Après Quimper, nous devons présenter un projet alternatif pour la Bretagne

manif Kemper 2-11-2013 020

Les récents propos de messieurs Massiot et Urvoas qui n’ont vu que casseurs et manifestation inutile desservant l’image de la Bretagne montrent le désarroi dans lequel se trouve le pouvoir socialiste qu’il soit à Paris ou à Rennes. Ils n’ont rien vu venir, rien anticipé, et donc rien compris à ce qui se passait.

Pour autant, la griserie du succès sans précédent de cette manifestation doit céder le pas à la réflexion et à la construction d’un projet alternatif en Bretagne fondé sur une émancipation du pouvoir de l’état français centralisé et uniformisateur.

En effet il ne peut être question de discuter d’un quelconque « pacte pour l’avenir » dont on se demande avec quel ruban on va nous ré envelopper de bonnes vieilles rustines éculées qui ne convaincront que les crédules. Les vrais problèmes de la Bretagne viennent de la France et de son organisation administrative. Le préalable à toute discussion doit donc porter sur les nécessaires réformes institutionnelles dont nous avons besoin pour libérer les énergies en Bretagne, et sur la réunification avec la Loire Atlantique pour retrouver l’intégrité de notre territoire.

Comme en Catalogne, au Pays Basque, en Écosse, au Pays de Galles, et dans toutes les régions d’Europe a forte identité, nous voulons décider  ce qui est bon pour la Bretagne et les Bretons, au delà des clivages partisans passéistes qu’on veut nous imposer. C’est cela aussi le message de Quimper !

Nous voulons notre part du pouvoir, d’abord réglementaire mais aussi législatif dans les domaines comme l’éducation, la santé, la culture, l’économie, l’agriculture, la pêche.

A l’appui de ces pouvoirs nouveaux, Il nous faut une fiscalité propre pour assurer notre autonomie de fonctionnement.

Ce n’est qu’à ce prix que nous redonnerons dynamisme à notre économie, envie à nos entrepreneurs, bien être social a nos ouvriers et employés. La détresse qui s’est exprimée à Quimper doit nous faire réfléchir. Elle impose aux responsables politiques bretons de proposer un avenir fondé sur des bases nouvelles.

Le Parti Breton/Strollad Breizh souhaite ardemment s’associer à cette dynamique. Exigeons tous ensemble le retour d’un vrai parlement breton et prenons nos responsabilités pour redonner espoir et envie à tous les Bretons.

Yves Pelle

Président du Parti Breton

                                                                                                                                                                                             manif Kemper 2-11-2013 020

3 COMMENTS

  1. Pour nous, BREIZH 2004, il s’agit de faire « sauter les tabous » à droite et donner une légitimité aux politiques fédérales et libérales. Cela est d’autant plus nécessaire que l’enjeu des élections 2014, pour les opposants de gauche consiste à briser le libéralisme au sein du salariat et d’en finir avec le fédéralisme par la même occasion. Souvenons-nous des positions anti-fédéralistes récentes du PC et du PS !

  2. De partout a l’interieur de la manif, les propos independantistes furent majoritaires. Jeunes et moins jeunes, retraites, petits patrons et ouvriers …
    Le bonnet aurait pu etre anecdotique, voire folklorisant. Il ne l’etait pas. Les presents, et de tres nombreux absents franchement solidaires, il etait bien l’affirmation d’une appartenance passee, presente et a venir, du voeu de nous tous.

    Tous, nous voulons cette alternative.

    Qu’elle soit faite de tas de pneus en flamme et de manifs, mais aussi qu’elle soit anticipation. Sur ce terrain-la, il ne sera pas difficile de battre nos voisins francais !

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.