En Avant Bretagne répond aux préoccupations des professionnels de la mer

Des pêcheurs et conchyliculteurs ont souhaité rencontrer EAB, le mercredi 24 mai, pour faire part de leur soutien à notre campagne :

Parmi les sujets abordés, celui de la pollution de l’eau. La dégradation de la qualité bactériologique des eaux vient plus de l’urbanisation déraisonnée et d’une économie sacrifiée au tourisme de masse (voir précédent communiqué “La Bretagne n’est pas à vendre !”) que de l’agriculture industrielle. Il faut à ce titre saluer les efforts de toutes les professions agricoles en ce domaine et leurs nouveaux choix de production.
Le nautisme, les stations d’épuration défaillantes (jusqu’à 600 000 coliformes fécaux, 2000 fois la norme bactériologique autorisée sur nos côtes), le traitement des coques de bateau (plusieurs milliers par an), le rejet des eaux noires des navires… ont fortement mis à mal les activités maritimes jusqu’à la pêche à pied, directement menacée selon Jean-Marie Le Gall, exerçant sa profession à Carnac. Des solutions sont proposées mais les élus font la sourde oreille : « Nous notons avec satisfaction la volonté des agriculteurs et des conchyliculteurs de défendre ensemble leur profession ». EAB entend en faire une priorité.
L’Etat ayant bloqué les dotations aux départements, nous nous engageons à récupérer notre fiscalité dilapidée en Ile-de-France pour répondre à la réhabilitation du réseau départemental (concerne actuellement 60 % des communes littorales qui disposent de “miettes” pour résoudre les problèmes).
Aucun autre candidat en lice sur la circonscription d’Auray ne répondra à ce problème de leur état-major francilien.

Bertrand Deléon, candidat En Avant Bretagne, 2ème circonscription du Morbihan.

1 COMMENT

  1. Réponse à Bertrand Deléon, en toute amitié

    Il ne faut pas condamner l’agriculture industrielle bretonne et considérer le problème international.

    « Jamais le monde n’a été aussi instable » résumait ainsi le Professeur Chalmin le 9 mai dernier lors de la présentation du rapport Cyclope 2012 intitulé « En la forêt de Grande Instabilité ».http://www.cercle-cyclope.com/

    Cette image de forêt dense, inextricable pour qualifier l’état des marchés vaut toutes les explications, les démonstrations…

    Les instabilités aujourd’hui sont géopolitiques, climatiques, institutionnelles. Elles se répercutent sur les marchés, et notamment dans l’agriculture et l’énergie.

    Nous assistons à des ruptures technologiques.

    Ainsi, avec l’extraction du gaz de schiste, les Etats-Unis ont obtenu un prix de revient du gaz 5 à 6 fois inférieur au nôtre ! Cette rupture donne un avantage comparatif certain à nos amis d’outre-Atlantique laissant entrevoir une relocalisation de leurs industries notamment chimiques. Le coût des engrais azotés s’en trouverait abaissé pour les farmers américains.

    Cela reposerait aussi le problème de la compétitivité de l’agriculture européenne …et bretonne…

    Nous assistons également à une croissance exponentielle et ininterrompue depuis des années des pays émergents.

    La Chine caracole en tête à un rythme annuel compris entre 7 % et 9 %, lui permettant d’investir massivement dans l’économie et les énergies vertes pour lesquelles elle a le quasi-monopole de certains composants. Dans le même temps, l’Union européenne stagne avec à la fois ses problèmes financiers et de gouvernance.

    Dans cette forêt, il est indispensable de renforcer notre unité européenne en se remémorant que la construction de l’Europe nous a garanti 60 ans de paix. Nous devons encourager les dirigeants européens à faire preuve de courage politique pour ne pas renoncer, et prendre les décisions qui s’imposent.

    En parallèle, gageons que l’Agriculteur breton, de plus en plus Chef d’Entreprise, saura, par sa capacité à ENTREPRENDRE, tracer sa route avec succès dans cette forêt !

    Claude Guillemain
    Bretagne, nous avons foi en toi
    5ème circonscription des Côtes d’Armor

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.