Connect with us

Top News

Un tribunal français déclare que les entreprises ne peuvent pas licencier des employés pour ne pas être « amusants » ou sauter des rassemblements sociaux

Published

on

Un tribunal français déclare que les entreprises ne peuvent pas licencier des employés pour ne pas être « amusants » ou sauter des rassemblements sociaux

Un tribunal français a statué que les entreprises ne peuvent pas licencier un employé simplement pour avoir refusé de participer à des activités sociales telles que des boissons après le travail ou des activités de team building.

L’affaire portait sur le licenciement d’un individu identifié comme M. T, qui avait travaillé comme administrateur et employé pendant quatre ans au sein du cabinet de conseil Cubik Partners. L’entreprise, qui promeut une culture qui dit « vous devriez vous amuser pendant que vous travaillez », a licencié M. T en 2015 pour ne pas avoir fait plus pour l’adopter. Culture d’entreprise « fun ».

Olivier Cournot, co-fondateur de Cubik Partners, a déclaré à CBS MoneyWatch que l’employé avait été licencié « pour des raisons purement professionnelles » et pour s’être abstenu de « la soi-disant culture de l’apéritif ».

Au lieu de cela, la société a affirmé que M. T l’avait Ton « décourageant » et refus d’écouter à ses collègues, surtout lorsqu’ils ont des points de vue différents, selon le New York Post.

Croisières de Noël de dernière minute en baisse de 15 % par rapport à 2021 : Hooper

Cependant, M. TV a fait valoir que sa définition du plaisir différait de celle de l’entreprise et que ce que l’entreprise considérait comme « agréable », il le considérait comme une violation du « droit fondamental à la dignité et Respecter sa vie privéeSelon le dossier du tribunal.

Palais de justice français

Une vue générale d’un palais de justice, le Palais des Justicees en français, un bâtiment historique situé sur la place Mentheon dans le 6ème arrondissement de Marseille, France, le 22 novembre 2022. (Photo de Gérard Botino/SOPA Images/LightRocket via Getty Images/Getty Images)

M. T a sauté des séminaires et des week-ends à cause des « pratiques d’entreprise préconisées par des collègues qui associent la promiscuité à l’intimidation et à l’incitation à diverses transgressions ». Ces pratiques comprenaient Surnoms grossiers du personnel, « faux actes sexuels », obligation de partager la famille pendant les séminaires et de poster des photos déformées ou maquillées dans le bureau.

Seuls 38% des Américains ont discuté du financement pour leurs parents âgés

L’entreprise a accusé l’employé d’être « carré et ennuyeux », difficile à travailler et peu à l’écoute, selon les analystes du recrutement de l’industrie.

Fête des employés de bureau

Portrait d’un groupe de collègues ayant une occasion heureuse et faisant la fête ensemble dans leur bureau (Stock)

L’affaire a traîné pendant sept ans, mais les tribunaux ont finalement pris le parti de M. T, déclarant le mois dernier que l’entreprise avait porté atteinte à une « liberté fondamentale garantie par la Constitution » de la liberté d’expression.

LIDL rappelle les calendriers d’aventure en raison d’une possible contamination par la salmonelle

Le tribunal a convenu avec M. T que les politiques de l’entreprise constituaient des « pratiques intrusives » et que l’entreprise ne pouvait que critiquer son comportement, et non le dissocier de ses décisions.

READ  Alvin Wahees représentera la France en Italie avec Volyn.

En savoir plus sur FOX BUSINESS en cliquant ici

Québec Partners a fait appel de la décision de justice selon laquelle Monsieur T devait percevoir une indemnité de plus de 40 000 € en heures supplémentaires et rappels avec arrêt de travail.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top News

La police française expulse des centaines de personnes d'un entrepôt abandonné à Paris avant les Jeux olympiques

Published

on

La police française expulse des centaines de personnes d'un entrepôt abandonné à Paris avant les Jeux olympiques

A 100 jours du début des Jeux Olympiques de Paris, la police a mené une opération d'évacuation à grande échelle dans la plus grande zone résidentielle de France, au sud de la capitale.

Les autorités, dont des dizaines de gendarmes, ont évacué mercredi le campement de fortune situé au siège abandonné de la compagnie de bus à Vitry-sur-Seine.

Le camp est devenu le foyer d’environ 450 migrants et les images de l’évacuation se sont rapidement répandues sur les réseaux sociaux.

Le compte à rebours, placé sur les quais de Seine devant la Tour Eiffel, indique 100 jours avant la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024 (Christophe Ena/AP)

Les travailleurs humanitaires craignent que les efforts plus larges déployés par les autorités parisiennes pour évacuer les migrants et autres personnes dormant dans la rue dans la capitale à l'approche des Jeux olympiques d'été soient inquiétants, dans la mesure où les personnes évacuées ne reçoivent pas d'aide au logement à long terme.

« Le squat était le plus grand de France. Il a doublé de taille en un an à cause des JO. L'année dernière, les autorités ont évacué des migrants du « Village olympique qui est à proximité, et de nombreux déplacés sont venus ici ».

Il a ajouté que les conditions à l'intérieur de l'entrepôt sont strictes.

Le processus de désinfection se poursuivra sur plusieurs jours.

Le site est actuellement vide : 150 personnes sont parties dans la nuit, avant l'arrivée de la police, tandis que 300 personnes ont été évacuées avant 8 heures mercredi. L'organisation humanitaire a indiqué que parmi ces 450 personnes, 20 étaient des enfants et 50 des femmes.

Cette mesure fait partie d'une campagne plus large menée par les autorités locales pour démanteler les camps temporaires alors que Paris se prépare à accueillir les Jeux Olympiques du 26 juillet au 11 août.

READ  Un avion de la marine indienne arrive à La Réunion pour interagir avec la marine française

Les groupes de défense travaillant auprès des sans-abri et d’autres populations vulnérables expriment leurs inquiétudes depuis des mois.

Ils ont notamment exprimé l'accélération du rythme des évacuations des camps à l'approche des Jeux, mettant en garde contre les conséquences désastreuses pour ceux qui se retrouvent sans abri.

Des observateurs ont indiqué mercredi qu'environ cinq bus se trouvaient sur place, désignés pour transporter les migrants vers des sites désignés dans des villes comme Orléans ou Bordeaux.

D'autres migrants seront transportés par bus vers des sites de filtrage temporaires.

France Paris squatte
Migrants devant l'Hôtel de Ville de Paris (Nicolas Garriga/AP)

Al-Awzi a déclaré craindre que « ce ne soit qu'une question de jours ou de semaines avant que de nombreux migrants dorment à nouveau dans la rue ».

Le sort de ces personnes déplacées reste une question urgente alors que la capitale française se prépare à mettre en lumière la tension mondiale entre les efforts d'embellissement urbain et le soutien aux communautés marginalisées.

Plus tôt ce mois-ci, la police française a évacué une cinquantaine de migrants, dont des familles avec de jeunes enfants, depuis le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris.

Les migrants ont emballé leurs affaires et ont pris un bus pour se rendre dans un logement temporaire du gouvernement dans la ville de Besançon, dans l'est de la France.

Continue Reading

Top News

La France appelle la Russie à respecter les décisions du Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (…)

Published

on

La France appelle la Russie à respecter les décisions du Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (…)

Madame la Présidente,

Je voudrais remercier le Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique pour son exposé.

Lors de notre dernière rencontre en janvier pour discuter de la situation à la centrale électrique de Zaporizhya, nous avons constaté que la situation était risquée et préoccupante. La maintenance, l'alimentation électrique et l'approvisionnement en eau de l'usine étaient exposés à des risques inacceptables.

Ces préoccupations demeurent aujourd’hui et les événements de la semaine dernière ont exacerbé nos inquiétudes.

Les 7 et 9 avril, la centrale a été visée par des attaques pour la première fois depuis novembre 2022. L'une d'elles a touché et endommagé la coupole du réacteur n°6.

Nous avons pris note de la déclaration du directeur général de l'Agence, qui a déclaré que cette grève n'affectait pas la sécurité de l'usine.

Cependant, nous ne nous sentons pas à l'aise. Il s’agit d’un incident grave qui nous rappelle que la situation actuelle est intenable et que l’occupation illégale russe continue de ce site comporte de graves risques. Il faut que ces attaques cessent.

Ces grèves constituent une violation flagrante des sept piliers de l'Agence et des cinq principes concrets que le Directeur général a énoncés devant ce Conseil en mai 2023 et dont l'objectif est de maintenir l'intégrité et la sécurité du site. Ces principes réaffirment qu'aucune attaque, quelle qu'elle soit, ne peut être lancée contre ou depuis une plante.

Dans ce contexte, nous voudrions souligner la responsabilité de la Russie dans cette situation. La Russie a lancé une attaque contre l'Ukraine en violation de la Charte des Nations Unies. Elle a pris illégalement le contrôle de l’usine en février 2022. Depuis lors, elle l’utilise comme base militaire et mène des opérations minières dans la zone adjacente à l’usine. Des forces et du matériel militaire y ont été déployés, a rapporté l'agence.

READ  Un avion de la marine indienne arrive à La Réunion pour interagir avec la marine française

La Russie doit mettre fin à la militarisation de la centrale, qui nous expose au risque d'un accident nucléaire majeur dans la plus grande centrale nucléaire d'Europe, avec de graves conséquences humanitaires et environnementales.

Nous appelons une fois de plus la Russie à respecter les décisions du Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique, à mettre fin à son occupation de la centrale et à en rendre le contrôle total aux autorités ukrainiennes.

Face à cette dégradation importante de la situation, extrêmement préoccupante, la France réitère son appel à préserver au maximum la sûreté des réacteurs, notamment en les maintenant fermés autant que les conditions le permettent.

Nous réitérons notre soutien à l’Agence dont le rôle est crucial. Les équipes de l’Agence effectuent un travail essentiel pour contrôler la mise en œuvre pratique des cinq principes concrets, dans le plein respect de la souveraineté ukrainienne. Nous sommes profondément préoccupés par le fait que leur sécurité a été directement compromise par les attentats des 7 et 9 avril. Ils doivent pouvoir remplir leur mission sans entrave, communiquer librement avec les employés ukrainiens de la gare et avoir accès à toutes les régions de l'Ukraine. la plante.

La France poursuivra sa participation, aux côtés de l'Agence, au soutien à la sûreté et à la sécurité nucléaires des installations nucléaires en Ukraine.

Merci.

Continue Reading

Top News

French Butter ajoute la réalisatrice/photographe/photographe Jennifer Devick Reel Chicago News

Published

on

French Butter ajoute la réalisatrice/photographe/photographe Jennifer Devick Reel Chicago News

Beurre français Il a considérablement amélioré sa liste de talents en recrutant un réalisateur, des ports et un caméraman. Jennifer Devick. Cette annonce, publiée le 16 avril 2024, représente une étape stratégique pour l'entreprise car elle vise à renforcer ses capacités créatives et sa présence géographique.

Basé à Los Angeles, Davik apporte une richesse d'expérience et d'expertise en matière de narration visuelle, en particulier en matière de contenu axé sur l'alimentation. Son parcours éclectique, qui comprend un travail éditorial dans des magazines et des collaborations avec des marques emblématiques telles que Starbucks, General Mills et Williams Sonoma, la positionne comme un atout précieux pour l'équipe de French Butter.

L'une des réalisations notables de Davik est son court métrage documentant le somptueux dessert au sésame noir du restaurant Lazy Bear à San Francisco, qui a reçu des distinctions lors d'événements prestigieux tels que le NYC Food Film Festival et les Pink Lady Food Photographer of the Year Awards.

Sa capacité à capturer l'essence de la nourriture et à évoquer des émotions à travers son travail s'aligne parfaitement avec l'engagement de French Butter envers l'excellence dans la narration culinaire.

Le directeur fondateur de French Butter, Brett Frommer, est enthousiasmé par la signature potentielle que Davik représente à la fois pour l'entreprise et pour la directrice elle-même. Il note : « L'œil et l'esthétique de Jennifer se concentrent sur les sensibilités modernes envers les gens et la nourriture, et sa personnalité fraîche et enthousiaste lui permet d'aborder ce qui est devant son objectif avec une signature distinctement féminine. Elle est l'ensemble complet : réalisatrice, photographe, directrice générale, et une personne brillante et intuitive avec qui c'est un plaisir de travailler sur French Butter.

READ  Consultant en communication (francophone) | ReliefWeb

Lire aussi :


Davick dit qu'elle a déposé une plainte contre French Butter dans le passé, et que cela a été rendu possible grâce à une connexion commune entre les deux producteurs. « Et cela me semblait parfait », dit-elle. « Nous avons tous les deux beaucoup de dynamisme et travaillons très dur. Je vois pour nous un avenir dans lequel nous placerons la barre en matière d'innovation et de créativité et ajouterons une résonance émotionnelle au travail que nous produisons. »

En signant avec l'entreprise appartenant à des femmes, Davik dit qu'elle a hâte de travailler dans un magasin axé sur l'alimentation et fonctionnant avec des niveaux de production de pointe. « Pour moi, French Butter est attractif car nous avons une motivation très similaire. Brett et moi partageons également des valeurs communes ; nous sommes tous les deux très passionnés par ce métier. »

« Ajouter Jennifer au beurre français est un énorme coup de pouce à plus d'un titre », ajoute le producteur exécutif. Eric Kryské. « Non seulement elle est extrêmement talentueuse, avec un air de confiance sophistiquée, mais elle est aussi une incroyable entrepreneure : elle construit et gère des studios, comme elle l'a fait seule aux Ingredient Studios à Los Angeles et avec French Butter », ajoute-t-elle. le studio de la côte Ouest à notre infrastructure, ainsi que « Notre installation de Pilsen de 20 000 pieds carrés à Chicago nous offre une envergure considérable lorsqu'il s'agit de répondre aux besoins des clients, qu'ils soient créatifs, liés au budget ou techniques ».

Appareil Il apprécie également les possibilités. « J'ai rejoint French Butter pour faire partie d'une équipe, et je pense que leur équipe est particulièrement forte, tout en me sentant plus intime. J'aime le fait de faire partie d'une équipe aussi talentueuse comprenant Brett et Etienne Proulx, je crois. « 

READ  Valneva, une entreprise française, a reçu l'approbation de la Commission européenne pour fournir des vaccins Covid-19

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023