Connect with us

Economy

What does the circular economy mean for companies

Published

on

For many consumers and businesses, reducing their environmental impact has – so far – been about reducing energy use and increasing the rate of recycling.

But while welcome, these efforts are in fact scratching the surface of what will ultimately be needed in order to make the global economy sustainable.

“COP26 made the decision to reduce carbon emissions, very significant reduction, and everything looks very good and positive – but I can tell you right away that this is not going to solve our problem,” says Professor Iori Junko of Trinity College Dublin at Trinity College Dublin. chemistry. “This will only delay our death rather than eliminate it.

“The tip of the iceberg is very high emissions from global warming, everyone realizes that now. But nobody looks at the other aspects – like how much waste we produce.

« Every European generates five tons of waste a year. 65% of this waste goes to landfill. »

Geraldine Brennan, Head of Circular Economy at Irish Manufacturing Research and Program Director at Circuléire: « We’re currently using three of the land, if you take an overall global view. » “The economic model is starting to work really fast and there has to be some reconciliation that there is a finite planet with finite resources.

« We can keep these materials, ingredients and products in use for longer, which will reduce the need to extract those raw materials. »

Circuléire is a public-private partnership that aims to encourage all types of companies to adopt a circular economic model in order to reduce their environmental – and the country’s – impact on the environment.

Currently, the global economy is largely based on linear consumption – raw materials are extracted, converted into products, sold and, when not wanted or desired – discarded.

The circular economy will fix that, drastically reducing the amount of both raw materials entering the economy, and waste leaving.

Central to this is the push to extend the life of everything from machinery to products to materials; Whether it’s through Reuse, Repair, Reuse, Recycle, Recycle or simply Better Business Collaboration.

“The circular economy is a new way of designing, manufacturing, and using products,” says Geraldine. « Decarbonization requires addressing the carbon emissions and the embedded pollutants associated with extracting raw materials to make products. It’s about rethinking that in order to decouple these emissions from our GDP growth. »

But while the basic concepts of the circle are already familiar, achieving a true circular economy requires a fundamental and sub-reform of the economic model of the state – and the world.

« It’s also not about products…it’s about the services we need to keep products, components and materials in use in the economy, » she said. « It’s an economic model, it’s a new way of thinking about resources and waste, so it’s kind of like There are Layers. »

READ  Stewart McKeag : Une nouvelle stratégie sans repas

The circular economy is now seen as an important part of the country’s carbon reduction efforts – but a major change is needed in order to make sustainability the easier option on an individual level.

said Claire Downie, researcher and director of policy and the Center for Rediscovery. It is based in Ballymun in Dublin, Ireland’s national center for the circular economy.

“Sometimes the repair can also be expensive, compared to the cost of buying a new one, and that is the real challenge as we have to find ways to change the big picture.

“How do we change policy, how do we change fiscal incentives, how do we eliminate subsidies that support the generation of mountains of unnecessary plastic and instead subsidize the things we should be doing like repacking centers and repair centers and libraries.”

IKEA has started buying back old furniture with the aim of giving it a second life

Managing this means companies will have to rethink their products to ensure they last longer, make it easier to repair or upgrade, and ultimately, be easier to take apart and repurpose.

They will also need to provide the framework within which a second life can be achieved for the products.

In the meantime, consumers will have to readjust their attitude to household goods – repair and recycling rather than replacement – while also looking at second hand as their first choice.

This may seem like a daunting task, but Geraldine says a starting point for companies is to understand how much raw materials they currently need and how much waste they produce. From there they can start making changes.

Help is also available.

The Rediscovery offers a free mentoring and support program for social enterprises and community organizations looking to improve their circle.

“The Circular Economy Academy is part of the skills building process through demo, and we are trying to support the growth of this region,” said Claire Downey. « [We want] To support more companies to become active in this field, which in turn makes it easier for people to find ways to become more circular. « 

Another way for companies to boost their circular credentials is the new postgraduate course at Trinity College Dublin on circular economy and recycling technologies, starting early next year.

“We try to provide knowledge of the circular economy to people who have some technical or scientific education – to use that in their related industries,” said Professor Yuri Junko, who is coordinating the course. “We have had a lot of interest from people, often through their companies, in industries like recycling, fashion and other industries who are really interested in applying the new principles of the circular economy.

“The goal here is to educate people and give them a chance to use this knowledge to improve our lives and solve these problems [environmental] He said.

Geraldine Brennan says awareness of the circular economy has increased dramatically in recent years, with the concept moving rapidly from the fringes to the primary tenant of climate action.

READ  Avec la flambée des taux d’inoccupation, le marché de Dublin pourrait-il s’effondrer ? -Le temps irlandais

But knowledge and good intentions will get you far. In order to facilitate the participation of individuals and companies in more circular activities, the appropriate structures must also be in place at the national level.

The first step in creating this national framework will come through the new circular economy bill, which the government is currently drafting.

This is seen by participants as a game-changer, as it will set a clear « travel direction » for the country. This will help achieve specific goals around product reuse, penalties and fees for activities associated with the old “take, make, waste” model – such as single-use coffee mugs.

In general, however, the law of circular economy will provide more certainty to companies.

“What it does is … that the Government of Ireland has a regulatory obligation, and it is not something that can fall off the agenda,” Geraldine said. « The government should put these strategies in place, set these goals and reduce emissions. »

But Ireland has a long way to go.

Recent figures from Eurostat show that 12.8% of the materials used in the EU last year came from recycled waste.

In the Netherlands, the rate was 31%. In Ireland, the proportion was only 1.8%.

This figure does not give a complete picture of the circularity effort in Ireland as it relates only to recycled materials. This means that it is missing everything that has been repaired, refurbished or reused.

And in some ways Ireland is well positioned for change – not least because the economy relies heavily on importing raw materials and exporting recycling waste.

This means that there is an economic benefit in improving circularity, as it will reduce the economy’s dependence on foreign price fluctuations. It also means that there is likely to be less domestic opposition to any move that would eventually hit the bottom line for producers of raw materials.

Ultimately, however, the circular economy bill will need to help change the equation for the economics of reform and reuse in order to achieve its goals.

“What we hope will come from that is a good and solid goal [on repair and reuse] And the ambition to see this area grow, and on the back of that support goes to make reuse more viable for companies trying to do it,” Claire Downey said. You can do this in a number of ways, for example by removing or reducing commercial prices for reuse activities, or by creating labor activation schemes specifically for these types of activities.”

To make repair more affordable for individuals, Claire says there could be a reduced or zero percent value-added tax rate on labor cost — making repairing or refurbishing something more attractive.

READ  Une erreur de l'application TFI entraîne l'annulation de tous les bus sur l'itinéraire le plus fréquenté de Cork pendant 6 heures.

« What it all does is just make the business more viable to be in this sector, » she says.

These kinds of initiatives will help turn recycling from a cost into an opportunity for businesses — but they can also provide critical value to companies trying to manage or even eliminate the burden of environmental taxation.

« Carbon taxes are coming, » Geraldine said. Which manufacturers work for European ETS [Emissions Trading Scheme]In two years, the price of carbon rose from about 30-40 euros per ton to 80 euros per ton. They did not expect the price of a ton to reach 100 euros until 2030.”

Recycling also creates new revenue generation opportunities.

Taking a long-term view of merchandise may mean fewer presales — but it also creates the potential for product makers and retailers to sell services, repairs and upgrades.

There is also great potential for job creation – more people will need training and employment in areas related to repair and renovation.

Ireland’s Community Resource Network – made up of social enterprises and community organizations committed to the circular economy – said its members generated €39.6 million in revenue last year, with nearly 800 people employed and thousands more working as volunteers.

That’s not to mention the 117,180 tons of carbon they estimated they saved, which equates to big money when expanding.

“The EPA published a report in which they implemented different scenarios, and they said a 5% material reuse improvement represented €2 billion for the Irish economy,” said Geraldine. « That’s the big prize – but the challenge is how do companies dip their toes into the water and begin that journey. »

That might be easier said than done – but Claire Rowland is optimistic that change can be achieved.

The first step would be to get people – and companies – to think in circles, although it suggests that many are already doing so.

« I think the language we use is a bit problematic, and the term itself is very dense and doesn’t resonate with people, » she said. “We may not realize that we actually do a lot of these things in our daily lives.

“You might find it really easy to fix the everyday things we use, even things like replacing a fuse, refitting a table leg, or bringing your shoes to a local shoemaker to get the heels back.

“If you buy used things or donate things to second-hand stores, you are really involved in this as well.”

The challenge now is for companies to make it easier for people to extend that small business circle into every area of ​​their lives.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Les promoteurs d’OCP vendent sur un quai à côté des gares routière et ferroviaire de Cork

Published

on

Les promoteurs d’OCP vendent sur un quai à côté des gares routière et ferroviaire de Cork

Un site de quai de premier ordre dans le centre-ville de Cork, construit il y a deux décennies par O’Callaghan Properties (OCP), à côté de la gare routière de la ville sur Anderson’s Quay, est maintenant vendu par des promoteurs pour leur permettre de se concentrer sur des projets mixtes beaucoup plus vastes. Plans d’usage sur les piles sud.

Je vais sur le marché cette semaine avec des agents Savills détenant un AMV de 4,25 millions d’euros plus un site de 0,48 acre au bord de la rivière, mais maintenant en sommeil depuis longtemps, à Anderson’s Quay, Clontarf Street et Lower Oliver Plunkett Street, précédemment occupé par Reliance Bearings et la Cork Society. pour la Prévention de la Cruauté envers les Animaux (CSPCA), l’ancien foyer des chats et des chiens de la ville.

Il n’a plus de permis de construire pour 150 000 pieds carrés de bureaux au-dessus des commerces au rez-de-chaussée, mais il pourrait désormais trouver d’autres utilisations, comme des hôtels, des appartements ou un autre mélange de bureaux entre de nouvelles mains différentes.

Se repérer : Peter Creighton, Brendan Byrne et Mark Kenworthy de Reliance Bearing and Gear Co à Anderson's Quay en 2003, Pic Denis Scannel
Se repérer : Peter Creighton, Brendan Byrne et Mark Kenworthy de Reliance Bearing and Gear Co à Anderson’s Quay en 2003, Pic Denis Scannel

Il s’est réuni vers 2005 lorsque OCP a payé les 7 millions d’euros alors annoncés pour l’ancien bâtiment et le site de Reliance Bearing de 0,4 acre, et a suivi avec un achat et un échange de site avec la CSPCA à laquelle les O’Callaghans (OCP) ont transféré construit à cet effet. Un bâtiment à Mahon Point, à côté du parc commercial dont le pilier est B&Q. (L’emplacement en question n’inclut pas la propriété d’angle autrefois occupée par le détaillant de sport Tommy Maher et, avant cela, par Union Chandlery.)

L'aube du nouvel âge : le lever du soleil se reflète sur la rivière Lee, à Kennedy Quay, Cork City, janvier 2021 Photo : Larry Cummins
L’aube du nouvel âge : reflet du lever du soleil sur la rivière Lee, à Kennedy Quay, Cork City, janvier 2021 Photo : Larry Cummins
READ  36 000 km en trois jours : 8 000 $ de frais de location de voiture choquent une Canadienne | Canada

L’association caritative CSPCA, fondée dans les années 1870, était présente sur Clontarf Street depuis 1936, mais a passé des années à essayer de trouver un site meilleur et plus grand avant l’accord avec l’OCP, poursuivant ainsi le modèle de l’OCP consistant à trouver des « solutions » et de nouvelles règles pour les entreprises souhaitant à déménager. Des sites urbains précieux, tels que l’Irish Examiner d’Academy Street et Johnson & Perrot d’Emmet Place, pour permettre le développement du quartier commercial et d’appartements Opera Lane.

Force de la farine
Force de la farine

Commentant la décision de vendre le site profilé de Clontarf Bridge après près de 20 ans d’inutilisation ou de faible valeur entre-temps, un porte-parole d’O’Callaghan Properties a déclaré : « La décision de quitter le site d’Anderson’s Quay permettra au Groupe OCP de se concentrer pleinement sur ses projets… Les Grand Docklands à Kennedy Quay et le site Goldings.

« Les deux projets ont obtenu un permis de construire de la municipalité et OCP tient à les livrer le plus rapidement possible. Ces deux projets sont très ambitieux et nécessitent toute notre attention.

    Chantier de navigation NSQ2 et NSQ1, Albert Dock, Cork.  Photo de Dan Linehan
Chantier de navigation NSQ2 et NSQ1, Albert Dock, Cork. Photo de Dan Linehan

La planification des bureaux sur Anderson’s Quay a été sécurisée pour la première fois à la mi-2010, à peu près au même moment où le promoteur Owen O’Callaghan a également décidé de développer des bureaux sur les quais sud de la ville, à Navigation Square, sur un site de 2,25 acres sur Albert Quay, avec environ 500 000 personnes. pieds carrés au total proposés entre eux.

Ce déménagement vers les quais sud a depuis été suivi par l’assemblage d’un site à plus grande échelle sur le Kennedy Quay adjacent en aval de la rivière et le long de Center Park Road entre les mains du promoteur de deuxième génération Brian O’Callaghan, qui a repris les rênes après le décès d’Owen O’Callaghan en janvier 2017.

READ  Saudi Aramco s'attend à une augmentation de 90% de son bénéfice net pour le deuxième trimestre 2022 | nouvelles du monde

Un porte-parole, Brian O’Callaghan, a déclaré : « Le projet à plusieurs composants Kennedy Dock est un développement transformateur pour les Docklands et la ville. La démolition du R&H Hall (silo à grains) s’est très bien déroulée, ainsi que le travail complexe de déménagement. tous les services publics – électricité, gaz, eau, télécommunications, etc. – ont désormais commencé.

Photo 2018 de l'Albert Dock avec le chantier de navigation d'OCP en début de construction.  Photo de Larry Cummins
Photo 2018 d’Albert Dock avec le chantier de navigation d’OCP en début de construction. Photo de Larry Cummins

La suppression des silos en béton des années 1930 des Kennedy Docks et le maintien de la façade en brique rouge du bâtiment Odlums sont considérés comme la clé d’un plan de 350 millions d’euros visant à convertir davantage les South Docks des utilisations de fret et de céréales pour inclure un hôpital de réadaptation, des immeubles de bureaux et un complexe résidentiel. Les plans initiaux du cinéma ont été abandonnés pour permettre la construction de 14 appartements supplémentaires : OCP a été parmi les premières entreprises de Cork à proposer des appartements en location au prix coûtant, pour la dernière partie du site de Lancaster Quay.

Autres projets pour Kennedy Quay et les South Quays
Autres projets pour Kennedy Quay et les South Quays

La deuxième partie du plan OCP dans la région des Docklands consiste à construire 1 325 logements (principalement des appartements à l’arrière de Kennedy Quay, sur le site d’engrais Golding sur Center Park Road/Monahan Road).

Cependant, même si la planification était assurée, cela dépendait de la capacité de Gouldings à déplacer sa base d’engrais à Marino Point (par coïncidence l’ancienne usine d’engrais NET) plus en aval, une décision qui était à la demande d’An Bord Pleanála depuis longtemps, 18 périodes mensuelles.

READ  Une passagère de Lingus Airlines est allée "en enfer" après que la compagnie aérienne a perdu ses bagages et que l'employé n'a eu que quatre mots

La semaine dernière, cet appel a incité le directeur général de l’OCP, Brian O’Callaghan, à se plaindre lors d’un sommet construction/CIF à Cork que le développement du port de la ville était limité par de longs appels en matière de planification.

En dirigeant le site d’Andersons Quay d’un demi-acre à partir de 4,25 millions d’euros, les agents de Savills, Peter O’Meara et James O’Donovan, affirment qu’il conviendra à diverses utilisations, notamment des hôtels ou des appartements.

À côté du refuge de longue date de Simon Community, et à proximité du site de bureaux Prism Triangle, aujourd’hui disparu, et du site de Cork Harbour, où des plans pour une tour d’hôtel de 240 lits s’élevant sur 34 étages ont également été proposés par les acheteurs, basés aux États-Unis. Tower Holdings Group, à proximité des bus et des chemins de fer de Cork

Le site est également proche des gares routière et ferroviaire de la ville, dont l’usage est considérablement accru dans le cadre des plans de transports publics de TFI.

Il est également proche d’hôtels existants tels que le Clayton at City Quarter, le Leonardo (anciennement Jurys Inn) à Anderson’s Quay et The Dean, ainsi que d’autres hôtels proposés au Coliseum et Parnell Place où Tetrarch Capital a réalisé la planification d’un hôtel. en 2018 dans les anciens bâtiments en… Grès rouge dans l’ancien entrepôt.

Pendant ce temps, la construction d’appartements devrait commencer à la fois sur les quais nord (Horgans Quay) et sur les quais sud (Kennedy Quay, etc.) suite aux récentes subventions de l’État visant à rendre financièrement réalisable le développement résidentiel à haute densité.

Détails : Savills 021-4271371

Continue Reading

Economy

Une guerre des prix de l’épargne a éclaté alors que la Banque d’Irlande entre dans la mêlée avec de nouveaux comptes.

Published

on

Une guerre des prix de l’épargne a éclaté alors que la Banque d’Irlande entre dans la mêlée avec de nouveaux comptes.

Bank of Ireland a surpris le marché en introduisant deux nouveaux comptes de dépôt offrant des paiements allant jusqu’à 3 %.

Cela survient alors que de nouveaux chiffres montrent que les consommateurs irlandais ont commencé à déplacer leur épargne des dépôts à vue et des comptes à vue qui rapportent peu ou pas d’intérêts vers des comptes de dépôt à terme offrant des rendements plus élevés.

L’économiste indépendant Simon Barry a déclaré que le volume des dépôts à terme détenus par les ménages dans les établissements de crédit irlandais s’élevait le mois dernier à plus de 10 milliards d’euros, selon les derniers chiffres de la Banque centrale européenne.

Il s’agit du niveau le plus élevé depuis les premiers mois de la pandémie en mai 2020, et il représente plus du double du niveau observé en septembre dernier.

Les ménages ont régulièrement investi dans des dépôts à terme au cours des 14 derniers mois.

« Les ménages continuent de réagir progressivement à la hausse des taux d’intérêt disponibles sur les dépôts à terme, la moyenne en mars s’établissant à 2,51%, contre une moyenne du marché de seulement 0,13% pour les dépôts à vue », a déclaré Barry.

La part du total des dépôts des ménages détenus sur des comptes à vue peu rémunérateurs reste très élevée, à 89,1 % en avril, a-t-il déclaré.

La décision de la Bank of Ireland d’offrir de meilleurs taux d’épargne est considérée comme une réaction à la croissance rapide de Revolut, qui a lancé la semaine dernière un produit d’épargne sur le marché irlandais payant jusqu’à 3,49 %.

READ  Un banquier de la République a gagné plus de 6 millions d'euros l'an dernier - The Irish Times

Le projet de la Bank of Ireland d’introduire deux nouveaux comptes bien rémunérés pour les épargnants est considéré comme une réponse directe à l’entrée de Revolut sur le marché de l’épargne ici.

L’application Money prétend avoir 2,7 millions de clients dans ce pays.

La guerre des prix de l’épargne survient à un moment où les banques étaient censées réduire leurs taux d’intérêt, la Banque centrale européenne devant commencer à réduire ses taux d’intérêt à partir de la semaine prochaine.

Désormais, la Bank of Ireland va introduire un nouveau taux de dépôt à terme fixe sur deux ans pour les clients particuliers et professionnels de 3 % AER (taux annuel équivalent).

Les dépôts à terme d’un an pour les particuliers et les entreprises bénéficieront d’un nouveau taux d’intérêt de 2,5 %.

Les nouveaux tarifs seront disponibles à partir du 6 juin.

La banque a déclaré qu’il n’y aurait pas de limite à la hausse sur les fonds pouvant être déposés ou sur les fonds qui rapporteront des intérêts, tandis que jusqu’à 25 % des fonds pourront toujours être retirés pendant la durée.

Susan Russell, directrice des ventes au détail chez Bank of Ireland en Irlande, a déclaré : « Nos nouveaux comptes à terme fixe d’un et deux ans offrent de meilleurs taux ainsi que des fonctionnalités flexibles telles que la possibilité d’accéder à une partie de votre argent si nécessaire et une ouverture de compte facile en Irlande. en succursale ou en ligne.

« Il n’y a aucune obligation d’ouvrir un compte courant et il n’y a aucun frais ni abonnement pour accéder à ces tarifs. »

READ  Stewart McKeag : Une nouvelle stratégie sans repas

« Ce sont des taux compétitifs proposés par la Bank of Ireland », a déclaré Darragh Cassidy du site de comparaison de prix Bonkers.ie.

Au cours des dernières semaines, nous avons vu N26 et Revolut lancer des produits d’épargne pour leurs clients en Irlande et « cela semble être une réponse claire à cela », a-t-il déclaré.

Cassidy a déclaré que les épargnants irlandais perdaient collectivement des milliards d’euros d’intérêts chaque année en ne plaçant pas leur argent sur des comptes d’épargne à meilleur rendement.

Au lieu de cela, ils les laissent sur des comptes qui rapportent peu ou pas d’intérêts. Cette apathie aide également les banques à réaliser des bénéfices records.

Continue Reading

Economy

La liste complète des allocataires éligibles à une subvention de 1 850 € sera versée la semaine prochaine

Published

on

La liste complète des allocataires éligibles à une subvention de 1 850 € sera versée la semaine prochaine

Une subvention de 1 850 € sera versée la semaine prochaine aux personnes éligibles, et vous pourrez savoir ici si vous en faites partie.

Le montant sera versé jeudi 6 juin et sera versé automatiquement par la Direction de la Protection Sociale. Répondre à l’invitation directe.




Vous trouverez ci-dessous une liste de toutes les personnes éligibles à la bourse.

En savoir plus: Met Eireann propose des prévisions météorologiques passionnantes pour juin en Irlande – mais il y a un problème

En savoir plus: Rencontrez le jeune chauffeur de taxi de Dublin, Abi Marr, qui laisse les passagers hébétés lorsqu’ils montent dans le taxi

La Carer Support Grant est automatiquement versée aux personnes qui reçoivent :

  • Allocation de soignant (taux plein et demi-taux)
  • Prestation pour aidant naturel
  • Allocation de soins à domicile.

Si vous ne recevez pas l’un de ces paiements, vous pouvez toujours bénéficier de la Carer Support Grant.

Doit être:

  • A 16 ans ou plus
  • Réside habituellement en Irlande
  • Prendre soin de la personne à temps plein
  • Prendre soin de la personne pendant au moins 6 mois (cette période de 6 mois doit inclure le premier jeudi de juin)
  • Habiter avec la personne dont vous vous occupez (ou si vous n’habitez pas avec elle, vous devez répondre à certains critères – par exemple, la personne doit pouvoir vous contacter rapidement et directement)

Pendant la période de garde de 6 mois, vous ne pouvez pas :

  • Travailler plus de 18,5 heures par semaine (en tant que salarié ou indépendant)
  • Participer à un cours d’éducation ou de formation pendant plus de 18,5 heures par semaine
  • Bénéficiez de la prime de demandeur d’emploi ou de l’allocation de demandeur d’emploi
  • Connectez-vous pour recevoir les contributions approuvées
  • Vivre dans un hôpital, une maison de convalescence ou un établissement similaire
READ  La CRH reçoit un "fort" soutien des actionnaires pour inscrire ses actions aux États-Unis alors que les revenus augmentent

Vous n’êtes pas obligé de passer une condition de ressources pour obtenir une subvention de soutien aux soignants. Si vous parrainez plusieurs personnes, une subvention est versée à chacune d’entre elles.

Si vous vous occupez d’un enfant qui est hospitalisé ou dans un autre établissement pour un traitement médical après la naissance, vous pouvez être éligible à une subvention de soutien aux soignants. Pour bénéficier de l’allocation, votre enfant doit avoir un handicap qui lui donne droit à l’allocation de soins à domicile.

Quel est le montant de la subvention de soutien aux aidants ?

La bourse est d’une valeur de 1 850 € et sera versée le 6 juin. Vous pouvez l’utiliser comme vous le souhaitez. Ce n’est pas imposable. Vous pouvez demander la Carer Support Grant pour une année donnée, d’avril de cette année au 31 décembre de l’année suivante.

Par exemple, vous pouvez demander la subvention de soutien aux soignants 2024 à tout moment entre avril 2024 et le 31 décembre 2025.

Rejoignez le service d’actualités de l’Irish Mirror sur WhatsApp. Cliquez sur ce lien Recevez les dernières nouvelles et les derniers titres directement sur votre téléphone. Nous proposons également aux membres de notre communauté des offres spéciales, des promotions et des publicités de notre part et de celles de nos partenaires. Si vous n’aimez pas notre communauté, vous pouvez la consulter à tout moment. Si vous êtes curieux, vous pouvez lire notre site internet Avis de confidentialité.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023