Home Actualité Information Bretagne - 7seizh.info Gwened 2014, une liste bretonne aux municipales : rencontre

Gwened 2014, une liste bretonne aux municipales : rencontre

7seizh.info vous l’annonçait le 1rt octobre dernier, une liste  bretonne se présentera aux prochaines élections municipales à Vannes en 2014. Nous les avons rencontrés. Ils répondent à nos questions.
Comment est né votre mouvement ?
Nous sommes plusieurs acteurs associatifs et professionnels engagés dans la vie vannetaise. Notre mouvement est né de la volonté de sortir des partis politiques sans avenir qui caracolent pourtant à la tête des sondages puis de trancher avec la mode des « collectifs citoyens », aussi rebelles que formatés. De toute façon, l’électorat boude les élections, aucun parti ne peut actuellement revendiquer de représenter la voix du peuple. Il y a donc la place pour une force innovante. Toutefois, notre expérience politique n’est pas nouvelle, la formation Forum Breizh, notre ancêtre, avait fait presque 6 % aux municipales de Vannes en 2001 et nous nous sommes présentés à d’autres échéances comme les cantonales ou les législatives sous l’étiquette En Avant Bretagne, entente politique présente surtout dans le triangle Vannes-Lorient-Pontivy permettant d’éviter les rivalités politiques de partis.
Cette fois, les enjeux et les forces en place sont différents, nous avons ainsi trouvé plus judicieux de partir sous l’étiquette du Parti Breton, dont plusieurs d’entre nous sont membres. L’esprit d’union est l’essence même de cette formation politique qui a représentation sur l’ensemble du territoire breton et entretient des relations sur le plan international.
Quelles sont les valeurs défendues par votre future liste ?
Le retour a une économie humaine, la seule qui nous fera sortir de la crise, et à des valeurs fondamentales, celles de la raison, tandis que les extrémismes submergent le monde et la recherche de profit détruit nos sociétés et notre environnement.
L’unique voie qui s’offre à nous est de revenir à la gestion de territoires pertinents, historiquement et culturellement cohérents. Nous sommes attachés à l’identité bretonne, facteur d’épanouissement, de repères pour les nouvelles générations, d’échanges et de développement. Actuellement, en Europe occidentale, c’est au tour de l’Ecosse, du Pays de Galles, de la Flandre, de la Catalogne, de la communauté basque autonome d’entamer une sortie de crise. C’est une nouvelle Europe, unie, enthousiaste qui se dessine. La Bretagne ne doit pas rater le train !
Car, nous le savons, ce qui sclérose notre système, pompe nos richesses, tue notre économie, c’est le centralisme et l’Europe d’Etats ne correspondant pas aux réalités humaines et à nos intérêts.
L’émancipation de la Bretagne permettra de conserver une grande partie de nos impôts, de nos hommes exilés par milliers depuis des décennies, d’envisager des partenariats économiques avec les pays de l’arc atlantique, alors que la France n’a pas plus de politique maritime qu’agricole et est surtout tournée vers l’Est (l’Europe Franco-Allemande). Enfin, c’est l’occasion de s’intéresser à notre réseau de PTE et PME, une des forces de la Bretagne.
Votre programme est-il prêt ?
Nous savons où nous allons, nous avons déjà tout en tête et nous rencontrons au quotidien les Vannetais. Nous avons beaucoup à dire sur des sujets purement municipaux.
Lesquels par exemple ?
Pour ne prendre que trois exemples de sujets qui occupent l’actualité : le centre-ville et ses commerces, le tunnel de Kerino, le coût de l’immobilier.
Le centre-ville : Il est encore temps de renforcer ce centre-ville en transformant le quartier de la gare, en cours de rénovation, par un quartier administratif et “des affaires”, métamorphoser l’irrationnelle gare de Vannes en un “hub” d’échanges de transports (train, bus, taxis, véhicules personnels…).
Pour cela il faut une véritable route pénétrante vers le centre-ville en permettant par exemple la transformation de l’avenue du 4 août, dans le respect des riverains. Il n’en est rien, on a préféré la mise à mort du centre-ville, l’acceptation d’être une petite ville de “province” (pays vaincu en latin) à l’image de cette économie centraliste qui fait que nos villes et nos initiatives vivotent, et on a poussé l’absurdité locale à accroître le déséquilibre de développement urbain entre l’Ouest et l’Est vannetais.
Le déménagement des administrations en zones commerciales est une aberration. Vannes Ouest sature et la municipalité éloigne les actifs de son coeur ! Que feront ces commerçants sans la manne des salariés qui visitaient le centre-ville midi et parfois soir ?
Quant au tunnel de Kerino, certes coûteux, il soulève un problème que nous connaissons bien : vivre minimaliste et accepter que le budget des transports et de l’aménagement du territoire de l’Etat soit réquisitionné en Ile-de-France pour en fin de compte se réveiller en se disant qu’on a vu trop petit.
En 1988, lorsque le pont a été inauguré, on entendait partout qu’il était trop petit ! Plus de 15 000 véhicules l’emprunte chaque jour et cela va croissant.
Arrêtons, c’est ce minimalisme qui nous fait multiplier les ouvrages et mettre à mal l’environnement.
Il faut penser sur du long terme. Que ce soit un pont ou un tunnel, ce sera coûteux de toute manière.
Ceux qui pensent que l’on peut rester sur l’ouvrage actuel ne doivent pas l’emprunter en allant travailler, ce n’est pas possible.
C’est aussi la montée du prix de l’immobilier qui est à l’origine de ces investissements. Beaucoup de retraités viennent trouver refuge à Vannes, l’immobilier grimpe et la population active doit être mobile.
Sur ce sujet, nous prônons toujours la création d’un vrai établissement public foncier pour permettre à tous de vivre et travailler au pays. Le coût exorbitant de l’accès à la propriété sur le littoral est catastrophique pour les actifs et notre économie.
Nous assistons aussi au bétonnage de nos côtes. On arrive à des aberrations : il n’y a plus accès au littoral dans plusieurs endroits et l’Etat fait détruire des maisons traditionnelles anciennes sur le domaine public maritime (Arradon) ! C’est inadmissible !
Il n’est pas étonnant dans un tel contexte qu’il soit aussi difficile à nos associations, nos entreprises, nos forces vives de trouver une place à Vannes. Tant qu’il n’y pas de prise de conscience globale, nous nous coucherons dans notre sépulture.
Nous sommes sur des sujets locaux bien que correspondant à des problématiques retrouvées ailleurs.
Alors, plus largement, que pensez-vous du projet d’aéroport Grand-Ouest de Notre-Dame-des-Landes ?
 
Tout d’abord, que l’on soit pour ou contre un aéroport international pour la Bretagne, le grand-ouest n’a aucune valeur pertinente, ni en terme d’économie ni en terme de territoire – Angers, Laval, Le Mans étant relativement proches de Paris – et surtout pas de logique d’aménagement. De même, que l’on trouve ou non un intérêt à construire une telle structure, l’emplacement est absurde : il est sur de bonnes terres agricoles, dans un bocage, suffisamment éloigné de Nantes pour que les investissements de voies d’accès soient très coûteux, éloigné de la Bretagne occidentale… Bref, personne n’en veut à
cet endroit.
Pourtant, l’Etat est actuellement en train de s’imposer militairement sur le site. Comme à Carnac pour le projet immobilier de « Menhirland », l’Etat exproprie et envoie ses « dragonnades » pour soumettre les Bretons récalcitrants. Est-ce une fois encore la mégalomanie d’une personne qui veut soumettre le peuple à ses caprices ?
Nous ne sommes pas contre un aéroport international, fort utile pour la Bretagne, tant est qu’il sera impossible de mettre en réseau des petits aéroports. Imaginez le temps entre les correspondances !
Mais, il ne doit pas être à NDDL, fondu dans aberrant grand-ouest parisien, cher à Jean-Marc Ayrault.
En 1968, la Bretagne obtenait le « plan routier breton » grâce à l’action combinée du CELIB et du FLB. On le sait en effet, l’Etat ne s’intéresse à l’aménagement du territoire qu’au profit de Paris. Nos élus UMPS vont même jusqu’à faire financer une ligne ferroviaire grande vitesse vers Paris en grande partie par les Bretons ! Nous allons migrer plus vite en Ile-de-France et vider le pays de ses actifs…
Alors que vient faire l’aéroport « Grantwest » NDDL là-dedans, dans un endroit qui permettra tout juste d’élargir le réseau francilien à cet emplacement ?
Et l’environnement ? C’est comme tout en Bretagne, on fait 100 routes, 10 aéroports qui seront inutiles en peu de temps et on arase notre paysage de la sorte. Mais, on l’accepte servilement ! Et on revient à notre sujet du fameux pont vannetais. La vision minimaliste qui nous empêche de vivre sereinement.
On aurait pu avoir un vrai aéroport international en Bretagne, ailleurs qu’à NDDL, un vrai réseau routier et ferroviaire qui en faciliterait l’accès de partout (axe Triskell gelé depuis des décennies) sans abandonner la Bretagne occidentale, de véritables accès à des ports développés selon une politique maritime (il n’y en a pas dans le gouvernement parisien) et des axes de communications vers le nord et le sud de l’Europe.
Nous en sommes loin et hélas, et même si l’on ne peut que saluer le courage des résistants au projet de NDDL, la Bretagne manque encore de discours constructif dans cette opposition. Ce serait l’occasion d’évoquer la nécessité de notre émancipation.
Avez-vous contracté des alliances avec d’autres partis ?
Nous souhaitons être lisibles et en accord avec nos principes. La politique ne rime pas chez nous avec mensonge, dérives mafieuses et affaires de mœurs. Il est de nôtre devoir d’être le peuple au service du peuple.
Et après les élections ?
Notre rôle est de construire la Bretagne du 21ème siècle. Nous cherchons l’union dans cette grande force bretonne.
Bénéficiez-vous de financements propres ou extérieurs ?
Nos moyens de financement sont pour l’heure faibles. Ils sont constitués par des apports personnels des candidats et des dons de quiconque voudra soutenir notre action ; ces dons font l’objet d’une déduction fiscale et nous remercions vivement par avance toutes celles et ceux qui se reconnaîtront dans notre projet et qui voudront le soutenir financièrement.

10 COMMENTS

  1. bravo , je ferais mien ce programme si j’étais à Vannes !
    je suis en accord avec toutes les analyses et positions !Je vous souhaite de réussir .

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7seizh.info

GRATUIT
VOIR