs ont observé que ces plantes maintenaient des taux de photosynthèse plus élevés lors de l’exposition au froid et récupéraient plus rapidement une fois le stress atténué.

READ  ALMA détecte l'ombre du flux moléculaire d'un quasar alors que l'univers avait moins d'un milliard d'années

L’approche innovante de l’équipe offre des possibilités intéressantes pour d’autres cultures. De nombreux aliments de base dont les voies photosynthétiques sont similaires à celles du maïs, comme le sorgho, le mil et la canne à sucre, pourraient bénéficier de l’approche utilisée dans cette étude, conduisant à des améliorations de l’efficacité et de la productivité photosynthétiques.

« Cette technologie prometteuse est l’une des nombreuses technologies utilisées pour améliorer la photosynthèse des plantes cultivées », a déclaré David Stern, professeur au BTI et auteur principal de l’étude. « En continuant à explorer les complexités de l’assemblage et de la régulation Rubisco, nous pouvons améliorer cette partie indispensable de la boîte à outils pour améliorer la photosynthèse dans un large éventail de cultures. »

Alors que la sécurité alimentaire reste un problème urgent et que les impacts du changement climatique deviennent plus graves, le besoin de cultures plus productives et plus résilientes est plus grand que jamais. Cette recherche met en évidence le potentiel transformateur des solutions basées sur la science végétale face aux défis mondiaux, illustrant l’engagement de BTI à façonner un avenir dans lequel l’agriculture prospère, la biodiversité est conservée et l’humanité bénéficie d’un monde plus sain et plus durable.

Ce travail a été soutenu par le programme de recherche intra-muros de l’USDA, National Institute of Food and Agriculture, Agricultural Plant Physiology, numéro d’accès 1022304.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023