Prison de Clairvaux : L’oncle et la tante d’Aitzol Etxaburu privés de visite

1280px-Kloster_von_Clairvaux,_heute_StrafanstaltLes surveillants de la prison de Clairvaux n’ont pas laissé l’oncle et la tante du prisonnier politique basque Aitzol Etxaburu (Ondarroa, 1979) réaliser la visite qu’ils étaient venus faire samedi dernier. Cette visite devait avoir lieu à 9h et ils ont remis leurs papiers d’identité à 8h40. Ils ont été appelés, et au moment où ils s’approchaient du portique, l’un d’eux s’est aperçu qu’il avait de l’argent dans sa poche. Il a demandé la clé de la consigne pour y laisser cet argent, la consigne et le détecteur se trouvant dans la même pièce à Clairvaux. Les surveillants ont refusé de donner la clé et ils ont accusé cette personne d’avoir voulu remettre de l’argent frauduleusement à Aitzol. Les surveillants ont fait passer les deux visiteurs dans une autre pièce et les y ont laissés deux heures. Bien que l’oncle et la tante d’Aitzol aient expliqué à de nombreuses reprises qu’il ne s’agissait que de l’argent du retour, ils ont finalement été emmenés au commissariat. Les policiers leur ont pris l’argent et ont relevé leurs empreintes. Dans un premier temps, les policiers ont refusé de leur rendre l’argent, mais ont fini par le faire devant leur insistance à répéter qu’ils en avaient besoin pour rentrer chez eux. Ils ont été remis en liberté à 14h. Une interdiction de visite de trois mois leur a été signifiée, même si elle doit être confirmée par une lettre du Procureur.

Il est cruel de priver de visite des personnes qui ont fait un voyage long et compliqué pour se rendre à une prison qui se trouve à 1001 kilomètres et qui en ont autant à faire pour le retour ; mais ça l’est plus encore quand il s’agit, comme c’est le cas, de personnes âgées, pour qui tout cela suppose un effort encore plus grand .

2 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.