1991 : Jean-Marc Ayrault voulait rendre l’enseignement du breton obligatoire

6

1991 : Jean-Marc Ayrault voulait rendre l’enseignement du breton obligatoire

Il est toujours utile de consulter les archives de l’assemblée nationale surtout quand le premier ministre actuel a eu une si longue activité parlementaire.

Alors que les bretons et les autres peuples de l’hexagone attendent toujours une loi sur les langues régionales, le premier ministre Jean-Marc Ayrault, pourra toujours s’inspirer de la proposition de loi 2201 qu’il avait lui même présenté à l’assemblée nationale le 02 juillet 1991 avec l’ensemble des membres du groupe socialiste.

 

Et à l’époque ce projet de loi était assez ambitieux et appelait un chat un chat :

 

 

Et bien sûr, en 1991 déjà, la fameuse charte européennes des langues minoritaires était au centre des débats :

On notera que 20 après, et alors que le Parti Socialiste a plusieurs fois été au responsabilité, la France n’a toujours pas ratifiée la dite charte.

Mais plus étonnant encore, à l’heure où la lutte contre le racisme (de quel bord qu’il vienne) fait l’actualité, voici ce que le Parti Socialiste voulait faire entrer dans la loi en 1991 :

 

On se souvient de l’affaire Jacky Berroyer, comique troupier, qui stigmatisait les enfants « bretons anormaux » et l’alcoolisme des bretons, si cette loi était passé, l’humoriste aura eu à répondre de ses mauvaises blagues devant les tribunaux. De la même façon, les Corses sont souvent en proie à un racisme primaire qui aurait sa place devant une cour correctionnelle.

 Enfin, l’article 11 de ce projet de loi signé, rappelons le, par l’actuel premier ministre Jean-Marc Ayrault demandait la création de trois conseils :

 

Et ces trois conseils étaient censés intervenir dans la question de l’enseignement des langues dites régionales. Mais cet enseignement était prévu pour être beaucoup plus ambitieux que ce qui existe de nos jours :

 

Mazette ! En language clair cela signifiait : L’enseignement du breton obligatoire et généralisé à l’ensemble de la Bretagne et même création d’un enseignement bilingue français-gallo, les parlementaires socialistes avaient l’âme de militants bretons !

Et bien entendu, les écoles Diwan, Calendreta (Occitanie), Bressola (Catalogne nord), ACBM (Alsace) et Seaska (Pays Basque Nord) intégraient le service public dans la foulée :

 

On espère désormais que Jean-Marc Ayrault, qui sera chargé d’arbitrer sur le projet de loi concernant les langues régionales, saura se souvenir de son audace passée…

 Projet de loi complet :

PPL 2201

6 Commentaires

  1. Je crois qu’il y a confusion dûe à la polysémie du terme “dispense” ; le (joli…no comment) texte ci-dessus ne prévoit pas que chaque établissement donne des cours de breton (et autres langues citées) sauf dispense demandée par une famille, mais que chaque établissement puisse dispenser, c’est à dire donner cet enseignement en breton (et autres langues citées) si toutefois il y a demande.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.