Corse : L’Assemblée de Corse va créer une Assemblée corse des jeunes

Ajaccio, jeudi 14 avril 2016,

Source : corsicawebzine, Isabelle Bartoli

Le Président de l’Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni a présenté le projet d’une Assemblée composée de jeunes de 18 à 25 ans qui devrait être créée dès septembre 2016 afin de construire avec eux la Corse de demain.

Discours du Président de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni le 14 avril 2016

 talamoni« Quel avenir pour les jeunes de Méditerranée ? ». Tel était le thème retenu par la COPEAM, qui organisait la semaine dernière à Ajaccio sa conférence annuelle en partenariat avec la Collectivité Territoriale de Corse. Sujet majeur s’il en est ! Comment redonner aux jeunes, confiance en l’avenir, face à toutes les difficultés qui les touchent ?
Depuis quelques années, en Europe, les discours politiques sur la jeunesse comme ressource, c’est-à-dire une jeunesse qui s’investit pour résoudre ses propres problèmes, ont pris le dessus sur les discours qui présentent la jeunesse comme un problème. Il était temps ! Mais, finalement, on constate que les élus n’ont de considération pour la jeunesse uniquement sur des sujets qui la concernent immédiatement et directement.
L’avis de la jeunesse n’est recueilli que dans le cadre de mesures en sa faveur. Il est alors aisé de parler de participation à la vie sociale et d’accès à la citoyenneté ! Pourtant, les jeunes sont rarement consultés sur leurs aspirations pour l’avenir et sur l’idée qu’ils se font de l’avenir de la société. S’il est important de les associer aux réflexions politiques relatives à l’accès à la culture, au sport, à la santé…il me semble primordial de les inviter à réfléchir également aux questions d’emploi, d’insertion sociale, d’inégalités socio-économiques…bref, de réfléchir à tout ce qui fera leur quotidien demain ! Alors, quel crédit les jeunes peuvent-ils accorder à ces discours qui ne leur donnent pas les moyens de construire eux-mêmes la société dans laquelle ils veulent vivre ? Que peuventils penser du fait d’être mis à l’écart des décisions ? Aujourd’hui, en France particulièrement, les difficultés s’expriment avec force. Le mouvement « Nuit debout » prend de l’ampleur. Les jeunes ne se sentent pas représentés par les élus, veulent prendre la parole et investir l’espace public parce que, disent-ils, « la politique c’est l’affaire de tous ». Ce mouvement, qui s’étendra peut-être bientôt à l’Europe entière, ne touche pas la Corse pour le moment. Peut-être pour des raisons sociologiques, ou plutôt en raison de la proximité particulière de la société corse avec la politique…
J’ai entendu l’étonnement des syndicats quant à l’absence de la jeunesse corse dans la mobilisation contre la loi El Khomri. Cela peut s’expliquer par les raisons évoquées plus haut : les jeunes se mobilisent lorsqu’ils ont la possibilité de s’exprimer. En ce sens, le mouvement national a toujours accordé une place prépondérante à la jeunesse ; il n’est alors pas étonnant de voir ces jeunes se mobiliser autour de revendications portées par les nationalistes. Pourtant, depuis l’élection de décembre 2015, nous rencontrons de nombreux jeunes qui nous font part de leurs espoirs pour l’avenir. Ils ont, comme ailleurs en Europe, envie de participer activement à la construction de la société corse de demain. Eux aussi veulent prendre la parole. Et nous voulons la leur donner. Cette année encore, le 9 juin, aura lieu l’Assemblée des enfants. Cette manifestation a une visée pédagogique, vous le savez. Plus de trentaine d’établissements scolaires, soit 62 conseillers juniors, viendront ici pour un exercice pratique de la démocratie. Mais, au-delà de cette journée, l’Assemblée de Corse doit être aussi un lieu où la jeunesse puisse avoir ses représentants et exprimer ses aspirations et ses souhaits pour l’avenir.

Il s’agit là d’une Assemblée corse de jeunes majeurs, de 18 à 25 ans.
Une alternative solide aux mouvements qui grandissent ailleurs et qui doit permettre de faire progresser la démocratie en Corse. Plusieurs exemples de ce type existent en Europe et, d’ailleurs, l’Union européenne favorise les démarches qui vont dans le sens de l’inclusion de la jeunesse dans l’élaboration des politiques publiques. L’objectif de cette démarche est de donner véritablement les moyens aux jeunes de contribuer à la construction de ce pays !

Nous, élus de la Corse, devons travailler à leurs côtés et partager avec eux des objectifs communs. Voici le sens de ce projet que je vous présenterai dans le détail dans les semaines à venir.
A la rentrée de septembre il devra être mis en œuvre, pour passer ainsi de la théorie à la pratique, et enfin considérer réellement la jeunesse comme une ressource pour ce pays.

7 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.