Home Finistère Les réponses à Quimper/Kemper

Les réponses à Quimper/Kemper

Ci-dessous vous trouverez les réponses des candidats à Quimper/Kemper (29000), classés par ordre de réponse :

  • Liste « Vivre Kemper – Kemper Bev », menée par Naig ar Gars

1) Le breton dans la vie municipale :
Lakaat e pleustr an 20 poent kinniget gant Ti ar Vro Kemper en e « Levrig Gwenn-ha-du ar Brezhoneg e Bro-Gemper» , en o souezh envel un eil-maer e karg deus ar brezhoneg gant ur budjed gwirion, an den-mañ a ranko kaout darempredoù kreñv gant holl servijoù an ti-kêr (deskadurezh, servijoù teknel, sevenadur…). Envel pe dileuriañ ur c’hargad a gefridi war ar Brezhoneg evit Kemper Kumuniezh. Kinnig an holl paperioù melestradurel en div yezh. Kreñvaat plas ar brezhoneg e kazetenn ar gumun. Kinnig stummadurioù da implijdi ar gumuniezh evit deskiñ brezhoneg. Kinnig ur priz sevenadurel (sammad arc’hant) evit ul levr/film/video/pezh-c’hoari/c’hoari-video/arload/pladenn savet e brezhoneg pe evit un darvoud, un embregerezh, un dudenn, ho tifenn ar yezh. Kenlabourat gant Ofis Publik ar Brezhoneg. Sikour an embregerezhioù staliet war ar gumuniezh da ober gant ar brezhoneg. Treiñ al lec’hienn internet e brezhoneg. Broudañ an implijdi hag a gomz brezhoneg d’ober ganti. Ober deus ar brezhoneg ur gounid evit diorren an touristerezh. Sikour ar c’hevredigezhioù da ober gant ar yezh. Hag ur bern traoù all !

2) Langue bretonne et éducation :
Sevel ur skol divyezhek e Su ar Gumun (an Erge-Vihan). Sikour da zigeriñ ur vagouri divyezhek, ur greizenn-dudi divyezhek war dachenn ar gumuniezh. Bep bloaz, a-raok ar vakañsoù-skol, broudañ ar c’helenn divyezhek dre skritelloù ha paperioù kaset d’ar gerent. Kavout ur c’houskva evit skolaj Diwan. Kavout un diskoulm evit lakaat war-raok ar c’helenn divyezhek Publik (kudennoù gant an ATSEMoù da skouer).
Kinnig abadennoù e brezhoneg gouestlet d’ar vugale o vroudañ ar Cinéville, ar c’hoarivaoù, ar skolioù sonerezh, ar Pol Max Jacob, Tiez an Holl, Tiez ar Yaouankiz, da ginnig abadennoù e brezhoneg. Krouiñ un darvoud bras en ur vodañ bugale ar skolioù divyezhek staliet war ar gumuniezh dre ar Sport hag ar Sevenadur (pe deus Breizh a-bezh zoken ?). Kinnig abadennoù ha dudioù er skolioù goude ar skol (ritmoù nevez). Kinnig un tañva deus ar brezhoneg er skolioù unyezhek. Sikour ha broudañ ar c’helenn divyezhek evit an dud-deuet. Degemer hep diforc’h ebet (priz ar c’hantin…) ar vugale eus ar c’humunioù all pa ne c’hellont ket kavout ar memes frammoù brezhonek en o c’humun a orin.
Paeañ ar sammad arc’hant skoliata d’an dud a lak o bugale en ur skol vrezhonek en ur gumun all ma ne c’hellont ket ober kemend-all er gumun e-lec’h m’emaint o chom. Ober deus Kemper ar c’hêr lec’h ma vez ar muiañ a skolidi o teskiñ brezhoneg en 10 vloaz o tont.

3) Breton dans la vie publique :
Ober gant ar stumm « Kemper » hepken (skarzhañ kuit ar stumm Quimper). Tout ar panelloù a vo divyezhek (hent, polis, touristel, diavaez ha diabarzh ar savadurioù, busoù) an div-yezh kinniget par-ouzh-par. Tout ar c’hehentiñ graet gant an ti-kêr a vo divyezhek : kirri, busoù, tachennoù-sport, festivalioù, darvoudoù, panelloù-elektronek. Lakaat da glevout ar brezhoneg er busoù pe er straed (da vare Nedeleg da skouer). Sikour ar stalioù/gourmarc’hadoù da ober gant panelloù divyezhek. Reizhañ an anvioù-lec’h (Krec’h Gwenn da skouer) gant sikour Ofis Publik ar Brezhoneg. Lakaat anvioù brezhonek d’ar raktresoù nevez (savadurioù, gouelioù), d’ar straedoù nevez. Sinañ un emglev gant ar Post, an SNCF, an Aerborzh, an Ospital, ar Skol-Veur, an ESAD, ar Mirdioù, ar C’hambrkenwerzh evit talvoudekaat ar brezhoneg.

4) Charte « Ya d’ar brezhoneg » :
– Ma ‘z oc’h dilennet ha ma z’eo bet sinet ar garta gant ho kumun, daoust ha sinet e vo live da zont « Ya d’ar brezhoneg » ganeoc’h ? YA
– Ma ‘z oc’h dilennet, daoust hag-eñ e vo difennet ha broudet ar brezhoneg ganeoc’h e politikerezhioù ar gumuniezhkumunioù ? YA

  • Liste « Quimper Viva’Cité », menée par Isabelle Le Bal

Cliquez ici pour consulter le courrier réponse adressé par Mme Le Bal au nom de la liste « Quimper Viva’Cité ».

  • Liste « Quimper pour vous », menée par Bernard Poignant

Monsieur le Président,

J’ai pris connaissance de votre courrier électronique demandant aux candidates à l’élection municipale de Quimper de se positionner sur la langue bretonne.

1. L’avenir de la langue bretonne est un enjeu clé. De fait, la ratification de la charte des langues régionales à l’échelle nationale devra être un levier important tout comme l’action de l’Office de la langue bretonne à l’échelle régionale est un outil important. A l’échelle locale, il s’agit bien de soutenir et de relayer les actions en faveur de la langue bretonne. L’existence d’une association comme Ti ar Vro permet de fédérer les acteurs.

2. Le soutien doit se décliner dans la durée sur plusieurs mandats électoraux. La ville de Quimper poursuivra son engagement en faveur de la langue bretonne. La dimension globale et transversale des actions permet ainsi de faire de la langue bretonne un enjeu de territoire. L’exemple de l’implication de Ti ar Vro dans la gouvernance du Pôle Max Jacob montre que le soutien à la langue soit s’élargir à d’autres acteurs pour porter cette problématique. Dans ce cadre, les actions seront déclinées et évaluées et une commission extramunicipale permettra d’analyser et de relancer la dynamique si nécessaire.

3. Au sein de la municipalité, il s’agira bien de créer les conditions pour alimenter et poursuivre la dynamique en faveur de la langue bretonne. Cela permet de faire porter cette question au niveau des agents, des élus et des usagers. Il s’agit bien de donner un poids politique à cet enjeu. L’avenir de la langue bretonne ne se résume pas à un cadre. Il doit être porté par toute l’équipe municipale même si la question de la langue bretonne doit être rattachée à la question de la culture dans le cadre d’un soutien à la diversité culturelle telle qu’elle est définie dans la charte de l’UNESCO.

A l’échelle des services, il s’agit également de créer une dynamique porteuse d’actions et d’initiatives en identifiant un responsable qui pourra relayer les orientations des élus et en accompagnant les initiatives et la formation des agents sur la base du volontariat.

4. Le bilinguisme est important et existe également dans l’enseignement public. Il peut être développé en tenant compte des demandes qui peuvent s’exprimer. Il faut tenir compte des équilibres à l’échelle territoriale. Le maillage doit être pesé à l’échelle de la ville mais aussi de l’agglomération. Il s’agit bien de situer les attentes, les besoins et d’y répondre au mieux. Les habitants seront bien informés de l’existence de ces propositions notamment en matière de services publics.

La ratification de la charte permettra à Diwan de développer l’enseignement de la langue bretonne en immersion. Le bilinguisme permet de relayer et d’approfondir l’apprentissage de la langue bretonne à tous ceux qui le souhaitent. Ces deux éléments sont complémentaires et c’est leur combinaison qui permettra à la langue bretonne de bénéficier d’un véritable renouveau.

L’offre bilingue en crèche et en centre de loisirs doit être accompagnée d’une politique de formation pour les personnels sur la base de volontariat.

La signalétique bilingue doit être systématisée quand cela est possible. Cela vaut aussi pour les messages et diffusions sur les differents supports.

5. Les différents acteurs culturels mais aussi économiques doivent contribuer à créer une dynamique. Associer les entreprises et les associations de commerçants permettrait de dépasser le cadre indispensable mais insuffisant des réseaux militants habituels.

6. Le niveau III de la charte Ya d’ar brezhoneg sera mis en oeuvre et le niveau IV sera, de fait, amorcé. A l’échelle de la communauté d’agglomération la mise en oeuvre de la charte permet aux communes qui ne la mettent pas en oeuvre de bénéficier de l’application de celle-ci.

Pour conclure, j’estime qu’il est important d’articuler les différents niveaux d’intervention : la ratification de la charte des langues régionales pour permettre à Diwan d’intensifier son action en immersion, à l’office de la langue bretonne de mailler le territoire de la Bretagne, à la ville de Quimper et à l’agglomération de Quimper communauté de poursuivre sa politique en faveur de la langue bretonne grâce à l’application de la charte Ya d’ar brezhoneg. Il s’agit bien de créer un élan entre les différents acteurs : élus, citoyens, acteurs culturels, monde économique.

Cette dynamique est essentielle. Elle dépasse de loin telle ou telle mesure ponctuelle. L’enjeu de la promotion de la langue bretonne se posera sur la capacité de la population, des associations, des élus à se saisir de l’importance de ces enjeux.

Restant à votre disposition,
Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma considération distinguée.

Bernard Poignant

  • Liste « Osons Quimper ! », menée par Ludovic Jolivet

Consulter les éléments de réponse que nous a envoyé la liste « Osons Quimper ! » : en breton ou en français.

  • Liste « Quimper Bleu Marine », menée par Alain Delgrange

Lisez ici la réponse de M. Alain Delgrange.

  • Liste « Kemper, l’Écologie à gauche – Kemper, an ekologiezh a-gleiz », menée par Daniel Le Bigot

Réponse non parvenue

  • Liste menée par Marie -Anne Haas

Réponse non parvenue

[codepeople-post-map]

3 COMMENTS

Comments are closed.

7seizh.info

GRATUIT
VOIR