Saint-Nicolas-de-Redon : la propagande des Pays de Loire ne passera pas !

9
19

Communiqué de Bretagne Réunie

La manifestation organisée par le comité local du Pays de Redon de Bretagne Réunie a réuni en soirée plus d’une centaine de personnes jeudi 4 avril 2013 à Saint-Nicolas-de-Redon. Se sont retrouvés également à cette manifestation des opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes avec plusieurs tracteurs. Il ne faut pas oublier non plus, pas moins de cinq cars de CRS qui heureusement n’ont pas eu l’occasion de participer au débat…

Cela faisait plusieurs semaines que les services professionnels de propagande de la région “Pays de Loire” distribuaient des tracts et des affiches à Redon. Les prospectus ont été distribués dans les boîtes aux lettres des Redonnais et jusque sous les halles de Redon. Trop c’est trop !

Emile Granville de Bretagne Réunie face à Christophe Clergeau vice-président de la région administrative dite des "Pays de Loire"
Emile Granville de Bretagne Réunie face à Christophe Clergeau vice-président de la région administrative dite des “Pays de Loire”

Une véritable provocation

Le débat annoncé avait pour titre provocateur: “Construire ensemble les Pays de la Loire en 2040”, pour “construire collectivement l’idée d’un avenir désirable et trouver les moyens de l’atteindre ensemble”. Les organisateurs de cette farce démocratique n’ont pas été déçus. Tout au plus dix personnes ! En comptant le service de sécurité, le vice-président de cette région, venu lui-même provoquer la sensibilité bretonne du Pays de Redon, et le maire de Saint-Nicolas-de-Redon, également président de la communauté de communes du Pays de Redon, hôte obligé de cette opération ratée de communication.

Dans un premier temps, Emile Granville s’est exprimé au nom du comité local de Bretagne Réunie, rappelant que le Pays de Redon s’est clairement déclaré pour la réunification politique et administrative de la Bretagne. Un vœu pour la réunification a été voté en 2009 par la communauté de communes du Pays de Redon qui, avec les communes de Saint-Nicolas-de-Redon, Conquereuil, Massérac, Conquereuil, compte des grandes communes de Loire-Atlantique comme Avessac, Fégréac, Guémené-Penfao, et Plessé. Jean-François Le Bihan, président de Bretagne Réunie a dénoncé le blocage actuel du gouvernement sur tout processus démocratique de réunification. Alan Ar Gall, au nom de la fédération Kevre Breizh, a apporté le soutien des acteurs culturels de Bretagne. Paul Loret du comité local de Nantes a lui insisté sur la dimension économique de la réunification.

 

Le forum annulé faute de citoyens intéressés

 

Puis la parole a été libre au micro où chacun a pu s’exprimer, notamment les agriculteurs spoliés du projet de Notre-Dame-des-Landes. Jusqu’au moment où – force de persuasion – et puisque le vrai débat démocratique était à l’extérieur de la salle, le vice-président Christophe Clergeau et le maire de Saint-Nicolas-de-Redon Jean-Louis Fougères, sont sortis sur le parvis du théâtre pour annoncer que le forum était annulé. De notre point de vue, annulé puisque qu’il n’y avait personne d’autre qu’eux à l’intérieur de la salle, et non pas par obstruction des manifestants qui sont restés jusqu’au bout fermes, mais calmes et bons enfants. A la question posée par Emile Granville, le vice-président a confirmé le désaccord de la région “Pays de Loire” d’une consultation spécifique de la population de Loire-Atlantique sur la réunification.

 

Blocage démocratique confirmé

 

Cette manifestation a renforcé la conviction des militantes et militants de la réunification de la nécessité, vu les blocages démocratiques actuels, de s’opposer, fermement et pacifiquement, à l’emprise coercitive et méprisante de la région “Pays de Loire”. Il y a une quinzaine d’années, il y avait déjà eu la tournée d’un car de “promotion institutionnelle” de cette région sur tout le département et qui également avait été reçu par un comité d’accueil à Saint-Nicolas-de-Redon. Combien de temps perdu et de millions d’euros dépensés depuis? Et notre détermination reste inébranlable. L’enthousiasme suscité par ce rassemblement spontané va conduire à élargir et structurer de manière plus solide le comité local de Bretagne Réunie du Pays de Redon.

Comité local de Bretagne Réunie (02.99.72.20.62).

 

Saint-Nicolas-de-Redon  4 avril 2013

 

Réaction aux propos de Monsieur Christophe Clergeau

dans Ouest-France du 5/04/2013

 

Manifestation de Saint-Nicolas-de-Redon du 4 avril 2013

Les services de la région Pays de Loire organisaient jeudi 4 avril un forum à Saint-Nicolas-de-Redon. Les propos de Monsieur Christophe Clergeau, 1er vice-président de la région, attribuant aux manifestants l’annulation de ce forum, sont véritablement mensongers. Les manifestants du comité local de Bretagne Réunie comme ceux de l’association ACIPA contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont laissé le libre accès à ce forum et se sont exprimés pacifiquement.

En dépit d’une campagne de communication démesurée, affiches, prospectus distribués dans les boîtes aux lettres et même sous les halles de Redon, il n’y avait en tout et pour tout comme participants à ce forum, Monsieur Clergeau lui-même, le maire de Saint-Nicolas-de-Redon et un adjoint, quelques agents de sécurité et des services de la région. Aucun citoyen n’avait fait le déplacement car l’avenir de la région des Pays de Loire n’intéresse personne. Nul besoin alors de faire appel à 5 camions de gendarmes mobiles. Les citoyens bretons qui dénoncent la mainmise de la région Pays de Loire en Loire-Atlantique sont des citoyens respectables. Monsieur Christophe Clergeau voudrait donner des leçons de démocratie alors qu’il s’oppose à toute consultation populaire sur la réunification politique et administrative de la Bretagne. Sa notion de la démocratie est tout aussi factice que la région Pays de Loire est artificielle.

 

Emile Granville (02.99.72.20.62.) pour le comité local de Bretagne Réunie

Saint-Nicolas-de-Redon 2 avril 2013 photo2

9 COMMENTS

  1. Pure provocation de la région ethnocidaire des paysdeloire. Cela ait plaisir de le voir déloger. Si au moins on pouvait les déloger de Nantes ?

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.