août 16, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Le gouvernement confirme la reprise des expulsions de demandeurs d’asile déboutés cette année – The Irish Times

Le ministère de la Justice a confirmé que les expulsions de personnes dont les demandes d’asile ont été rejetées en Irlande reprendront.

Après avoir été suspendues au début de la pandémie de Covid-19, les expulsions devraient reprendre cette année dans un contexte de forte augmentation du nombre de demandeurs d’asile dans la république.

Le ministère a déclaré dans un communiqué: « Avec la levée des restrictions de santé publique et un retour à la normale des déplacements, il faut reconnaître que ceux qui n’ont pas le droit légal de rester dans ce pays doivent retourner dans leur pays », soulignant que toute expulsion n’aura lieu qu’en suivant des procédures équitables et après avoir passé toutes les voies de recours disponibles.

« Lorsqu’une personne ne rentre pas volontairement dans son pays, l’Irlande, comme tous les autres États membres de l’UE, prend des dispositions pour rapatrier les personnes. Ces dispositions devraient reprendre en 2022.

Il y a eu près de 6 500 demandes d’asile ou de protection internationale auprès des autorités irlandaises cette année, contre 2 649 pour l’ensemble de l’année dernière – une augmentation qui, selon certains responsables gouvernementaux, a été influencée par l’approche de plus en plus dure du Royaume-Uni envers les demandeurs d’asile.

Le programme britannique pourrait signifier envoyer des demandeurs d’asile au Rwanda où ils pourront ensuite évaluer leurs demandes de protection internationale et éventuellement leur accorder le statut de réfugié. Mais le programme a été interrompu lorsque la Cour européenne des droits de l’homme est intervenue tardivement après que les avocats d’un demandeur d’asile qui devait se rendre au Rwanda deux semaines plus tôt aient soumis une demande d’urgence à la Cour européenne des droits de l’homme. Après cela, le gouvernement britannique a déclaré qu’il promulguerait des lois qui lui permettraient de s’écarter des décisions de justice.

Les ordres d’expulsion ne sont délivrés dans le pays que lorsque les demandes de protection internationale de l’individu ont été rejetées et lorsque tout recours a été épuisé. Le ministère a déclaré que l’exécution des ordres relevait du Bureau de l’immigration de la police nationale et qu’en vertu du droit international, personne ne peut être renvoyé dans un pays où il pourrait être en danger.

Seules quelques commandes de relais sont exécutées par Garda. En 2019, dernière année d’expulsion, plus de 2 000 ordres de ce type ont été émis, mais seuls 298 ont été exécutés. En 2018, 1 117 ordres ont été émis et 163 ordres ont été exécutés.

Cependant, le gouvernement prend de plus en plus conscience que le nombre de personnes demandant une protection internationale a fortement augmenté depuis la levée des restrictions de voyage liées à la pandémie.

Il y a eu 4 781 demandes d’asile en 2019, mais ce nombre est tombé à 1 566 l’année suivante à mesure que la pandémie se propageait. Jusqu’à présent cette année, il y a eu 6 498 demandes, selon le département.

Ceux-ci sont distincts des arrivées d’Ukraine, qui ont obtenu des droits de séjour automatiques ici.