Le bagad Saint-Nazaire réalise presque un sans-faute à Saint-Brieuc

26

Les bagadoù de Saint-Nazaire et de Plougastel se positionnent pour une montée dans l’élite. Le 66e Championnat national des bagadoù de 2e catégorie, organisé par la Fédération Sonerion, a tenu ses promesses musicales, dimanche, à l’Hermione à Saint-Brieuc.

Michel Toutous.
Michel Toutous.

La victoire du bagad Sant-Nazer de Saint-Nazaire et sa Suite du Pays Guérandais (Paludier, Brière) a mis sous les projecteurs la Loire-Atlantique, une ville et un terroir de Bretagne. C’est un joli pied de nez à l’histoire pour David Samzun, maire de Sant-Nazer, ardent défenseur d’un territoire en Pays de la Loire !
Le concours de 3e catégorie a laissé la place à treize bagadoù de seconde. Michel Toutous, président de la Fédération Aodou an Arvor (Côtes-d’Armor) et vice-président du bagad de Saint-Brieuc, est un homme heureux : « L’organisation est moins stressante cette année car nous ne concourrons pas dans cette catégorie. » Les autres années, les sonneurs conjuguaient l’organisation de la 3e catégorie et leur participation au concours. « Notre capacité d’organisation est reconnue. Nous avons l’aide du personnel de la salle de spectacle et le soutien de la communauté d’agglomération, qui a une volonté de pérenniser un évènement culturel breton d’importance ». La salle d’une capacité de 1 200 places était comble.

La publication tardive des résultats complets par la Fédération Sonerion, lundi soir, a partiellement gêné certains interlocuteurs de bagadoù dans l’analyse de leur prestation. Les ensembles de

Des sonneurs du bagad Plougastell.
Des sonneurs du bagad Plougastell.

Saint-Nazaire (17,40) et Plougastel (17,08) ont pris une option sur la montée. Troisième, le bagad de Perros-Guirec (16,66) pourrait profiter d’un faux pas des leaders, lors du concours d’été, pour accéder à la 1re catégorie.
Padrig Hervé, président du bagad Sant-Nazer de Saint-Nazaire ne boude pas son plaisir : « Content, mais surtout rassuré et bien positionné avant la seconde manche. » Les difficultés de recrutement de sonneurs et l’énorme écart de niveau entre le bagadig en 5e catégorie et l’élite « ne nous permettent pas de faire monter les jeunes aussi facilement que d’autres bagadou. » L’effectif pléthorique de certains groupes permet à leurs musiciens de gravir par palier les niveaux techniques. « Pourquoi le bagad est descendu ? Là est la question. Lorsque l’on regarde les effectifs d’un bagad de 1re catégorie, c’est 50 à 60 sonneurs. Nous sommes une quarantaine en faisant monter des jeunes depuis la 5e. Ils ne sont pas encore assez aguerris. » Le bagad se classe premier en terroir, ensemble, bombardes et batteries et en milieu de tableau en cornemuse : « C’est un pupitre plus faible par rapport au décalage de niveau avec les jeunes qui viennent d’intégrer le bagad ». Entre l’espoir d’une montée et « l’installation durable en 1re catégorie, » la vie d’un bagad est semée d’embûches !

 

Les sonneurs du bagad Sant-Nazer ont cumulé les trophées.
Les sonneurs du bagad Sant-Nazer ont cumulé les trophées.

 

Jean-Yves Le Boette, président du jury, et André Queffelec, président de la Fédération Sonerion
Jean-Yves Le Boette, président du jury, et André Queffelec, président de la Fédération Sonerion

Le bagad de Concarneau (15,51) a assuré une prestation sans prise de risque et prend la 4e place. « Déçu, mais pas surpris, » glisse Bertrand Le Cam, président du bagad de Lorient (15.33). « On se savait un peu fragile. Nous visions un peu mieux que la 5e place. C’était un bon niveau de 2e catégorie par rapport à l’année dernière ». Une note de 12,75 en terroir a sanctionné la prestation des sonneurs : « Les deux autres juges nous donnent 14,97 et 16,38. Les responsables musicaux sont déçus et sont surpris car nous avions un spécialiste de ce terroir. » Les sonneurs prendront trois semaines de repos avant de préparer la prochaine Suite. « Les jeunes s’investissent beaucoup, peut-être que certains se mettent trop la pression ». La montée est compromise : « A Lorient, nous serons chez nous et nous jouerons sans pression pour viser une troisième place. » Avec deux bagadoù en année sabbatique, le maintien se jouera à rien entre le 9e et le 13e du classement. Dernier, le bagad de Plabennec a réalisé une belle prestation. Ses prises de risques n’ont pas été récompensées dans un concours traditionnel.

Le bagad Keriz de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine) était déçu de ne pas pouvoir concourir. « Nous étions heureux de revenir en 2e catégorie, » s’enthousiasme Laurent Unia, président. « Trois mois avant le concours, nous avons perdu des sonneurs du pupitre batterie dont le penn. Nous avons renoncé à nous présenter par un manque d’effectif ». Une désillusion pour l’ensemble parisien qui est confronté à des difficultés de recrutement. « Ce sont souvent des Bretons expatriés, salariés ou étudiants, et ce n’est pas toujours facile de concilier déplacement et vie de famille. Nous comprenons et respectons leurs décisions ». Des sonneurs viennent également d’autres départements et de régions pour assouvir « leur passion et le plaisir de jouer. »

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Les résultats. 1. Bagad Sant-Nazer (Saint-Nazaire), 17,40 ; 2. Bagad Plougastell (Plougastel-Daoulas), 17,08 ; 3. Bagad Bro Dreger (Perros-Guirec), 16,66 ; 4. Bagad Bro Konk Kerne (Concarneau), 15,51 ; 5. Bagad Sonerien an Oriant (Lorient), 15,33 ; 6. Bagad Saozon-Sevigneg (Cesson-Sévigné), 15,10 ; 7. Bagad Naoned (Nantes), 14,26 ; 8. Bagad Landi (Landivisiau), 13,91 ; 9. Bagad Bro Landerne (Landerneau), 12,97 ; 10. Bagad Sant-Ewan Bubri (Bubry), 12,67 ; 11. Bagad Bro Felger (Fougères), 12,36 ; 12. Bagad Gwengamp (Guimgamp), 12,28 ; 13. Bagad an Aberiou (Plabennec),  12,03. ©

 

 

26 Commentaires

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.