Interpellations et gardes à vue du Morbihan : les familles appellent au calme

0

Tôt ce matin, deux militants bretons ont été réveillés par les services de police. Interpellés et placés en garde à vue, ils ont été transférés vers les services de la police judiciaire de Rennes.

La semaine dernière déjà, trois militants bretons avaient subi le même sort avant d’être relâchés après 36 heures de garde à vue sans autre poursuite. Ils avaient été interpellés dans le cadre de l’affaire de l’explosion au siège social de Variscan en mai 2016.

Dans la journée à l’annonce des circonstances des interpellations, les soutiens ont afflués. La personnalité d’un des deux militants a accentué la réaction. Et des appels à se mobiliser devant le commissariat de la rue de la Tour d’Auvergne à Rennes ont été lancés. Si les familles se sentent soutenues dans cet élan de solidarité, elles redoutent aussi que ce rassemblement porte préjudice aux deux gardés à vue.
Dans un communiqué, les deux familles appellent à rester prudents et assurent qu’elles auront l’occasion de se faire entendre pour dénoncer les dérives et les injustices éventuelles.
Ce soir, selon une source proche du dossier, la garde à vue des interpellés a été prolongée pour 24 heures jusqu’à jeudi matin.

 

“Demat deoc’h holl,

Suite à l’interpellation de mon père ce matin, et d’un autre militant breton, nous demandons à chacun de ne pas s’emballer. Le soutien fait chaud au cœur et nous vous en remercions.

Toutefois il convient de rester prudents dans ce genre d’affaires et de s’organiser. Or l’organisation doit se faire avec l’accord de la famille et des proches et parler d’une seule voix.

Nous sommes confiants, nous aurons l’occasion de dénoncer posément de quelconques dérives ou injustices. Trugarez deoc’h holl !”
Laetitia et Fragan

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here